Retour à la rubrique Belgique
Casque Adrian modèle 15

Casque Adrian modèle 15 belge

Casque Adrian belge. Casque Adrian belge. Casque Adrian belge. Casque Adrian belge.
Casque Adrian belge. Casque Adrian belge. Casque Adrian belge. Casque Adrian belge.

Victime du plan Schlieffen, qui débute le 4 août 1914, la Belgique subit une attaque fulminante de la part de l'Allemagne. Le plan Schlieffen établissait une traversée de la Belgique, alors pays neutre, afin d'envahir au plus vite la France.
Ainsi, la petite armée Belge, d'environ 271 000 hommes, dépourvue d'artillerie lourde et mal équipée comparé à la puissante armée Allemande, résista du mieux qu'elle le put. En effet, le sort de la Belgique était inévitable et une grande partie du territoire était aux mains de l'envahisseur, le front s'étant stabilisé sur les bords de l'Yser. L'armée belge était destinée à rester sur ce front quatre ans durant, protégeant ainsi le flanc nord du front ouest, pendant que la majeure partie du pays subissait les conséquences de l'occupation allemande.
C'est donc dans ces circonstances, privée de ses usines d'approvisionnement, que l'armée belge dut s'équiper essentiellement auprès de son allié, la France. Pourtant dès 1912, la Belgique s'était déjà intéressée à la protection des crânes des soldats de son armée. Un projet de casque avait déjà été exécuté par le lieutenant aviateur écuyer Wahis et le sculpteur Gustave Dillens. Ce casque d'essai, qualifié de modèle 1913, était fabriqué en feutre, dont la conception était très proche des différents casques de cavalerie française de l'époque, mais prévoyait déjà la future silhouette du casque Adrian. D'une légèreté très remarquable, il pesait 100 grammes de moins que l'incommode shako en dotation dans l'armée belge, mais était parfaitement inadapté à une guerre moderne. Distribué à titre d'essai qu'à certaines unités, ce casque ne fut jamais adopté et la Belgique est encore à se demander en juin 1914 si elle doit doter son armée d'un casque ou d'un képi.
Le centre de recherche de la médecine militaire, devant les événements récents de la guerre moderne, chercha de nouveaux moyens pour améliorer la protection des soldats embourbés dans une guerre de tranchées dès octobre 1914 lorsque le front s'est stabilisé.
C'est donc dans le cadre de cette recherche de matériels adéquats, que la Belgique essaya  plusieurs matériels de protection : comme la coque de protection italienne, le casque modèle "Farina", ou la cervelière française, ou encore diverses cuirasses de protection.
Après plusieurs essais non significatifs, le baron Broqueville, alors ministre de la guerre Belge, ordonna en octobre 1915 l'adoption du casque Adrian modèle 15 français, adopté dès avril 1915 par l'armée française. Ce casque fut créé par l'intendant Louis Auguste Adrian et fut adopté par de nombreux pays alors en guerre contre l'Allemagne, l'Autriche ou la Hongrie.
Le 15 novembre 1915, les premiers casques Adrian modèle 15 furent livrés à l'armée Belge.
A l'origine livrés de couleur bleu horizon comme les casques destinés à l'armée française, les casques Adrian destinés aux forces belges furent rapidement livrés de couleur "marron moutarde", afin d'être en corrélation avec les nouveaux uniformes kaki adoptés au début de la guerre dans un souci de camouflage. Les casques livrés en bleu furent alors repeint de couleur kaki à une fin d'harmonisation avec les uniformes. Il reste à l'heure actuelle très peu d'exemplaire de couleur bleu horizon.
Le casque Adrian modèle 15, adopté par la Belgique, est en tout point identique au modèle adopté par la France, hormis la couleur et le symbole de l'armée Belge : le lion, symbole de la royauté. Cet emblème était identique quel que soit les subdivisions d'armes, que le soldat soit fantassin, artilleur, cavalier ou même l'exemplaire équipant le roi lui-même.

Attribut belge.
Attribut belge.

L'attribut frontal, d'une hauteur de 65 millimètres, était embouti dans une pièce en fer blanc, peint en kaki et comportait au dos une agrafe crampon soudée, à écartement de 35 mm entre les branches afin de pouvoir être fixé dans les fentes pratiquées à l'avant du casque.
Fin juin 1916, 210 000 casques Adrian modèle 15 équipaient l'armée belge, acquis au prix de 6 francs pièce.
Le casque Adrian modèle 15 fut utilisé tout au long de la première guerre mondiale et jusque dans les années trente, lorsque le modèle 31 fut adopté. A noter que les casques reversés à la Gendarmerie étaient dans les années 20 repeints de couleur noir brillant.
Cependant, une fabrication belge simplifiée du casque modèle 15 fit son apparition dans les années 20, désignée comme modèle 20, ce casque Adrian était fabriqué en trois pièces contre quatre pour le modèle 15 (la visière et le couvre-nuque du casque étaient désormais montés sur la bombe du casque en un seul bloc). Ce modèle est surtout connu pour avoir équipé la protection aérienne, la Gendarmerie et la police, mais aussi pour avoir été exporté au royaume du Siam dont ces exemplaires étaient munis de quatre lames ressort de support de coiffe et équipés d'une coiffe semblable au modèle 31.

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Vue de biais.
Vue de biais.
Vue intérieure.
Vue intérieure.

Exemplaire repeint en noir pour la Gendarmerie.

Vue de biais.
Vue de biais.
Vue intérieure.
Vue intérieure.

Modèle 20 de la protection aérienne.

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Insigne de la protection aérienne.
Insigne de la protection aérienne.
Vue intérieure.
Vue intérieure.
    Plus

Casque Adrian modèle 15 français !