Retour à la rubrique Belgique
Casque Adrian modèle 31

Fiche

Preview
Modèle 31, fabrication Tordoir.

Preview
Modèle 31, fabrication Fonson.

Historique

L'armée belge était équipée de puis la première guerre mondiale du casque Adrian modèle 15 de production française en raison de l'invasion d'une grande partie du pays par les Allemands.
Au lendemain de la grande guerre, et malgré quelques essais de remplacement du casque modèle 15, notamment l'étude et l'expérimentation du casque modèle 17, dit "Reine Elisabeth", le casque Adrian modèle 15 fut conservé au sein de l'armée belge, du fait que le budget de l'armée fut fortement diminué, étant donné que le pays était à reconstruire.
Cependant, une fabrication simplifiée du casque modèle 15 fit son apparition dans les années 20, désignée comme modèle 20, ce casque Adrian était fabriqué en trois pièce contre quatre pour le modèle 15 (la visière et le couvre-nuque du casque étaient désormais montés sur le casque en un seul bloc). Ce modèle est surtout connu pour avoir équipé la protection aérienne, la Gendarmerie et la police.
De manière semblable à la France, la Belgique adopta des modèles et modernisation de ses casques de manière similaire : notamment les casques modèle 20 et 35 des chars de combats (que l'on peut successivement comparer aux casques modèle 19 et modèle 26 des troupes blindées françaises).
Tout comme les casques des troupes spéciales, le casque d'infanterie n'échappa à la règle, et c'est en 1931 que survint la transformation majeure du casque modèle 15, de manière semblable au casque Adrian modèle 26 français.
Ce nouveau casque, fabriqué en deux parties, comportait une bombe en acier au manganèse et un cimier en aluminium. Le nouvel acier, employé dans la fabrication de ce nouveau casque, augmente significativement le poids du casque.
Désigné comme modèle 31, ce nouveau casque Adrian arbore un nouvel insigne frontal qui est toujours une tête de lion, symbole des forces belges. Cet insigne modernisé est maintenant plus en relief et la tête de lion est désormais plus agressive que celle montée sur les casques modèle 15.
La coiffe et la jugulaire du casque Adrian modèle 31 sont copiées sur le casque Adrian modèle 26 français, même si l'amalgame entre les deux modèles est possible, le casque modèle 31 belge n'est pas pour autant le frère jumeau du modèle 26 français.
En dehors de l'attribut, ces deux modèles diffèrent au niveau de la forme de la bombe, laquelle est plus tronconique sur le modèle 31 belge, et qui possède d'ailleurs des bords plus plats et évasés que le modèle français.
En raison de la montée en puissance du national-socialisme en Allemagne durant les années 30 et la reconstruction de l'armée allemande en dépit du traité de Versailles établi en 1919, la Belgique tira les conséquences de ce réarmement par le retour à une politique d'indépendance et de neutralité, tout en renforçant sa défense nationale, incluant donc une restructuration de son armée.
Avec le début de la seconde guerre mondiale le 1er septembre 1939, et l'entrée en guerre de la France et de l'Angleterre contre l'Allemagne, l'étau se resserra sur la Belgique, qui fut envahit et ce sans déclaration de guerre pour la seconde fois en 20 ans en 1940. L'invasion de la Belgique par l'Allemagne effectuée en 18 jours, est suivie d'une capitulation sans condition du pays, cependant quelques officiers et soldats belges refusant la défaite choisirent de continuer le combat auprès de l'armée anglaise dès le 28 mai 1940.
La défaite de l'armée belge le 28 mai 1940 marque la fin de l'utilisation du casque modèle 31 au sein de ses forces armées, mais sera tout de même utilisé au sein des organisations auxiliaires durant la seconde guerre mondiale (défense passive, croix rouge, forces de l'ordre) et après guerre au sein de la Gendarmerie.
Les forces belges libres durant la seconde guerre mondiale furent équipées de casque anglais Mark II et Mark III, qui seront conservés au lendemain de la guerre pour donner naissance au casque FN modèle 49, copié sur le casque Mark II britannique.

Adrian Modèle 15.
Adrian Modèle 15.
Casque Belge modèle 31. Casque Belge modèle 31. Casque Belge modèle 31. Casque Belge modèle 31. Casque Belge modèle 31.
Casque Belge modèle 31. Casque Belge modèle 31.

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Trous d'aération et fixation du cimier.
Trous d'aération et fixation du cimier.
Jointure jonc.
Jointure jonc.
Lion Belge.
Lion Belge.
Autre modèle.
Autre modèle.
Fixation attribut.
Fixation attribut.

La coque du casque belge modèle 31 est de conception très proche au casque français modèle 26. La bombe du casque modèle 31 belge fut produite par deux sociétés, Fonson (société existant toujours à l'heure actuelle) et Tordoir, et dont chacune des fabrications possèdent leurs propres caractéristiques, que nous répertorions dans la partie Les fabricants.
La bombe fut fabriquée en quatre tailles, et dont la bombe est formée par emboutissage progressif d'une feuille d'acier au manganèse.
Le fond de la bombe est percé de huit trous pour l'aération du casque, puis de 4 trous répartis longitudinalement pour la fixation du cimier et enfin de huit autres répartis par deux sur la base du casque pour la fixation de lame ressort de maintien de la coiffe.
Un cimier en aluminium est riveté sur le sommet du casque à l'aide de 4 rivets mécaniques contre des rivets fendus pour le modèle 26 français. Le cimier est destiné à masquer les orifices d'aération et ainsi conservé la conception du casque Adrian.
La bordure du casque est adoucie d'un jonc en acier jointif sur un des cotés du casque.

Deux fentes sont pratiquées sur la partie frontale du casque pour la fixation de l'attribut représentant une tête de lion, modernisée par rapport à l'attribut monté sur les casques modèle 15 et 20 et qui est fixé à l'aide d'une patte métallique soudée au dos de l'attribut et dont chacune des extrémités est passée dans les fentes du casque, puis repliée à l'intérieur. Il existe deux variantes de cet attribut dont l'un est légèrement plus travaillé.
Le casque modèle 31 est peint de couleur vert kaki de manière satinée pour éviter les reflets. Enfin, le casque modèle 31 ne possède aucun marquage apposé par le fabricant.

La coiffe :

Coque - vue intérieure.
Coque - vue intérieure.
Lame ressort de fixation.
Lame ressort de fixation.
Détail lame ressort.
Détail lame ressort.
Coiffe - Vue extérieure.
Coiffe - vue extérieure.
Coiffe - vue intérieure.
Coiffe - vue intérieure.
Coiffe fauve.
Coiffe fauve.
Jointure cuir et bandeau de feutre.
Jointure cuir et bandeau de feutre.
Agrafe.
Agrafe.
Couture des agrafes.
Couture des agrafes.
Fixation de la coiffe.
Fixation de la coiffe.

La coiffe du casque belge modèle 31 est de conception parfaitement identique à celle équipant le casque Adrian modèle 26 français.
La coiffe est maintenue à l'intérieur du casque à 4 lames ressorts en forme de "T" évidé et pliées sur elles-mêmes, chacune d'entre elles étant fixée à la coque avec deux rivets mécaniques au niveau de l'évasement de la bordure du casque.
La coiffe est fabriquée en cuir de mouton, principalement glacé noir, et parfois de couleur fauve. Elle est constituée d'une bande de cuir large de 16 centimètres et dont la longueur varie en fonction de la taille souhaitée. Une épaisse bande de feutre de laine de couleur noire ou grise est cousue à la base de la bande de cuir, dont la longueur doit prendre en compte cette épaisseur pour la taille de coiffe, le bandeau de feutre assurant le rembourrage de la coiffe. Cet ensemble est ensuite jointif par une couture en zig-zag, joignant la bande de cuir et la bande de feutre solidaire de celle-ci.
Six pattes de cuir de forme triangulaire sont ensuite cousues sur l'autre coté de la bande, et chacune d'elle est terminée d'un trou renforcé d'un œillet métallique pour le passage du lacet de réglage en profondeur, liant les six pattes de la coiffe ensemble.

 

Détail fixation agrafe.
Détail fixation agrafe.
Coiffe noire.
Coiffe noire.
Coiffe fauve.
Coiffe fauve.

Six crochets plats métalliques sont cousus manuellement par paire sur la face extérieure du bandeau de laine, et sont destinés à fixer la coiffe aux quatre supports de coiffe du casque.

Coiffe ersatz.
Coiffe ersatz.
Bandeau.
Bandeau.
Fixation.
Fixation.
Marquage taille.
Marquage taille.

Dans des cas moins courant, à la veille de la seconde guerre mondiale, des coiffes en matière ersatz furent fabriquées, principalement en tissu et de conception identique aux coiffes en cuir.
On rencontre aussi quelques cas de coiffes de fabrication très sommaire en coton de type "web", constituées d'un cerclage toile forte de type "web", sur lequel est cousu une bande de feutre. Sur ce bandeau sont cousues deux bandes "web", formant ainsi un arceau en forme de croix et enfin, cette coiffe est toujours maintenue à la coque à l'aide de huit agrafes de fixation.

La jugulaire :

Passant de jugulaire.
Passant de jugulaire.
Partie fixe.
Partie fixe.
Boucle de réglage.
Boucle de réglage.
Détail boucle.
Détail boucle.

La jugulaire est similaire à celle équipant le casque Adrian modèle 26 français. Elle est montée sur deux passants de jugulaire fixés de chaque coté du casque simultanément aux supports latéraux de la coiffe. Chacun d'eux est constitué d'une boucle rectangulaire fabriquée à partir d'un fil d'acier et dont la base est prise dans une lame métallique pliée sur elle-même, jouant le rôle de charnière et est rivetée avec les supports de coiffe.
La jugulaire est constituée d'une épaisse bande de cuir large de 1,5 centimètres et longue de 50 cm, de couleur fauve et rainuré sur ses bords coté lisse du cuir. A une de ses extrémités est fixée une boucle métallique peinte en vert, à double fente et légèrement courbée (alors que la boucle équipant la jugulaire du modèle 26 français est plate, et peinte en noire).
L'autre extrémité de la jugulaire passe ainsi dans les deux fentes de la boucle après avoir été préalablement passée dans un des deux passants, puis est riveté à l'autre passant de jugulaire.
La fixation de cette autre extrémité est effectuée de manière inamovible avec un rivet mécanique, contrairement aux jugulaires françaises, monté soit avec un rivet à double tête glissé dans un trou fendu, ou à l'aide d'un rivet à vis (modèle 37).

Les fabricants :

Coque.

Comparatif fabrication Tordoir et Fonson - vue avant.
Comparatif fabrication Tordoir et Fonson - vue avant.
Fabrication Tordoir.
Fabrication Tordoir.
Comparatif fabrication Tordoir et Fonson - vue arrière.
Comparatif fabrication Tordoir et Fonson - vue arrière.
Fabrication Fonson.
Fabrication Fonson.

La bombe du casque modèle 31 belge a été fabriquée par deux sociétés, possédant chacune des caractéristiques qui leurs sont propres, bien que la bombe soit quasi identique sur les deux fabrications :
- Fonson : produit minoritairement par rapport au fabrication Tordoir, ce casque était disponible seulement par achat personnel pour officier, ou sous officier fortuné. Seul le cimier est différent, dont chacune des extrémités est proche de celle du cimier des casques modèle 15. Ses extrémités sont pointues et les bords présentent une échancrure à peine prononcée.
- Tordoir : cette fabrication est la plus courante, elle se différencie par son cimier aux extrémités arrondie et des échancrures pratiquées sur les cotés de manière semblable au cimier du casque modèle 26 français.

Ainsi, de manière générale, on trouve essentiellement des casques de fabrication Tordoir déversés au sein de l'armée, et on trouve exclusivement des casques de cette fabrication déversés aux gardes wallonnes durant la seconde guerre mondiale.
Les fabrications Fonson, minoritaire au sein de l'armée belge, furent expédiées au Royaume du Siam, dans le cadre des accords établis entre les deux pays dans les années 30.

Coiffe.

Usine Xavier BUISSET de Vilvorde.
Fabrication X.Buisset.
Fabrication X.Buisset.
Fabrication L.ESCAUT.
Fabrication L.ESCAUT.

Les coiffes des casques Adrian modèle 31 belge furent fabriquées par trois sociétés fournissant par ailleurs l'armée belge en divers équipements militaire.
Ainsi, on retrouve les fabricants suivants, indiqués (accompagné de la taille de la coiffe) au dos d'une des pattes de la coiffe à l'aide d'un tampon de couleur blanche principalement pour les coiffes de couleur noire :
- J.FONSON : installé à Bruxelles, cette société existant toujours à l'heure actuelle, fournissait l'armée belge de divers équipements militaires, comme des ustensiles de campagnes, brelages, brodequins... etc.
- X.BUISSET : Xavier Buisset, à Vilvorde dans la banlieue de Bruxelles, fournisseur de l'armée belge. Cette société participa à la fabrication de coiffe pour le casque FN modèle 49 après la seconde guerre mondiale, cette société n'existe plus à l'heure actuelle.
- L.ESCAUT : laminoir de l'Escaut.

Comparatif casque Adrian modèle 26 français et casque Adrian modèle 31 belge

Comparatif entre les casques Adrian modèle 26 français et modèle 31 belge.
Comparatif entre les casques Adrian modèle 26 français et modèle 31 belge.

Bien que très similaire, et bien que la conception du casque modèle 31 est reprise sur celle du casque Adrian modèle 26 français, ces deux casques sont différents et possèdent chacun d'eux des caractéristiques propres :

1. Tout d'abord le cimier : il existe différents types de cimier pour le casque français modèle 26, mais de manière générale ils sont pointus et peuvent être fabriqués en acier ou en duralumin. Les cimiers belges sont exclusivement fabriqués en aluminium et leurs extrémités sont arrondies pour les fabrications Tordoir et sont dérivés du cimier du modèle 15 pour les fabrications Fonson.
De plus, les cimiers français sont fixés à la coque à l'aide de quatre rivets fendus en aluminium, contre quatre rivets mécaniques en laiton pour les casques belges.

2. Ensuite, la forme de la bombe est légèrement différente, et est arrondie pour le casque modèle 26, alors qu'elle est plus tronconique pour le casque modèle 31 belge.
On peut noter aussi l'absence de marquage de fabrication pour le modèle 31, alors que les casques français sont marqués du fabricant sous réserve que ce marquage ne se soit pas effacé avec le temps.

3. Enfin, la base du casque est pratiquement plane pour le modèle 31 et est incurvé pour le modèle 26 français. De plus, la visière du casque belge est plus évasé, et est presque plane pour les bombes de petite taille.

Quelques exemples

Exemple 1. Exemple 1.
Fabrication Tordoir.

Exemple 2. Exemple 2.
Fabrication Fonson.

Exemple 3. Exemple 3.
Fabrication de chapelier pour officier, avec insigne et cimier métallique.

Exemple 4. Exemple 4. Exemple 4.
Exemplaire de la défense passive durant les années 50.

Exemple 5. Exemple 5.
Fabrication Fonson exporté au Royaume du Siam durant les années 30.