Retour à la rubrique Pologne
Casque Wz 15

Casque Adrian modèle 15 polonais

Casque Adrian polonais. Casque Adrian polonais. Casque Adrian polonais.
Casque Adrian polonais. Casque Adrian polonais. Casque Adrian polonais. Casque Adrian polonais.

A la veille de la première guerre mondiale, la Pologne historique et ethnique est partagée entre les empires allemand, austro-hongrois et russe.
Depuis le début du XIXème siècle, et plus particulièrement dans les années d'avant guerre, la Pologne divisée connaît un regain de sentiment national, canalisé et organisé par des personnalités parmi lesquels figure le futur général Pilsudski.
Cet élan patriotique entraine avant 1914 la création de société de tir et d'organisation paramilitaire, qui alimenteront durant la guerre les légions polonaises constituées au sein des armées autrichiennes et russes. Une légion polonaise sera créée à la fin de guerre au sein de l'armée française, constituée grâce à l'importante communauté polonaise installée en France.
Les soldats polonais, relativement nombreux au sein de l'armée autrichienne, étaient équipés de matériels allemands et autrichiens, mais étaient autorisés à porter des signes distinctifs sur leurs uniformes, notamment l'aigle blanc sur leur coiffure (casques autrichien et allemand. Sept régiments d'infanterie furent créés au sein de l'armée autrichienne sous l'égide d'un comité national suprême créé le 16 août 1914 et dirigé par Jozef Pilsudski.
Au sein de l'armée russe, environ 300 000 polonais furent mobilisés au sein de l'armée impériale russe, équipés tout naturellement de matériel russe sans signe distinctif de leur nationalité. Cependant, un embryon d'armée polonaise fut constitué au sein des armées russes, connu sous le nom de Légion Pulawy dès le 12 janvier 1915. Avec l'éclatement de la révolution russe en 1917, la Russie bolchévique reconnaît l'indépendance de la Pologne et durant l'été 1917 s'organise un corps d'armée polonais sous le commandement du général Jozef Dowbor-Musnicki. Au terme d'une décision du 4 mars 1918 du général Dowbor-Musnicki, des casques Adrian modèle 15 franco-russes modifiés furent distribués au troisième régiment d'infanterie du premier corps d'armée polonais.

Attribut des chasseurs polonais.
Attribut des chasseurs polonais.
Attribut universel de l'armée polonaise.
Attribut "universel" de l'armée polonaise.

Sur ces casques, l'attribut russe était supprimé au profit d'un aigle polonais, généralement peint en blanc à l'avant du casque. Aussi, une bande de couleur amarante était peinte sur la circonférence du casque au dessus du bourrelet. Le casque Adrian fur par la suite distribué aux autres régiments de cette armée.
En France, une importante population polonaise, ainsi que de nombreux soldats polonais issus des empires centraux faits prisonniers par les alliés, réclamaient ardemment de combattre auprès de l'armée française afin de libérer leur patrie.
Cet important groupe polonais fut renforcé tout particulièrement de dizaines de milliers de volontaires en provenance des Etats-Unis, du Canada, et du Brésil, réclamait la création d'une armée polonaise en France.
L'engouement nationaliste polonais, aidé de fortes influences polonaises et françaises, poussa le président R.Poincaré à créer, par décret du 4 juin 1917, une armée polonaise en France sous le haut commandement français. La tutelle politique de cette armée était assurée par le comité national polonais.
Cette armée polonaise incorporait au sein de ces rangs, les polonais servant déjà dans l'armée française, les nombreux volontaires venus de l'étrangers et les anciens prisonniers polonais des armées des empires centraux. Connue sous le nom de chasseurs polonais, cette armée fut confiée le 4 octobre 1918 au général J.Haller, très proche de Pilsudski.
C'est tout naturellement de matériel français que ces soldats furent équipés, mais présentaient des éléments distinctifs de leur nationalité. Equipés de casques Adrian modèle 15, les soldats du général Haller arboraient deux attributs. Décrits par le bulletin officiel du 30 septembre 1917, pour la description des uniformes de l'armée polonaise en France, le premier attribut, destiné aux chasseurs (infanterie), était fabriqué en tôle emboutie de 4/10ème d'épaisseur et estampé d'un aigle polonais en relief contenu dans un cor de chasse.
Le second insigne, destiné aux autres armes (cavalerie, artillerie, …etc.), était fabriqué par emboutissage d'une tôle de 4/10ème d'épaisseur, représentant un large aigle polonais en relief.
Créé en décembre 1917, le premier régiment de chasseurs polonais connaitront le baptême du feu au début du mois de juin 1918, aux côtés du 163ème régiment d'infanterie français. Etant donné que la majorité des soldats polonais étaient assignés à l'infanterie et donc considérés comme chasseurs, les attributs du modèle "universel" furent très peu employés avant l'armistice du 11 novembre 1918.
Au lendemain de la grande guerre, c'est dans une Pologne libre que s'effectue le retour triomphal de l'armée du général Haller, vêtue d'uniforme français bleu horizon.
Elle est bientôt suivie de la mission militaire dirigée par le général Weygand, arrivée en Pologne avec un important stock d'uniforme et de matériel (en effet, la révolution russe inquiète les pays occidentaux d'une contagion bolchévique), le bleu horizon devient alors par défaut la couleur dominante de l'armée polonaise jusqu'en 1922.
Le casque de l'armée polonaise reste le casque Adrian modèle 15, portant les deux types d'emblèmes créés durant la guerre. Les attributs "universels" n'ayant pas tous été utilisés, ils sont montés sur des stocks de casques Adrian fournis par la France.

Alors que le retrait de l'armée allemande suite au traité de Brest-Litovsk signé le 3 mars 1918, entraine l'occupation des zones occupées par l'Allemagne durant la guerre par les forces de l'armée rouge. Cette occupation entraine la guerre russo-polonaise qui prend fin avec l'armistice de Riga signée le 12 octobre 1920, mais il faut attendre encore 3 ans pour que soit signé le statut territorial fixant définitivement le tracé de la frontière Est de la Pologne.
Alors que l'armée polonaise se dote rapidement de casques de conception nationale, le casque Adrian modèle 15 reste encore en dotation, principalement au sein des unités de cavalerie, où ils sont reconditionnés par suppression de l'insigne (les trous de fixation sont obturés par soudure), remise en peinture et mise en place d'une coiffe et d'une jugulaire de fabrication polonaise. Cette nouvelle coiffe, dotée d'un épais bandeau, est maintenue dans la bombe à l'aide de quatre attaches parisiennes à tête hémisphérique, placées aux quatre points cardinaux du casque. Ces casques seront utilisés par la désuète cavalerie polonaise lancée contre les chars allemands en septembre 1939.

Modèle des chasseurs polonais.

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Vue de biais.
Vue de biais.
Vue intérieure.
Vue intérieure.

Modèle muni de l'attribut "universel" de l'armée polonaise.

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Vue de biais.
Vue de biais.
Vue intérieure.
Vue intérieure.
    Plus

Casque Adrian modèle 15 français !