Retour à la rubrique Autriche
Casque Modèle 58

Fiche

Preview

Historique

Après la seconde guerre mondiale, l'Autriche, annexée par l'Allemagne nazie durant le conflit, fut occupée par les armées alliées jusqu'en 1955. L'Autriche se déclara ensuite pays neutre et recréa la "BundesHeer" (armée fédérale) en tant que garante de cette neutralité. La sécurité était à ce moment là assurée par les 6 000 hommes de la "B-Gendarmerie", comparable à une police des frontières. Avec la création de la "BundesHeer", la "B-Gendarmerie" fut absorbée par cette nouvelle armée et pour rompre définitivement avec le passé, il fut décidé d'abandonner le casque modèle 35 allemand et ses dérivés.
Afin de remplacer les anciens casques allemands récupérés au lendemain du conflit, puis reconditionnés par l'intendance autrichienne pour le compte de la "B-Gendarmerie", l'Autriche se tourna tout naturellement vers les Etats-Unis, très présents dans le pays, et qui fournirent à l'Autriche un lot de 30 000 casques US M-1 à leur départ.
Le casque M-1 était très en vogue à l'époque et adopté par une majorité de pays d'Europe de l'Ouest et du Nord."B-Gendarmerie" Très rapidement, l'Autriche décida de fabriquer son propre casque type M-1, la production de ce casque fut donc attribuée à la société Ulbrichts Witwe située à Schwanenstadt. Cette firme produisait déjà ou s'apprêtait à produire des casques de type M-1, pour le Danemark (désigné comme modèle 48), les Pays-Bas (modèle 53) ou encore pour la Norvège (modèle 58).
Le M-1 autrichien sera aussi désigné comme modèle 58, les premiers casques étant distribués durant cette année là. Ceci explique peut-être que le dessin soit parfaitement identique pour chacune des coques de ces quatre casques, la forme étant quasiment similaire au casque M-1, y compris en hauteur, contrairement aux modèle 51 belge et "Modell" 56 allemand. Seul le profil inférieur est plus rectiligne que celui du M-1. D'autres fabricants interviendront par la suite, mais dans une moindre mesure.
Les premiers modèle 58 produits, étaient munis d'une jugulaire de type M-1 en toile grise, avec une fermeture anti-étranglement T1 (dont le crochet et la boucle de fixation étaient copiés sur le casque modèle 51 belge).
Le sous-casque était fabriqué en coton bakélisé peint en gris ("Feldgrau"), munie d'une coiffe constituée d'une suspension de type "Riddel" en toile grise, tandis que le bandeau de sudation était en cuir beige-brun. La petite jugulaire, elle aussi de type US, était en cuir noir.
Une première série de modifications intervint dans les années 60. Le sous-casque était désormais moulé en plastique gris injecté et l'œillet frontal est déporté sur le coté gauche. La coiffe reste inchangée, sauf le bandeau qui est désormais recouvert de similicuir Feldgrau. La petite jugulaire reste inchangée. En 1969, la jugulaire du casque lourd fut remplacée par une jugulaire inspirée des M1A1 allemands. Elle présentait déjà, une double fermeture, comme ce sera le cas sur les M1A1 "modifiziert" allemands, seulement en 1985.
En 1975, à l'occasion de l'adoption de la tenue de campagne M75 ("Feldanzug" 75), les casques sont désormais peint en vert kaki ("Braungrau"). Au niveau du sous-casque, il fut décidé de remplacer la coiffe de type "Riddel" par une coiffe en cuir de type "Römer" qui équipait les premiers M1A1 (M60) de la "Bundeswehr". La dénomination devint "M75, Stahlhelm-1". Par opposition, le modèle 58 fut dénommé rétroactivement : "M58, Stahlhelm-2", en dépit de toute chronologie.
Les casques modèle 58 ne furent pas retirés du service, nombre d'entre eux furent modifiés plus ou moins totalement au standard M75, parfois grossièrement. C'est ainsi qu'on trouve dans les surplus, outre des casques des deux modèles, des casques lourds repeints en vert, d'autres avec des jugulaires rivetées, des sous-casques modèle 58 que l'on a doté d'une coiffe en cuir, laissant parfois des morceaux de la suspension accrochés aux anciens rivets. On peut aussi rencontrer des casques M-1 de la première livraison, réparés avec des pièces de modèle 58 voire modèle 75. Et bien entendu il y a nombre de coques modèle 58 avec des sous-casques modèle 75 et inversement. Il est de ce fait très difficile de trouver un modèle 58 précoce dans sa configuration d'origine.

B-Gendarmerie.
Casque allemand modèle 40 reconditionné pour la B-Gendarmerie.
Casque allemand modèle 40 reconditionné pour la B-Gendarmerie.
Modèle 58. Modèle 58. Modèle 58.
Modèle 58. Modèle 58. Modèle 58. Modèle 58.

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Jointure jonc.
Jointure jonc.
Crochet de maintien du sous-casque.
Crochet de maintien du sous-casque.

La coque du modèle 58 est identique en forme et en dimensions à celle du casque US M-1, seul le profil de sa base est un peu plus rectiligne. Elle est fabriquée par emboutissage d’une feuille d'acier au manganèse amagnétique. La bordure du casque est adoucie par un jonc en acier inoxydable, soudé sur sa bordure par plusieurs points de soudure électrique et se rejoignant à l'arrière du casque.
Les pontets de jugulaire articulés, également de type US, sont maintenus de chaque coté de la coque par trois points de soudures électriques.
Certaines coques ont reçu des clips de maintien du liner, constitués d’une lame ressort dont une extrémité est pliée en "C" et l'autre est soudée dans la coque près de chaque pontet de maintien de la jugulaire. Le rebord du liner vient reposer sur le pli de la lame, évitant toute désolidarisation inopinée.

Ces aménagements semblent n'avoir eu cours que dans les années 70. Enfin, la coque est revêtue d'une peinture matte, légèrement rugueuse, de couleur variant sur une nuance de gris ("Feldgrau").

La coiffe :

Le sous-casque en coton bakélisé.

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.

Le sous-casque du modèle 58 a la même forme et les mêmes proportions que le liner du casque US M-1. Dans un premier temps, le sous-casque autrichien fut fabriqué en coton bakélisé formé dans un moule à haute pression, procédé de fabrication identique au liner US.
Tout comme le liner US, le sous-casque autrichien possède un œillet frontal pour la fixation d'un insigne, cet œillet sera par la suite déporté sur le coté gauche à 3 centimètres du rivet de téton de fixation de la petite jugulaire en cuir. Durant un temps de transition, les sous-casques furent munis des deux œillets.
La coque du sous-casque est ensuite percée de 9 trous pour la fixation de la suspension de type "Riddel" : 6 trous pour la suspension, puis 3 trous pour le support de la nuquière.
Après fixation des éléments internes du sous-casque à l'aide de rivet à tête hémisphérique, le sous-casque est peint de couleur "Feldgrau" légèrement grenelé.
A noter que certains sous-casques furent munis d’un jonc un jonc de caoutchouc collé à la bordure.

Vue de dessus.
Vue de dessus.
Intérieur.
Intérieur.

Le sous-casque en termoplastique.

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Avec jonc en caoutchouc.
Avec jonc en caoutchouc.
Vue intérieure.
Vue intérieure.

Par la suite, les sous-casques furent fabriqués en thermoplastique de forme identique au modèle en coton bakélisé. Fabriqué à partir des années 60, ces sous-casques possèdent l'œillet sur le coté gauche uniquement, la garniture interne étant de la même conception.
Dans un premier temps ces sous-casques furent peint de couleur "Feldgrau" légèrement grenelé, puis ensuite furent directement teinté dans la masse, pour enfin être teinté en vert kaki ("Braungrau") comme le seront les sous-casques modèle 75.

La suspension.

Suspension Riddel.
Suspension Riddel.
Plaque de maintien.
Plaque de maintien.
Support de fixation de la nuquière.
Support de fixation de la nuquière.
Détail bouton pression.
Détail bouton pression.
Nuquière, recto-verso.
Nuquière, recto-verso.
Nuquière en place.
Nuquière en place.
Bandeau de tour de tête.
Bandeau de tour de tête.
Boucle de réglage et agrafe de maintien.
Boucle de réglage et agrafe de maintien.
Coiffe.
Coiffe.

La coiffe est constituée d'une suspension de type "Riddel". La suspension est fabriquée en sangle de toile à chevrons de 28 millimètres de large, de couleur "Feldgrau". Une première bande d'environ 65 centimètres de longueur est maintenue à l'intérieur du pourtour du sous-casque par six plaques de maintien en forme de "A" (héritées des "A-washers" du liner US), en laiton peint en noir, fixées dans les trous prévus à cet effet par des rivets tubulaires à tête de 9 millimètres de diamètre. Ces plaques sont également reliées deux à deux par trois bandes de toile de 25 centimètres de long, pliées en "V" et reliées entre-elles par un lacet en nylon "Feldgrau", assurant ainsi le réglage en profondeur.
Le maintien sur la tête est assuré par un bandeau de tour de tête, constitué d'une bande de toile d'une longueur d'environ 70 centimètres, dont une extrémité est munie d'une boucle à fente, permettant le réglage au tour de tête voulu. Cette sangle de toile est doublée sur 48 centimètres d'une bande de basane de cuir beige. Six pinces en laiton verni sont disposées sur le pourtour, espacées de 9 centimètres, intercalées entre la toile et le cuir, permettant de fixer le bandeau à la suspension "Riddel". A noter que dans les années 60, la basane de cuir beige a été remplacée par une basane de similicuir de couleur "Feldgrau".
Enfin une bande de 22 cm est fixée par trois plaques en A, à l'arrière du liner, destinée à maintenir une sangle nuquière de 14 cm grâce à quatre boutons-pression.

Coiffe avec bandeau bleu.
Coiffe avec bandeau bleu.
Bandeau de tour de tête en similicuir de couleur Feldgrau.
Bandeau de tour de tête en similicuir de couleur "Feldgrau".

La petite jugulaire de cuir.

Boucle de fixation fixe.
Boucle de fixation fixe.
Boucle de fixation libre.
Boucle de fixation libre.
Boucle à clapet de réglage.
Boucle à clapet de réglage.
Clapet ouvert.
Clapet ouvert.

La petite jugulaire du sous-casque est copiée sur celle du liner US. Elle est fabriquée à partir d'une bande de cuir de 13 millimètres de large, dont le coté extérieur est teint en noir. Une extrémité repliée et rivetée sur elle-même, emprisonne une classique attache triangulaire. A l'autre extrémité une boucle à clapet (en laiton bronzé en noir) coulisse sur la jugulaire, formant une boucle dans laquelle est passée la seconde attache.
A noter que la surface du cuir peut être parcourue par deux rainures parcourant la longueur totale de la jugulaire, ou peut être parfaitement lisse.

La jugulaire :

1er modèle.

Pontet mobile.
Pontet mobile.
Crochet et boucle de fixation avec système T1.
Crochet et boucle de fixation avec système T1.
Vue d'ensemble.
Vue d'ensemble.

Au début de la production du casque modèle 58, la jugulaire était du type US avec système de fermeture T1. Elle est fabriquée en toile de couleur Feldgrau et est fixée aux pontets par une forte couture droite. La partie longue, sur laquelle coulisse la classique boucle plate type M-1, mesure environ 34 centimètres et est terminée par un embout plat comportant deux languettes, qui une fois repliées sur la jugulaire, forment une bague coulissante maintenant l'excédent de sangle après réglage de la longueur souhaitée. Sur la boucle, s'articule une languette métallique terminée par une petite boule composant le système T1 de fermeture.
La partie courte de la jugulaire mesurant environ 28 centimètres, comporte son extrémité repliée sur elle-même formant tirette et maintien le double crochet plat du système T1. Ce crochet peut se clipser sur la boucle de façon classique, assurant une fermeture solide, ou sur la petite boule. Dans ce dernier cas, ils se désolidarisent sous une pression d'environ 7 kg, évitant l'étranglement lorsque le casque est arraché brutalement.
A noter que toutes les parties métalliques de la jugulaire sont en laiton anodisées en noir.

2ème modèle.

En 1969 est introduite une nouvelle jugulaire dans la chaîne de fabrication. Son procédé de fermeture est copié sur le casque M1A1 Allemand. La partie longue mesure environ 32 centimètres et la partie courte environ 9 cm. Elle est fabriquée à partir de sangles de toile de 20 millimètres de large et est fixée aux pontets par une couture droite renforcée. La grande sangle est terminée par un embout plat comportant deux languettes qui une fois repliées sur la sangle forment une bague coulissante. Une boucle à deux fentes coulisse sur la grande sangle et est prolongée par un trapèze au bout duquel est fixé un bouton à gorge.
La partie courte se replie plusieurs fois sur elle-même pour maintenir deux boucles en fil de laiton ayant la forme d'un triangle terminé par un cercle. Sur la boucle la plus éloignée du pontet, ce cercle est fendu.
Ce dispositif permet deux sortes de fermetures : Une fermeture pour le service ordinaire en coinçant la boucle non fendue sur le bouton à gorge et une fermeture anti-étranglement en y coinçant la boucle fendue. Sous l'effet d'une forte traction, celle-ci s'écarte et la jugulaire s'ouvre. Enfin, toutes les pièces métalliques de la jugulaire sont fabriquées en laiton.
A noter que la plupart des modèles 58 préexistants ont été équipée rétroactivement de cette jugulaire, mais dans ces cas là elle était maintenue par une couture croisée ou par un rivet pouvant être renforcé d'une rondelle en cuir.

Jugulaire fixée par couture en ligne.
Couture en ligne.
Jugulaire fixée par couture carrée.
Couture carrée.
Fixation par rivet.
Fixation par rivet.
Fixation par rivet et rondelle de cuir.
Rondelle de cuir.
Anneau de fixation ferme et lâche.
Anneau de fixation ferme et lâche.
Partie longue de la jugulaire et boucle de fixation.
Partie longue de la jugulaire et boucle de fixation.
Jugulaire fixée.
Jugulaire fixée.

Les marquages :

Marquages casques lourds.

Fabrication Heinrich Ulbrichts Witwe de 1967.
Fabrication Heinrich Ulbrichts Witwe de 1967.
Fabrication RM en 1968.
Fabrication RM en 1968.
Fabrication Heinrich Ulbrichts Witwe de 1973 et Heeres Beschaffungs Amt.
Heinrich Ulbrichts Witwe de 1973 et Heeres Beschaffungs Amt.

Les casques lourds sont marqués d'un tampon à l'encre comprenant les initiales du fabricant et de la ville de production, l'année de fabrication et parfois un numéro de lot. Il est apposé en blanc à l'intérieur environ 3 à 4 centimètres au-dessus du milieu du couvre-nuque. Seul le fabricant Heinrich Ulbrichts Witwe apposa des marquages jaunes à partir de 1973.
Les fabricants recensés jusqu'ici, sont : Heinrich Ulbrichts Witwe de 1958 à 1985, et RM uniquement en 1968.
Un tampon du Service de l'intendance de la "BundesHeer" ("Heeres Beschaffungs Amt") est apposé d'une manière non systématique, dans la bombe : A l'intérieur d'un carré, un aigle surmonte la mention HBA, et en dessous figure l'année. Ce tampon ne se rencontre plus après 1974.

Marquages sous-casques.

Fabrication Heinrich Ulbrichts Witwe de 1969.
Fabrication Heinrich Ulbrichts Witwe de 1969.
Tampon du Service de l'intendance.
Tampon du Service de l'intendance.

Contrairement au sous-casque modèle 75, les sous-casques modèle 58 ne sont pas marqués au fond de la bombe, que le sous-casque soit fabriqué en coton bakélisé ou en thermoplastique.
Ceci étant dit, on peut trouver des marquages fabricants au niveau des bandes de toile constituant la suspension. Etant apposé à l'aide d'un tampon à l'encre blanche, comportant les initiales du fabricant et les deux derniers chiffres de l'année de production. On peut aussi trouver le tampon du Service de l'intendance de la "BundesHeer" ("Heeres Beschaffungs Amt") apposé de manière non systématique sur les éléments en toile de la suspension de coiffe.
Ces marquages s'effacent très facilement expliquant pourquoi ces marquages sont très difficiles à trouver.

Marquages de grade et autres insignes.

En mai 1958 un système de marques de grade a été institué. Il est composé de combinaisons de barres et d'étoiles peintes sur l'avant du sous-casque, en jaune pour les officiers et en blanc pour le reste des troupes. Ces marquages ont été supprimés en août 1980.

Les sous-casques de la police militaire étaient peints d'une bande blanche de 7 centimètres de large. Pendant la période où les marquages de grade étaient portés, une zone circulaire de 5 centimètres de diamètre, réservée à cet effet, ne recevait pas de peinture blanche sur le devant du casque.

Le camouflage additionnel :

Filet premier type avec son bandeau.
Filet premier type avec son bandeau.
Fixation du filet.
Fixation du filet.
Détail crochet de maintien du bandeau.
Crochet de maintien du bandeau.

Afin d'améliorer le camouflage, le casque peut être complété d'un filet réglementaire, désigné comme modèle 59. Le premier modèle de ce filet est réalisé avec une cordelette brun clair de 2 millimètres de section, dont les mailles font 3 centimètres de coté. Il est terminé à sa base par le tressage des cordelettes. Ce filet est simplement maintenu sur le casque en étant calé entre le casque lourd et le sous-casque. Une bande élastique de 3,5 cm de large peut être enfilée par-dessus le filet pour y fixer des branchages ou autres végétaux. Elle est maintenue par quatre petits cochets métalliques cousus sur sa périphérie, qui s'agrippent à la bordure du casque.

Filet agrémenté de bandes de zeltbahn.
Filet agrémenté de bandes de "zeltbahn".
Fixation du filet.
Fixation du filet.
Filet non installé.
Filet non installé.
Détail élastique de maintien.
Détail élastique de maintien.

Par la suite, sur les fabrications ultérieures de ce filet, le tressage de la base est remplacé par une bande de tissu élastique enfilée dans le dernier rang de mailles. Cette bande de 1 cm de large pour environ 60 cm de long, est cousue sur elle-même pour former un anneau de maintien. Cette seconde variante du filet modèle 59 est désormais constituée avec de la cordelette de couleur vert brun.
Ce filet est parfois agrémenté de façon artisanale de lambeaux de toile.
Aussi, des couvre-casques peuvent étre portés sous le filet, fabriqués à partir de capuches de vestes camouflées.

M58 d'essai sans sous-casque.

Intérieur.
Intérieur.

En 1969, sur la base d'un ordre oral du BMfLV (Ministère fédéral de la défense), l'intendant général Dr. Frenbacher acquit par l'intermédiaire du HBA et au prix unitaire de 229 Schilling, 100 casques sans sous-casque mais avec un solide aménagement intérieur, pour des essais sur le terrain. Les casques ont été fournis par la société Ulbrichts W.
(L. Baer)

Description.

Ces casques se composent d'une coque de M58 précoce et d'un aménagement intérieur allemand FJ60.
La coque précoce conserve sa jugulaire avec boucle T1. Elle est simplement perforée en quatre endroits pour recevoir les rivets de la FJ60.
La FJ60 ne reçoit aucune modification, seules les rondelles de liège sont adaptées aux dimensions du M58.
L'intention manifeste est de créer un homologue autrichien au M1A1 de la Bundeswehr. On ignore pourquoi avoir choisi la coiffe précoce FJ60, alors qu'en 1969 elle était obsolète en Allemagne, au lieu de la I-60 à fixation sommitale, qui lui a succédé.
Ce casque ne sera pas adopté mais ce système de coiffe sera conservé quelques années plus tard, sur le sous-casque modèle 75.

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Dispositif de réglage du tour de tête.
Dispositif de réglage du tour de tête.
Intérieur - vue avant.
Intérieur - vue avant.
Intérieur - fixation.
Intérieur - fixation.
Boucle de jugulaire type T1.
Boucle de jugulaire type T1.