Retour à la rubrique Bulgarie
Casque Modèle 51

Fiche

Preview
Modèle 51.

Preview
Modèle 51/72 (modèle hybride).

Historique

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, la Bulgarie entre dans l'aire d'influence de l'URSS (avec l'entrée de l'armée rouge sur le territoire bulgare à partir du 8 septembre 1944). Le 8 septembre 1946, la république est proclamée, contraignant le jeune roi Siméon (héritier du trône à la suite du décès du tsar Boris III le 28 août 1943) à quitter le pays. La régence supprimée, le parti communiste s'empare rapidement du pouvoir comme dans tous les territoires libérés par l'URSS à la fin de la guerre. Ainsi une constitution, basée sur la constitution de 1936 de l'Union Soviétique, est mise en place en 1947, instaurant une république populaire.
Après la guerre, les uniformes de l'armée bulgare restent les mêmes, celle-ci n'ayant pas opposé de résistance face à l'armée rouge et s'étant retournée contre son ancien allié à la fin de la guerre. Les différentes versions du casque modèle 36 (A, B et C) restent en dotation au sein de l'armée. L'emblème tricolore est désormais appliqué au pochoir et l'avant du casque est orné d'une étoile rouge, aussi appliquée à l'aide d'un pochoir. Toutefois cette pratique n'est pas uniforme, certains casques furent utilisés sans emblème.
Les casques modèle 36 distribués au sein de la marine furent repeint en gris navire dans un but d'harmonisation des équipements.
Les différentes fabrications du casque modèle 36 ayant une silhouette trop proche du casque allemand, et rappelant une page de l'histoire bulgare que le nouveau régime souhaite effacer, l'armée bulgare chercha à adopter un nouveau modèle de casque.
Comme la plupart des pays sous influence de l'URSS, la forme du nouveau casque fut étudiée afin qu'elle soit proche de celle du casque du soldat soviétique : le casque Ssh 40. En effet, dans le cadre de la future intégration de l'armée bulgare au sein du pacte de Varsovie, les uniformes des différentes armées, futurs membres de cette coalition des pays de l'Est, devaient être relativement harmonisés, même si quelques écarts furent effectués par la plupart des pays membres.
L'armée bulgare, dans le cadre de ses recherches, était très intéressée par le casque italien modèle 933 ayant une silhouette moderne, proche de celle du casque soviétique et dont la coiffe était relativement confortable.
Adopté le 15 mai 1951 selon le règlement 236, ce nouveau casque, désigné comme modèle 51 en rapport à son année d'adoption, est d'une conception très proche de son homologue italien le modèle 933.
Le casque modèle 51, dont la forme est relativement proche du casque russe Ssh 40, est progressivement mis en service à partir des années 50 parallèlement aux casques modèle 36 encore en dotation. Son adoption sera plus généralisée à partir des années 70, date avant laquelle les différentes variantes de modèle 36 sont encore largement utilisées conjointement au peu de modèle 51 déjà mis en service.
A noter que les modèles 36, encore en service au sein de l'armée bulgare, seront utilisés sous forme reconditionné par remise en peinture et changement des éléments internes du casque, parfois par des pièces de casque modèle 51.
Au début des années 70, tous les éléments constituant le casque modèle 51 sont légèrement modernisés. Cette nouvelle version adoptée en 1972, sera désignée comme modèle 51/72. Cependant, on observe un panachage des éléments que l'on peut retrouver sur des casques modèle 51 équipés de pièce de modèle 51/72.
Les casques modèle 51 et 51/72 furent utilisés au sein de l'armée bulgare jusque dans les années 2000, remplacés à l'heure actuelle par un modèle composite calqué sur le casque PASGT américain, comme une très grande majorité d'armées à travers le monde.

De nos jours (2011), une très grande quantité de casques modèle 51, et majoritairement de modèle 51/72, sont déstockés et disponibles sur le marché, souvent rencontrés en condition neuve de stock.

Casque modèle 36 type C.
Casque modèle 36 type C.
Casque modèle 36. Casque modèle 36. Casque modèle 36.
Casque modèle 36. Casque modèle 36. Casque modèle 36.

Constitution

La coque :

Modèle 51.

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Rivet de fixation de coiffe et d'aération.
Rivet de fixation de coiffe et d'aération.

La coque du modèle 51 est formée par emboutissage progressif d'une feuille d'acier. Bien qu'aucune taille ne soit indiquée dans la bombe, on peut supposer que ce casque fut fabriqué en plusieurs tailles à l'instar de son homologue italien. La bombe ne pouvant pas contenir des tailles de coiffe allant de 52 à 61.
La forme du casque modèle 51 est très proche du casque italien M933 et du casque russe Ssh 40 hormis que la visière est très prononcée et très pointue.
Le casque est percé de trois trous pratiqués aux trois tiers supérieurs du casque pour la mise en place de l'aménagement intérieur du casque. Ces points de maintien font aussi office de trous d'aération, les rivets de fixation étant creux.
La bombe est mise en peinture de couleur vert olive légèrement granité avant la mise en place de l'intérieur, les rivets de fixation étant préalablement peint.

Modèle 51/72.

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.

La forme de la bombe du casque modèle 51/72 est modifiée par rapport à son prédécesseur. La coque est désormais plus proche du casque italien modèle 933 hormis que l'extrémité de la visière avant est arrondie.
En effet, les parois de la bombe sont plus verticales et la bordure du casque est maintenant bien évasée à plat vers l'extérieur.
Peint de couleur vert kaki satiné avant le montage de l'aménagement intérieur, la coiffe est fixée par des rivets, à tête très bombée et deux fois plus grosse que précédemment, peints avant montage.

Rivet de fixation de coiffe et d'aération.
Rivet de fixation de coiffe et d'aération.
Comparatif casque modèle 51 et modèle 51/72.
Comparatif casque modèle 51 et modèle 51/72.

La coiffe :

Modèle 51.

Armature - fixation latérale.
Armature - fixation latérale.
Armature - fixation arrière.
Armature - fixation arrière.
Cerclage et attaches parisiennes.
Cerclage et attaches parisiennes.
Tête attache parisienne.
Tête attache parisienne.
Bandeau de feutre de rembourrage.
Bandeau de feutre de rembourrage.
Vue intérieure.
Vue intérieure.
Jointure cuir de la coiffe.
Jointure cuir de la coiffe.
Patte de coiffe.
Patte de coiffe.
Coiffe.
Coiffe.

La coiffe du casque modèle 51 bulgare est semblable à celle du casque italien modèle 933.
Elle est assemblée à une armature métallique, constituée d'un cerclage percé sur une de ses longueurs de 12 trous, pratiqués à intervalle régulier, pour la mise en place de la coiffe de cuir.
Le cerclage est ensuite fixé à l'intérieur de la bombe à l'aide de trois pattes métalliques rivetées au cerclage par un petit rivet mécanique. Le cerclage est joint par une soudure.
Les passants de jugulaire sont par ailleurs rivetés de part et d'autre du cerclage à l'aide de deux petits rivets mécaniques. L'armature, munie des passants de jugulaire, est mise en peinture indépendamment de la bombe.
L'ensemble est enfin monté dans la coque à l'aide de trois rivets  fendus dans les trous pratiqués au trois tiers supérieurs du casque. Ces rivets, à tête hémisphérique et fendus en deux pattes uniquement, permettent l'aération du casque.
La coiffe est constituée d'une bande de cuir dont la base est scindée en 8 pattes fines, comportant chacune d'elle 5 trous d'aération. La pointe de chacune des pattes comporte un trou, renforcé d'une rondelle de cuir collée au dos de la coiffe, qui est destiné au passage du lacet de réglage en profondeur de la coiffe.
Un bandeau de feutre, fabriqué à partir de déchets de confection textile et destiné au rembourrage de la coiffe, est cousu à la base de la coiffe de cuir. Ce bandeau n'est pas dentelé à l'instar d'une coiffe italienne. Cet ensemble est maintenu par une couture pratiquée au revers de la coiffe.
La coiffe de cuir est ensuite fixée à l'armature  à l'aide de 12 attaches parisiennes.
A noter que le bandeau de feutre, en plus de doubler la simple épaisseur de cuir, protège aussi celui-ci de l'usure prématurée qui pourrait être engendré par le frottement avec les pattes des attaches parisiennes.

Modèle 51/72.

Armature - fixation latérale.
Armature - fixation latérale.
Armature - fixation arrière.
Armature - fixation arrière.
Cerclage et attaches parisiennes.
Cerclage et attaches parisiennes.
Tête attache parisienne.
Tête attache parisienne.
Bandeau de feutre de rembourrage.
Bandeau de feutre de rembourrage.
Vue intérieure.
Vue intérieure.
Jointure cuir de la coiffe.
Jointure cuir de la coiffe.
Patte de coiffe.
Patte de coiffe.
Coiffe.
Coiffe.

La coiffe du casque modèle 51/72 est une amélioration de celle installée dans le modèle initial. Sa conception est pour ainsi dire, identique à celle des casques italiens modèle 933 et 933/47.
L'armature de maintien de la coiffe est identique à celle des casques italiens de l'époque. L'armature est constituée d'un cerclage métallique flexible, percé en hauteur de 12 trous pratiqués à intervalle régulier pour la fixation de la coiffe de cuir. Le cerclage comporte aussi 6 séries de 5 trous chacune répartis en quinconce et deux séries deux trous entre les pattes latérales.
Ce cerclage est ensuite riveté à l'aide de cinq pattes métalliques à un cerclage inférieur (deux latérales dont une constitue le passant de jugulaire et une à l'arrière). Les pattes de maintien du cerclage comportant les points de fixation dans la bombe sont en forme de "T" inversé, et riveté à l'aide de deux rivets mécaniques horizontaux au cerclage inférieur et deux verticaux au cerclage de maintien de la coiffe.
L'armature de la coiffe est mise en peinture indépendamment de la bombe et est fixée dans celle-ci à l'aide de trois rivets tubulaires éclatés dans les trous pratiqués au trois tiers supérieurs du casque. Ces rivets, à tête très bombée et fendus en quatre pattes, permettent l'aération du casque.
La coiffe de cuir est taillée de manière strictement identique à la coiffe du casque italien modèle 933. Munie de huit fines pattes, comportant 5 trous d'aération chacune, cette nouvelle coiffe possède aussi huit séries de cinq trous répartis en quinconce, et placées au-dessus des pattes de coiffe.
La coiffe est maintenant doublée d'un bandeau de feutre dentelé de couleur blanche cousu sur toute la base de la coiffe. La coiffe est fixée au cerclage par 12 attaches parisiennes.
Contrairement à la coiffe italienne, la jointure de la pièce de cuir n'est pas renforcée de deux lignes de couture parallèles ou en Z. De plus, elle ne comporte pas l'indication de taille poinçonnée dans le cuir, mais appliquée à l'aide d'un tampon à l'encre.

La jugulaire :

Quel que soit le modèle, la jugulaire est montée sur deux anneaux rectangulaires fabriqués à partir d'une tige métallique. Cet anneau a sa base (coté où se joignent les deux extrémités de la tige métallique) prise dans une bande métallique repliée sur elle-même, formant ainsi une charnière avec l'anneau. Cette patte ainsi formée est coudée afin de ne pas empêcher la pose du cuir sur le cerclage de la coiffe et est rivetée au niveau de son extrémité à l'aide de deux petits rivets mécaniques. En ce qui concerne les passants de jugulaire du second type de coiffe, ceux-ci constituent deux pattes supplémentaires de fixation du cerclage de coiffe.
L'ensemble est peint en même temps que l'armature de maintien de la coiffe.

Modèle 51.

Passant de jugulaire.
Passant de jugulaire.
Fixation par rivet.
Fixation par rivet.
Jugulaire, partie droite et gauche.
Jugulaire, partie droite et gauche.
Jugulaire fixée.
Jugulaire fixée.

La jugulaire du modèle initial est fabriquée à partir de bande de cuir épaisse, large de 1,7 centimètres. La partie gauche, longue de 25 centimètres, comporte une boucle à ardillon munie d'un rouleau. La boucle, fabriquée à l'aide d'une tige métallique, est retenue à sa base dans la jugulaire, pliée sur elle-même et dont le maintien est assuré par deux lignes de couture parallèle.
Le dos de la boucle est doublé d'un morceau de cuir de forme trapézoïdale destiné à protéger la joue du porteur du casque. L'ensemble comporte un anneau de cuir placé dans la couture, il est destiné à maintenir l'excédent de jugulaire une fois fermée. Un autre anneau coulissant est placé sur cette même partie de la jugulaire.
L'autre partie de la jugulaire, longue de 18 centimètres et dont l'extrémité est terminée en pointe, comporte quatre trous constituant autant de possibilité de fermeture de la jugulaire.
La jugulaire est ensuite fixée aux passants à l'aide d'un rivet mécanique.

Modèle 51/72.

Passant de jugulaire.
Passant de jugulaire.
Fixation par couture.
Fixation par couture.
Jugulaire, partie droite et gauche.
Jugulaire, partie droite et gauche.

Le nouveau modèle de jugulaire, que l'on peut rencontrer sur les deux types de casque, est fabriqué à partir de bande de cuir très clair de 2 centimètres de large, comportant deux rainures parallèles. La partie droite de la jugulaire, longue d'environ 26 centimètres, comporte la boucle à ardillon de fixation. La boucle est maintenant fabriquée à partir d'une boucle métallique plate à double passant, sur laquelle coulisse l'ardillon de fermeture sur la tige centrale de la boucle. La boucle est désormais peinte de couleur identique à celle du casque.
La boucle est maintenue sur la bande de cuir repliée sur elle-même et fermée sur son axe central (une fente est pratiquée pour laisser passer l'ardillon). La fermeture est assurée par une couture en forme de "U", renforcée d'un rivet mécanique.
Cette partie de la jugulaire comporte un anneau de cuir coulissant pour le maintien de l'excédent de jugulaire après fermeture.
La seconde partie de la jugulaire, mesurant environ 18 centimètres, comporte 5 trous permettant autant de possibilités de fermeture.
La jugulaire est fixée au passant de jugulaire par le biais d'une forte couture en "U".

Jugulaire fixée.
Jugulaire fixée.

Les marquages :

Taille 58, de 1984.
Taille 58, de 1984.
Taille 59, de 1988.
Taille 59, de 1988.
Taille 60, de 1981.
Taille 60, de 1981.

A première vue, selon les exemplaires examinés pour la rédaction de cette fiche, seuls les cuirs des coiffes fabriquées de manière identique au casque italien modèle 933 sont marquées à l'aide d'un tampon à l'encre bleue. Toutefois, on peut supposer que les marquages éventuels apposés sur les modèle 51 se sont effacés avec le temps.
Ce tampon indique la taille de la coiffe en gros chiffres, sous laquelle est indiquée la date de fabrication, et souvent un marquage de contrôle de fabrication.

Le camouflage additionnel :

Couvre-casque.
Couvre-casque.
Vue de face.
Vue de face.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Maintien.
Maintien.

Le camouflage des casques modèle 51 a été effectué à l'aide de traces de peinture de différentes teintes appliquées au pinceau dans le but d'obtenir un effet bariolé.

Plus tard sont apparus des couvre-casques fabriqués à partir de toile arborant le schéma de camouflage hérité du camouflage allemand de la seconde guerre mondiale ("Splittermuster" 1931) adopté en 1979 et encore utilisé de nos jours. Ces couvre-casques, fabriqués à partir d'un ou plusieurs morceaux de toile cousus ensemble, comportent un élastique placé à la base du couvre-casque, contenu dans un ourlet, pour le maintien de celui-ci sur le casque.

Quelques exemples

Exemple 1. Exemple 1. Exemple 1. Exemple 1.
Modèle 51 avec étoile communiste et couleurs nationales.

Exemple 2. Exemple 2. Exemple 2.
Modèle 51 camouflé au pinceau.

Exemple 3. Exemple 3. Exemple 3.
Modèle 51/72 camouflé au pinceau.

Exemple 4. Exemple 4. Exemple 4.
Modèle 51/72 de la police militaire.

Comparatifs et avertissement

Ne pas confondre le casque bulgare M51(/72) et le casque italien M933 :

Casque italien M933.
Casque italien M933.
Casque bulgare M51/72.
Casque bulgare M51/72.

Le modèle 51 est largement inspiré du casque modèle 933 italien, notamment pour la coque, les différences entre les deux modèles sont surtout notables au niveau de la coiffe. Pour le casque modèle 51/72 c'est l'inverse, la coque s'en éloigne (au niveau de la visière avant), alors que sa coiffe est de conception quasi identique.
Depuis la chute du bloc soviétique au début des années 90 et la libéralisation des échanges dans l'Union Européenne et le reste du monde, le casque modèle 51/72 est largement disponible sur le marché à l'heure actuelle (2011) pour une somme modique. Aussi assiste-t-on à la recrudescence de copies de casques italien modèle 933 fabriqués à partir de casques bulgares (vieillissement prématuré, pose de faux insignes ou alors juste vendu comme casque italien).

Voici les principales différences entre les deux casques :

    1. La jugulaire est fabriquée en cuir de couleur très claire pour le casque bulgare et est fixée aux dés de jugulaire à l'aide d'une ligne de couture en forme de U. La jugulaire italienne est fabriquée en cuir de couleur vert/gris (grigioverde) (puis en toile à partir de 1947) et est montée aux passants par le biais de deux rivets mécaniques. De plus, la boucle bulgare est plate et peinte en vert olive, alors que la boucle italienne est fabriquée en fil d'acier, de couleur grigioverde.

    2. Le cuir de la coiffe, bien que de découpe parfaitement identique, est fermé par une couture effectuée au revers de la coiffe pour le casque bulgare. Elle est renforcée de deux traits de couture parallèle ou en Z pour le casque italien.

    3. La coque du casque italien comporte un marquage estampé au revers de la partie arrière. Ce marquage comporte le code de l'usine de production, suivi d'un numéro de lot. Les casques bulgares sont exempts de tout marquage. On peut d'ailleurs noter que la visière du casque bulgare est parfaitement arrondie alors que celle du casque italien est légèrement pointue.

    4. Enfin, la taille est indiquée du côté gauche de la coiffe par poinçonnage du cuir pour le casque italien. Elle est au contraire indiquée à l'aide d'un gros tampon à l'encre bleue pour le casque bulgare, dont l'emplacement peut varier.