Retour à la rubrique Canada
Casque Mark II

Fiche

Preview

Historique

A partir de 1931, le Canada avait sa totale indépendance vis-à-vis de l'Angleterre, mais de grandes liaison économique et politique restèrent.
Ainsi devant la dégradation des liaisons politiques entre certains pays Européens, le Canada lança dans les années 30 un processus de réarmement.
Ainsi, le casque Mark I de la première guerre mondiale fut donc modernisé.
Mais avec la déclaration de guerre de la Grande Bretagne à l'Allemagne le 3 septembre 1939, le Canada envoya une force expéditionnaire soutenir l'Angleterre comme le pays avait fait lors du premier conflit mondial.
Donc en 1939, le Canada perçut les caractéristiques du casque Mk II de l'Angleterre.
Le 25 janvier 1940, le département de la défense nationale du Canada (Department of National Defence) projette la production du casque Mark II, qui sera fabriqué dans diverses industries Canadienne.
En cette meme journée le département d'approvisionnements et de munitions (Department of Supplies and Munitions, "DS&M") , lance un appel d'offre pour la fabrication dans un premier temps de 25.000 casques d'aciers, plus la fabrication de coiffe dont la moitié de ceux-ci (coiffe) permettront d'être adapté aux casques Mk I.
Vers le milieu de 1940, deux divisions Canadiennes se trouvaient déjà en Europe. La majorité des casques, qui équipaient ces troupes, étaient encore des Mk I.
En mai 1940 la production est lancée et aussitôt une seconde commande de 115.000 casques et 120.000 coiffes est lancée.
Etant donné que beaucoup d'hommes sont partis à la guerre, le contrôle d'inspection et de qualité sera effectué principalement par des femmes.
Le manque de manganèse a créé certaine difficulté à certains fabriquants, si bien que certains ont dû laisser la production entre les mains de l'entreprise General Steelwares, qui se procura l'acier aux Etats-Unis.
Le fabrication du casque Mark II Canadien cessa avec la fin de la guerre en 1945.

Let's go Canada !
Mark II canadien. Mark II canadien. Mark II canadien.

Constitution

Intérieur de la coiffe.
Intérieur de la coiffe.

La coque du casque Mk II Canadien est identique à son homologue Anglais.
Celle-ci est formée d'un bloc en acier au manganèse amagnétique et ses bords sont enveloppés d'un jonc lui aussi amagnétique.
Le sommet de la bombe est percé afin de pouvoir recevoir la coiffe à l'aide d'une vis et d'un écrou.
De plus, la coque est percé de part et d'autre afin de recevoir les fourreaux de jugulaire qui sont rivetés directement à la coque.
Pour finir, la bombe est peinte dans une couleur variant du vert au marron avec une peinture lisse alors que son homologue Britannique posséde une peinture granitée :
- De 1940 à 1942, les casques seront peints en marron clair.
- De 1942 à 1945, une nouvelle couleur fait son apparition, olive drab, qui est du vert mélangé à du kaki.

La coiffe est fabriquée à base de toile cirée, elle est fixée sur un cerclage en fibre compressé. On retrouve sur ce cerclage un arceau en croix, formé de deux branches en fibre compressé.
Au sommet de cet arceau se trouve un trou riveté qui permettra de fixer la coiffe à la coque.
Ensuite, la coiffe présente huit pièces en caoutchouc réparties sur toute la circonférence de la coiffe. Ces morceaux de caoutchouc servent à assurer un amortissement de la coque sur la coiffe en cas de choc.
Le fond du casque présente un amortisseur en mousse néopréne en forme de croix ou rond, calé entre la coiffe et le boulon de fixation.

Intérieur de la coiffe.
Intérieur de la coiffe.
Extérieur de la coiffe.
Extérieur de la coiffe.
Vis, écrou et amortisseur.
Vis, écrou et amortisseur.
C et broad arrow.
C et "broad arrow".

La fixation de la coiffe est assurée par une vis et un écrou : Ainsi, on insère la vis dans le trou de la coque, on place la coiffe dans la coque, puis on place le tampon amortisseur en caoutchouc, et pour finir l'écrou.
On retrouve trois modèles de vis pour le casque Mk II :
    - Vis de fixation Mk I : vis en laiton de 9,37 mm de long à tête circulaire de 16,25 mm de diamétre.
Un écrou classique rond reçoit la vis à l'intérieur du casque.
    - Vis de fixation Mk II : La vis Mk I avait tendance à faire tourner la coiffe dans le casque, c'est donc pour cela que fait la vis Mk II fait son apparition en août 1940 et la vis Mk I est déclassée.
L'apparence est indentique à la vis Mk I, mais la tige est rallongée à 9,375 mm et est pourvu d'un écrou autobloquant "Simmonds", qui comprend une pièce de caoutchouc en son centre, l'empêchant de se desserrer.
    - Vis de fixation Mk III : En 1942, la taille de cette vis sera rammenée à 10 mm et conservera son écrou "Simmonds".

A noter que les casques Canadiens sont marqués de la fléche du "War Department" (broad arrow) entourée du C pour Canada.

Fourreau de jugulaire.
Fourreau de jugulaire.

La jugulaire du casque Mark II est fixée à deux fourreaux de jugulaire, que l'on retrouve de part et d'autre du casque. Ces fourreaux de jugulaire sont rivetés de chaque cotés de la coque.
On retrouve trois modèles de fourreaux de jugulaire :
    - Fourreau de jugulaire Mark I : apparaît en 1937. Ses dimensions sont de 30 mm sur 25 mm avec une pliure pour recevoir les anneaux en laiton de la jugulaire.
Ces fourreaux sont fixés sur la bombe par un rivet mécanique en inox de 9,5 mm de long.
    - Fourreau de jugulaire Mark II : apparaît en 1938. Ses dimensions sont de 30 mm sur 22 mm. Fait en Acier inoxydable chaque fourreau est fendu en trois partie.
La partie centrale, repliée reçoit l'anneau de la jugulaire, les deux autres épousent le contour de la bombe. Leur fixation est assurée par des rivets mécaniques en acier inoxydable de 9,5 mm.
    - Fourreau de jugulaire Mark III : apparaît en 1939. Ses dimensions sont de 28,5 mm sur 19 mm, confectionnés en acier inoxydable amagnétique.
Une de ses extrémités forme une goutière qui reçoit l'anneau de la jugulaire. Ce fourreau autorise le changement rapide de la jugulaire en soulevant cette goutière à l'aide d'un tournevis ou d'un canif. Les fourreaux Mk II sont déclassés.
Ces dimensions sont approximatives et dépendent du fabricant.

A noter que la plupart des fourreaux de jugulaire Mk I et Mk II, même si ils sont déclassés seront distribués jusqu'à épuisement des stocks.
Il est donc parfaitement normal, par exemple de retrouver un casque Mk I avec des fourreaux Mk II et avec une jugulaire Mark III tout au long de la guerre.

Aussi, on peut rencontrer des casques Mark II Canadien avec des fourreaux de jugulaire soudés directement à la coque : auquel cas, ces casques étaient attribués à la défense passive.

Les différents modèles de jugulaire.

    - La jugulaire Mark II : appelée aussi "jugulaire ressort".
Cette jugulaire est une amélioration de la jugulaire Mk I. Le modèle Mark II présente des anneaux de laiton plus petit 22.5 mm par 10 mm mais de section plus importante.

Jugulaire Mark II.
Jugulaire Mark II.

    - La jugulaire Mark II A : Cette jugulaire n'est pas destinée à l'armée car les ressorts sont magnétiques. On les distingue des Mark II classiques par la lettre M ou un astérisque à l'encre noire ou à la peinture blanche.
Ces jugulaires furent montées sur des casques Mk II no 2, c'est à dire des casques de la défense passive et de la Home guard.

Jugulaire Mark II A.
Jugulaire Mark II A et marquage astérisque à l'encre noire.

    - La jugulaire Mark III : En 1940, il devient de plus en plus difficile de trouver des ressorts en acier pour la jugulaire Mk II, c'est alors en mars 1941 qu'apparaît une jugulaire en toile élastique destinée à être montée sur les casques Mk I et Mk II.
Cette jugulaire est pourvue à une extrémité d'un anneau en laiton pour être fixer à un des fourreau de la bombe, l'autre extrémité reçoit un boucleteau métallique pour le réglage de la longueur et fixation.

Jugulaire Mark III.
Jugulaire Mark III.
Boucleteau de réglage.
Boucleteau de réglage.

    - La jugulaire Mark III A : Suite aux restrictions qui aménent au nouveau tampon amortisseur du casque Mk II, la proportion de caoutchouc de la jugulaire Mk III est réduite en janvier 1943.
La jugulaire Mark III A comprend une section de coton filé non-élastique de 254mm de large placé entre deux longueurs de jugulaire élastique. Son emplacement sur le casque est inchangé et sa production semble avoir été faible.

Le camouflage du casque Mark II Canadien est assuré par un filet.
On rencontre le plus souvent un filet dit "petite maille" de type Britannique et plus rarement un filet dit "moyenne maille" aussi de type Britannique.
Ces filets sont confectionnés en fil de coton et se mettent en place à l'aide d'un cordon de serrage.
A partir de 1943, apparu un filet de conception totalement Canadienne : ce filet se caractérise par un coté teint en marron et l'autre de couleur vert. Ces filets sont uniquement de type "petite maille".

Filet de camouflage bicolore.
Filet de camouflage bicolore.
Filet mis en place.
Filet mis en place.

Fabricants du casque Mk II Canadien.

Marquage fabricant.
C.L./C.
Marquage fabricant.
D.P. & H
Marquage fabricant.
GSW
Marquage fabricant.
AG/C

Les marquages fabriquant sont frappés sur le bord inférieur du casque, au niveau de la nuque et accompagné de l'année de fabrication.
De plus, il est intéressant de noter que les lots fabriqués par AG/C sont normalement réservés à la Royal Canadian Air Force.

Marquages fabricant.
Marquages V.M.C de 1940 à 1942
Fabricant de coiffe et casque Mk II

PlusLe casque Mark II Anglais !