Retour à la rubrique Danemark
Casque Modèle 39 CF

Fiche

Preview

Historique

Le Danemark mena des recherches afin d'équiper ses forces armées d'un casque moderne dès le lendemain de la première guerre mondiale.
Le résultat de ces recherches mena à l'aboutissement du casque modèle 23 adopté dès 1924 par l'armée danoise et dont la finalisation de ce casque perdura jusqu'en 1929.
La police danoise, démuni de casque jusque ici, souhaita dès 1928 mettre au point un casque pour son propre usage. Pour cela, les services de police questionnèrent le département de recherche du service technique de l'armée si une plaque de 0,9 millimètres suffirait à l'élaboration d'un casque pour leur service, au lieu d'une plaque de 1,2 mm d'épaisseur utilisé dans la fabrication du modèle 23.
En octobre de cette même année, la police danoise se procura 400 casques modèle 23 auprès de l'armée, qui furent repeints en noir dans un souci d'harmonisation avec l'uniforme de la police.
La police danoise reçut par la suite une livraison de casques issus de l'armée en 1932 puis en 1936, pour recevant au final 1200 casques. Cependant, en mars 1939, le service des achats du ministère de la guerre demanda à récupérer la totalité de ces casques, ce que la police refusa jusqu'à l'élaboration finale de leur propre modèle de casque, terminé en 1939.
Ce nouveau casque, désigné comme modèle 39, était peint en noir brillant, muni d'un attribut frontal en laiton, semblable à celui équipant les casques modèles 23 de l'armée. Cet insigne, représentant les armoiries nationales à trois lions danois couronnés, entourés de lauriers, se différencie de l'attribut de l'armée au niveau du dessin des lions.
Au cours du second semestre 1939, 3000 unités de casque modèle 39 étaient fabriquées.
Le casque modèle 39 équipant l'ensemble des forces de police danoises à la veille de la seconde guerre mondiale, ainsi que la garde du palais royal d'Amalienborg. Le casque modèle 39 resta en dotation dans la police durant l'occupation allemande.
Au lendemain de la guerre, la quasi totalité des casques modèle 39 en dotation dans la police fut reversé au sein de la défense civile danoise (Civilforsvaret), au sein de laquelle ils furent reconditionnés par une remise en peinture. Ce reversement à la Civilforsvaret explique pourquoi il est difficile aujourd'hui de trouver un casque modèle 39 dans sa livrée d'origine.


Casque modèle 39. Casque modèle 39. Casque modèle 39. Casque modèle 39.

Constitution

La coque :

Configuration d'origine pour la police.

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Intérieure.
Intérieure.
Insigne de la police.
Insigne de la police.
Agrafes de fixation.
Agrafes de fixation.

La coque du casque de police danois modèle 39 est fabriquée d'un seul tenant par emboutissage progressif d'une feuille d'acier.
Sa forme est proche de celle du casque modèle 23 bien qu'il soit moins haut que le modèle destiné à l'armée. Le modèle 39 possède sa bordure laissée brute évasée à plat vers l'extérieur, dont l'évasement varie de 1,5 centimètres à l'avant et à l'arrière, jusqu'à 2 centimètres sur les cotés.
A l'instar du modèle 23, la partie arrière du casque comporte un trou de forme oblongue, de dimension 2,2 x 0,5 centimètres, à 1 cm de la bordure du casque, destiné à attacher le casque sur le paquetage.
La coque est ensuite percée de 5 trous pour la fixation de la coiffe sur la ligne hémisphérique du casque, deux de chaque coté et un dernier trou à l'arrière.
L'avant du casque est muni de 4 trous en forme de losange pour la pose de l'attribut en laiton du casque, représentant les armoiries nationales, légèrement différent de celui apposé sur le casque modèle 23 de l'armée.
La coque était peinte avant montage des éléments internes du casque de couleur noir brillant.

Reconditionnement pour la Civilforsvaret.

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Fente de portage.
Fente de portage.
Trous de l'insigne obturés.
Trous de l'insigne obturés.
Rivets mécaniques - vue intérieure.
Rivets mécaniques - vue intérieure.

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, la quasi totalité des casques modèle 39 de la police fut reversé à la défense civile danoise (Civilforsvaret). Ce reversement à la CF inclus un reconditionnement de ces casques dans un souci d'harmonisation des équipements de cette organisation auxiliaire.
Ainsi, ces casques furent démunis de l'attribut en laiton et les trous furent obturés à l'aide de rivets mécaniques. Le casque fut ensuite repeint sans démontage de la coiffe de couleur gris mat, laissant le fond du casque dans sa couleur d'origine.
Cette remise en peinture inclut donc des traces de peinture sur le cuir de la coiffe, bien que celle-ci semblait être protégée lors de cette manœuvre.

Remise en peinture jusque sous la coiffe.
Remise en peinture jusque sous la coiffe.

La coiffe :

Coiffe - vue de côté.
Coiffe - vue de côté.
Coiffe - vue de face.
Coiffe - vue de face.
Coiffe - vue arrière.
Coiffe - vue arrière.
Coiffe - vue de dessus.
Coiffe - vue de dessus.
Coussinet de fond de coiffe.
Coussinet de fond de coiffe.
Vis de montage à tête plate.
Vis de montage à tête plate.
Support arrière de coiffe sans vis.
Support arrière de coiffe sans vis.
Supports latéraux avec vis insérées.
Supports latéraux avec vis insérées.
Jointure cerclage et fixation support arrière.
Jointure cerclage et fixation support arrière.
Fixation des supports lat&eacuteraux.
Fixation des supports latéraux.
Plaquette avec taille et numéro de série.
Plaquette avec taille et numéro de série.
Tampons amortisseurs avant.
Tampons amortisseurs avant.
Tampon amortisseur lat&eacuteral, couture de la coiffe en cuir au cerclage en carton compressé.
Tampon amortisseur latéral, couture de la coiffe en cuir au cerclage en carton compressé.
Vis et écrous de fixation.
Vis et écrous de fixation.
Détail fixation.
Détail fixation.

La coiffe est fabriquée à partir d'une bande de cuir dont la base est scindée en six pattes, dont chacune de leurs extrémités est repliée sur elle-même à l'aide d'un rivet fendu bronzé en noir pour le passage du lacet de réglage en profondeur. Cette bande de cuir est jointive à l'arrière à l'aide d'une couture rectangulaire.
La face interne de la coiffe est munie de quatre tampons en mousse néoprène, large de 2 centimètres, destinées à assurer le rembourrage de la coiffe en cuir en contact direct avec son cerclage.
Deux bandes de mousse longue d'environ 7 centimètres sont collées à l'avant et une bande longue d'environ 13 centimètres est collé de chaque coté de la coiffe.
La coiffe en cuir est cousue au cerclage à l'aide d'un épais fil, dont chaque point de couture est espacé d'environ 3 centimètres. Le cerclage, fabriqué en carton compressé, large de 4 centimètres, est jointif à l'arrière à l'aide d'un petit rivet fendu.
Un tampon amortisseur en cuir, solidaire de la coiffe, est placé au fond de la bombe. Ce tampon est constitué de deux pièces de cuir, rembourrées de crin de cheval et cousues ensemble sur toutes leurs périphérie. Il est solidaire de la coiffe par le biais de deux arceaux en carton compressé, large de 1,5 centimètres. Ces deux arceaux, jointifs à leur croisement, maintiennent le tampon de fond de coiffe à l'aide d'un rivet fendu. Les arceaux sont jointifs au cerclage à chaque point cardinaux par le biais d'un rivet fendu.

La fermeture du cerclage est effectuée à l'arrière par deux rivets fendus placés verticalment. La jointure est assurée par la pose du support de maintien arrière de la coiffe.
Les cinq supports de coiffe sont composés d'une glissière métallique rivetée à chacun de ses angles au cerclage de la coiffe. La glissière est placée verticalement à l'arrière et horizontalement sur les deux cotés de la coiffe. Chaque glissière est espacée du cerclage à l'aide d'une épaisse rondelle au niveau des deux points inférieurs de fixation et sans rondelle aux points de rivetage supérieurs. Les glissières sont maintenues par quatre rivets fendus chacune.
La coiffe, placée dans la bombe, est maintenue à celle-ci à l'aide de cinq vis à tête plate très fine glissée dans chacune des glissières rivetées sur le cerclage de la coiffe. Ces vis sont fixées à l'aide d'un écrou hexagonal à l'intérieur de la bombe et à l'aide d'un écrou circulaire très bombé à l'extérieur. Les écrous externes du casque, munis de deux petites fentes, se vissent à l'aide d'un outil spécial. Les vis et écrous de fixation de la coiffe, fabriqués en laiton, sont laissés brut lors de la pose de la coiffe et de la jugulaire dans la coque préalablement peinte en noir brillant pour le compte de la police.
Lors de la remise en peinture de ces casques durant leur attribution à la Civilforsvaret, les boulons extérieurs furent alors peint en gris alors que la coiffe était laissée en place dans la bombe.
La taille de la coiffe et un numéro de série sont notés sur la coiffe à l'aide d'un tampon à l'encre noire. Ces deux indications sont reprises sur plaque métallique carrée, fixée sur le cerclage dans deux fentes prévues à cet effet.

La jugulaire :

Deux parties de la jugulaire démontées.
Deux parties de la jugulaire démontées.
Bande de cuir de maintien et boucle coulissante.
Bande de cuir de maintien et boucle coulissante.
Boucle à ardillon de fermeture.
Boucle à ardillon de fermeture.
Boucle à ardillon de fermeture.
Boucle à ardillon de fermeture.

La jugulaire est fabriquée à l'aide de bande en cuir glacé noir, finement rainuré sur les cotés et large d'environ 1,7 centimètres.
Elle est composée de deux parties, dont une longue d'environ 28 centimètres, munie d'une boucle à ardillon chromée, maintenue sur la bande de cuir à l'aide d'un rivet mécanique.
La seconde partie, longue d'environ 23 centimètres, comporte 8 trous, permettant autant de possibilités de points de fixation à l'aide de la boucle à ardillon.
Les extrémités libres des deux parties de la jugulaire comportent une boucle en laiton de forme rectangulaire peinte en noire, fixée à l'aide d'un rivet mécanique, et dont la base est munie d'un rouleau.
Ces boucles sont destinées à maintenir la jugulaire aux deux bandes de cuir maintenues aux deux vis latérales de fixation de la coiffe par le biais des trous pratiqués à chacune de leurs extrémités. Ces bandes de cuir, pliées en V, constituent ainsi les points de fixation de la jugulaire.

Ecrou au dessus des bandes de cuir.
Ecrou au dessus des bandes de cuir.