Retour à la rubrique Finlande
Casque Modèle 40

Fiche

Preview

Historique

Casque modèle 40. Casque modèle 40. Casque modèle 40. Casque modèle 40.
Casque modèle 16 allemand, modèle 933 italien, modèle 26 suédois, modèle 5/38 hongrois et Vz 32 tchécoslovaque en usage au sein de l'armée finlandaise.

La Finlande fut, pendant des siècles et ce jusqu'à la guerre russo-suédoise de 1808-1809, partie intégrante du royaume de Suède et fut par la suite intégrée à l'empire russe. Elle fut alors érigée en Grand-Duché autonome, bien que le Grand-Duc ne fût autre que le Tsar de toutes les Russies. L'autonomie de la Finlande au regard de l'empire russe lui permit de se doter de sa propre armée bien qu'étant dépendante du haut commandement de Saint-Pétersbourg. Cette liberté prit fin avec la nouvelle constitution promulguée par le tsar Nicolas II en 1901. L'armée finlandaise fut dissoute et ses régiments furent incorporés sans distinction au sein de l'armée impériale.
La révolution bolchévique qui éclata en octobre 1917 fut l'occasion pour la Finlande de rompre ses liens qui l'unissait avec la Russie. Le 6 décembre 1917, la Finlande proclame son indépendance à l'instar de ses voisins baltes, statut reconnu par les Soviets.
Malgré son indépendance, des troupes russes restèrent stationnées en Finlande par ordre des bolchéviques afin d'appuyer par la force le mouvement ouvrier finlandais qui tenta de prendre le pouvoir à Helsinki. Le pays sombre alors en 1918 dans une guerre civile qui se termina à l'avantage des "blancs" commandés par le général Mannerheim soutenu par une division allemande. Les troupes "rouges" défaites laissèrent du matériel militaire en quantité, notamment dans les anciennes garnisons russes en Finlande, ce qui permit d'équiper aisément la nouvelle armée finlandaise.
C'est ainsi que la Finlande acquit en quantité des casques modèle 15 "Sohlberg" laissés dans les casernes russes du territoire finlandais. La conception de ce casque remonte aux années 1915-1917, période durant laquelle il avait été étudié, puis fabriqué par les usines métallurgiques finlandaises G.W Sohlberg et V.W Holmberg pour le compte de l'armée impériale russe.
Ces casques furent livrés bruts aux garnisons russes, sans aménagement intérieur ni jugulaire, seulement peints de couleur vert olive clair.
Le casque modèle 15 "Sohlberg" devint le premier casque de l'armée finlandaise après que celle-ci les ait adaptés pour son usage : les bombes furent repeintes en vert olive foncé et furent équipées de manière générale de coiffe en cuir, plus rarement en toile.
En 1919, faute de pouvoir équiper l'intégralité de ses troupes de casques modèle 15 (russo-finlandais) "Sohlberg", la Finlande passa commande auprès de la France pour l'acquisition de casques Adrian modèle 15 dont la forme est similaire au casque "Sohlberg". Puis dans les années 20, c'est le "stahlhelm" allemand modèle 16 (et sans doute modèle 18 et des casques autrichien modèle 17) qui est adopté au sein de l'armée finlandaise suite au rapprochement du pays avec l'Allemagne. Ces casques, acquis au nombre d'environ 80 000 unités sont issus des importants stocks de la première guerre mondiale et étaient repeints de couleur vert olive foncé dès réception dans le but d'être harmonisés avec le reste de l'équipement. Les casques "Sohlberg" et Adrian modèle 15 furent déclassés et repeints en noir pour le compte de la protection civile et les brigades de pompier.
Ainsi la Finlande s'est pourvu à la suite de sa guerre civile d'une forte armée, bien équipée et motivée, rompue à la guerre en terrain difficile, et fera notamment ses preuves lors de la terrible guerre d'Hiver en 1939-1940.
Le 30 novembre 1939, l'Union soviétique attaque le pays à la suite de désaccords territoriaux concernant des îles du golfe de Finlande dans le but d'instaurer un régime fantoche à la solde de l'URSS. L'attaque soviétique fait suite à l'échec des négociations visant à créer une zone tampon pour protéger la ville de Leningrad très proche de la frontière d'une éventuelle attaque de l'Allemagne, proche du régime Finlandais.
Les finlandais mobilisent 300 000 hommes organisés en treize divisions sous les ordres du maréchal Mannerheim.
L'attaque de la Finlande est jugée illégale par la société des Nations qui, en représailles, en exclut l'URSS le 14 décembre 1939.

Casque modèle 35/38 de fabrication hongroise.
Casque modèle 35/38 de fabrication hongroise.

La résistance de l'armée finlandaise est acharnée, alors qu'elle lutte à quatre contre un avec un grave manque de matériels, elle résiste jusqu'au 13 mars 1940, date à laquelle est signé le traité de Moscou mettant fin aux hostilités.
Les résultats de ce conflit sont mitigés, car ni l'URSS, ni la Finlande n'en sortent indemnes. Outre ses lourdes pertes humaines, la Finlande se voit déposséder de 33,7% de son territoire et de facto 20% de son potentiel industriel.
Durant ce conflit, c'est principalement le "stahlhelm" 16 allemand qui coiffe les troupes finlandaises et après cette campagne il fut décidé de réorganiser et rééquiper l'armée. Dans le cadre de cette réorganisation, 140 000 casques furent achetés en Europe : des casques modèle 26 auprès de la Suède (environ 26 000 unitées), des casques modèle 933 auprès de l'Italie (environ 30 000 exemplaires) et 75 000 casques modèle 35/38 furent commandés à la Hongrie.
L'Allemagne fournit aussi une importante quantité de casques Vz 32 récupérés après l'invasion de la Tchécoslovaquie (environ 50 000 casques) ainsi qu'une importante quantité de casques allemands (modèle 35 au départ, puis par la suite les variations modèle 40 et 42 : environ 49 000 exemplaires). Ces casques étaient repeints dès réception en vert olive foncé pour être harmonisé avec le reste de l'uniforme. Ces importations ne pouvaient être que des palliatifs, le gouvernement finlandais ayant conscience de l'importance de posséder un casque de fabrication nationale pour équiper uniformément son armée forte de seize divisions après la guerre d'Hiver. La Finlande se mit en quête d'un casque de forme simple et facile à produire, jeta son dévolue sur le casque modèle 37 de son voisin suédois auprès duquel elle avait déjà acquis une quantité importante de casques modèle 26.
La Finlande ayant probablement reçu une certaine quantité de casques modèle 37 suédois, celle-ci décida de fabriquer ce casque sous licence par la société spécialisé dans la métallurgie Wärtsilä Yhtymä Oy., ainsi que sa succursale Kone-Ja Silta. La coiffe et la jugulaire étant produites par la société Friitala Nahka Oy. spécialisée dans les fournitures en cuir (fournissant déjà l'armée en équipement militaire). La Suède ayant fourni à la Finlande le cahier des charges et l'outillage pour la fabrication durant l'année 1940.
Adopté en 1940, ce nouveau casque fut dénommé modèle 40 ("kypärä" M-40) en rapport à son année d'adoption. En raison des difficultés d'approvisionnement en acier durant le conflit, le casque modèle 40 sera peu produit et on estime la production à environ 67 000 exemplaires jusqu'à l'année 1944 (l'ordre initial de fabrication portait pour 70 000 unités, avec 5 000 exemplaires supplémentaires commandés durant l'année 1944).
Lorsque l'Allemagne entre en guerre contre l'Union soviétique le 22 juin 1941, celle-ci profite d'un accord avec le gouvernement finlandais pour traverser le pays afin d'attaquer l'URSS en Carélie pour envelopper Leningrad par le Nord. La Finlande se retrouve de facto en guerre contre la Russie soviétique dès le 25 juin, cette fois-ci avec l'aide d'une puissante alliée : en effet l'Allemagne fournit un important soutien matériel et sa coopération militaire. La guerre de continuation, ainsi nommée pour la distinguer clairement tout en la reliant avec la guerre d'Hiver, fut menée par 600 000 hommes qui s'élancèrent à la reconquête des territoires perdus en 1940. Les débuts sont victorieux avec la récupération des pertes de 1940, mais les défaites successives de l'Allemagne et une vaste offensive soviétique lancée en Carélie conduisent la Finlande à signer une paix séparée avec l'URSS en 1944, ce qui place cette fois l'armée finlandaise du côté des Alliés. Après avoir lancé un ultimatum à l'armée allemande pour se retirer du territoire, en accord avec le traité de paix, la Finlande attaque les allemands qui lui font payer ce "coup de poignard dans le dos" par de lourdes pertes : le pays sort ruiné et ravagé de cette guerre. Cet engagement porte ses fruits : bien qu'elle doive, après la guerre, payer de lourdes réparations à l'URSS par le traité de paix signé à Paris en 1947, la Finlande, contrairement à ses voisins baltes, sauve au moins son indépendance. Elle fait en effet valoir que son combat était motivé par la volonté de récupérer les territoires perdus en 1940 et qu'elle n'avait pas aidé l'armée allemande à encercler définitivement Leningrad durant l'hiver 1941.
Le casque finlandais modèle 40 est peu représentatif de la guerre de continuation, à contrario du casque modèle 35 allemand et 35/38 hongrois. Après la seconde guerre mondiale, ces casques restèrent en dotation, le modèle 40 étant réservé à certaines unités. Les autres modèles de casques étrangers furent mis au rebus. Le casque modèle 40 fut utilisé jusque dans les années 60, jusqu'à l'adoption du casque modèle 62 qui est ni plus ni moins un modèle 40 avec un nouvel aménagement intérieur.

Casque modèle 40. Casque modèle 40. Casque modèle 40.
Casque modèle 40. Casque modèle 40. Casque modèle 40.

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant (taille 69).
Vue de coté.
Vue de coté (taille 69).
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Etiquette du fabricant Wärtsilä.
Etiquette du fabricant Wärtsilä.
Marquage estampé : 69 W.
Marquage estampé : 69 W.
Marquage estampé : 72 W.
Marquage estampé : 72 W.
Vue avant.
Vue avant (taille 72).
Vue de coté.
Vue de coté (taille 72).

La coque du casque modèle 40 fut fabriquée en deux tailles (69 et 72 centimètres de circonférence) par emboutissage progressif d'une feuille d'acier spécial. De forme arrondie, la base de ce casque est presque parfaitement ronde. Sa bordure est franche et est légèrement évasé vers l'extérieur.
Le casque est ensuite percé de 6 trous pour la fixation des éléments internes (coiffe et jugulaire) : 2 pour chaque patte constituant la coiffe, la jugulaire étant maintenue aux rivets latéraux.
A contrario du casque modèle 37 suédois qui lui est peint de couleur vert foncé, la bombe du casque modèle 40 finlandais est peinte de couleur vert olive mat.
Le fond de la bombe peut comporter, si toujours existante, une décalcomanie rectangulaire de couleur rouge sur lequel est inscrit de couleur noire la mention :
Valmistanut
Wärtsilä Yhtymä Oy.

Ces mentions signifiant :
Fabrication
Corporation Wärtsilä Ltd.
Enfin, la taille de la bombe (69 ou 72) accompagnée de la lettre W pour Wärtsilä est estampée à froid sur la bordure intérieur à l'avant du casque et légèrement à droite.

La coiffe :

Patte de coiffe.
Patte de coiffe.
Revers avec compartiment de rembourrage.
Revers avec compartiment de rembourrage.
Plaque de maintien maintenue avec un rivet central, fixé dans la bombe avec les rivets latéraux.
Plaque de maintien maintenue avec un rivet central, fixé dans la bombe avec les rivets latéraux.
Détails compartiment de rembourrage.
Détails compartiment de rembourrage.
Coiffe.
Coiffe.

La coiffe du modèle 40 est calquée sur celle du casque modèle 37 suédois, d'ailleurs sur les premières fabrication celle-ci était très similaire. Constituée de trois pattes de cuir (dont la teinte peut varier du blanc au marron très clair), la base de chacune d'elle se scindant en deux parties terminées d'un trou (pouvant être renforcé par un œillet métallique et pouvant avoir au dos une rondelle de renfort en cuir) pour le passage du lacet de réglage en profondeur.
Le dos de chaque patte comporte un sachet de toile cousue (dont la couleur et le motif peuvent varier), possédant un rabat non cousu sur un des côtés permettant le rembourrage de ce compartiment avec du crin de cheval. L'insertion du rabat dans le compartiment permettant ainsi le maintien du crin de cheval dans le sachet de toile, formant ainsi un boudin parcourant la largeur de chaque patte de coiffe. Le rabat en toile est cousu avec le rebord du cuir de la patte de coiffe lors de sa confection chez le cellier.
Chacune de ces pattes est ensuite maintenue avec un petit rivet (pouvant être fendu, ou creux en étoile, ou encore mécanique) à une bande métallique aux bords repliés et aux extrémités arrondies afin d'éviter l'usure prématurée du cuir par friction avec ce support métallique. Le support métallique est peint de couleur similaire à la bombe du casque.
Ces trois pattes, avec leur support métallique, sont ensuite fixées à l'intérieur de la coque à l'aide de deux rivets fendus chacune (attache parisienne, et dont la tête est peinte de couleur identique à la bombe). Les rivets maintenant chacune des pattes de la coiffe sont espacés de 11 cm entre eux. L'espace entre les rivets latéraux (maintenant la patte avant et une des pattes arrières de la coiffe) est de 12 centimètres pour les bombes de taille 69 et 13 cm pour la taille 72.
Contrairement au casque modèle 37 suédois, les coiffes des casques modèle 40 finlandais ne comportent pas de rappel de la taille de la bombe estampé sur un des éléments en cuir.

Patte de coiffe.
Patte de coiffe.
Revers avec compartiment de rembourrage.
Revers avec compartiment de rembourrage.
Plaque de maintien maintenue avec un rivet central, fixé dans la bombe avec les rivets latéraux.
Plaque de maintien maintenue avec un rivet central, fixé dans la bombe avec les rivets latéraux.
Pattes arrières de la coiffe (avec jugulaire fixée sans pontet).
Pattes arrières de la coiffe (avec jugulaire fixée sans pontet).
Coiffe.
Coiffe.

La coiffe évolue en fonction de la production du casque modèle 40 et de la pénurie des matériaux. Raison pour laquelle la qualité de celle-ci s'en ressent au fur et à mesure que le conflit perdure.
Ainsi on peut rencontrer des coiffes fabriquées avec des matériaux de récupération, comme la coiffe présentée ci-dessus, dont les compartiments de rembourrage contenant des morceaux de mousse sont fabriqués avec des rectangles de cuir dont les angles sont fendus pour pouvoir être cousus à la patte de coiffe. Malgré la pénurie, un souci de solidité est notable dans cette fabrication où les trous destinés au lacet de réglage en profondeur de la coiffe sont renforcés d'un œillet métallique retenant au dos une rondelle de renfort en cuir. On notera les bandes métalliques destinées à plaquer chacune des pattes de coiffe contre la coque fabriquées grossièrement fabriquées et peintes de couleur verte.

La jugulaire :

Jugulaire identique à celle du casque modèle 37 suédois. Jugulaire identique à celle du casque modèle 37 suédois.
Jugulaire identique à celle du casque modèle 37 suédois.

Autre type de jugulaire en cuir noir.
Autre type de jugulaire en cuir noir.

Autre modèle de jugulaire, sans trapèze en cuir au dos de la boucle.
Autre modèle de jugulaire, sans trapèze en cuir au dos de la boucle.

Passant de jugulaire arrondie.
Passant de jugulaire arrondie.
Jugulaire montée sans pontet.
Jugulaire montée sans pontet.
Marquage SA pour Suomen armeijan.
Marquage "SA" pour "Suomen armeijan".

Tout comme la coiffe, la jugulaire est aussi copiée sur celle du modèle 27 suédois. La jugulaire est fixée à la coque à deux passants de jugulaire, constitués d'une boucle de forme rectangulaire (moins fréquemment en demi-cercle) dont la base est prise sur une patte métallique repliée sur elle-même. Cette patte, jouant le rôle de charnière, comporte un trou, lui permettant au passant de jugulaire d'être fixé à l'aide d'un rivet fendu. La fixation s'effectue avec le même rivet latéral utilisé pour la fixation des pattes avant de la coiffe.
La jugulaire fabriquée en deux parties, composée de deux bandes de cuir d'une largeur de 1,8 centimètres. Le cuir employé est généralement de couleur marron (auquel cas la jugulaire est très similaire à celle du casque modèle 37 suédois) ou de couleur noire. La partie la plus courte d'une longueur d'environ 15 centimètres, possède la boucle à ardillon permettant la fixation, cette boucle est de forme rectangulaire à double passant, dont les coins sont arrondis. Le dos de la boucle comporte une pièce de cuir de forme trapézoïdale, et ne comporte plus d'anneau de cuir pour maintenir l'excédent de jugulaire. L'ensemble étant fixé de manière générale avec deux rivets mécaniques, plus rarement avec un seul.
L'autre partie de la jugulaire d'une longueur d'environ 37 centimètres, possède 11 trous permettant autant de possibilités de position de fixation.
Ces deux parties de la jugulaire sont maintenues avec un rivet, en se repliant sur elles-mêmes, aux deux passants de jugulaire.
Aussi, la jugulaire peut être complétée d'une mentonnière en cuir, fabriquée à partir d'une simple pièce de cuir dont la longueur est incisée en forme de "|------|" afin d'être glissé sur la partie longue de la jugulaire. D'une fabrication et d'un maintien très sommaire, on constate malheureusement très souvent son absence.
A noter que l'on peut rencontrer le marquage SA estampé dans un carré sur un des éléments de la jugulaire, correspondant à "Suomen armeijan" pour armée finlandaise.

On note aussi des exemples de jugulaires directement montées avec les rivets latéraux retenant les pattes arrières de la coiffe.

Comparatif entre le casque suédois modèle 37 et le casque finlandais modèle 40

Pour compléter cette description du casque modèle 40 finlandais, il est important de faire la comparaison entre le modèle 40 finlandais et le modèle 37 suédois sur lequel il est copié, d'autant plus que le modèle 40 est nettement moins courant que son homologue suédois. De conception identique, notamment pour les premières fabrications où l'aménagement intérieur du casque modèle 40 est rigoureusement identique à celui du modèle suédois, le casque modèle 40 finlandais présente toutefois quelques caractéristiques qui lui sont propres. De manière générale, le casque suédois est peint de couleur gris foncé alors que son homologue finlandais est peint de couleur vert olive. Le casque suédois peut être muni d'un insigne de chaque coté, rarement peints, ces insignes sont le plus souvent appliqués à l'aide d'un décalcomanie ("Nationalitetsbeteckning m/42 för hjälm" : écu de couleur bleu contenant 3 couronnes jaunes disposées en quinconces).

Modèle 37. Modèle 40.
Modèle 37.
Modèle 37.
Modèle 40.
Modèle 40.

Modèle 37 suédois :

Fabrication Sandvikens Järnverk, taille 72, daté 1944.
Fabrication Sandvikens Järnverk, taille 72, daté 1944.
Fabrication inconnu - M, taille 69.
Fabrication inconnu - M, taille 69.
Fabrication inconnu - M, taille 75, daté 1941.
Fabrication inconnu - M, taille 75, daté 1941.
Fabrication inconnu - S, taille 75, daté 1942.
Fabrication inconnu - S, taille 75, daté 1942.
Fabrication inconnu, taille 69.
Fabrication inconnu, taille 69.
Blason försvarsdepartementet, taille 72.
Blason försvarsdepartementet, taille 72.
Blason försvarsdepartementet, taille 75.
Blason försvarsdepartementet, taille 75.
3 couronnes, taille 69.
3 couronnes, taille 69.
3 couronnes, taille 72.
3 couronnes, taille 72.
Rappel de la taille estampé sur la patte avant.
Rappel de la taille estampé sur la patte avant.
  • Le casque suédois comporte un marquage estampé à froid dans la bombe, placé entre les pattes arrières de la coiffe. Le marquage peut être placé soit sur la bordure intérieure du casque, ou plus à l'intérieure. Le casque modèle 37 ayant été produit en taille 69, 72 et 75, l'indication de la taille est obligatoirement indiquée. La taille est généralement accompagnée d'un marquage rappelant le blason du "försvarsdepartementet" : généralement 3 couronnes disposées en quinconces, puis plus tard dans la production une version simplifiée du blason du "försvarsdepartementet" composée d'un écu, contenant une croix rappelant l'épée et le baton croisé et surmonté d'une couronne. On note les indications des fabricants suivants :
        - SJ barrés d'une flèche pour le fabricant Sandvikens Järnverk, dont les exemplaires sont généralement datés 1944.
        - M : inconnu, peut être daté ou non.
        - S : inconnu.
        - On note aussi des casques modèle 37 où seule la taille de la bombe est estampée.
  • Le modèle 37 suédois ne comportera pas de marquage au fond de la bombe, et peut avoir un rappel de la taille du casque estampé sur la patte avant de la coiffe.

Modèle 40 finlandais :

Etiquette du fabricant Wärtsilä.
Etiquette du fabricant Wärtsilä.
Marquage estampé : 69 W.
Marquage estampé : 69 W.
Marquage estampé : 72 W.
Marquage estampé : 72 W.