Retour à la rubrique France
Casque Modèle 39

Fiche

Preview

Historique

Durant la première guerre mondiale, l'adoption du casque Adrian modèle 15 par l'ensemble des forces armées françaises n'épargnèrent pas la marine qui fut aussi dotée du modèle 15 pour ces troupes.
Avec la modernisation de l'Adrian modèle 15 par la création du modèle définitif créé en 1926, la marine fut aussi équipée de ce nouveau modèle.
Cependant, l'adoption par la marine nationale du masque à gaz A.F.M 34 (Appareil Filtrant de Marine modèle 1934), spécialement étudié pour permettre au personnel navigant de porter une protection contre les gaz sur le pont ou les soutes du bâtiment avec le minimum de gêne, ne permettait pas le port simultané du casque Adrian modèle 26. En effet, l'A.N.P 31 (Appareil Normal de Protection modèle 31), distribué à l'ensemble des troupes à partir de 1931, était destiné à être porté avec sa musette contenant la cartouche filtrante reliée au masque par un long tuyau flexible, permettait un usage statique ou mobile dans un environnement dégagé, ce qui n'est pas le cas dans la marine où les conditions sont totalement différentes, avec des postes de combat dont la place est restreinte, nécessitant des gestes calculés et précis.
C'est pourquoi l'A.F.M 34 fut adopté par la marine, dont la cartouche filtrante se fixait à l'arrière de la tête du porteur, le flexible reliant la cartouche au masque passant au dessus de la tête de son propriétaire et c'est cette disposition qui rendait impossible le port simultané du masque à gaz avec le casque Adrian modèle 26.
Face à cette problématique, il fallut étudier un nouveau casque spécifiquement adapté à ce nouveau masque, dont la complexité de son élaboration interdisait son abandon trop rapide.
L'armée était déjà dotée d'un casque avant-gardiste, le modèle 35 pour troupes motorisées et se dota donc d'un nouveau casque aux lignes épurées pour le compte de la marine, permettant le port simultané du masque à gaz en dotation dans la marine nationale.
Ce nouveau casque apparut en 1939, et désigné comme modèle 39, fut très peu photographié durant la courte période de paix qu'ait connu ce casque.
Après la défaite de l'armée française en 1940 et la signature de l'Armistice au mois de juin, le casque modèle 39 resta en dotation au sein des bâtiments assignés aux deux camps : d'un coté les forces résiduelles fidèles au gouvernement du maréchal Pétain, et d'un autre coté au sein des forces navales de la France libre rangées aux cotés des alliés.
Ainsi, le casque modèle 39 resta en dotation durant toute la période de la seconde guerre mondiale, et sa production sera reprise au lendemain de la guerre pour les besoins de la marine en faction en extrême Orient. Ceci malgré l'étude menée par les entreprises Franck d'un nouveau casque pour le compte des commandos de marine en 1947, projet abandonné l'année suivante le 29 juin 1948.
Malgré une reprise de la fabrication en 1950, ou une remise en état des modèles existants, le casque US M-1 est plus largement porté et le casque modèle 39 fut réformé au début des années 50.
Il semblerait que le modèle 39 de la marine fut uniquement fabriqué par la société Dunois basée à Vincennes.

Casque Adrian modèle 26 de l'infanterie coloniale.
Casque Adrian modèle 26 de l'infanterie coloniale.
Modèle 39. Modèle 39. Modèle 39. Modèle 39.

Constitution

La coque :

La forme du casque modèle 39 de la marine est dérivée de celle du casque Adrian modèle 26, dont on a supprimé le cimier et raccourci la visière avant afin de permettre le port de l'A.F.M 34 et le passage du tuyau flexible reliant le masque à la cartouche filtrante fixée à l'arrière du casque.
La bombe du casque modèle 39 était fabriquée en trois tailles et est formée d'un seul tenant par emboutissage progressif d'une feuille d'acier au manganèse. Sa bordure tranchante est adoucie par l'adjonction d'un jonc monobloc jointif sur le coté. La partie arrière du casque est évidée enforme de large "T" inversé, ce trou étant recouvert à l'extérieur du casque par une pièce métallique bombée soudée à la coque par 6 points de soudures électriques.
Ce "groin" ainsi formé, comporte une fente arrondie aux extrémités, pour la fixation de la cartouche filtrante de l'A.F.M 34 à l'aide d'un crochet métallique.
Il existe deux variantes du casque modèle 39 :

1er type.

- La première est munie de deux trous d'aération pratiqués sur le tiers supérieur du casque à l'instar du casque modèle 35 pour équipage de char. Les attaches de jugulaire de ce modèle sont rivetées à la base de la bombe au niveau du décrochement de la visière.

Vue avant.
Vue avant.
Coté gauche.
Coté gauche.
Vue arrière.
Vue arrière.
Coté droit.
Coté droit.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Vue de dessous.
Vue de dessous.

2ème type.

- La seconde variante du casque modèle 39 ne possède plus de trous d'aération, et ses attaches de jugulaire sont directement rivetées sur la visière du casque, sans doute afin de dégager la jugulaire du harnais du masque à gaz lorsque celui-ci est porté avec le casque.

Vue avant.
Vue avant.
Coté gauche.
Coté gauche.
Vue arrière.
Vue arrière.
Coté droit.
Coté droit.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Vue de dessous.
Vue de dessous.
Support cartouche du masque à gaz.
Support cartouche du masque à gaz.
Vue intérieure, marquage taille B.
Vue intérieure, marquage taille B.

Pour ces deux variantes, le casque modèle 39 est percé de huit trous pour la fixation des quatre supports de coiffe, fixés à l'aide de rivets mécanique à tête bombée.
Les deux supports avant sont directement repris du casque Adrian modèle 26, alors que les supports arrière sont caractéristiques du modèle 39, et sont constitués d'une lame métallique flexible en forme de "L" et pliée en deux.
Le casque modèle 39 était peint de couleur gris/bleu mat pour les exemplaires fabriqués avant 1940, puis sera peint de couleur plus claire pour les fabrications après guerre.
La taille du casque est spécifiée avec la lettre A, B ou C estampée à froid à l'intérieur du support de la cartouche du masque à gaz.
On rencontre aussi des exemplaires repeints en vert extérieurement, utilisés dans l'artillerie côtière ou encore en blanc pour les exemplaires reversés au service incendie à bord des navires.
On note aussi l'apposition du marquage du fabricant, Dunois à Vincennes à l'aide d'un tampon à l'encre, qui serait à première vue appliqué pour les casques fabriqués à la fin des années 40 - début des années 50.

Tampon du fabricant et marquage taille C.
Tampon DUNOIS & FILS et marquage taille C.

La coiffe :

Vue intérieure.
Vue intérieure.
Supports de coiffe avant.
Supports de coiffe avant.
Détail support avant.
Détail support avant.
Supports de coiffe arrière.
Supports de coiffe arrière.
Détail support arrière.
Détail support arrière.
Coiffe en cuir.
Structure.
Vue arrière.
Vue arrière.
Face extérieure avant.
Face extérieure avant.
Face extérieure avant.
Face extérieure arrière.
Patte de coiffe - petit rivet.
Patte de coiffe - petit rivet.
Patte de coiffe - gros rivet.
Patte de coiffe - gros rivet.
Agrafe.
Agrafe.
Agrafe.
Agrafe.
Détail fixation avant.
Détail fixation avant.
Echancrure et encoches arrières de fixation.
Echancrure et encoches arrières de fixation.
Détail fixation arrière.
Détail fixation arrière.
Dégagement support cartouche de l'A.F.M 34.
Dégagement support cartouche de l'A.F.M 34.

La coiffe est dérivée de celle équipant le casque Adrian modèle 26, cependant la coiffe du modèle 39 comporte comme principale différence une échancrure pratiquée à l'arrière de la coiffe pour le passage de la fourchette de fixation de la cartouche filtrante de l'A.F.M 34.
Elle est fabriquée en cuir de mouton glacé noir, et est constituée d'un bandeau de cuir dont les deux extrémités comportent une incision constituant l'échancrure de la coiffe.
Ces incisions sont repliées vers l'extérieur et cousue sur elles-mêmes après couture du bandeau de feutre, pour constituer deux enchapures pour fixer la coiffe aux deux lames arrières rivetés à l'intérieur de la bombe.
A la base de ce bandeau de cuir, jointif à l'arrière par couture, sont cousues six pattes de cuir de forme triangulaire au sommet arrondie, comportant à leur pointe un œillet métallique pour le passage du lacet de réglage en profondeur de la coiffe. Cet œillet peut se rencontrer petit et fin, essentiellement rencontré sur des casques du premier type ou plus gros et épais, principalement sur des casques du second type : ces caractéristiques ne constituant pas une généralité, cette différence pouvant s'expliquait par une simple évolution des matériaux dans la fabrication de la coiffe.
Deux paires d'agrafes métalliques, identiques à celles équipant la coiffe modèle 26, sont cousues à l'avant de la coiffe, permettant le maintien aux deux lames ressorts reprises du casque modèle 26.
A noter que la taille de la coiffe est spécifiée à l'aide d'un tampon blanc ou jaune soit au dos ou sur la surface lisse du cuir de la coiffe. On retrouve parfois  le sigle de la Cie du chemin de fer Métropolitain de Paris (CMP) ancetre de la RATP, sur des coiffes de casques réutilisés par cette société.

Marquage du fabricant.
Réutilisation CMP (RATP).
Coiffe montée.
Coiffe montée.

La jugulaire :

Boucle coulissante.
Boucle coulissante.
Détail fixation.
Détail fixation.
Extrémité de fixation.
Extrémité de fixation.
Détail passage jugulaire.
Détail passage jugulaire.
Mousqueton et son triangle de maintien.
Mousqueton et son triangle de maintien.
Jugulaire modèle 26 adaptée au modèle 39.
Jugulaire modèle 26 adaptée au modèle 39.
Passant jugulaire premier type.
Passant premier type.
1er type, vue d'ensemble.
1er type, vue d'ensemble.
Passant jugulaire second type.
Passant jugulaire second type.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Fixation de la jugulaire par un mousqueton.
Fixation de la jugulaire par un mousqueton.

La jugulaire du casque modèle 39 de la marine est une jugulaire modèle 26 équipant le casque Adrian modèle 26 et autres casques déjà en dotation dans l'armée française, comme le modèle 36 de la DCA ou encore le modèle 35 adapté à un usage au sein de l'infanterie.
La jugulaire modèle 26 à boucle coulissante est donc conservé pour le casque modèle 39, et est adaptée afin de pourvoir être fixée aux attaches de jugulaire de forme triangulaire.
La jugulaire est constituée d'une épaisse bande de cuir de couleur fauve, large de 1,5 centimètres pour environ 56 cm de long. Une de ses extrémités comporte une boucle carrée à double fente, maintenue par sa barre centrale à l'aide d'un rivet mécanique. L'autre extrémité de la jugulaire passe dans les deux fentes de la boucle, coulissant dans celle-ci, permettant ainsi la mise en longueur de la jugulaire.
Les deux extrémités de la jugulaire sont munies de deux triangles métalliques équilatéraux de 2 cm de coté, constitués de fil d'acier de section 1,5 millimètres. Ces deux triangles sont munis d'un mousqueton métallique long de 3,2 centimètres, destiné à fixer rapidement la jugulaire aux attaches de la jugulaire rivetés sur les cotés du casque.
Pour le casque modèle 39 du premier type, les attaches de jugulaire sont constituées d'un triangle formé par un fil métallique, dont la base est pris dans une patte métallique rivetée de chaque coté du casque à la base de la bombe, au dessus de la pliure de la bombe constituant la visière du casque.
Pour le second type de modèle 39, l'attache de jugulaire est constituées d'une pièce métallique triangulaire évidée, dont la base rectangulaire, pliée à environ 45°, est rivetée par deux rivets mécaniques de chaque coté du casque sur la visière du casque.

L'A.F.M 34 (Appareil Filtrant Marine modèle 1934) :

Vue de face.
Vue de face.
Vue de coté.
Vue de coté.
Crochet de fixation de la cartouche.
Crochet de fixation de la cartouche.
Marquage fabrication.
Marquage fabrication.
Marquage du fabricant.
Marquage du fabricant.

La création du casque modèle 39 de la marine est intimement liée à l'adoption de l'appareil filtrant de marine modèle 34 par les forces navales françaises, désigné comme A.F.M 34.
Ce masque à gaz conçu tout particulièrement pour les marins afin d'être utilisé en toutes circonstances, à tout poste de combat sur un navire de guerre.
En effet, le masque à gaz A.N.P 31 (appareil normal de protection) adopté de manière générale en 1931, se révéla inadapté à un usage dans la marine, considéré comme trop encombrant et ne convenant pas au port simultané avec les effets vestimentaires des marins.
Après plusieurs années d'étude, la marine nationale française établit un cahier des charges répondant aux nécessités particulières de la marine, ce masque à gaz, mis au point par le capitaine de corvette Charles Bertin et adopté par la marine nationale en 1934, répond aux particularités suivantes :
    - Masque du type semi rigide constitué d'une partie faciale en tôle emboutie prolongé sur les cotés par une jupe en tissus du même type de structure que l'A.N.P 31.
    - La partie faciale métallique comporte deux viseurs en verre triplex situés dans un même plan et montés par des bagues vissées, permettant l'utilisation d'appareils optiques, une membrane phonique située en face de la bouche et une soupape d'expiration logée dans un petit boîtier à la partie inférieure.

- Le raccord d'entrée d'air se situe à la partie supérieure de la partie faciale se raccorde au tuyau de liaison à la cartouche filtrante type CP 35 M, elle-même maintenue en place sur la nuque par une griffe spéciale située sur l'arrière du harnais de fixation du masque. Cette disposition permettant de nager avec le masque en place.
Le casque modèle 39 fut ainsi conçu dans cette optique afin de maintenir la cartouche filtrante à l'arrière de celui-ci à la place de la griffe conçue à cet effet sur le harnais du masque.

Le masque est transporté dans une grande boite métallique rectangulaire portée sur le dos à l'aide de bretelles en toile et comportant une notice d'instructions de rangement du masque à gaz collée à l'intérieur de son couvercle.
Le masque à gaz A.F.M 34 fut fabriqué par les entreprises Luchaire (société existant toujours à l'heure actuelle dans l'industrie d'armement française) pour le compte de la marine, mais aussi plus tard pour le compte de la population civile, notamment pour les P.T.T (Postes, Télégraphes, et Téléphones) dont ces exemplaires comportent un cartouche contenant les lettres P.T.T.

A.F.M 34 - vue de face.
A.F.M 34 - vue de face.
A.F.M 34 - vue intérieure.
A.F.M 34 - vue intérieure.
Harnais de maintien, et support cartouche filtrante.
Harnais de maintien, et support cartouche filtrante.
Instructions de rangement.
Instructions de rangement.
Boite de transport - vue de face.
Boite de transport - vue de face.
Boite de transport - vue de dos.
Boite de transport - vue de dos.
Boite de transport - vue de dessous (fabrication Luchaire 1935).
Boite de transport - vue de dessous (fabrication Luchaire 1935).
Extrait du manuel des recrues des équipages de la flotte.
Extrait du manuel des recrues des équipages de la flotte.

Quelques exemples

Photos prises dans la région du Poulmic en 1945. © Fond photographique NicoWW2.