Retour à la rubrique Grèce
Casque Modèle 34/39

Fiche

Preview

Historique

L'adoption d'un casque moderne par la Grèce remonte à la première guerre mondiale, lors du débarquement franco-britannique à Salonique en octobre 1915 afin de prêter main-forte aux Serbes en retraite, malgré les réticences du roi Constantin 1er, proche des forces de l'Axe, étant lui même le beau frère de l'empereur d'Allemagne. Le Premier ministre et chef du gouvernement Eleuthère Venizélos, en total désaccord avec le roi, puisque étant très nettement pro alliés, forma donc un gouvernement provisoire le 13 octobre 1916 et rassembla une armée.
L'occupation d'Athènes par l'armée française au début de l'année 1917 entraîna l'abdication du roi en juin, et c'est son second fils qui lui succéda sous le nom d'Alexandre 1er , accompagné de Venizélos en Premier ministre.
Le premier acte du nouveau roi de Grèce a été de déclarer la guerre aux forces de l’Axe le 12 juin 1917.
L'armée rassemblée par Venizélos dès 1916 en Macédoine sera donc équipée parmi le grand nombre de matériel présent dans le camp retranché de Salonique. C'est donc de casque Anglais Mark I et essentiellement de casque Adrian modèle 15 français (arborant la grenade française estampée du sigle RF !) que l'armée grec fut coiffée.
En 1918, dans le but d'uniformiser les coiffures en usage dans l'armée, le casque Adrian modèle 15 fut choisi et fut donc désigné de casque modèle 18, en rapport à l'année de son adoption officielle.
Peint de couleur vert kaki, le casque modèle 18 arbore l'attribut grec, étant une croix hellénique contenue dans un écu, surmonté d'une couronne, symbole de la royauté.
Au lendemain du premier conflit mondial, la Grèce entra dans un sanglant conflit avec son voisin Turc jusqu'en 1922, date à laquelle la Grèce obtint les frontières que l'on lui connaît aujourd'hui (en cédant tous les territoires conquis en Asie mineure).
Avec la chute de la royauté en 1924 et la proclamation de la république, l'attribut présent sur les casques modèle 18 se voient supprimer la couronne, laissant donc l'insigne limité à une croix grec dans un blason.
Connaissant des années difficiles dans un climat instable, la monarchie est restauré le 3 novembre 1935, et une des premières décision du nouveau roi George II a été de moderniser l'armée.
C'est donc vers son voisin l'Italie, gros exportateur de matériel de guerre, que la Grèce se tourne pour l'achat d'équipement et d'armement pour son armée. Ainsi, vers 1938, la Grèce s'intéresse à un projet de casque italien permettant une plus grande liberté de mouvement que le modèle 933. Ce casque, réalisé et fabriqué à très peu d'exemplaires en 1934 principalement par les usines Pigone à Florence, ne retient pas l'attention de l'armée Italienne. C'est donc à l'exportation que ces casques sont proposés et c'est le gouvernement grec qui s'en porte acquéreur, les premières livraisons étant effectuées courant 1939.
Ce casque que l'on qualifiera de casque modèle 34/39, en rapport à son année de création et son année d'adoption, fut fabriqué en Italie pour la coque, la mise en peinture et l'ajout de l'ensemble coiffe/jugulaire étant effectué en Grèce.
Adopté en 1939, le casque M34/39 est largement distribué à l'armée, le casque modèle 18 restant en dotation essentiellement pour les troupes de l'arrière.
Le casque M34/39 fut principalement utilisé lors du conflit Italiano - Grec qui éclata le 28 octobre 1940, qui se termina le 2 juin 1941 avec l'intervention Allemande venu de Yougoslavie, malgré l'aide des britanniques.
Les restes invendus des casques produits par l'Italie furent utilisés par les gardes-frontières principalement, et à quelques occasions dans l'armée.
Le casque M34/39 fut seulement utilisé durant la seconde guerre mondiale, au sein de l'armée grec avant la défaite de 1941, puis successivement au sein de la résistance et de l'armée de libération grec.
Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l'armée grec fut équipé principalement par du matériel britannique, puis à partir de 1948 par du matériel américain.
C'est dans ces conditions que l'armée grec adopta le casque Mark II britannique sous forme reconditionnée, et il faut noter que quelques exemplaires de casques M34/39 furent recondionnés sur le même modèle.

Casque modèle 18.
Casque modèle 18.

Casque modèle 18.
Attribut grec.
Casque M34/39. Casque M34/39. Casque M34/39.
Casque M34/39. Casque M34/39. Casque M34/39.

Constitution

La coque :

Vue de face.
Vue de face.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Marquage taille.
Marquage taille.

La coque, fabriquée en Italie principalement dans les usines Pigone à Florence, est formée d'un seul tenant par emboutissage d'une feuille d'acier. Sa forme rappelle clairement le casque italien modèle 933, dont il est inspiré. La visière est largement dégagée, ce pourquoi il a été créé afin de donner plus de liberté que le casque M933.
Le casque est ensuite percé à quatre reprises (deux trous de chaque coté) pour la pose du cerclage métallique de la coiffe.
Etant donné que la quantité d'acier utilisée est moindre que le casque M933, le casque modèle 34/39 se révèle moins efficace que son homologue italien.
Tout comme le casque italien M933, le casque M34/39 est fabriqué en trois tailles.
Etant livré incomplet (uniquement la partie acier) et non peint à la Grèce, c'est celle-ci qui se chargea de la mise en peinture, avec une teinte vert olive, ou vert foncé.
A noter que la taille de la coiffe est spécifiée à l'aide d'un tampon à l'encre noire à l'arrière du casque.

Il est intéressant de savoir que certains de ces casques furent reconditionnés intégralement après guerre sur la base du nouveau casque Mark II.

La coiffe :

Vis de fixation.
Vis de fixation.
Ecrou de fixation.
Ecrou de fixation.
Cerclage et attaches parisiennes.
Cerclage et attaches parisiennes.
Coiffe et tissu de rembourrage.
Coiffe et tissu de rembourrage.
Marquage.
Marquage.
Coiffe.
Coiffe.

La coiffe en cuir très fin est maintenue sur un cerclage métallique rejoint à l'aide de deux rivets. Ce cerclage est maintenu à la coque avec quatre pattelettes métalliques rivetées ou vissées à la coque.
La coiffe est constituée d'une bande de cuir cousue à l'arrière, à la base de laquelle sont cousues six pattes de cuir. La base de chacune de ces pattes est percée d'un trou renforcé d'un œillet métallique pour le passage du lacet en cuir de réglage en profondeur de la coiffe.
La coiffe est fabriquée en sept tailles réparties pour trois tailles de casque, la taille est estampée sur une des pattes de la coiffe en dessous du symbole de l'armée grec.
Ce symbole est une croix hellénique autour de laquelle est inscrit "ELLINIKOS STRATOS" (signifiant armée grec) en alphabet grec, le tout surmonté de la couronne symbolisant la royauté.
La coiffe est maintenue au cerclage, entre lesquels s'intercale une fine bande de tissu pour le rembourrage, à l'aide de 12 "attaches parisiennes", 12 trous étant au préalable pratiqués sur le cerclage.

A noter que certains casques M34/39 furent reconditionnés après guerre par remise en peinture et changement de l'ensemble coiffe/jugulaire du casque Mark II grec adopté après guerre.

La jugulaire :

Passant de jugulaire.
Passant de jugulaire.
Rivet de fixation.
Rivet de fixation.
Boucle de réglage.
Boucle de réglage.

Les passants de jugulaire sont directement rivetés au cerclage, ils consistent en deux pattes métalliques repliées sur elles-mêmes afin de constituer un crochet clipsable.
Ces crochets acceptent par la suite un anneau rectangulaire aux angles arrondis, sur lequel est rivetée une bande de cuir d'une largeur d'environ 2,8 centimètres pour une longueur de 25 centimètres, boucle comprise.
Ces deux bandes de cuir se terminent par une boucle à double fentes s'insérant dans l'autre partie de la jugulaire. Le réglage s'effectuant par positionnement de ces deux boucles, réglant ainsi la longueur de chacune des parties de la jugulaire.

Quelques exemples

Exemple 1. Exemple 1. Exemple 1.
Exemplaire avec insigne peint.