Retour à la rubrique Pays-Bas
Casque Modèle 34

Fiche

Preview
Modèle 34 destiné à l'armée.

Preview
Modèle 34 reconditionné pour la protection civile ("Bescherming Bevolking").

Historique

Au déclenchement de la première guerre mondiale le 28 juillet 1914, les Pays-Bas mobilisèrent environ 200 000 hommes dès le 31 juillet afin de protéger leur neutralité. Cette disposition permit au pays d'échapper aux hostilités et resta neutre tout au long du conflit, durant lequel le pays ne cessa de renforcer ses défenses : l'armée avait un effectif de 450 000 hommes en 1918.
Durant la guerre et devant le succès du casque français Adrian modèle 15, la petite armée hollandaise, non combattante dans le conflit en raison de la neutralité du pays, souhaita s'équiper d'un casque moderne après avoir eu connaissance de l'importance des blessures à la tête au cours de la grande guerre.
C'est ainsi que les Pays-Bas cherchèrent à créer leur propre casque, et apparut en 1916 un projet de casque hollandais dont la silhouette était proche du casque français Adrian modèle 15, mais ne possédait plus de cimier et était formé d'une seule pièce. Ce projet n'aboutira qu'au début des années 20 en raison d'une longue période d'étude et d'un caractère non urgent du projet, le pays étant neutre à l'époque.
Qualifié comme modèle 16, ce casque subit plusieurs d'améliorations successivement en 1922 (modèle 16 A : coiffe montée sur un cerclage en cuir) puis en 1926 (modèle 16 B : suppression des trous d'aération), 1927 (modèle 16 C : suppression des trous oblongs latéraux) et enfin 1928 (modèle 16 D : bordure retournée), donnant ainsi plusieurs variantes du projet né en 1916.
Dès 1924, la Hollande soucieuse de moderniser son armée, commença à étudier un nouveau casque sur la base du modèle précédent. L'étude de ce nouveau casque s'échelonna de 1923 à 1927, pour donner naissance au nouveau modèle 27 "Nieuw Model", reprenant la coiffe des modèles précédent ainsi que la jugulaire. Seule la forme du casque a subit un profond changement avec une forme épousant plus la forme de la tête avec une nuquière plus développée. Ce casque fut fabriqué par arsenal d'Artillerie Inrichtingen à Hembrug, près d'Amsterdam et sera plus tard produit par les usines de Vereenigde Blikfabrieken à Krommenie/Amsterdam (VERBLIFA).
Ce casque devint donc le casque de dotation de l'armée hollandaise à partir de 1928, et sera modernisé en 1934 par allongement de son couvre-nuque et agrandissement du décroché latéral du casque pour donner un modèle très semblable : le modèle 34, qui sera uniquement produit uniquement par la société VERBLIFA.
Utilisé parallèlement au casque modèle 27, le casque modèle 34 fut fabriqué pour le compte de l'armée, du "Korps Mariniers" et ainsi que la police militaire ("Koninklijke Marechausse").
En 1938, un contrat fut établi entre la Roumanie et la société Vereenigde Blikfabrieken pour la fabrication de 500 000 exemplaires pour le compte de l'armée du roi Carol II. Ce premier contrat établi le 5 septembre 1938 fut complété le 8 avril 1939 pour la fabrication de 62 330 casques, dont 14 422 modèles pour officier munis d'une jugulaire en cuir blanc. Le 2 avril 1940 une dernière commande fut contractée pour la fabrication de 300 000 exemplaires, qui ne peut être entièrement satisfaite en raison de l'invasion allemande (50 700 casques ont été livrés, le contrat étant résilié le 23 février 1942 avec une dernière livraison de 1 500 unités).
Construit jusqu'en 1940, il sera utilisé principalement par les troupes hollandaises jusqu'à l'invasion allemande, puis une importante quantité de casques modèle 34 (et modèle 27) fut emportée par les troupes allemandes pour être en grande partie livré à la Roumanie (pour ces cas l'insigne était retiré) alors alliée de l'Allemagne. Une certaine quantité fut utilisée au sein de la "Luftschutz" allemande, auquel cas, ces casques avaient leur insigne généralement retiré, étaient repeints de couleur bleu nuit, et l'insigne décalcomanie de la "Luftschutz" appliqué sur la partie frontale.
Durant la seconde guerre mondiale, les modèles 34 restant aux Pays-Bas furent affectés à la police, auquel cas ils étaient repeints de couleur noire.
Le casque modèle 34 fut retiré du service armé au lendemain de la guerre et fut principalement reversé à la protection civile ("Bescherming Bevolking") au sein de laquelle ils furent reconditionnés.

Modèle 27.
Modèle 27.
Modèle 34. Modèle 34.
Modèle 34. Modèle 34. Modèle 34.
Modèle 34. Modèle 34. Modèle 34. Modèle 34.

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Fente de transport.
Fente de transport.
Marquage estampé, fabrication de 1938.
Marquage estampé, fabrication de 1938.

La bombe du casque hollandais modèle 34 fut fabriquée en deux tailles : une de taille standard et une grande taille (identifié par un tampon "GR" appliqué sur le cerclage de coiffe entre les deux pattes avant). Elle est formée d'un bloc par emboutissage progressif d'une plaque d'acier. Après formation, la bordure du casque est taillée, puis évasée vers l'extérieur et enfin retournée à l'intérieur sur 5 millimètres afin d'adoucir le tranchant du casque.
La coque est ensuite percée de sept trous pour la fixation des éléments intérieurs du casque. Ces trous suivent une ligne oblique partant de la visière du casque et s'élevant vers l'arrière afin de disposer convenablement l'imposant couvre-nuque au niveau du coup du porteur.
Comme l'ensemble des casques hollandais, le modèle 34 est aussi doté à l'arrière d'une fente de transport de forme oblongue de dimension 22 x 4 millimètres. Cette fente est utilisée pour accrocher le casque au paquetage ou au ceinturon en utilisant la longue jugulaire.
L'année de fabrication en deux chiffres accompagnée d'une lettre peut être estampé à froid à l'arrière du casque, cette pratique semble disparaître durant la dernière année de fabrication du casque modèle 34 (mi 1939 - 1940).
Un insigne est soudé à l'avant du casque avant mise en peinture.
La bombe est peinte de manière satinée avant l'installation des éléments intérieurs, la couleur utilisée est vert kaki clair (proche d'un vert pomme) pour les casques attribués à l'armée et le "Korps Mariniers" (l'insigne de l'armée est peint en noir), et intégralement en noir satinée pour le compte de la police militaire ("Koninklijke Marechausse").

Certains casques modèle 34 furent réattribués à la police et furent repeints de couleur noire. A noter que les têtes de rivets utilisés pour la mise en place de l'aménagement intérieur du casque sont peintes de couleur identique au casque à l'aide d'un petit coup de pinceau.

Lion héraldique des Pays-Bas.
Lion héraldique des Pays-Bas.
Ancre Korps Mariniers en cuivre.
Ancre "Korps Mariniers" en cuivre.
Ancre Korps Mariniers en métal blanc.
Ancre "Korps Mariniers" en métal blanc.

Les casques destinés à l'armée (police militaire incluse) possèdent le même insigne appliqué sur les casques modèle 27. Fabriqué en cuivre et de forme ovale, cet insigne haut de 7,8 centimètres pour 6,2 de large représente l'héraldique de la maison Orange-Nassau (il est constitué d'un lion couronné, armé et lampassé de gueules, tenant un faisceau de sept flèches et une épée d'argent). On note des cas où cet insigne était décapé dans le but d'embellir le casque.
Les casques destinés au "Korps Mariniers" sont munis d'une ancre de marine surmontée d'une couronne royale. Ces insignes étaient dans un premier temps fabriqués en cuivre puis par la suite en métal blanc.

Autre exemplaire. Autre exemplaire.
Autre exemplaire de casque modèle 34, réceptionné en 1939.

La coiffe :

Rivet de fixation.
Rivet de fixation.
Cerclage en cuir, jointure par deux rivets.
Cerclage en cuir, jointure par deux rivets.
Vue d'ensemble du cerclage en cuir.
Vue d'ensemble du cerclage en cuir.
Patte de coiffe.
Patte de coiffe.
Doublure en feutre.
Doublure en feutre.
Ensemble patte de coiffe et doublure en feutre.
Ensemble patte de coiffe et doublure en feutre.
Nuquière, vue intérieure.
Nuquière, vue intérieure.

Nuquière, vue extérieure - boucle de réglage.
Nuquière, vue extérieure - boucle de réglage.
Lacet de réglage en profondeur.
Lacet de réglage en profondeur.
Coiffe.
Coiffe.

La coiffe du casque modèle 34 est reprise à l'identique du casque modèle 27. La coiffe est assemblée sur un cerclage constitué d'une épaisse bande de cuir large de 2,2 cm pour environ 3 mm d'épaisseur, dont les extrémités amincies sont solidarisées par deux rivets tubulaires vernis en noir. La jointure du cerclage en cuir est placée sur le côté lors du montage de la coiffe.
La coiffe est constituée de trois pattes en cuir épais glacées noir, dont la face extérieure est striée pour donner une surface antidérapante aux éléments de la coiffe. Chaque patte de coiffe est constituée d'un morceau de cuir de dimension 13,5 x 12,5 cm, dont la base est scindée en deux parties espacées d'un interstice d'environ 3,5 centimètres de large. Chacune des parties arrondies des pattes de coiffe comporte deux trous renforcés par un œillet métallique pour le passage du lacet joignant les trois éléments de la coiffe et permettant par la même occasion le réglage en profondeur de la coiffe. Ce fin lacet en coton torsadé de couleur noire a ses deux extrémités renforcées d'un empiècement métallique pour éviter qu'il s'effiloche.
Chaque patte de coiffe est doublée d'un large morceau de feutre épais de 4 mm, et dont l'extrémité libre est taillée en forme trapézoïdale. Le feutre utilisé est généralement de couleur orange, plus rarement de couleur bleu marine et a pour dimension 13,7 x 12,7 centimètres. Chaque patin en feutre est cousu par une ligne de couture à 2 cm de la base de chaque patte de coiffe. La base non doublée de feutre est destinée au montage sur le cerclage en cuir par le biais d'une ligne de couture effectuée avec du fil épais et dont la couture parcoure l'intégralité de la circonférence de l'épais cerclage de cuir. Les pattes de coiffe sont disposées aux trois tiers du cerclage, deux à l'avant et la dernière à l'arrière.
La coiffe est complétée d'une nuquière constituée d'une bande de cuir en forme de demi-lune afin d'épouser l'arrondie du cerclage et mesurant approximativement 34 cm de longueur pour 7,5 cm de large au centre. La nuquière est parcourue d'une sangle réglable à l'aide d'une boucle à ardillon parcourant la nuquière par le biais de 14 fentes et permettant de régler la tension de celle-ci. La nuquière est solidaire du cerclage en cuir par le même trait de couture appliqué pour le maintien des éléments de la coiffe. L'ensemble est solidarisé par un second trait de couture parcourant la moitié de la périphérie du cerclage en cuir.
La coiffe est solidarisée à la bombe à l'aide de cinq rivets tubulaire à tête hémisphérique de Ø 8 mm, deux répartis de chaque côté du casque et un à l'arrière (ce qui donne en répartition, un rivet de chaque côté de la patte arrière de la coiffe, plus un troisième au centre de celle-ci ; puis un rivet derrière chaque extrémité les plus à l'avant du casque des deux pattes avant. Les côtés de la coiffe sont solidarisés par un rivet clou en cuivre maintenant par la même occasion les passants de la jugulaire.
Les rivets de fixation sont appliqués à travers des orifices effectués dans le cerclage en cuir, ces orifices peuvent être doublés afin de mieux correspondre avec les trous de la bombe.

La jugulaire :

Rivet de fixation.
Rivet de fixation.
Passant de jugulaire.
Passant de jugulaire.
Boucle en tôle emboutie.
Boucle en tôle emboutie.
Exemple roulage excédent de jugulaire.
Exemple roulage excédent de jugulaire.
Partie courte avec boucle de fermeture.
Partie courte avec boucle de fermeture. Partie longue de la jugulaire.
Partie longue de la jugulaire.

La jugulaire du casque modèle 34 reste identique à celle installé dans les casques hollandais depuis 1922.
La jugulaire, constituée de deux parties, est fabriquée en cuir teinté en noir avec deux bandes large de 1,5 centimètres, pour environ 2 millimètres d'épaisseur. La fermeture est assurée par une boucle à double passant qui est fabriquée en tôle emboutie et dont les côtés sont pliés de sorte à former une glissière dans laquelle coulisse une patte crantée destinée à mieux maintenir la jugulaire une fois passer dans la boucle. Cette boucle de fermeture est vernie de couleur noire et est montée sur la partie courte de la jugulaire. Elle est maintenue par enchapement de sa base par la bande de cuir longue de 9 cm (parties pliées incluses) et dont la fermeture est solidarisé par deux rivets tubulaires.
La partie longue de la jugulaire est constituée d'une bande de cuir longue d'environ 56 cm et dont l'extrémité libre est taillée en pointe. L'importante taille de cette partie est utilisée pour arrimer le casque au paquetage au niveau de la fente de transport. Cette partie peut aussi avoir été raccourcie par le soldat par souci d'encombrement. Bien souvent lorsque la jugulaire était fermée et la longueur réglée, l'excédent de jugulaire était appliqué en forme de rouleau au niveau de la boucle de fermeture.
La jugulaire est maintenue aux passants de jugulaire par enchapement des boucles métalliques solidarisé par deux rivets tubulaires placés côte à côte. Les rivets tubulaires utilisés sur la jugulaire sont en acier vernis en noire.
Les passants de jugulaire sont constitués d'un anneau métallique de forme rectangulaire, dont la base est prise dans une patte métallique repliée sur elle-même, jouant ainsi le rôle de charnière.
Cette patte de maintien est percée pour le passage du rivet clou en cuivre solidarisant par la même occasion la coiffe sur les côtés du casque. Ce rivet clou, dont la base fait 10 mm de diamètre, est solidarisé au casque par matage de la tête, donnant ainsi une tête de rivet plus petite que les autres rivets de fixation de coiffe (Ø 4 mm).

Les marquages :

DE VOLHARDING AMSTERDAM.
DE VOLHARDING AMSTERDAM.
DE SPOEL ROTTERDAM.
DE SPOEL ROTTERDAM.
DEKKER AMSTERDAM.
DEKKER AMSTERDAM.

Alors que les bombes du casque modèle 34 étaient exclusivement fabriquées par la société Verenigde Blikfabrieken à Krommenie (Verblifa), les coiffes étaient assemblées par quelques sous-traitants. Le fabriquant le plus commun est "De Volharding", dont les fabrications peuvent être identifiées par le marquage appliqué au tampon encreur de couleur bleu sous une des pattes de coiffe. Ce marquage de forme rectangulaire aux angles biseautés comporte les mentions suivantes :
LEDERWARENFABRIEK
DE VOLHARDING
AMSTERDAM

Puis on rencontre plus rarement des fabrications de la société Dekker identifié par un marquage au tampon encreur appliqué sur le cerclage en cuir de la coiffe, ce marquage comportant la mention :
DEKKER
AMSTERDAM

Enfin, le dernier fabricant identifié est la société De Spoel identifié par un macaron appliqué au tampon encreur de couleur noire sous une des pattes de coiffe. Ce macaron comporte l'héraldique de la ville de Rotterdam en son centre, entouré des mentions : LEDERWARENFABRIEK * DE SPOEL - ROTTERDAM *.

Tampon d'acceptation de 1934.
Tampon d'acceptation de 1934.
Tampon d'acceptation de 1938.
Tampon d'acceptation de 1938.
Tampon d'acceptation de 1939.
Tampon d'acceptation de 1939.
Tampon d'acceptation de 1940.
Tampon d'acceptation de 1940.

Après assemblage, les casques modèle 34 étaient envoyés au magasin central pour inspection et approbation pour service au sein de l'armée. Si le casque répondait aux critères imposés par l'armée, la coiffe est tamponnée au niveau du cerclage à l'aide d'un tampon à l'encre sur lequel on distingue les lettres M et C entrecroisées (pour "Centraal Magazijn") surmontant la date d'inspection. Toutefois ce marquage ne rencontre pas systématiquement, sans doute pour les casques n'ayant pas eu le temps d'être inspecté en raison du déclenchement de la seconde guerre mondiale.

Bande de manœuvre :

Bande de manœuvre à l'usage.
Bande de manœuvre à l'usage.
Passant de jugulaire.

On note l'utilisation d'une bande de manœuvre utilisée dans les années 30 dans le cadre d'exercice d'entrainement afin de distinguer un groupe d'un autre. Cet accessoire est constitué d'un triangle de toile teintée de couleur noire, dont la base étroite est pincée sur l'axe médian d'un trait de couture pour épouser le galbe du casque.
Chaque extrémité est munie d'une paire de lacet cousue et fabriqué à l'aide d'une fine bande de toile de couleur verte. Ainsi, la bande de manœuvre peut se s'appliquer sur le casque en nouant les lacets aux pontets de jugulaire et le dernier à la fente de transport.

Vue de biais.
Vue de biais.
Vue de face.
Vue de face.
Vue arrière, fixation au niveau de la fente de transport.
Vue arrière, fixation au niveau de la fente de transport.

Modèle fabriqué pour la Roumanie

Vue de face.
Vue de face.
Vue de biais.
Vue de biais.
Insigne aux armoiries du roi Carol II.
Insigne aux armoiries du roi Carol II.
Tampon de réception du ministère de la défense roumain.
Tampon de réception du ministère de la défense roumain.
Soldat roumain coiffé du casque modèle 38.
Soldat roumain coiffé du casque modèle 38.

La Roumanie était depuis la première guerre mondiale équipée du casque Adrian modèle 15 de fabrication française, tout comme un certains nombres des pays frontaliers, notamment la Grèce, la Yougoslavie et l'URSS. Cette dernière n'ayant pas accepté la perte de la Bessarabie au profit de la Roumanie en mars 1918, la Roumanie, consciente du risque de conflit, décida de changer de coiffure pour ses forces armées et s'intéressa dès 1935 au nouveau casque hollandais modèle 34.
Le gouvernement roumain se rapprocha donc de la société néerlandaise N.V. De Vereenigde Blikfabrieken de Krommenie/Amsterdam (Verblifa) et conclut un contrat avec cette société en date du 5 septembre 1938 pour la fabrication de 500 000 exemplaires arborant l'insigne du roi Carol II.
Le contrat de fabrication fut accepté comme tel en langue française, la Roumanie ayant une importante communauté francophone :

5 sep 1938

Contrat

Entre les soussignés l'Etat Roumain - Ministère de la défense Nationale Direction de l'intendance représenté par le Général de Division Alexandre Glatx, Sous Secrétaire d'Etat au Ministère de la Défense Nationale, d'une part, et la Fabrique N.V. De Vereenigde Blikfabrieken de Krommenie/Amsterdam, Hollande, représentée par Messieurs A. Titje, Directeur de la Société N.V. De Vereenigde Blikfabrieken, et Ing. J. Van der Vaerden, Conseil de la même société, en vertu du pouvoir spécial en date du 26 juillet 1938 légalisé par le Consulat Roumain d'Amsterdam sous le no. 875-875-275/938 et par le Ministère des Affaires Etrangères de Roumanie sous le no.9996 du 2 août 1938, d'autre part, a été conclu le présent contrat :

Comme suite à l'offre déposée, aux procès verbaux de la Délégation Interministérielle no. 3458 du 25 juin 1938 et no. 3532 du 26 juillet 1938 et au Journal du Conseil des Ministres no. du août 1938, a été établi et convenu ce qui suit :

Art. 1. - La soussignée fabrique N.V. De Vereenigde Blikfabrieken de Krommenie/Amsterdam, Hollande, s'oblige à fournir pour les besoins de l'armée Roumaine la quantité de 500.000 (cinq cent mille) pièces casques en acier modèle néerlandais avec emblème en bronze incrusté fab Amsterdam, soit :
      300.000 pièces au prix de flor. holl. 4.93 par pièce ou en
            total flo. holl.   .  .  .  .  .  .  .  .  .  1.479.000.-
      200.000 pièces au prix de fl. holl. 5.52 par pièce
            ou en total fl. holl.   .  .  .  .  .  .  .   1.104.000.-
      500.000                    Total                    2.583.000.-

Art. 2. - La valeur intégrale de la fourniture est de 2.253.000 (deux millions cinq cent quatre vingt trois mille) fl. holl. et elle sera payée du fonds de la Défense Nationale sans la prime valutaire de 38% en florins hollandais par un accréditif irrévocable égal à la valeur de chaque lot de 100.000 casques qui sera ouvert à la Twentsche Bank d'Amsterdam, à savoir :
    - A la mise en fabrication de chaque lot de 100.000 casques sera payé cet accréditif au fournisseur une avance de 30% de la valeur de ce lot, contre une lettre de garantie bancaire.
    - Le solde de 70% sera payé du même accréditif après la livraison et la réception du lot entier de 100.000 casques contre des actes définitifs (facture, procès verbaux de réception).
    Le paiement sera fait par le transfert des montants respectifs à Amsterdam par la Banque Nationale Roumaine conformément à l'engagement pris par celle-ci et à la lettre du 6 août 1938 no. 15806 du Ministère de la Défense Nationale.
    Dans le cas où une convention économique interviendrait entre l'Etat Roumain et l'Etat Hollandais, les parties signataires acceptent que les paiements soient mis en concordance avec cette convention.
Toutes les dépenses relatives à l'exécution du présent contrat à l'exception de celles prévues par le Journal du Conseil des Ministres no. 80/936 seront à la charge du fournisseur.

Ce sont en tout 628 000 casques qui sont livrés par la société néerlandaise Verblifa entre le 5 septembre 1938 et le début de l'année 1942. En effet, le contrat initial du 5 septembre 1938 fut complété par un second contrat le 8 avril 1939 pour la fabrication de 62 330 casques, dont 14 422 modèles pour officier munis d'une jugulaire en cuir de couleur fauve.
Le 2 avril 1940 une dernière commande fut contractée pour la fabrication de 300 000 exemplaires, qui ne peut être entièrement satisfaite en raison de l'invasion allemande (50 700 casques ont été livrés, le contrat étant résilié le 23 février 1942 avec une dernière livraison de 1 500 unités).
Après l'invasion allemande, une grande partie des casques modèle 34 (ainsi qu'une certaine quantité de casques modèle 27) fut cédée à la Roumanie alors alliée de l'Allemagne.
Ces casques, considérés comme casque modèle 38 pour la Roumanie, était en tout point identique au casque modèle 34 destiné à l'armée hollandaise, à l'exception de l'insigne frontal aux armoiries du roi Carol II. Ces casques étaient dès réception tamponné par l'intendance roumaine à l'aide d'un tampon encreur de forme circulaire appliqué au fond de la bombe. Ce tampon ayant en son centre les armoiries de la maison royal de Roumanie, surmontées de la mention România M.A.N (abréviation de "Ministerul Apararii Nationale") pour Roumanie Ministère de la Défense Nationale et surmontant la mention C.R.R (abréviation de "Carol II Regele României") pour Carol II Roi de Roumanie.
A l'abdication du roi Carol II le 6 septembre 1940, les insignes des casques modèle 38 commencèrent à être retiré.
Le casque modèle 38 resta en service au sein de l'armée roumaine de nombreuses années après la guerre jusqu'à l'adoption du modèle 73, et fut dans de nombreux cas reconditionné avec une coiffe de type allemande.

Reconditionnement par la protection civile ("Bescherming Bevolking")

Modèle 34 reconditionné pour la protection civile - vue de biais.
Modèle 34 reconditionné pour la protection civile - vue de biais.
Vue intérieure.
Vue intérieure.
Coiffe reconstituée sur le modèle original.
Coiffe reconstituée sur le modèle original.
Détails nuquière.
Détails nuquière.
Jugulaire, fermeture par boucle à ardillon.
Jugulaire, fermeture par boucle à ardillon.

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, le casque modèle 34 est écarté du service armée au profit du casque anglais Mark II dans un premier temps, rapidement remplacé par le casque modèle 53, clone du casque US M-1.
Forte des leçons de la guerre et notamment de l'utilité de la défense passive en cas de conflit, les Pays-Bas mirent rapidement en place une force de protection civile ("Bescherming Bevolking") et autres organismes auxiliaires pour la défense de sa population. La protection civile s'équipa rapidement avec des casques issus des importants stocks de la seconde guerre mondiale, principalement des casques Mark II, Mark III et "Civilian, Steel, Helmet" - Zuckerman anglais, dont les bombes étaient repeintes en grise et les coiffes changées pour un aménagement de fabrication hollandaise. Les casques obsolètes de l'armée hollandaise ne dérogèrent pas à cette règle et un nombre important de casques modèle 34 fut reconditionné.
Ces casques modèle 34 réaffectés à la protection civile virent leur insigne ôté pour la grande majorité et leur bombe repeinte de couleur vert kaki grisâtre, parfois seulement en extérieur, parfois dans l'intégralité.
Dans la majorité des cas, l'ensemble coiffe/jugulaire était remplacé (les passants de jugulaire métallique parfois conservés). Cette nouvelle coiffe ainsi que la jugulaire, de conception similaire, étaient fabriquées en cuir de moindre qualité de couleur brun rougeâtre, dont les pattes de coiffe étaient doublées de feutre.

Exemple 1. Exemple 1.
Autre exemple de modèle 34 reconditionné pour la "Bescherming Bevolking" ayant conservé son insigne, détouré lors de la mise en peinture.

Exemple 2. Exemple 2.
Autre exemple de modèle 34 reconditionné pour la "Bescherming Bevolking" ayant conservé son insigne, exemplaire muni d'un mousqueton pour porter le casque au ceinturon.

Comparatif entre les modèle 27 et modèle 34

Modèle 27.
Modèle 27.
Modèle 34.
Modèle 34.

On ne peut s'empêcher de faire le rapprochement du casque modèle 34 avec son prédécesseur le modèle 27 "Nieuw Model", leur conception étant similaire, et possédant le même attribut. En effet, la confusion entre ces deux casques est facile, la forme ces casques étant presque identique et il est difficile de les différencier : seule une comparaison des côtés de ces deux casques permet aisément de les différencier.
Le modèle 34 a une forme bien plus prononcée que le modèle 27. La base du modèle 27 est beaucoup plus plane, alors que celle du modèle 34 est beaucoup plus creuse. Ce dernier est aussi un peu plus long que son prédécesseur. Cette différence de forme procure au casque modèle 34 un couvre-nuque plus enveloppant que celui du modèle 27.

 

Toutefois, on peut noter que le casque modèle 27 est peint de couleur plus foncé que le modèle 34, la peinture du modèle 27 fut appliquée de manière granitée au début de sa production.

Comparatif entre les casques Mle 27 et Mle 34.
Comparatif latérale entre les casques modèle 27 et modèle 34.

Comparatif entre les casques Mle 27 et Mle 34.
Comparatif du dessus entre les casques modèle 27 et modèle 34.