Retour à la rubrique Pays-Bas
Casque Modèle 53

Fiche

Preview

Historique

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, les Pays-Bas utilisèrent beaucoup de matériels issus des stocks alliés, et notamment beaucoup de casques Anglais (Mark II, Mark III et Zuckermann) qui furent par la suite reconditionnés pour le compte de la défense passive.
Les Pays-Bas firent un essai de reprise du casque Mark II anglais, mais ne satisfaisant pas l'armée, ce casque fut donc reversé à la défense passive.
Etant occupé durant l'ensemble du conflit, et donc son armée dissoute, les derniers casques officiels de l'armée hollandaise furent les casques modèle 28, 34 et 38, utilisés jusqu'à la défaite de mai 1940.
A la libération, et donc à la renaissance de l'armée nationale hollandaise, ces casques furent considérés comme obsolète, comparé au très moderne casque US M-1.
Ainsi, dans les années d'après guerre, l'armée hollandaise employa beaucoup de casques US M-1, récupéré auprès des stocks américains, notamment durant la reconquête des colonies en Asie du Sud-Est et aussi au sein du contingent envoyé durant la guerre de Corée.
Avec l'adhésion du pays dans les forces de l'OTAN et par souci d'harmonisation, les Pays-Bas décidèrent de créer un clone du casque US M-1, comme l'ont fait la Belgique, et le Danemark par exemple.
Ce casque fit donc son apparition en 1953, possédant des caractéristiques propres au pays, reprises sur le casque Mark II national (notamment au niveau de la jugulaire). Ce casque sera désigné comme modèle 53 par convention en rapport avec son année d'adoption.
Du fait du grand nombre de casques US M-1 employés par l'armée au lendemain de la guerre, beaucoup de ces casques mais aussi des liners de fabrication américaine furent employés en même temps que le modèle 53.
Le casque modèle 53 fut produit par une seule usine nationale, VERBLIFA, à Amsterdam, anciennement connu comme la société "Verenigde Blikfabrieken", ancien fabricant de casques pour l'armée hollandaise avant guerre, ayant repris son activité après guerre avec le casque Mark II.
L'ensemble des casques modèles 53 a été fabriqué à l'étranger par les usines suivantes :
    - "Heinrich Ulbrichts Witwe", fabricant autrichien.
    - "Linnemann-Schnetzer", fabricant allemand.
    - "Schuberth", fabricant allemand.
    - "Vereinigte Deutsche Nickelwerke", fabricant allemand.
Une partie des casques modèle 53 de production nationale (VERBLIFA) fut exportée au Luxembourg.
Le casque modèle 53 fut utilisé au sein de l'armée, de l'armée de l'air et de la police jusque dans les années 90, où il fut remplacé par le casque en kevlar modèle 95.

Affiche pour la reconquête des colonies.
Affiche pour la reconquête des colonies.
M 53. M 53. M 53. M 53.

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.

Le casque lourd du modèle 53 est très similaire au casque US M-1 model 1943. La coque est formée par emboutissage d'une feuille d'acier, la bordure étant ensuite enveloppée d'un jonc se joignant à l'arrière du casque.
Les pontets de jugulaire identique au modèle US, sont fixés au casque par trois points de soudure électrique chacun.
La coque est ensuite peinte de couleur verte pour l'armée, bleu marine pour la police (ces versions possèdent aussi un autocollant frontal) et bleu ciel pour l'armée de l'air.
A noter que les premières fabrication destinées à l'armée furent peinte de manière granitée, puis lisse par la suite.

Les casques modèles 53 hollandais possèdent tous un marquage fabricant, estampé à froid sur le jonc au niveau de la visière du casque. Les marquages peuvent aussi être plus rarement apposés par tampon à l'intérieur de la coque (cas des premières fabrications).
La liste des fabricants est :
    - "Heinrich Ulbrichts Witwe", fabricant autrichien (marquage estampé ou par tampon, noté U's ou U SCH).
    - "Linnemann-Schnetzer", fabricant allemand (marquage estampé, noté LS).
    - "Schuberth", fabricant allemand (marquage SH, SW ou N dans un cercle).
    - "Verblifa", fabricant hollandais (marquage estampé ou par tampon, noté VB).
    - "Vereinigte Deutsche Nickelwerke", fabricant allemand (marquage estampé, noté VDN).

Casque de l'armée de l'air.
Casque de l'armée de l'air.

Marquage coque.

Marquage de contrôle.
Marquage de contrôle.
Heinrich Ulbrichts Witwe.
Heinrich Ulbrichts Witwe.
Linnemann-Schnetzer.
Linnemann-Schnetzer.
Schuberth.
Schuberth.
Verblifa.
Verblifa.
Verblifa.
Verblifa.

Le sous-casque :

Sous-casque de l'armée de l'air.
Sous-casque de l'armée de l'air.
Intérieur.
Intérieur.
Sous-casque de l'armée.
Sous-casque de l'armée.

Les sous-casques du modèle 53 sont copiés sur les liners américains model 1941, 1943 et 1951, bien que la forme soit légèrement moins bombée que leurs homologues US.
Le sous-casque comporte une suspension, de type "Riddel" copiée sur le modèle US, fixée en six points pour la coiffe, plus trois points pour la nuquière.
La suspension est fabriquée en toile de couleur verte, et comporte deux boutons pression (partie femelle) sur la partie avant pour la fixation du bandeau de tour de tête.
Le bandeau de tour de tête, permettant le maintien sur la tête, est fabriqué à partir d'une bande de cuir cousue sur une bande de toile. Le bandeau de sudation n'est pas fixé à l'aide de clips métalliques comme sur le modèle US, mais avec deux boutons pression (partie mâle) à l'avant et quatre petites bandes de cuir terminées par un bouton pression pour la fixation des deux tiers restant du bandeau. Cette méthode de fixation fait d'elle la caractéristique principale du sous-casque hollandais.
La nuquière est fixée sur une bande solidaire au sous-casque, fixée en trois points. La fixation de la bande nuquière varie en fonction du type de sous-casque.
Les sous-casques sont peints en vert pour le compte de l'armée, en bleu ciel pour l'armée de l'air et en bleu marine pour la police.
Voici les deux variantes de sous-casque modèle 53 :

Sous-casque en coton bakélisé.

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Vis de fixation.
Vis de fixation.
Ecrou et plaque de maintien.
Ecrou et plaque de maintien.
Suspension Riddel.
Suspension Riddel.
Bandeau de tête de type US.
Bandeau de tête de type US.
Agrafe de fixation.
Agrafe de fixation.
Coté gauche.
Coté gauche.
Avant.
Avant.
Coté droit.
Coté droit.
Arrière.
Arrière.
Coiffe.
Coiffe.

La première génération de sous-casque modèle 53 était fabriquée en fibres de coton bakélisé moulées à haute pression, dont le concept de fabrication est copié sur les liners américains de l'époque. Ils seront fabriqués jusqu'au début des années 70.
La suspension "Riddel" était fixée à l'aide de vis (dont la tête lisse, dépourvue de fente, se visse à l'aide d'un tournevis spécial à deux tenons) et d'écrous contrairement à des rivets comme sur leurs homologues américains.
Ce modèle possède une bande nuquière inamovible, cousue sur le support du sous-casque.
Les sous-casques en fibre possèdent tous un œillet frontal pour l'apposition d'un insigne.
Les premiers modèles fabriqués furent munis d'un bandeau de tour de tête réglable avec une boucle copié sur la "headband" des liners américains de l'époque. Ce bandeau munis de six agrafes de fixation en laiton.

La suspension de ces sous-casques est dépourvue de boutons pression à l'avant comme ce sera le cas par la suite. La jugulaire de ce modèle est principalement fabriquée en cuir, comme c'est le cas sur leurs homologues américains de l'époque.

Avant.
Avant.
Gauche.
Gauche.
Arrière.
Arrière.
Droite.
Droite.

Par la suite, ces sous-casques seront munis du bandeau de tour de tête typique des casques hollandais modèle 53. Ce nouveau bandeau se fixe avec deux boutons pression (partie mâle) à l'avant sur le tiers avant de la coiffe et quatre petites bandes de cuir terminées par un bouton pression pour la fixation des deux tiers restant du bandeau. Ce nouveau modèle est donc pourvu de pressions femelles à l'avant de la suspension "Riddel".
Ces sous-casques peuvent être munis des deux types de jugulaire, la première en cuir, la seconde en toile (comme décrit plus bas).

Sous-casque en coton bakélisé.
Sous-casque en coton bakélisé.
Intérieur.
Intérieur.

Sous-casque en termoplastique.

Avant.
Avant.
Gauche.
Gauche.
Arrière.
Arrière.
Droite.
Droite.
Pression de fixation.
Pression de fixation.
Bande de fixation.
Bande de fixation.

La seconde génération de sous-casque modèle 53 était fabriquée en thermoplastique teinté dans la masse.
La suspension est désormais rivetée au sous-casque et reste identique à celle installée sur les sous-casques en fibre.
La bande nuquière, bien que toujours inamovible, est dorénavant cousue à droite, puis fixée à l'aide de deux boutons pressions sur le coté gauche.
Etant donné que ce type de sous-casque ait commencé à être fabriqué au début des années 70, et du fait de la disparition de l'œillet frontal en 1974, il existe que très peu (voir pas du tout ?) de sous-casque en thermoplastique muni de cet orifice.

Enfin, le sous-casque comporte une jugulaire dont le concept est copié sur le liner américain jusqu'au model 1951. Cette jugulaire est par contre fabriquée en cuir pour les sous-casques en fibre essentiellement, puis en toile forte, et comporte à chacune de ses extrémités un triangle de fixation (l'un libre et retenu par le clip de réglage, l'autre fixé par rivet) servant à être fixé aux picots rivetés de part et d'autre du sous-casque. Le réglage s'effectue à l'aide d'un clip identique au clip US. La couleur de la jugulaire varie en fonction de son affectation : vert pour l'armée et la police ou gris/bleu pour l'armée de l'air.

Jugulaire cuir.
Jugulaire cuir.
Clip de réglage.
Clip de réglage.
Triangle de fixation.
Triangle de fixation.

Marquage sous-casque.

Liner US : firestone.
Liner US : firestone.
BEC - inconnu.
BEC - inconnu.
EC NL - inconnu.
EC NL - inconnu.

Les différents fabricants du sous-casque modèle 53 hollandais sont :
    - "Heinrich Ulbrichts Witwe", fabricant autrichien (marquage noté U's ou U SCH).
    - "Schuberth", fabricant allemand (marquage SH, SW ou N dans un cercle).
    - "Verblifa", fabricant hollandais (marquage noté VB).
    - "Vereinigte Deutsche Nickelwerke", fabricant allemand (marquage noté VDN).

Heinrich Ulbrichts Witwe.
Heinrich Ulbrichts Witwe.
Heinrich Ulbrichts Witwe.
Heinrich Ulbrichts Witwe.
H.L. - inconnu.
H.L. - inconnu.
Schuberth.
Schuberth.
Schuberth.
Schuberth.
Schuberth.
Schuberth.
Schuberth.
Schuberth.
Verblifa.
Verblifa.

La jugulaire :

Pontet mobile.
Pontet mobile.
Clip de fixation.
Clip de fixation.
Jugulaire destinée à l'armée.
Jugulaire destinée à l'armée.
Jugulaire destinée à l'armée de l'air.
Armée de l'air/police.

Les pontets de jugulaire, identique à ceux des casques US M-1 à partir du model 1943, sont constitués d'un anneau rectangulaire pivotant sur un support métallique faisant office de charnière. Les pontets sont soudés de part et d'autre du casque par trois points de soudures électriques.
La jugulaire est fixée aux pontets à l'aide d'un clip fabriqué en laiton (comme toutes les pièces métalliques de la jugulaire), repris sur les jugulaires US utilisées à partir de 1951.
Elle est fabriquée en toile forte d'une largeur de 2 centimètres, de couleur verte pour l'armée, bleu marine pour la police et l'armée de l'air. La partie droite, d'une longueur d'environ 25 centimètres, comporte le crochet à effet ressort de fixation repris sur le casque Mark II hollandais. L'extrémité de cette partie comporte une partie métallique à deux pattes afin de replier l'excédent de toile sur elle-même.
La partie gauche, d'une longueur totale de 20 centimètres, est cousue sur elle-même au niveau du clip de fixation (donc 10 centimètres en place). Cette partie comporte le système de fixation, composé d'une pièce métallique avec une fente, dans laquelle s'insère le crochet ressort.

A noter que certaines premières fabrications de casques hollandais modèle 53 possédaient des jugulaires de type US, reprises sur le casque modèle 51 belge.

Le camouflage additionnel :

Avant l'adoption très tardive des couvre-casques réglementaires dans les années 80, les casques modèles 53 hollandais furent camouflés de manière réglementaire en unité à l'aide d'un morceau de toile de jute (pouvant être badigeonnée de peinture) maintenu entre le casque lourd et le sous-casque.
Le maintien de cette toile est renforcé avec un filet de type britannique à maille moyenne, fabriqué en coton de couleur verte. Nous ignorons à ce jour si ces filets sont de fabrications hollandaises ou sont issus de stocks britanniques datant de la seconde guerre mondiale.
Ce camouflage artisanal peut aussi être renforcé avec une bande de caoutchouc découpée dans une chambre à air de véhicule.

Camouflage terrain réglementaire.
Camouflage terrain réglementaire.
Couvre-casque US ERDL.
Couvre-casque US ERDL.
Couvre-casque US Woodland.
Couvre-casque US Woodland.
Couvre-casque DPM armée.
Couvre-casque DPM armée.
Couvre-casque jungle.
Couvre-casque "jungle".
Couvre-casque désert.
Couvre-casque "désert".
Couvre-casque ONU.
Couvre-casque ONU.
Etiquette fabricant.
Etiquette fabricant.
Etiquette fabricant.
Etiquette fabricant.
Etiquette fabricant.
Etiquette fabricant.
Etiquette fabricant.
Etiquette fabricant.
Couvre-casque posé.
Couvre-casque posé.

Il existe quatre variantes de couvre-casques pour le casque modèle 53, ces couvre-casques firent leur apparition dans la seconde moitié des années 80 après qu'une petite série de couvre-casques US type "ERDL" et "Woodland" ait été utilisée.
Ces couvre-casques sont fabriqués à partir de quatre morceaux de toile, chacun de ces morceaux comprenant trois fentes pour l'ajout de camouflage supplémentaire (sauf pour les couvre-casques ONU). A noter la présence de deux fentes supplémentaires pour le passage de la jugulaire.
Les quatre variantes de ce couvre-casques sont :
    -Modèle armée, dont le camouflage est copié sur le DPM anglais.
    -Modèle jungle, dont le camouflage est basé sur cinq teintes plus claires.
    -Modèle désert, dont le camouflage est basé sur trois teintes beige et marron.
    -Modèle ONU, sans fente de camouflage, avec le signe UN de chaque coté et le logo ONU sur la face avant.
Tous ces couvre-casques sont marqués d'une étiquette rectangulaire du fabricant cousue, comprenant les instructions de lavage.

Quelques exemples

Casque lourd de la police.
Casque lourd de la police.
Sous-casque de la police.
Sous-casque de la police.
Sous-casque de l'armée de l'air.
Sous-casque de l'armée de l'air.
Sous-casque de MP de la marine.
Sous-casque de MP de la marine.
Sous-casque de la maréchaussée.
Sous-casque de la maréchaussée.
Sous-casque destiné aux parades.
Sous-casque destiné aux parades.
Sous-casque destiné à l'ONU.Sous-casque destiné à l'ONU.
Sous-casque destiné à l'ONU.