Retour à la rubrique Irak
Casque Modèle 80

Fiche

Preview

Historique

Avant les années 80, les forces armées irakiennes ont employé une multitude de casques en acier, qui furent en majorité des casques Ssh 40 ou Ssh 60 soviétiques (le régime soviétique de l'époque aidant militairement l'Irak par l'importation d'armement et divers matériels militaires), et des casques Wz 50 polonais, mais aussi de casques britanniques étant très présent dans la région au lendemain de la seconde guerre mondiale.
Avec le début de la guerre Iran-Irak en 1980, les relations entre l'Irak et l'URSS se gelèrent radicalement, l'Irak ayant pris position au coté du bloc Ouest en s'attaquant à l'Iran.
Embourbé dans une guerre sanglante de tranchées, l'économie irakienne commença à être sévèrement fragilisée. L'Irak dut donc se tourner vers d'autres fournisseurs que l'URSS, le Brésil devenant le principal fournisseur, suivi de la France.
Coupé de son approvisionnement en casques, l'Irak chercha au début des années 80 à remplacer les différents casques équipant son armée par un nouveau casque peu coûteux.
L'Irak trouva ce modèle, fabriqué en Corée du Sud, connu sous la désignation de M80 (aussi utilisé par l'Egypte, le Sénégal, la République Centre Africaine, et d'autres pays), qui fut au départ destiné à Israël, mais aucune suite ne fut donnée. Ce casque fut plus tard fabriqué en Chine, avec une visière plus prononcée.
Etant à l'origine, destiné à remplacer le casque M-1 en usage au sein de l'armée israélienne, le casque M80 est fortement inspiré de la dernière version du casque US M-1 : le modèle 73, hormis que le casque est monocoque et est fabriqué avec des matériaux considérés comme très moderne pour l'époque : en résine balistique "Corlon", sous licence allemande. Le casque M80 offre toutefois une protection balistique inférieure à l'acier, ou au Kevlar actuel.
Le casque M80 est un précurseur des casques modernes à l'échelle économique, fabriqué sur commande pour un pays étranger dans le cadre d'une économie internationale.
Le casque M80 est le casque caractéristique du conflit Iran-Irak qui fit rage de 1980 à 1988.
Malgré l'apparition en 1990, d'une nouvelle version très rudimentaire, reconnaissable à son jonc en caoutchouc, le casque M80 resta en usage au sein des forces armées irakiennes jusqu'au début des années 2000, lors de l'intervention américaine en Irak, "iraqi freedom", déclenchée le 19 mars 2003 et terminée le premier mai de la même année.
Aujourd'hui, dans le cadre de la reconstruction du pays après l'ère "Saddam Hussein", les forces armées irakiennes sont essentiellement équipées par les Etats-Unis, notamment avec des casques PASGT, mais aussi des casques modernes de fabrications étrangères.


M80 M80 M80 M80
M80 M80 M80

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Détail fibres, marquage.
Détail fibres, marquage.

Inspiré du casque US M-1, la forme du casque M80 en est très proche. Fabriquée à partir de plusieurs couches de toile, noyées dans de la résine "Corlon", le tout formé dans un moule à haute pression, donnant aux parois du casque une épaisseur de 5 millimètres.
Les bords sont francs, dépourvus de toute finition, aussi ont-ils tendance à franger à l'usage lors de la détérioration de la résine, montrant ainsi les couches de toile employées dans la fabrication.
La coque est ensuite percée de quinze trous pour la fixation des différents éléments de coiffe et de la jugulaire, fixés par rivetage :
    - 6 trous (1 à l'avant, 1 à l'arrière et 2 de chaque coté) pour la fixation des 6 plateaux intérieurs de 12 mm de diamètre destinés à maintenir la suspension de type "Cradle".
    - 3 trous, situés à l'arrière pour la fixation des trois petites boucles servant à maintenir la "neckband".
    - 3 trous plus petits, de chaque coté du casque, pour la fixation des pontets de jugulaire, fixés par trois petits rivets chacun.
Enfin, les casques sont peints d'usine de couleur vert foncé granitée. Beaucoup d'entre eux ont été repeints en jaune sable par l'Irak, mais la peinture utilisée a tendance à s'effacer facilement laissant apparaître de larges zones du vert primitif.
L'intérieur du casque n'est pas peint, laissant voir la trame de la toile verte utilisée pour la fabrication.

A noter que l'on peut trouver très occasionnellement un numéro apposé à l'envers au fond du casque, correspondant sans doute au numéro de moule.

La coiffe :

Modèle réglementaire.

Intérieur coque.
Intérieur coque.
Support de coiffe.
Support de coiffe.
Tête de rivet.
Tête de rivet.
Suspension Riddel extractible.
Suspension Riddel extractible.
Revers suspension.
Revers suspension.
Boucle de réglage en profondeur.
Boucle de réglage en profondeur.
Support de fixation.
Support de fixation.
Rivet.
Rivet.

L'intérieur du casque M80 est une copie conforme du casque US M-1 M73. La coiffe est composée d'une suspension de type "Cradle" en toile forte de couleur kaki. La suspension est constituée d'un cerclage en toile, sur lequel sont fixées par couture les trois sangles de maintien en profondeur. Les trois sangles, se croisant en leur milieu dans la surépaisseur de la sangle transversale, sont fixées par couture à l'avant et sont maintenues à l'arrière à trois boucles coulissantes, chacune fixée à une petite patte de toile, elle-même fixée par couture à l'arrière du cerclage de toile : ce dispositif permettant le réglage en profondeur de la coiffe.
A chaque intersection du cerclage et des sangles de maintien en profondeur est fixé un clip riveté (consolidant par la même occasion l'ensemble) destiné à s'enchâsser sur le plateau fixé dans la coque lui correspondant, rendant l'ensemble extractible.

Fixation.
Fixation.
Suspension en place.
Suspension en place.
Bandeau de tour de tête.
Bandeau de tour de tête.
Boucle de réglage.
Boucle de réglage.
Passage agrafe.
Passage agrafe.
Agrafe lisse.
Agrafe lisse.
Agrafe à ergots.
Agrafe à ergots.
Coiffe.
Coiffe.

Le maintien sur la tête est assuré par un bandeau de sudation ("sweatband"), constitué d'une bande de toile forte d'une longueur d'environ 60 centimètres, sur laquelle est cousue une bande de cuir de couleur très clair (pouvant devenir foncé en raison d'une utilisation soutenue).
La fermeture de ce bandeau est assurée par une boucle coulissante à doubles fentes, cousue à l'extrémité droite, permettant par la même occasion le réglage du tour de tête, la coiffe étant fabriqué en taille unique.
La fixation de la "sweatband" à la suspension est assurée par six pinces métalliques peintes en noir, passant entre la toile et le cuir de la "sweatband" (des fentes dans le cuir étant faites pour l'occasion), permettant de la fixer au cerclage de toile.
Petite particularité de la "sweatband" du casque M80, les deux agrafes frontales sont munies de quatre petits ergots pour une meilleure accroche, les autres étant parfaitement lisses.

Boucle de maintien.
Boucle de maintien.
Neckband.
Neckband.
Neckband mise en place.
Neckband mise en place.

La coiffe est complétée d'une "neckband" copiée sur les liners US fabriqués à partir des années 60, empêchant le basculement du casque à l'avant.
La "neckband" est fabriquée à partir d'un morceau de toile forte d'une longueur de 12 centimètres pour une largeur de 3,5, dont les deux extrémités repliées en triangle sont chacune cousues à une sangle plus étroite de 15 cm. Une troisième petite sangle est cousue perpendiculairement au milieu de la "neckband".
Ces trois petites sangles se glissent enfin dans les trois boucles coulissantes fixées dans la coque, autorisant le réglage de la "neckband".

Modèle ersatz.

On rencontre aussi une coiffe de couleur verte, confectionnée avec de la toile à la trame très grossière semblable à celle utilisée dans la fabrication de la suspension équipant le casque irakien modèle 90.
Sans doute contemporaine du modèle 90, cette coiffe semble avoir été confectionnée en Irak en raison de l'embargo, et de l'impossibilité de s'approvisionner auprès de la Corée du Sud.
D'une confection tout à fait identique, cette coiffe diffère seulement par la toile utilisée dans sa fabrication.

Coiffe ersatz.
Coiffe ersatz.
Support de fixation.
Support de fixation.
Coiffe ersatz montée.
Coiffe ersatz montée.

Les marquages :

Marquage.
Marquage.
Schéma.
Schéma.
Marquage.
Marquage.

On peut retrouver différents petits marquages dans les casques M80 irakien. Comme cité plus haut, on peut retrouver dans certaines coques l'empreinte inversée d'un numéro gravé dans le moule de fabrication.
Aussi, le sigle triangulaire de l'armée irakienne est imprimé au centre de la suspension, sur la bande transversale. Le sigle de l'armée irakienne est un triangle enfermant la lettre arabe "djim" stylisée, initiale du mot "al djich" (الجيش) signifiant : armée. Ce sigle étant apposé à l'encre noire, sur une zone sujette à beaucoup de frottement, il arrive très souvent qu'il disparaisse sur des casques ayant eu un service très actif.
Ce même sigle en rouge et blanc sur fond vert entouré d'une bordure noir sert de cocarde au matériel irakien.
Enfin, on peut voir sur certains bandeaux de sudation, estampé dans le cuir, un triangle surmontant les lettres "HHD". Nous ignorons jusqu'à présent la signification de ce symbole.

La jugulaire :

Modèle réglementaire.

Passant articulé.
Passant articulé.
Clip de jugulaire.
Clip de jugulaire.
Jugulaire.
Jugulaire.

La jugulaire du casque M80 est d'inspiration américaine, elle est fixée par clips métalliques, adoptés afin d'éviter l'effilochement des jugulaires à cause du frottement sur les pontets articulés du casque.
Ceux-ci sont constitués d'une boucle rectangulaire, aux cotés arrondis. Cette boucle est fixée à une patte métallique dont le sommet est arrondie et dont la base est repliée sur elle-même afin de maintenir par système de type charnière la boucle de maintien de la jugulaire.
Cet ensemble est fixé à la coque par trois petits rivets en position triangulaire.
La jugulaire est fabriquée en toile de coton de couleur verte et est constituée de deux parties. La partie gauche, la plus courte d'environ 11 centimètres, comporte le crochet double de fixation qui est anodisé en noir. La partie droite, d'environ 31 centimètres, comporte la boucle de fixation, destinée à se fixer au crochet. La boucle possède le système de dégagement T1, anodisée en noir, servant à maintenir la jugulaire fermée de manière plus relâchée que la fermeture classique.
Cette partie de la jugulaire comporte à son extrémité un renfort métallique, se repliant sur elle-même afin de maintenir l'excédent de jugulaire.

Modèle ersatz.

Fixation par couture.
Fixation par couture.
Jugulaire.
Jugulaire.

Tout comme la coiffe ersatz, on rencontre aussi une jugulaire de conception différente de celle fabriquée par la Corée du Sud. Sans doute fabriquée pour des raisons identiques, cette jugulaire est fabriquée avec de la toile très grossière.
Elle n'est pas fixée aux pontets articulés par un clip métallique, mais désormais par couture.
Le système de fixation est totalement différent de la jugulaire d'origine, la fixation s'effectuant à l'aide d'un simple crochet plat, s'insérant dans une boucle plate, présente sur la partie longue de la jugulaire, dont l'orifice est constitué d'un demi cercle.
La partie longue présente une boucle à doubles fentes, dont une est dentelée, pour le réglage en longueur et le maintien de l'excédent de jugulaire.

Le camouflage additionnel :

Etant livrés peints en vert foncé par la Corée du Sud, les casques modèle 80 étaient très souvent repeints en couleur jaune sable pour se fondre au terrain désertique majoritairement présent en Irak.

Avec l'apparition du casque modèle 90, un couvre-casque alliant une salade à un filet fut créé, qui bien naturellement fut aussi utilisé sur le casque modèle 80, en raison d'une utilisation parallèle de ces deux casques.
Ce couvre-casque est constitué d'un filet recourant une salade en tissu de couleur verte, les deux éléments étant jointifs à la base par couture. La couture de la base du couvre-casque incluant par la même occasion un élastique assurant le maintien sur le casque.

Couvre-casque : filet/salade.
Couvre-casque : filet/salade.
Fixation.
Fixation.

Quelques exemples

Exemple 1. Exemple 1.
Exemplaire repeint en jaune sable pour le milieu désertique.

Exemple 2. Exemple 2. Exemple 2.
Exemplaire repeint en jaune sable, avec insigne tactique inconnu. Cet exemplaire a la particularité de posséder une jugulaire de casque Ssh 40 russe.

Exemple 3. Exemple 3. Exemple 3. Exemple 3.
Exemplaire repeint successivement trois fois en jaune sable.

Exemple 4. Exemple 4. Exemple 4. Exemple 4.
Exemplaire ramené par un militaire français lors de l'opération "Daguet" en 1991.