Retour à la rubrique Israël
Casque Tankiste

Fiche

Preview

Historique

L'état hébreux est devenu indépendant le 14 mai 1948, sur la base du partage du territoire de la Palestine décidé par l'organisation des Nations Unis (ONU), territoire qui était jusque là sous le contrôle de la Grande-Bretagne. L'état d'Israël est donc né en 1948, et ce fut l'aboutissement d'une longue lutte menée par les mouvements sionistes. L'indépendance fut acquise après une lutte particulièrement violente où ce nouvel état devait d'une part s'imposer aux yeux du monde arabe, mais aussi conquérir les territoires considérés comme appartenant à l'état hébreux.
La région étant administrée par l'Angleterre avant cet épisode sanglant, c'est bien évidemment avec beaucoup de matériels britanniques que les troupes israéliennes furent équipées, forces armées qui étaient désignées par le terme Tsahal, abréviation de "Zva Haganah Le'Israël" (signifiant la force d'auto-défense d'Israël).
Dès le lendemain de l'indépendance, Israël se retrouva en guerre contre les pays arabes voisins qui refusaient le partage de la Palestine, et l'armée faite au départ de bric et de broc, dû faire face aux troupes irakiennes, syriennes, libanaises, égyptiennes et jordaniennes.
C'est donc avec essentiellement des casques Mark II britanniques que furent équipées les troupes d'infanterie de Tsahal, et minoritairement des casques Mark III et Mark IV, qui furent aussi par les troupes arabes.
Suite à ce conflit étalé sur les années 1948-1949, Israël en sortit vainqueur avec un agrandissement de son territoire d'environ un tiers, ce qui ne calma pas les tensions dans la région.
Du fait de ce climat géopolitique très instable, le pays connu une succession de conflit, d'abord en 1956 à la suite de la nationalisation du canal de Suez par l'Egypte dirigé par Nasser, conflit mené aux cotés de la France et de la Grande-Bretagne, puis en 1967 durant la "guerre des six jours" une fois de plus contre l'Egypte mais aussi contre la Jordanie et la Syrie, puis la guerre du Kippour en 1973 contre l'Egypte et la Syrie.
Dans le but d'équiper ses troupes, Israël fit appel à des sources diverses, équipant son armée avec du matériel hétéroclites, avec des casques de fabrication britannique (Mark II, Mark III, et Mark IV, mais aussi des casques Mark II AT) et sud-africaine (Mark II), de casques modèle 51 TTA français et aussi de casques US M-1. Une grande partie de ces casques issus des stocks de la seconde guerre mondiale, souvent détériorés, furent reconditionnés avec un remplacement de la coiffe par une suspension de type Riddel fabriqué avec les moyens du bord.
Le développement des forces armées israéliennes entraîna donc la création d'unités blindées nécessaires à une guerre moderne : l'armée, équipée de manière généralisée d'équipements britanniques, se dota donc tout naturellement de casques Mark I et Mark II RAC de fabrication anglaise, ainsi que quelques casques US M1938, issus en majorité des importants stocks de la seconde guerre mondiale.
Dans le but de ne plus dépendre de l'étranger pour équiper son armée, Israël décida dans les années 60 de produire son propre équipement, ce qui fut le cas dans un premier temps avec un nouveau casque destiné à l'infanterie basé sur le casque US M-1.
Sur cette base, un sous-casque pour troupes blindées fut élaboré sur la base du casque US M-1 par la société Ritukh (société, fondé en 1954, existant toujours à l'heure actuelle, spécialisé dans les équipements de protection crânienne pour tout type de secteur). Ce sous-casque fut élaboré à partir d'un sous-casque US M1961 sur lequel sont montées les couvre-oreilles munis de logements pour les écouteurs et la nuquière de support de l'équipement radio nécessaire aux équipages de blindées.
Ce sous-casque, rembourrée et adaptée à un usage dans un engin blindé, était destiné à être utilisé dans une coque de type M-1.
D'un caractère qui peut paraître obsolète, ce concept reste proche des spécifications du casque US M1938 pour troupes blindées, qui était à l'époque copié par de nombreuses armées à travers le monde, ce qui fut aussi le cas d'Israël dans les années 60-70.
La fabrication de ce nouveau casque fut aussi menée par la société Ritukh, nous ignorons à l'heure actuelle pourquoi cette société fabriqua de nouveau un casque dont la conception remontait à la fin des années 30, alors qu'une nouvelle coiffure avait déjà été développé pour les troupes blindées par cette même société. On peut supposer que le développement du pays a permis la fabrication d'un casque plus complexe à produire au détriment d'une coiffure à l'allure un peu sommaire.
Ainsi ce casque, que l'on qualifiera de casque de tankiste Ritukh faute de plus d'informations, pouvait aussi être utilisé avec le casque lourd de type M-1 et sera utilisé tout au long des années 60 et 70 parallèlement au casque US T-56 CVC("Combat Vehicle Crewman"), fabriqué à partir de 1967 et fournit par les Etats-Unis, jusqu'à l'apparition du nouveau casque de tankiste OR 602 fabriqué en matière composite et adopté au début des années 80.

Sous-casque de tankiste Ritukh.
Sous-casque de tankiste Ritukh. Martin Brayley
Casque modèle 36. Casque modèle 36. Casque modèle 36.
Casque modèle 36. Casque modèle 36. Casque modèle 36.

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Rivet de fixation du couvre-nuque, couvre-oreille et coiffe.
Rivet de fixation du couvre-nuque, couvre-oreille et coiffe.
Marquage de la société Ritukh et année de fabrication.
Marquage de la société Ritukh et année de fabrication.

La coque du casque de tankiste, calqué sur le casque US M1938 et produit par la société Ritukh, est fabriqué en toile de coton imprégnée de résine le tout formé dans un moule à haute pression.
La bombe comporte dix gros trous d'aération de 2 centimètres de diamètre, répartis au nombre de huit sur la circonférence du tiers supérieur du casque, plus deux trous répartis sur le sommet de manière longitudinale. La disposition des trous d'aération est strictement identique à celle du casque US M1938.
La base de la bombe est percée de neuf trous pour la fixation des éléments internes du casque (coiffe, protège nuque et couvre-oreille) cousus (ou riveté) sur toute la circonférence d'une épaisse bande de cuir fauve elle-mème riveté à la base du casque par le biais de neuf rivets à tête plate de 11 mm de diamètre et peints en vert.
Ce casque est peint de couleur vert olive clair, de manière satinée à l'intérieur et extérieur de la bombe. La société Ritukh appose son logo par le biais d'un décalcomanie représentant un bouclier de couleur vert, dans lequel est inscrit la raison sociale de l'entreprise en anglais et en hébreux. Ce marquage est accompagné des deux derniers chiffres de la date de fabrication apposé à l'aide d'un tampon à l'encre noire.
A noter qu'il existe une première version de ce casque muni d'une bande de cuir riveté au sommet du casque et fixée par bouton pression latéralement, à l'instar du casque américain M1938, pour le maintien des sangles des lunettes de protection par exemple.

La coiffe :

Coiffe.
Coiffe.
Lacet de réglage en profondeur.
Lacet de réglage en profondeur.
Patte de coiffe avant.
Patte de coiffe avant.
Patte de coiffe latérale.
Patte de coiffe latérale.
Marquages.
Marquages.
Autre type de marquage.
Autre type de marquage.

La coiffe est composée de quatre pattes fabriquées en cuir, en forme de T dont les pattes avant et arrière sont plus larges que les pattes latérales, qui sont par ailleurs maintenues avec les couvre-oreilles du casque.
Les pattes de coiffe sont cousues à l'épais bandeau de cuir riveté sur la circonférence de la bombe, hormis la patte arrière qui recouvre l'intégralité du couvre-nuque.
La base de la patte de la coiffe est repliée sur elle-même, dans laquelle est inséré un fourreau de toile, le tout cousu, pour le passage du lacet de réglage en profondeur de la coiffe.
La partie verticale constituant la forme en T de la patte de la coiffe possède ses extrémités repliées sur elles-mêmes, maintenant une bande de mousse de rembourrage qui est collée au dos de la patte de cuir. Sur cette bande de mousse est cousu un fin fourreau de toile dans lequel est inséré un second lacet destiné à régler la tension, ainsi que la circonférence, entre chacune des pattes constituant la coiffe.
Une des pattes de coiffe comporte un marquage apposé avec un tampon à l'encre noire, correspondant au tampon du controleur du département d'examen et de contrôle de l'armée israélienne. Ce marquage peut comporter l'année de fabrication, selon la période de fabrication. De plus, le casque comporte sur le cuir de la nuquière le symbole de Tsahal, inscrit de manière poinçonnée : Tzadik et Gimel.
Nous n'avons jusqu'à présent observé aucune indication de taille dans ces casques fabriqués par Ritukh, mais l'hypothèse d'une fabrication en taille unique semble peu plausible.

Le couvre-nuque :

Couvre-nuque - face extérieure.
Couvre-nuque - face extérieure.
Couvre-nuque - face intérieure, marquage.
Couvre-nuque - face intérieure, marquage.

Le couvre-nuque est une extension de la coiffe, intérieurement il est constitué de l'extension de la patte arrière de la coiffe en cuir.
Extérieurement le couvre-nuque est constitué d'une plaque hémisphérique, fabriquée de manière identique à la bombe du casque. Cette plaque est légèrement bombée pour épouser la forme de la nuque du porteur et sa base est légèrement incurvée vers l'extérieur afin d'adoucir la bordure du couvre-nuque.
Un rembourrage de mousse expansé est placé entre la patte arrière de la coiffe et la plaque du couvre-nuque. Cet ensemble est solidarisé par une bordure en cuir, cousue sur la patte arrière de la coiffe, puis sur la plaque extérieure du couvre-nuque dont la bordure est pré-percée pour la couture des éléments de cuir.
Le couvre-nuque est assemblé à la bombe à l'aide de quatre rivets métalliques identiques à ceux utilisés pour l'assemblage de la coiffe et des couvre-oreilles.
Le couvre-nuque comporte à sa base deux fentes obliques dans lesquelles est insérée une bande élastique dont chacune de ses extrémités est terminée par une bande de cuir cousue sur elle-même. Ces extrémités comportent trois boutons pressions femelles dont la tête bombée est peinte en vert olive clair. Ces boutons pressions sont répartis deux à l'intérieur et le dernier à l'extérieur. Cette bande élastique est destinée à maintenir les deux couvre-oreilles avec le couvre-nuque dans le but de solidariser la base du casque. Dans le cas où cette bande élastique n'est pas utilisée, celle-ci est fixée aux deux boutons pressions mâles du couvre-nuque.
Enfin, le couvre-nuque est muni de chaque coté d'une petite bande de cuir, riveté en haut par un des rivets de fixation du couvre-nuque et maintenu en bas par un bouton pression.
Ces deux bandes de cuir détachables par le bas sont destinées à maintenir le câblage de l'équipement électro-acoustique et de la sangle des lunettes de protection.

Couvre-oreille et logements des écouteurs :

Couvre-oreille droit.
Couvre-oreille droit.
Couvre-oreille gauche.
Couvre-oreille gauche.
Orifice écouteur ouvert et fourreau en plastique.
Orifice écouteur ouvert et fourreau en plastique.

Tout comme le casque US M1938, le casque de tankiste fabriqué par la société Ritukh comporte aussi deux couvre-oreilles. Chacun d'eux est composé d'un bloc de mousse de forme ovale à base plane, inséré entre deux morceaux de cuir, bordés d'une bande de cuir cousue aux deux face en cuir.
Ce bloc comporte un trou de 5,5 centimètres de diamètre à l'extérieur, diminué d'un orifice de 2 centimètres à l'intérieur.
Cet ensemble est rigidifié par une plaque en matériaux identique à celle de la bombe cousue (et maintient par la même occasion les deux parties de la jugulaire) sur la surface en cuir externe du couvre-oreille et comportant un trou en son centre. Cette plaque est munie de six boutons pressions mâles pour la fixation de l'élastique équipant le couvre-nuque, mais aussi pour la fixation des deux élastiques croisés rivetés à cette même plaque destinés à maintenir dans les orifices les écouteurs de l'équipement électro-acoustique. Chacun de ces élastiques est terminé d'une bande de cuir repliée sur elle-même, cousue à l'élastique, munie de deux boutons pressions femelles à tête peinte en vert olive. A noter qu'une des bandes élastiques comporte un fourreau en plastique transparent afin d'éviter l'usure prématurée de celui-ci en frottant avec l'écouteur.

Logement écouteur.
Logement écouteur.
Intérieur couvre-oreille.
Intérieur couvre-oreille.

La jugulaire :

Boucles de fixation.
Boucles de fixation.
Détail fermeture.
Détail fermeture.
Jugulaire - partie longue.
Jugulaire - partie longue.

La jugulaire de ce casque est une extension des deux parties couvrant les oreilles du porteur. Elle est constituée d'une longue bande de cuir épais, ayant pour dimension 1,8 centimètres de large pour 25 de long. Cette lanière de cuir est cousue en même temps que la partie en fibre cousue sur le couvre-oreille droit destiné à loger l'écouteur.
Le couvre-oreille gauche du casque comporte une petite bande de cuir, longue de 5,5 cm, cousue de manière identique et sur laquelle est rivetée une bande de cuir pliée sur elle-même, retenant les deux boucles de fermeture de la jugulaire.
Ainsi, la fermeture de la jugulaire s'assure en passant celle-ci de manière alternée dans les deux boucles de fixation, le maintien étant assurée par tension de la jugulaire.