Retour à la rubrique Etats-Unis
Casque Mark 7

Fiche

Preview

Historique

L'utilisation de casques de combat au sein de l'US Navy remonte aux années 30 seulement avec l'utilisation d'importants stocks de casques model 1917 de la première guerre mondiale (qui sera désigné au sein de l'US Navy "Helmet, Sailor's"), ainsi que l'amélioration de ce modèle : le casque US M1917 A1 qui apparut en 1936 (désignation US Navy "Helmet, Sailor's, Steel, Mk I").
Le développement de casques spécifiques pour un usage au sein de l'US Navy remonte seulement à la seconde guerre mondiale avec la création du casque Mark II "Telephone Talker" (désignation "Helmet, Sailor's, Steel, Mk2, Mod.0") créé par le sculpteur Beaver Edwards pour le compte de la société McCord Radiator Manufacturing Compagny de Detroit dans le Michigan. Ce casque était destiné aux canonniers en poste sur les ponts des navires et les guides d'appontages recevant instruction par le biais de l'imposant système téléphonique MI-2454-B. Cet appareil de communication nécessitant un casque de volume important pour un port simultané avec une coiffure de protection.
La plupart des marins à bord des vaisseaux de l'US Navy étant équipé du casque US M-1 ("Helmet, Sailor's, Steel M-1") en usage au sein de l'ensemble des forces armées américaines à partir de 1942 et ce jusque dans les années 80.
Le casque Mark II, fabriqué à 400 000 exemplaires, sera utilisé au sein de l'US Navy jusque dans les années 90, et donc employé dans tous les conflits concernant les Etats-Unis dans la seconde moitié du 20ème siècle.
Même si son utilisation perdura jusque dans les années 90, l'US Navy chercha à remplacer le casque Mark II dès les années 50 avec la création d'un prototype désigné "Helmet, Sailor's, Aluminium, Ex1, Mod.0", fabriqué en aluminium amagnétique. Ce prototype ne fut jamais accepté.
En 1957 fut créé un second prototype, désigné comme "Helmet, Sailor's, DORON, Ex2, Mod.0", fabriqué en fibre de verre moulé dans du plastique (matériel inventé par le brigadier général Georges F. Doriot durant la seconde guerre mondiale, et nommé DORON). Tout comme le prototype précédent, ce modèle ne fut jamais accepté par l'US Navy. Un troisième prototype, amélioration du précédent, fut créé en 1959. Désigné comme "Helmet, Sailor's, Mk3, Mod.0", aussi fabriqué en DORON, ce casque fut aussi rejeté.
Le remplaçant du casque Mark II fut créé en 1981, connu sous la désignation de "Helmet, PhoneTalker, Mk4, Mod.0". Fabriqué en GRP ("Glass Reinforced Plastic" : fibre de verre renforcé de plastique) par la société Bell Helmet Compagny, il remplacera progressivement le casque Mark II de 1981 jusque dans les années 90.
Une série de trois prototypes fut produit pour l'amélioration du casque Mark 4, désigné comme casque NBH-1, NBH-2 et NBH-3, aucun de ces projets n'ayant abouti (NBH pour "Naval Battle Helmet").
Avec l'avènement des casques en matières composites, il restait à remplacer le casque M-1 utilisé depuis 1942. Une tentative de projet de remplacement du casque M-1 fut initialisé en 1981, désigné comme "Helmet, Naval Battle, Mk 5, Mod.0", ce projet fut rapidement abandonné faute de moyen sur fond de crise en plein cœur de la guerre froide. L'US Navy se tourna naturellement vers le casque PASGT utilisé à partir de la fin des années 80 au sein des forces armées terrestres pour équiper l'ensemble des marins, hors fonction particulière. Désigné comme "Helmet, Naval Battle, Mk6, Mod.0", le casque PASGT avait pour principal défaut sa coiffe, alors que les casques à bord sont portés par plusieurs personnes et doivent convenir à tous.
C'est sur ce principal critère qu'un nouveau projet vit le jour dans les années 90 sous la direction du chef des opérations navales. Ce nouveau casque devant respecter les conditions suivantes :
    - Taille universelle : assurée par une coque de taille unique et une coiffe à réglage rapide.
    - Protection balistique : apportée par une coque en kevlar.
    - Protection contre les chocs : grâce à sa coiffe installée dans une calotte en polystyrène.
Ce projet aboutit à la création du casque Mark 7 conçu par la société Gentex Corporation de Carbondale en Pennsylvanie, pour un coût unitaire de 150$ pièce. Désigné comme "Helmet, Naval Battle, Mk7", ce nouveau casque de taille imposante permet une taille universelle grâce à un bandeau de tour de tête facilement réglable à l'aide d'une molette, et d'une jugulaire à ouverture rapide. Il est spécialement conçu pour les combats à bord des navires de guerre, permettant son stockage à bord et un déploiement rapide parmi les marins. Le casque NBH Mark 7 permet le port du casque de communication GenCom III™ et GenCaps III, l'utilisation des lunettes Gentex EPS-21, ainsi que l'utilisation de lunettes à vision nocturne.
Le casque NBH Mark 7 fut utilisé au sein de l'US Navy jusque dans les années 2010, période où il fut remplacé par un casque de plus faible encombrement conçu et distribué par la société Gentex.

Casque PASGT (Helmet, Naval Battle, Mk6, Mod.0).
Casque PASGT ("Helmet, Naval Battle, Mk6, Mod.0").
Casque Mark 7. Casque Mark 7.
Casque Mark 7. Casque Mark 7.
Casque Mark 7. Casque Mark 7.

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Peinture extérieure, texture granitée.
Peinture extérieure, texture granitée.
Jointure jonc caoutchouc arrière.
Jointure jonc caoutchouc arrière.
Intérieur bombe.
Intérieur bombe.
Etiquette de l'élément.
Etiquette de l'élément.

La bombe du casque Mark 7 est formée par succession de couches de toiles (de couleur jaune) de fibres de kevlar tissées (fibre d'aramide, commercialisé sous le nom kevlar par la société Du Pont de Nemours), pour former un tissu d'armure toile (ou taffetas). Ces couches de toiles de kevlar sont noyées dans une résine balistique thermo-formable puis mises en forme dans un moule sous vide.
Le casque Mark 7 est fabriqué en taille unique contrairement à la majorité des casques composites utilisés à travers le monde (les matériaux de fabrication étant onéreux et en raison de la forte épaisseur des parois du casque, une taille unique engendre un casque de fort encombrement, ce qui est le cas du casque Mark 7 qui a une circonférence de 81 cm).
Une fois matricé, les excès de fibres de kevlar noyées dans la résine sont ébavurés afin d'obtenir la silhouette du casque.
La forme générale du casque Mark 7 est proche de celle du casque PASGT, cependant ses parois sont raides, les côtés sont exempts d'élargissement pour dégager les oreilles et enfin le Mark 7 est démuni de visière à l'avant. En résumé, le Mark 7 possède une forme plus brute comparée à celle du casque PASGT.
La bordure brute du casque est renforcée d'un épais jonc en caoutchouc teinté dans la masse de couleur kaki et jointif à l'arrière. Il est destiné à adoucir la bordure du casque, mais aussi de protéger celle-ci de l'usure.
La bombe est percée d'un trou de chaque côté pour le passage des vis retenant la jugulaire directement à l'intérieur de la bombe.
L'intérieur de la bombe est laissée brut et laisse apparaître la première couche de taffetas en kevlar.
L'extérieur de la bombe (jonc en caoutchouc compris) est dans un premier temps apprêté et dans un second temps est peint après mise en place de la jugulaire de couleur vert olive, dont la peinture est mélangée à du sable afin d'obtenir un revêtement granité dans le but de réduire les reflets du soleil.
Deux rectangles velours, de dimension 3,5 x 2,5 cm et destinés à maintenir la coiffe par velcro, sont collés au fond de la bombe, distant l'un de l'autre d'environ 5 centimètres.
La bombe est identifiée comme élément à part entière pour le fabricant Gentex avec une étiquette papier collée au fond de la bombe sur laquelle on retrouve les informations suivantes :
HELMET SHELL
N00024-97-C-4023
NSN: 8470-01-455-3331
GENTEX CORPORATION
P/N 97427/97D9851-1
Cette étiquette, spécifie le nom de l'élément, la raison sociale du fabricant, son numéro de produit (P/N pour "Product Number"), ainsi que le numéro NSN ("National Stock Number") : pour la bombe, ce numéro est 8470-01-455-3331 où le nombre 01 identifie les États-Unis, où est fabriqué ce casque.

La coiffe :

Bloc intérieur, vue de côté.
Bloc intérieur, vue de côté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue intérieure.
Vue intérieure.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Etiquette de l'élément.
Etiquette de l'élément.

La coiffe est composée d'un ensemble directement inséré en force dans la bombe et dont la circonférence est légèrement inférieure à celle de l'intérieure de la bombe (circonférence 76 cm). Le maintien dans la bombe est assuré par deux bandes velcro.
La coiffe est constituée d'une calotte moulée en polystyrène teinté dans la masse de couleur noir et dont l'épaisseur est de 1,8 centimètres. Cette calotte est destinée à éviter les traumatismes en cas de choc violent.
L'extérieur de la calotte comporte deux zones rectangulaires en léger creux destinées à recevoir les bandes astrakan de fixation.
La calotte comporte dix fentes pour le passage de la suspension en toile de couleur noire et des pièces destinées au maintien du cerclage de la coiffe.
Le maintien de la suspension et des pièces plastiques est assuré par du scotch de couleur noir appliqué sur toute la circonférence de la calotte.
La bordure de la calotte est adoucie par deux bandes de tissu fibreux directement collées, jointives à l'avant et à l'arrière.
L'ensemble de coiffe est identifié comme élément à part entière pour le fabricant Gentex par une étiquette papier collée au dos de la calotte en polystyrène sur laquelle on retrouve les informations suivantes :
LINER ASSEMBLY
N00024-97-C-4023
NSN: 8470-01-455-3338
GENTEX CORPORATION
P/N 97427/97D9844-1
Cette étiquette, spécifie le nom de l'élément, la raison sociale du fabricant, son numéro de produit (P/N pour "Product Number"), ainsi que le numéro NSN ("National Stock Number") : pour la bombe, ce numéro est 8470-01-455-3338 où le nombre 01 identifie les États-Unis, où est fabriqué cet élément.

Bloc intérieur en place dans la bombe.
Bloc intérieur en place dans la bombe.
Suspension.
Suspension.
Support de fixation du cerclage.
Support de fixation du cerclage.
Cerclage réglable.
Cerclage réglable.
Ergot de fixation.
Ergot de fixation.
Molette de réglage.
Molette de réglage.
Graduation tailles de coiffe.
Graduation tailles de coiffe.

La suspension est constituée de trois bandes de toile de nylon noir large de 2,5 cm entrecroisées. Au croisement des bandes est inséré un disque en toile doublé de néoprène.
Chaque extrémité des bandes constituant la suspension est repliée sur elle-même et maintenue par un trait de couture en zigzag. La suspension est maintenue dans la calotte en polystyrène par passage des extrémités dans chacune des fentes, retenue par des petites bandes plastiques passant dans chaque extrémité.
Au-dessus de chaque fente latérale de la calotte est pratiquée une fente comportant un empiècement en plastique pour le maintien du cerclage. Cet empiècement, en forme de "L", est maintenu de manière analogue à la suspension de coiffe. Il comporte 3 orifices qui sont autant de possibilités de maintien du cerclage de coiffe.
Le maintien sur la tête est assuré par un cerclage en plastique large de 3 cm de couleur grise teintée dans la masse, et dont la circonférence est réglable à l'aide d'une molette disposée à l'arrière. Cette molette, au centre d'une crémaillère de couleur noire, permet une circonférence de 6 ¾ à 8 pouces, soit de 54 à 64 cm, réglable tous les ⅛ de pouce.

Doublure frontale du cerclage.
Doublure frontale du cerclage.
Doublure arrière.
Doublure arrière.
Cerclage avec doublure.
Cerclage avec doublure.

La partie avant et arrière du cerclage en plastique sont adoucies par une doublure de couleur noir fixée par velcro. Cette doublure est composée d'une couche de tissu respirant, doublée d'une fine couche de néoprène pour le rembourrage et enfin une dernière couche en tissu fibreux pour le maintien sur les bandes astrakan collées sur le cerclage.
Le cerclage en plastique possède 4 ergots, dont deux positionnés sur des extensions, destinés à fixer le cerclage dans la calotte sur les quatre supports comportant chacun trois orifices.

La jugulaire :

Tête de vis extérieure.
Tête de vis extérieure.
Œillet métallique de fixation.
Œillet métallique de fixation.
Boucle de fermeture, fixation dans la bombe.
Boucle de fermeture, fixation dans la bombe.
Ensemble de la jugulaire, partie longue munie d'une mentonnière et partie courte, visserie de fixation.
Ensemble de la jugulaire, partie longue munie d'une mentonnière et partie courte, visserie de fixation.

Jugulaire, partie longue avec mentonnière et crochet de fermeture.
Jugulaire, partie longue avec mentonnière et crochet de fermeture.
Mentonnière.
Mentonnière.
Crochet de fermeture.
Crochet de fermeture.
Visserie.
Visserie.

La jugulaire du casque Mark 7 est fixée de manière identique à celle du casque PASGT. Les deux extrémités de la jugulaire sont munies d'un œillet métallique creux servant à visser la jugulaire directement à l'intérieur de la bombe. Cette étape de la fabrication est effectuée avant la mise en peinture de la bombe et la fixation est assurée par une vis à tête hémisphérique fendue (dont la tête est peinte de manière granitée lors de la mise en couleur du casque) et un écrou cylindrique à tête hémisphérique fendue. Une rondelle est ajoutée contre la paroi du casque, permettant à la jugulaire de pivoter autour de l'écrou cylindrique par le biais de son œillet métallique.
La jugulaire, composée de deux parties, est fabriquée à partir de bandes de toile de nylon de couleur vert kaki large de 1,9 cm. La fermeture est assurée par une boucle à ouverture rapide de type "side squeeze". Cette boucle fabriquée par la société National Molding, présente les inscriptions suivantes moulées dans la boucle de fermeture en plastique noir :
NATIONAL MOLDING
FARMINGDALE N.Y
SIDE SQUEEZE
20 MM
Cette boucle est présente sur la partie courte, longue de 4,5 cm. La partie longue comporte le crochet de fermeture, dont la base à double fente permet le réglage en longueur de la jugulaire par déplacement de cette pièce en plastique. La partie longue, mesurant 46 cm, a son extrémité libre repliée sur elle-même à 3 reprises et cousues. Cette partie possède une mentonnière fabriquée à partir d'une bande de toile de nylon longue de 18 cm, dont les deux extrémités sont repliées sur elle-même, et maintenues par un trait de couture. La mentonnière est ainsi enfilée dans la partie longue de la jugulaire par ses deux extrémités.

Les marquages :

Etiquette d'identification générale.
Etiquette d'identification générale.
Numéro tamponné dans la bombe.
Numéro tamponné dans la bombe.
Etiquette d'identification du lot de fabrication.
Etiquette d'identification du lot de fabrication.

Hormis les étiquettes d'éléments, masquées une fois le casque assemblé, le casque est identifié par une étiquette collée sur la paroi interne gauche du casque. Cette étiquette comporte les informations suivantes :
HELMET, GENERAL USE (MARK 7)
N00024-97-C-4023
NSN : 8470-01-455-3325
P/N 97427/96D9793-1
SERIAL NO. 05609     08 99
Cette étiquette, spécifie la désignation du casque, son numéro de produit (P/N pour "Product Number"), ainsi que le numéro NSN ("National Stock Number") : pour la bombe, ce numéro est 8470-01-455-3325 où le nombre 01 identifie les États-Unis, où est fabriqué ce casque.
Est aussi noté le numéro de série du casque, spécifique à chaque casque et imprimé sur l'étiquette lors de la fabrication. Le numéro de série est accompagné de deux séries de chiffres tamponnées, qui semblent correspondre au mois et aux deux derniers chiffres de l'année de fabrication.

Autre marquage visible dans la bombe est une chaine hexadécimale tamponné sur le côté intérieur du casque, généralement opposé à l'étiquette décrit plus haut. Nous ignorons l'utilité de cette inscription, sans doute relative au processus de fabrication du casque.

Enfin, sous réserve que celle-ci ne soit pas décollée avec le temps, on peut trouver une petite étiquette collée au fond du système de coiffe. Cette étiquette contient un numéro d'identification de produit (P/N : "Product Number") et un numéro de lot de fabrication.