Retour à la rubrique Pologne
Casque Wz 93

Fiche

Preview

Historique

Parallèlement à la reconstruction du pays dans les années d'après guerre, une nouvelle armée populaire (LWP : "Ludowe Wojsko Polskie") se mit en place, vite incluse dans les forces du pacte de Varsovie.
Comme tous les pays membres des forces du pacte de Varsovie, la Pologne adopta un nouveau casque dans le but de respecter une ligne propre aux forces du bloc de l'Est.
C'est dans ces conditions qu'apparut le nouveau casque polonais Wz 50, harmonieux mélange entre le casque russe Ssh 40 et le casque Wz 31, ligne conservé dans un souci d'identité nationale, à une époque où la Pologne se retrouve une nouvelle fois englobée dans un "empire" qui la dépasse.
Le casque Wz 50 restera en service dans l'armée polonaise jusque dans les années 60, période durant laquelle, par souci de modernisation et de respect de ses propres valeurs nationales, les autorités militaires polonaises adoptèrent le casque Wz 67, ressemblant encore plus au traditionnel casque Wz 31 de l'armée polonaise libre des années 30.
Adopté par l'ensemble des forces armées polonaises, le casque Wz 67 se caractérise par une coiffe en cuir montée sur une armature et fixée sur le point sommitale du casque.
Cette dernière modification du dernier casque d'acier de l'armée polonaise porta essentiellement sur la coiffe, fabriquée désormais avec moins de cuir, sur une nouvelle armature. La coque, gardant toujours le même profil, sera fabriqué dans un nouvel alliage plus résistant. Ce casque qualifié comme Wz 75 fut utilisé jusque dans les années 90.
Avec la chute du bloc soviétique en 1991, la Pologne put enfin avoir un regard extérieur au rideau de fer, et ainsi constaté les avancés technologiques en place dans les pays d'Europe de l'Ouest. Forcé de constater le retard matériel des armées de l'ex bloc soviétique en matière d'équipement militaire, où aucune armée des pays de l'Est n'était encore équipée d'un casque en matière composite.
A cette époque, le casque PASGT américain marquait une grande avancé en terme de protection crânienne, et dont la conception fut copié par de nombreuses armées à travers le monde.
Sur cette base, des études furent donc menées en Pologne dans le but de remplacer le casque Wz 75 largement obsolète comparé aux standards des casques composites.
Une tentative de modernisation du casque Wz 75 fut élaborée en fabriquant la coque de ce modèle en matière composite, essai qui fut rapidement abandonné. Comme de nombreuses armées, le casque PASGT servit donc de base durant ces études, où la Pologne s'ouvrait timidement vers les pays de l'ancien bloc de l'Ouest.
Toujours désireuse de garder son identité, ces études aboutirent à un casque dont la forme est un croisement entre le PASGT américain et le casque modèle 90 suédois dont la silhouette est très trapu. Adopté en 1993, ce nouveau casque fut désigné comme Wz 93.
Le casque Wz 93 fut d'abord fabriqué par la société Bella, rapidement rejointe par la société Resal. Il est muni d'une coiffe constituée d'une suspension Riddel, dont le bandeau de tête est maintenu de manière similaire à la coiffe du casque F-1 français.
La jugulaire est de topologie trois points, fabriqué en matière synthétique et présente la particularité d'être doublée de cuir aux zones en contact direct avec la peau.
Le casque Wz 93 fut utilisé au sein de la nouvelle armée polonaise, dont les équipements furent mises à jour pour répondre aux standards OTAN, organisation rejointe en 1999. Le casque Wz 93 est encore utilisé de nos jours, parallèlement aux casques Wz 2000 et Wz 2005.

Casque Wz 75.
Casque Wz 75.
Casque Wz 93. Casque Wz 93. Casque Wz 93. Casque Wz 93.
Casque Wz 93. Casque Wz 93. Casque Wz 93.

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Jointure jonc.
Jointure jonc.
Jonc.
Jonc.
Peinture extérieure.
Peinture extérieure.
Fibre de kevlar - intérieur.
Fibre de kevlar - intérieur.
Marquage fabrication Bella, de janvier 1993, taille D.
Marquage fabrication Bella, de janvier 1993, taille D.
Marquage fabrication Resal, de janvier 1995, taille D.
Marquage fabrication Resal, de janvier 1995, taille D.

Le casque Wz 93 fut fabriqué en deux tailles, en fibre de kevlar noyé dans de la résine balistique, le tout formé dans un moule à haute pression.
La forme du casque Wz 93 est extrapolée du casque US PASGT dont la forme a été reprise par de nombreuses armées à travers le monde depuis l'avènement des matières composites dans la fabrication de casques modernes. Cependant, le casque Wz 93 possède une forme beaucoup plus trapue que le casque américain PASGT, lui conférant une forme presque carrée lorsqu'on observe le casque par dessus.
La bordure brut du casque formé après moulage, laissant apparaître les fibres de kevlar, est adoucie par adjonction d'un jonc en caoutchouc noir collé sur toute la circonférence du casque et jointif à l'arrière.
Le casque est ensuite percé de huit trous pour la fixation ultérieure des éléments internes du casque (six trous pour la fixation de la coiffe et du passant arrière de la jugulaire, deux trous pour les passants latéraux de maintien de la jugulaire).

La bombe est ensuite peinte de couleur vert olive mat intérieurement et extérieurement, sans que la surface du casque soit apprêté, laissant paraître la trame des fibres de kevlar (on peut observer à l'intérieur de la bombe des fibres de kevlar non noyées dans la résine). Un voile de peinture est par ailleurs appliqué à l'extérieur du casque après fixation de la coiffe et des passants de jugulaire à l'aide de vis à tête cruciforme, dans le but de masquer l'aspect brillant des têtes de vis.
On note cependant de rares fabrications dont la surface extérieure est parfaitement lisse. La fixation des éléments internes du casque s'effectuant en visant ceux-ci à l'intérieur dans des trous filetés appliqués à l'intérieur de la bombe.
L'intérieur du casque comporte le marquage du fabricant, la taille (notée M pour "MàY" signifiant "petit" ou D pour "DUŻY" signifiant "grand"), et la date de fabrication (noté par le numéro du mois, suivi de l'année de fabrication) apposés à l'aide d'un tampon à l'encre noire. Les fabricants du casque Wz 93 sont Bella, qui fut la première société à produire le Wz 93 et Resal. On note aussi de petits tampons de contrôle apposés à l'intérieur de la bombe.

La coiffe :

Vis cruciforme.
Vis cruciforme.
Plaque de maintien.
Plaque de maintien.
Suspension Riddel.
Suspension Riddel.
Rembourrage - fixation avant.
Rembourrage - fixation avant.
Rembourrage - fixation arrière.
Rembourrage - fixation arrière.
Anneau de fixation du bandeau.
Anneau de fixation du bandeau.
Couture de fixation.
Couture de fixation.
Disque amortisseur et lacet.
Disque amortisseur et lacet.
Disque en place.
Disque en place.
Bandeau de tour de tête.
Bandeau de tour de tête.
Bande velcro de réglage.
Bande velcro de réglage.

La coiffe est constituée d'une suspension de type Riddel fabriquée en toile de nylon de couleur noire, large de 3 centimètres. Cette suspension est formée d'un cerclage de toile, sur lequel sont rivetées trois bandes de toile pliée en forme de V, et fixées à chacune de leurs extrémités sur le cerclage pour former la suspension. Chaque point de fixation, reliant la suspension au cerclage, est assuré par un rivet creux fileté à l'intérieur, maintenant par la même occasion une plaque de maintien métallique. Ces plaques sont reprises du "A-washer" américain utilisé dans la confection de coiffes du liner M-1 au casque PASGT, dont le Wz 93 est inspiré.
Lors du montage de la suspension, une plaque de mousse noire de forme circulaire, avec une extension trapézoïdale inversée à l'arrière, large de 11 cm et trapézoïdale à l'avant, large de 7,5 cm. Chacune de ces extensions comporte une fente destinée à fixer ce fond en mousse à l'aide de deux bandes de la suspension sur les trois, au niveau des points de fixation avant et arrière de la coiffe. Ce fond en mousse, destiné à amortir les chocs, comporte 6 trous de 4 cm de diamètre répartis de manière circulaire. 6 fentes sont pratiquées au niveau de chaque trou afin que le tampon circulaire épouse au mieux le fond de la bombe.
La suspension est fixée à l'intérieure de la bombe à l'aide de six vis à tête cruciforme, directement vissées dans les plaques de maintien filetées de la coiffe (il existe cependant de rares versions dont la coiffe est visée de l'intérieur, conférant au casque une surface extérieure parfaitement lisse).
Les bandes de toile en V sont jointives à l'aide d'un lacet de réglage en profondeur, accompagné d'un disque de fond de coiffe. Ce disque amortisseur, constituée de deux disques de cuir, cousus sur toute leur circonférence et rembourrés à l'intérieur. Six incisions, réparties par paire, maintiennent le disque sur le lacet de réglage. Le lacet se répartie une fois sur une bande de la suspension, puis une fois dans un des passants du disque.
Six passants en toile doublée d'une fine bande de cuir noir sont répartis sur le cerclage de toile, fixés par couture. Ces passants sont destinés à maintenir le bandeau de tour de tête de la coiffe. La paire de passants arrières est d'ailleurs plus espacé que la paire avant, expliquant la différence de forme des extensions du rembourrage de fond de la bombe.

Coiffe.
Coiffe.

Le bandeau, composé d'une bande de toile sur laquelle est cousue une bande de cuir fin de couleur noire, possède ses extrémités recouvertes d'une bande velcro pour le réglage du tour de tête.

La jugulaire :

Passant latéral.
Passant latéral.
Passant arrière.
Passant arrière.
Jugulaire, partie droite avec mentonnière.
Jugulaire, partie droite avec mentonnière.
Jugulaire, partie gauche avec anneau de fixation.
Jugulaire, partie gauche avec anneau de fixation.
Mentonnière et bouton pression de fermeture.
Mentonnière et bouton pression de fermeture.
Fixation latérale.
Fixation latérale.
Fixation arrière.
Fixation arrière.
Jointure des deux parties de la jugulaire.
Jointure des deux parties de la jugulaire.

La jugulaire du casque Wz 93 est en topologie 3 points. Elle est fixée latéralement aux passants latéraux visés aux deux cotés du casque. Chacun d'eux est constitué de deux boucles rectangulaires fabriquées en fil d'acier. Ces boucles sont prises dans une petite bande de toile de nylon pliée sur elle-même. Cet ensemble est solidaire par le biais d'une plaque métallique aux cotés arrondies pour épouser l'épaisseur du passant (à l'exception du coté supérieur). Cette plaque est assemblée à l'aide d'un rivet creux fileté à l'instar de la suspension de coiffe.
Le passant arrière est simplement constitué d'une boucle rectangulaire de facture identique aux boucles latérales. Cette boucle est prise dans le pli riveté de la bande de suspension rivetée à l'arrière de celle-ci.
La jugulaire, fabriquée en toile de nylon large de 2,2 cm, est constituée de deux parties. Chacune des extrémités destinées à être maintenus aux boucles doubles de fixation (passant latéraux, jonction des deux parties de la jugulaire) est couverte d'une petite bande velcro destinée à maintenir l'excédent de jugulaire après fixation. La fixation des éléments de la jugulaire s'effectuant par tension sur la double boucles, l'excédent de jugulaire est maintenu par bande velcro. Cet excédent est par ailleurs maintenu à une petite boucle de toile, placée à chacune des extrémités fixables de la jugulaire. Cet anneau, fabriqué avec une bande de toile nylon large de 1,1 cm, est fermé à l'aide d'un petit rivet métallique.
La mentonnière est constituée d'une seconde bande de toile cousue à chaque de ses extrémités. Cette partie de la jugulaire se ferme à l'aide d'un bouton pression et d'une zone velcro. Une bande de toile terminée par deux boucles rectangulaires est cousue au dessus de la mentonnière, elle assure la fixation arrière de la jugulaire, jointive à la seconde partie de la jugulaire.
La seconde partie de la jugulaire possède l'anneau de fermeture de la jugulaire, maintenu dans la pliure en V cousue.
Chacune des parties destinées à être en contact avec la peau du soldat sont recouvertes d'une fine bande de cuir, ce qui est le cas pour la mentonnière, les deux cotés de la jugulaire et une partie de la bande arrière.

Le camouflage additionnel :

Couvre-casque.
Couvre-casque "pantera".
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Vue à plat.
Vue à plat.
Vue intérieure.
Vue intérieure.
Lacet de fixation.
Lacet de fixation.

Avec l'adoption du nouvel uniforme arborant le camouflage "pantera", constitué de quatre couleurs (taches noires, vert foncé, marron sur fond vert clair), un couvre-casque fut élaboré pour équiper le casque Wz 93 afin d'harmoniser les équipements.
Ce couvre-casque est constitué de trois morceaux de toile de coton arborant le camouflage "pantera", cousus ensemble longitudinalement, et dont la base est parcourue d'un gros lacet en nylon permettant son maintien sur le casque. Le morceau central du couvre-casque est pincé à quatre reprises sur le dessus afin d'épouser au mieux la forme du casque.
Chaque coté du couvre-casque est muni d'une bande de toile camouflé cousue à intervalle régulier (entre 3 et 4 centimètres) pour l'ajout de camouflage supplémentaire. Ces bandes mesurent environ 19 centimètres sur les cotés, et 10 cm à l'avant et à l'arrière.

Casque Wz 93 destiné aux forces de police

Modèle armée reconditionné.

Vue de biais.
Vue de biais.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue intérieure.
Vue intérieure.

Les forces de police étaient, jusqu'à l'apparition du casque Wz 93, équipé du casque anti-émeute Wz 83 fabriqué en fibre de verre. D'une conception inadaptée aux besoins modernes des forces de police, les forces spéciales de police décidèrent donc d'adopter le casque Wz 93 reconditionné selon leur besoin.
Dans un premier temps, ce fut des casques issus de l'armée qui furent utilisés. Pour cela, ces casques furent repeint en noir mat afin d'être accordé avec les uniformes des forces de police, et la jugulaire fut remplacée par un modèle muni d'une mentonnière et d'un clip de fermeture rapide tout deux en matière plastique.

Fabrication spécifique.

Vue de biais.
Vue de biais.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue intérieure.
Vue intérieure.

Par la suite, une version plus spécifique fut produite pour le compte de la police. Ce casque Wz 93 était peint de couleur noire satinée.
La coiffe, bien que similaire, est légèrement différente. La suspension est fabriquée à partir de bandes de toile en coton cousues sur un cerclage en toile forte de nylon. Ces bandes ne sont plus fixées aux points de maintien de la suspension dans la coque. Leurs points de fixation par couture constituent par la même occasion les passants de toile qui maintiennent le bandeau de tour de tête.
Le bandeau de tour de tête est constitué d'une bande de toile sur laquelle est cousue une bande de cuir de couleur naturelle.
La jugulaire est calquée sur la version précédente. Elle est aussi munie d'une mentonnière, désormais fabriquée en cuir. Cette nouvelle jugulaire se ferme à l'aide d'un clip de fermeture rapide en plastique.
Les éléments internes de ce casque sont maintenant fixés à l'aide de vis à tête hémisphérique, visées à l'aide d'une clé Allen.
Ces vis sont insérées dans des plaques de maintien triangulaire munies d'un écrou circulaire fendu pour la coiffe et à des plaques carrées pour la fixation des passants de jugulaire latéraux.
A noter que la bombe de ce casque est munie de d'un trous supplémentaire pratiqué de chaque coté du casque. Ces trous sont obturés d'une vis et d'un écrou circulaire fendu. Ces trous sont sans doute destinés à la pose d'une visière de protection faciale.

Détails éléments internes.
Détails éléments internes.
Plaque de maintien.
Plaque de maintien.
Couvre-casque.
Couvre-casque.
Vue de dessus.
Vue de dessus.

Tout comme de nombreuses forces de police à travers le monde, le casque Wz 93 des forces de police peut être équipé d'un couvre-casque noir. Ce couvre-casque est fabriqué à partir de trois bandes de tissu cousues longitudinalement.
La base de ce couvre-casque est munie d'un élastique pour le maintien de celui-ci sur le casque.