Retour à la rubrique Russie
Casque SSsh 94

Fiche

Preview

Historique

Au début des années 80, l'Union Soviétique entama des recherches destinées à la fabrication de casques à base de polymère dans l'optique d'abandonner l'acier, à l'instar des pays occidentaux débutant l'adoption du kevlar dans la conception des casques de combat. En effet, les statistiques mirent en évidence que la plupart des projectiles menaçant les soldats (fragments ou projectiles) avaient une vélocité comprise entre 600 et 650 m/s pour une masse de plusieurs grammes. A cette vitesse, les casques d'acier conventionnel ne procurent pas la protection nécessaire.
Le principal institut impliqué dans ces recherches fut l'institut de recherche scientifique de l'acier de Moscou : NII Stali pour "Nauchno-Issledovatelskiy Institut Stali" (Научно-исследовательский институт стали). Impliqué dans la recherche sur l'acier depuis 1942, le NII Stali possédait des décennies de savoir-faire dans le domaine de l'armure d'acier et la protection balistique.
Avec un début de recherche sur le titane, l'acier et différentes fibres balistiques, le NII Stali porta principalement son effort sur l'amélioration du casque Ssh 68 disponible en importantes quantités et en usage durant le conflit afghan débuté en 1978.
Les ingénieurs du NII Stali prirent en compte l'avantage des fibres aramides appliquées en taffetas croisés et imprégnés de résine. Le premier prototype d'une longue série concernait le casque Ssh 68, dont la bombe était doublée d'une fine couche de fibres aramide appliquée à l'intérieur du casque. Ce modèle désigné Ssh 68 M, d'un poids d'environ 1,5 kg, procurait une protection balistique équivalente au nouveau casque PASGT américain.

Casque Ssh 68 M.
Casque Ssh 68 M.

Parallèlement à l'étude des matières composites, des recherches furent menées sur le titane pour l'élaboration d'alliage à haute résistance, permettant une augmentation de l'épaisseur du blindage tout en conservant un poids proche de celui de l'acier.
Des essais furent donc initiés pour le compte des forces de sécurité intérieure. La Russie a depuis longtemps mis en place de telles forces, dépendantes du ministère des affaires intérieures (contrairement à l'armée qui dépend du ministère de la défense) : MVD ("Ministerstvo Vnoutrennikh Diel" - Министерство внутренних дел). Ces formations, ayant reçu un entraînement militaire, bénéficient de matériels adaptés leur permettant d'avoir une certaine flexibilité pour la résolution de soulèvements urbains ou ethniques à travers la Russie. Ce besoin sera d'autant plus nécessaire au lendemain de la dissolution de l'Union Soviétique.
En 1981, l'institut de recherche scientifique d'équipements spéciaux est missionné à la demande du ministère des Affaires intérieures de l'URSS pour la création d'un nouveau casque pour le compte du MVD. Ce projet aboutit en 1985 avec la création du casque spécial en titane 81 sphère (STSh-81 Сфера / СТШ-81 : Сфера титановый шлем).
Le concept de ce nouveau casque est totalement innovant et diffère d'une classique bombe monobloc que l'on rencontre sur les casques conventionnels. Le casque STSh-81 est composé de quatre plaques de titane de deux millimètres d'épaisseur dont les deux plaques transversales sont rivetées ensemble. Ces plaques sont placées dans un bonnet rembourré de mousse polyuréthane comportant trois compartiments en nylon. Ce casque recouvre l'intégralité du crâne à l'exception du visage et procure une protection de classe 1 au standard d'état russe (GOST). Sa conception permet son utilisation en conditions extrêmes, que ce soit pour une température de l'air de -40°C à +40°C, ou encore en condition très humide jusqu'à 98% d'humidité à 30°C.
D'un poids d'environ 2,4 kg, le casque STSh-81 est particulièrement lourd et son port prolongé est fortement déconseillé. Cet important poids permet à ce casque de résister à des projectiles de petit calibre. Toutefois, l'utilisation de la jugulaire n'est pas préconisée car, en cas d'impact, il est préférable que le casque soit projeté pour éviter une rupture des vertèbres.

Casque STsh-81.
Casque STsh-81.

Le casque STSh-81 fut produit par la firme AO НПП КлАССС jusqu'en 1994 où il fut décidé de remplacer le titane employé dans la fabrication des plaques par de l'acier spécial : le titane était trop onéreux, dans le contexte du début des années 90 avec l'effondrement de l'Union Soviétique, laissant la Russie dans un état économique désastreux.
La conception de ce nouveau modèle reste totalement identique, et est désigné comme casque spécial en acier 94 sphère-A (SSSh-94 Сфера-S / СCШ-94 : Специальный Стальной Шлем). Le complément S au terme sphère faisant référence à l'acier (stali en russe).
Il est nettement plus lourd que son prédécesseur, avec un poids de 3,2 kg. Le casque STSh-81, toujours en dotation, est donc privilégié en raison d'un poids nettement inférieur. Le nouveau modèle procure une protection de classe 2 au standard GOST R 50744.
Le casque SSSh-94 est toujours en dotation au sein du ministère russe de l'intérieur selon la résolution du gouvernement N° 731 en date du 15 octobre 2001.
En raison d'un poids important, et devant l'incapacité d'un port constant, le casque sphère fut décliné en version plus légère, fabriqué à partir de plaque d'acier de 0,7 mm d'épaisseur pour un poids de 1,6 kg. Qualifié de casque sphère-P (P pour protection), ce casque permet un usage en situation de combat plus conventionnel. L'utilisation de cette variante du casque sphère évolue sensiblement pour un usage avec température de l'air de -30°C à +40°C, mais toujours jusqu'à 98% d'humidité à 30°C.
Aussi les casques sphères, toutes versions confondues, sont sujets à une usure rapide de l'enveloppe en tissu contenant les plaques métalliques aux bords tranchants.
Les casques sphères furent principalement utilisés lors de l'intervention du MVD lors des différentes prises d'otages ayant secoué le pays, notamment celle du théâtre de Moscou en octobre 2002, ou encore celle de l'école de Beslan en septembre 2004. Ces casques furent aussi utilisés à de nombreuses reprises durant les conflits tchétchènes.

Casque SSsh-94. Casque SSsh-94. Casque SSsh-94. Casque SSsh-94.
Casque SSsh-94. Casque SSsh-94. Casque SSsh-94.

Constitution

La coque :

Les plaques métalliques.

Plaques métalliques transversales et laérales (1. Numérotation des plaques transversales qui est reprise sur le marquage du bonnet).
Plaques métalliques transversale et laérales (1. Numérotation des plaques transversales qui est reprise sur le marquage du bonnet).

Plaques transversales, vue intérieure.
Plaques transversales, vue intérieure.
Jointure, vue extérieure.
Jointure, vue extérieure.
Vue intérieure.
Vue intérieure.
Détail rivetage.
Détail rivetage.
Extrémité avant.
Vue arrière.
Extrémité arrière.
Vue de dessus.
Plaque latérale droite.
Plaque latérale droite.
Vue intérieure.
Vue intérieure.
Plaque latérale gauche.
Plaque latérale gauche.
Vue intérieure.
Vue intérieure.

Tout comme le casque STsh-81, le casque SSsh-94 n'est pas constitué d'une bombe métallique monobloc, mais de quatre plaques métalliques logées dans un bonnet en toile de nylon.
Les plaques sont fabriquées en alliage d'acier spécial C86 d'une épaisseur de 2 mm ±0,3. Elles apportent une protection suffisante pour résister à des balles tirées par les armes de type pistolet TT de calibre 7,62 mm ou PSM de calibre 5,45 mm à une distance de 5 mètres pour répondre à la classe de protection niveau 2 conforme à la réglementation GOST R50744.
L'épaisseur des plaques d'acier employées, d'un poids total de 3215 g, entraîne un risque de tassement des vertèbres, ce qui interdit le port prolongé du casque SSsh-94.
Les plaques d'acier, à l'instar des plaques de titane du casque STsh-81, sont fabriquées en taille unique : la taille étant adaptée par le bonnet.
La partie centrale du casque est composée de deux plaques courbées de dimension 24 x 14 centimètres. La plaque destinée à être placé à l'avant a les angles de son côté libre coupés. Les deux plaques sont jointives à leurs extrémités plates (ce qui est le cas des deux extrémités de la plaque arrière) par une bande d'acier de dimension 14 x 3 cm et dont la jonction est assurée par 4 gros rivets mécaniques (tête de Ø 8 mm). A noter que ces rivets ne sont pas matés jusqu'au contact des différentes plaques d'acier afin de pouvoir s'articuler un minimum d'avant en arrière. L'ensemble pèse 1284 grammes.
Les plaques latérales, de forme bombée, ont leur base plane et présentent une découpe à l'avant afin de fournir un dégagement au niveau des oreilles. Elles ont pour dimension 27 x 22 centimètres, pour un poids de 775 g ±10 chacune.
Après mise en forme et assemblage des plaques centrales, les parties métalliques du casque SSsh-94 sont recouvertes d'une couche anticorrosion d'une épaisseur de 50 à 80 microns de couleur vert olive.
Chaque plaque est numérotée d'un numéro unique (excepté les plaques transversales qui ont le même numéro) suffixé des deux derniers chiffres de l'année de fabrication (séparés de la numérotation par un point) à l'aide d'un spray de peinture blanche appliquée au pochoir.
Bien que fabriquées dans une même période de temps, la numérotation des plaques n'est pas forcément séquentielle. Il est fréquent que les plaques d'une même unité présentent des écarts de numérotation.
Etant interchangeables, il est aussi possible qu'une substitution ait été effectuée durant son utilisation. La numérotation des plaques centrales est reprise au stylo sur le bonnet dans lequel elles sont insérées, généralement à proximité du marquage appliqué sur celui-ci.

Installation.

Volet latérale avec compartiment.
Volet latérale avec compartiment.
Mise en place des plaques latérales.
Mise en place des plaques latérales.
Laçage et compartiment plaques transversales.
Laçage et compartiment plaques transversales.
Mise en place des plaques transversales.
Mise en place des plaques transversales.
Laçage plaques transversales.
Laçage plaques transversales.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Vue avant.
Vue avant.

Les plaques latérales sont placées les premières dans les réceptacles latéraux : les côtés du bonnet à proprement parler comportent chacun un volet en toile de nylon muni d'un compartiment pour les plaques latérales du casque. Ces plaques sont retenues par un ourlet doublé d'une bande de toile possédant 8 œillets métalliques d'un diamètre intérieur de 8 millimètres. Ces œillets sont destinés à être lacés avec les œillets du volet opposé à l'aide d'un long lacet tressé en fil synthétique d'une longueur totale de 163 cm. La tension du laçage permet de déterminer la taille du bonnet parallèlement au maintien des plaques d'acier latérales. En effet, la tension du lacet permet de réduire ou d'augmenter la zone transversale du bonnet dans laquelle le bloc de mousse polyuréthane est plus petit que son compartiment assurant une certaine marge de réglage, offrant une possibilité de taille de 56 à 60 cm de circonférence.
Après cela les plaques transversales sont placées sur le dessus et sont maintenues par deux dernières bandes de toile placées à la périphérie extérieure des volets latéraux. Elles possèdent 9 œillets métalliques destinés à être lacés avec la bande opposée, retenant ainsi les plaques transversales (le lacet mesure pour cette section 195 cm). Ces plaques sont ensuite masquées par deux volets en toile de nylon de forme rectangulaire cousus à l'avant et à l'arrière du bonnet. Ces volets sont jointifs avec l'aide d'une bande velcro cousue à leur extrémité.

La coiffe :

Vue du bonnet avant.
Vue du bonnet avant.
Vue de côté.
Vue de côté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Intérieur.
Intérieur.
Marquage (2. Numérotation des plaques transversales reprise au stylo).
Marquage (2. Numérotation des plaques transversales reprise au stylo).

La coiffe est assurée par un bonnet sur lequel sont placées les plaques métalliques. Elle est constituée d'un rembourrage composé de trois blocs de mousse polyuréthane. Un premier bloc transversal ayant pour dimension approximative 46 x 7,5 cm (soit sensiblement plus petit que l'enveloppe en toile dans lequel il est contenu) et deux blocs latéraux présentant un dégagement au niveau des oreilles (eux aussi sensiblement plus petits que leurs réceptacles). Ces blocs de mousse polyuréthane sont enveloppés dans le bonnet dont l'intérieur est doublé de toile de coton généralement de couleur kaki (la fabrication de la doublure est calquée sur le doublage en toile de nylon externe), et dont l'extérieur est doublé de toile de nylon, généralement de couleur vert foncé, mais pouvant être noir ou plus rarement de couleur bariolé reprenant un schéma de camouflage proche du Woodland américain. Il est donc intéressant de noter qu'il n'existe pas vraiment de standard quant aux couleurs employées dans les toiles utilisées pour la fabrication de ce casque. L'harmonisation avec le reste de l'uniforme est assurée avec un couvre-casque.
La doublure extérieure du bonnet est composée de trois morceaux : un large de 11 pour 48 cm de long et cousu transversalement, puis deux autres de forme hémisphérique cousus latéralement sur leur périphérie arrondie. Les côtés présentent 5 cintres cousus, répartis tous les 7 cm, afin de mieux épouser la forme bombée des plaques latérales. Le contour du dégagement au niveau des oreilles de la mousse de rembourrage est cousu entre la toile de nylon et la doublure intérieure en coton afin de mieux dégager cette zone.
Enfin, le bonnet comporte un marquage appliqué au tampon encreur, généralement de couleur blanche et similaire à celui appliqué sur le sac de transport. De forme rectangulaire et de dimension 7 x 4 cm, il comporte les mentions suivantes :
СCШ-94 (cyrillique pour SSsh-94), suivi d'une numérotation correspondant au numéro de l'unité (que l'on retrouve sur le passeport, toutefois il est fréquent que le casque après usage ne reprenne pas place dans son sac de transport ce qui explique une différence de numérotation entre celui-ci et le casque) précédant les deux derniers chiffres de l'année de production. A noter que la numérotation des plaques métalliques ne correspond pas avec celle de l'unité, et est donc reprise au stylo sur le marquage du bonnet (numérotation des plaques transversales).
Comme indiqué dans la partie descriptive de l'installation des plaques d'acier, la coiffe a une taille par défaut de 60 centimètres de circonférence. La taille est réglée par serrage des réceptacles latéraux des plaques métalliques placées sur les côtés. Le serrage permet de rapprocher les blocs de mousse polyuréthane latéraux avec le bloc central. Cela est rendu possible par la marge de réglage permise par l'espace laissé entre les blocs de mousse et l'enveloppe en nylon les contenant : cette marge est visualisable le long des lignes de coutures de la partie centrale du bonnet.

La jugulaire :

Vue de côté.
Vue de côté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Partie longue de la jugulaire avec mentonnière.
Partie longue de la jugulaire avec mentonnière.
Boucle de fermeture.
Boucle de fermeture.
Mentonnière (envers/revers).
Mentonnière (envers/revers).
Détail passage jugulaire.
Détail passage jugulaire.

La jugulaire est fabriquée à partir de deux bandes de toile de nylon en tissé tube, dont la couleur varie en fonction de celle du bonnet du casque. De différentes nuances de vert pour des casques SSsh-94 au bonnet vert ou camouflé ou de couleur noire pour des bonnets noirs ou gris. Toutefois on peut rencontrer des jugulaires de teinte noire sur des casques de teinte verte à l'instar du casque STsh-81. Tout comme le bonnet assurant la coiffe et la mise en place des plaques métalliques, il n'existe pas de constance dans l'utilisation des matières employées.
Confectionnée à partir de deux bandes larges de 2 centimètres, la jugulaire est constituée d'une première bande longue d'environ 97 centimètres et d'une seconde bande mesurant environ 60 centimètres dont les extrémités sont cousues à la première bande constituant deux "Y" symétriquement opposés. La jonction est effectuée à 33 cm de l'extrémité libre de la partie longue de la jugulaire (dont l'extrémité est brûlée pour éviter l'effilochage) et dans laquelle est insérée une mentonnière en matière plastique de couleur noire (sachant que l'on peut rencontrer cette mentonnière en plastique blanc, notamment sur le casque STsh-81).
L'autre extrémité de la bande la plus longue de la jugulaire est repliée sur elle-même pour emprisonner une boucle à double passant fabriquée par emboutissage d'une pièce d'acier anodisé. Cette boucle est reprise du dernier modèle de jugulaire du casque Ssh 68.
La jugulaire est inamovible et est solidarisée aux volets latéraux du bonnet du casque par huit passants en toile de nylon cousus aux faces externes de volets. Répartis par quatre sur chaque volet, ces passants sont constitués d'une bande de toile de nylon en tissé plat de couleur généralement identique à celle de la jugulaire et de dimensions 3,5 x 1,5 cm.

Ils sont solidarisés à la toile de nylon par une couture rectiligne à chacune de leurs extrémités, qui sont par ailleurs légèrement repliées sur elles-mêmes pour éviter l'effilochage.
Ces passants sont répartis par paire, deux espacés de 1 cm à 6 cm de la base du casque, puis les deux autres espacés de 7 cm à 15 cm de hauteur, permettant aux deux bandes de la jugulaire de se répartir équitablement sur le sommet du casque.
A noter que l'utilisation de la jugulaire est déconseillée afin d'augmenter les chances de ricochet d'un éventuel projectile et ainsi éviter la perforation des plaques d'acier avec le casque fermement maintenu sur la tête.

Le camouflage additionnel :

L'unité complète du casque SSsh-94 est livrée avec deux couvre-casques.
Les couvre-casques sont fabriqués à partir de trois morceaux de toile cousus transversalement, de conception similaire à la calotte extérieure en nylon du bonnet retenant les plaques métalliques. Une bande large de 14 centimètres placée au centre, et deux morceaux arrondis à la base plate dont l'avant est découpé en formant un décrochement à l'avant afin d'épouser la forme du casque. Un ourlet est pratiqué sur toute sa périphérie, la zone avant et arrière de l'ourlet comporte un élastique d'une longueur d'environ 9 cm (rétrécissant la largeur de la bande de toile transversale) assurant le maintien du couvre-casque. Les morceaux de toile latéraux comportent 5 cintres cousus espacés de 7 cm (à l'instar du bonnet) dans le but de mieux épouser la forme sphérique du casque.

Camouflage "TTsKO".

Vue avant.
Vue avant.
Vue de côté.
Vue de côté.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Détail mise en place.
Détail mise en place.

Bien que ne faisant pas partie d'une unité d'un casque SSsh-94, on peut ajouter le couvre-casque TTsKO comme artifice de camouflage potentiellement utilisable avec le casque SSsh-94. Ce couvre-casque fait partie de l'unité du casque STsh-81 de conception identique. Ce schéma de camouflage est créé en 1981 dans le cadre du projet butane (Бутан) et a pour désignation camouflage trois couleurs (soit en russe "tritsvetnaia kamuflirovannaia odezhda", et pour acronyme TTsKO). Le camouflage TTsKO fut un camouflage largement utilisé à la fin de l'ère soviétique et bien des années après la fin de l'URSS.

Camouflage "Flora".

Vue à plat, envers.
Vue à plat, envers.
Vue à plat, revers.
Vue à plat, revers.

Un premier couvre-casque fabriqué en coton, au schéma de camouflage Flora introduit vers 1998, est une modification du camouflage 3-TsV, dans lequel les dessins ont été agrandis et alignés horizontalement. Un certain nombre de combinaisons de couleurs ont été produites et ce schéma de camouflage est devenu le modèle général de camouflage pour les unités conventionnelles des forces armées russes et le ministère des Affaires intérieures (MVD) jusqu'à l'introduction du modèle pixélisé.

Vue de biais.
Vue de biais.

Camouflage hivernal.

Vue à plat, envers.
Vue à plat, envers.
Vue à plat, revers.
Vue à plat, revers.
Vue de biais.
Vue de biais.

Un second couvre-casque totalement blanc est fourni pour les environnements enneigés. Ce couvre-casque est fabriqué en toile de nylon pour ses propriétés hydrofuges.

Le sac de transport :

Sac de transport, envers.
Sac de transport, envers.
Sac de transport, revers avec compartiment (passeport ou kit de réparation).
Sac de transport, revers avec compartiment (passeport ou kit de réparation).
Marquage.
Marquage.
Numérotation passeport.
Numérotation passeport.

Le casque SSsh-94 est livré avec un sac de transport en toile d'une capacité d'environ 8 litres. Il est destiné à contenir le casque lorsque celui-ci n'est pas utilisé. Ce sac est confectionné en toile de couleur vert kaki ou noir, ou plus rarement en toile camouflée arborant un schéma de camouflage proche du Woodland américain.
Il est confectionné à partir de deux morceaux de toile à la base arrondie et au côté haut plat. Ces deux morceaux sont cousus bord à bord sur toute leur périphérie à l'exception du côté haut plat. Un ourlet est effectué sur ce dernier côté pour le passage du lacet de fermeture du sac inséré dans deux œillets métalliques.
Deux morceaux de toile de dimension 20 x 16 centimètres sont cousus au centre de chaque pièce de toile constituant le sac de transport afin de former deux poches de chaque côté. La poche étant formée par une couture en forme de "U" et dont le côté non cousu présente un ourlet. Une de ces poches contient le passeport du casque, qui constitue la garantie fournie par l'usine de fabrication et dont les différents points d'inspection sont paraphés par la même personne. Ce document contient le sceau de contrôle et d'acceptation du casque. Il comporte aussi la notice d'usage du casque.
La seconde comporte l'unité de réparation du bonnet du casque sujet à l'usure dû aux frottements des plaques d'acier contre la toile de nylon. Cette unité contient un morceau de toile de nylon et du fil de couture, tous deux empaquetés dans deux morceaux de toile plastifiée cousus ensemble sur la périphérie.
Pour faciliter le transport, le sac est pourvu de deux anses fabriquées en toile de nylon en tissé plat. La couleur de la toile employée dépend de la couleur du sac, soit de couleur noir pour un sac de couleur foncé ou vert pour un sac de couleur kaki ou bariolé. Chacune de ces anses mesure 54 cm de long pour 2,5 cm de large et la couture des extrémités est doublée par un morceau de toile de nylon similaire de dimension 5 x 2,5 cm à l'intérieur du sac.
Enfin le sac de transport est marqué à l'aide d'un tampon encreur généralement de couleur blanc ou noir sur le côté. Ce marquage de forme rectangulaire, de dimension 7 x 4 cm, comporte les mentions suivantes :
СCШ-94 (cyrillique pour SSsh-94), suivi d'une numérotation correspondant au numéro de lot (1) et au numéro de l'unité (2, que l'on retrouve sur le passeport contenu) précédant les deux derniers chiffres de l'année de production.

Kit de réparation.
Kit de réparation.
    Plus

Passeport du casque SSsh-94 !