Retour à la rubrique Serbie
Casque Modèle 97

Fiche

Preview

Historique

L'adoption d'un casque fabriqué en matière composite remonte à la fin des années 80 lorsque la Yougoslavie chercha à adopter un casque répondant aux derniers critère de fabrication adoptés par de plus en plus d'armées à travers le monde.
La Yougoslavie, pays non aligné durant la guerre froid, garda son indépendance en matière de matériel militaire et conserva la même forme de casque depuis la fin des années 50. Ce pourquoi le nouveau casque élaboré en 1989 conserva la forme générale de ses prédécesseurs, les casques modèle 59 et 59/85.
Le casque modèle 89, fabriqué principalement par la société Technique Remontni Zavod (TRZH) installée à Hadzici en Bosnie – Herzégovine, fut fabriqué en fibres d'aramide noyées dans de la résine balistique. Peu fabriqué comparé aux modèle 59 et 59/85, le modèle 89 est moins significatif de l'armée yougoslave alors que les guerres de Yougoslavie éclatèrent dès le début des années 90.
Les guerres de Yougoslavie sont une série de conflits violents dans les territoires de l'ancienne République fédérale socialiste de Yougoslavie entre 1991 et 2001. Deux séries de guerres se succédèrent, affectant les six républiques de la défunte Yougoslavie. Ces guerres sont aussi connues sous le nom de guerre des Balkans ou guerre d'ex-Yougoslavie.
Ces guerres opposèrent différents groupes ethniques ou nations d'ex-Yougoslavie, pour des causes religieuses, politiques, économiques, culturelles et ethniques.
Ces conflits débutèrent par la guerre en Slovènie en 1991, connue sous le nom de guerre des dix jours, et la guerre de Croatie (1991 - 1995), menées au départ afin de conserver l'unité yougoslave, mais prirent rapidement un caractère nationaliste. Les visions nationalistes serbes s'opposant à celles du nationalisme croate respectivement dirigées par le président Slobodan Milošević en Serbie et le président Franjo Tuđman en Croatie. Le conflit serbo-croate se complique en Bosnie-Herzégivine en raison de l'intervention de la population et l'armée bosniaque (principalement musulmane) qui transforma le conflit en une guerre tripartite qui fut la plus meurtrière des guerres d'ex-Yougoslavie. La guerre des dix jours prit fin lorsque l'armée populaire yougoslave se rendit à la Slovénie en 1991. La guerre de Bosnie prit fin après les négociations de Dayton signées à Paris le 14 décembre 1995, suite à l'intervention de l'OTAN et de l'armée croate contre les forces serbes de Bosnie en 1995.
Il s'en suit une série de conflit à l'Est et au Sud de l'ex-Yougoslavie avec la guerre du Kosovo, opposant les indépendantistes kosovars de l'UCK et l'armée serbe de 1998 à 1999, prenant fin par une intervention de l'OTAN contre les forces serbes.
Un conflit éclata en Macédoine en 2001 à la frontière du Kosovo, puis un rapide conflit au sud de la Serbie en 2001. Toutefois la situation resta instable jusqu'au milieu des années 2000.
Cette série de conflits très meurtrière engagea des forces armées hétéroclites, où chaque camps s'équipa avec les stocks militaires à portée ou se fournissant auprès de surplus en Europe comme le fit la Croatie, équipant sa nouvelle armée de casques de type M-1, casques est-allemand modèle 56 et modèle 56/66 et aussi de casques suisses modèle 48/62. Les troupes serbes étant majoritairement équipées de casques modèle 59 et dérivés.
Fin 2003, suite à la disparition de l'armée de Yougoslavie avec la création de la république de Serbie que nous connaissons aujourd'hui, la nouvelle armée serbe se lança dans un important processus de modernisation et de restructuration.
La première étape de ce processus fut la professionnalisation de l'armée, réduisant les effectifs afin de rendre l'armée plus manœuvrable. Dans un second temps, le matériel issu de l'ex-Yougoslavie devenu obsolète fut mis au rebut, ce pourquoi nous trouvons à l'heure actuelle une grande quantité de matériel serbe sur les marchés de la collection.
Toutefois, l'intendance serbe n'attendit pas les années 2000 pour doter sa future armée d'un casque plus moderne que le casque modèle 89 ayant une forme appartenant au passé. Alors que beaucoup d'armées à travers le monde adoptaient un casque copié sur le PASGT américain, l'armée serbe fit de même à la fin des années 90 après une dernière tentative de modernisation du vieux casque modèle 59/85.
Afin de parer à l'urgence, la Serbie fit importer dans un premier temps des casques composites de fabrication française, produits par la société CGF/Gallet, fournisseur de l'armée française, présente dans le pays dans le cadre de l'ONU. Ces casques sont en principe démunis de l'inscription armée française, étant destiné à l'export.
La conception et la fabrication de ce nouveau casque furent confiées à la société Mile Dragic ayant participé à la conception du casque modèle 85 expérimental muni d'une jugulaire trois points. Ce nouveau casque fut élaboré en 1997, et désigné comme M97 en rapport à son année de conception.
Fabriqué par la société Mile Dragic, important fournisseur de l'armée serbe basée à Zrenjanin, le casque modèle 97 reprend la forme du casque PASGT américain (et donc la forme du casque composite français) et est muni d'une coiffe reprise du casque modèle 89, premier casque en matière composite adopté par l'armée yougoslave.
Le casque modèle 97 est toujours utilisé de nos jours par l'armée serbe et est aussi proposé à l'exportation par son fabricant.

Casque composite d'importation française.
Casque composite d'importation française.
Casque serbe M-97 Casque serbe M-97
Casque serbe M-97 Casque serbe M-97 Casque serbe M-97
Casque serbe M-97 Casque serbe M-97 Casque serbe M-97 Casque serbe M-97

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Peinture texturée.
Peinture texturée.
Jointure jonc.
Jointure jonc.
Marquage fabricant.
Marquage fabricant.

La bombe du casque modèle 97 serbe est fortement inspirée du casque composite créé à la base pour l'armée française, puis exporté en Serbie par la société CGF/Gallet avant l'adoption du casque modèle 97 de fabrication serbe. La forme du casque M97 est copiée sur celle du PASGT américain, tout comme le casque composite français.
La bombe est formée par succession de couches de toiles de fibres de para-aramides tissées, pour former un tissu d'armure toile (ou taffetas). Ces couches de toiles d'aramide sont noyées dans une résine balistique thermo-formable puis mises en forme dans un moule sous vide. Ce matériau est commercialisé sous le nom de kevlar déposé par la société Du Pont.
Le casque modèle 97 est fabriqué en deux tailles (M et L) étant donné que les matériaux de fabrication sont onéreux et en raison de la forte épaisseur des parois du casque, une taille unique engendrerait un casque de fort encombrement.
Une fois matricé, les excès de fibres d'aramide noyées dans la résine sont ébavurés afin d'obtenir la silhouette du casque.
La bordure brute du casque est renforcée d'un épais jonc en caoutchouc teinté vert kaki dans la masse, jointif à l'arrière du casque. Il est destiné à adoucir la bordure du casque, mais aussi protéger celle-ci de l'usure, étant sensible aux chocs.
L'extérieur de la bombe est peint de couleur vert kaki clair dont la surface est finement granitée afin de réduire les reflets du soleil par ajout de sable fin dans la peinture. L'intérieur est peint de manière satinée.
Toutefois, le casque modèle 97 peut être commercialisé avec une couche de plastique ABS granité et teint dans la masse.
Le fond de la bombe comporte le logo du fabricant Mile Dragic (M stylisé dans un rond rouge cerclé), l'année de fabrication en quatre chiffre et le modèle du casque.

Résistance balistique du modèle 97 :

Munition Poids ogive Vélocité maximum Energie
  (g) (Gr) (m/s) (f/s) (j)
9mm PARA 8 124 441 1450 480
9mm NORMA 19022 7,5 116 410 1345 630
7,62 TOKAREV FMJ 5,5 85 450 1480 555
357 Magnum JSP 10,2 158 396 1300 800
44 Magnum SWC-GC 15,5 240 441 1450 1510
Logo du fabricant Mile Dragic.






Le casque M97 est commercialisé en deux versions, chacune d'elle notée M-97S et M-97P, dont la résistance balistique est supérieur pour le modèle 97S et sensiblement inférieur pour le 97P ayant un poids sensiblement supérieur.
Voici les différentes caractéristiques de ces deux modèles :

Taille casque Circonférence coiffe
(cm)
Poids Niveau de protection NIJ STD
0106.01
V50 (m/s) STANAG 2920
Medium 54 - 58 ≤ 1400 g IIIA > 650
Large 58 - 62 ≤ 1450 g
Casque M-97S (code produit : 31300099).
Taille casque Circonférence coiffe
(cm)
Poids Niveau de protection NIJ STD
0106.01
V50 (m/s) STANAG 2920
Medium 54 - 58 ≤ 1450 g II > 600
Large 58 - 62 ≤ 1550 g
Casque M-97S (code produit : 31300299).

La coiffe :

Intérieur de la bombe.
Intérieur de la bombe.
Vis et plaque de maintien.
Vis et plaque de maintien.
Plaque de maintien en place.
Plaque de maintien en place.
Coiffe - recto.
Coiffe - recto.
Coiffe - verso.
Coiffe - verso.
Orifice de fixation latéral et avant/arrière.
Orifice de fixation latéral et avant/arrière.
Dispositif de réglage en profondeur de la suspension.
Dispositif de réglage en profondeur de la suspension.
Passant de maintien du bandeau.
Passant de maintien du bandeau.
Boucle de réglage du bandeau de tête.
Boucle de réglage du bandeau de tête.
Bandeau de tête en cuir, rembourré de feutre.
Bandeau de tête en cuir, rembourré de feutre.

La coiffe du casque M97 est reprise de celle équipant le casque modèle 89, premier casque composite adopté par les pays d'ex-Yougoslavie. La coiffe du M97 reprend aussi des éléments de la tentative de modernisation du casque modèle 59/85 tenté par la société Mile Dragic à la fin des années 90.
La coiffe est constituée d'une suspension de type "Riddel" et est très semblable à la coiffe que l'on rencontre sur le casque PASGT américain.
Elle est constituée d'une bande de toile forte en nylon, large de 3 centimètres et teinté en vert olive clair, jointive à l'arrière et dont la longueur varie en fonction de la taille de la bombe. Quatre bandes de toile forte en coton, large de 3 centimètres, sont cousues sur le cerclage en toile de nylon, formant la suspension de la coiffe. Les bandes latérales, plus longues, sont pliées en V et chacune de leurs extrémités est cousue en biais au cerclage en toile. La bande avant, dont l'extrémité est repliée et cousue sur elle-même pour former un fourreau de passage du lacet de réglage en profondeur, est cousue perpendiculairement au cerclage de la coiffe. La bande arrière est fixée de manière similaire, hormis que son extrémité comporte deux trous renforcés d'un œillet métallique dans le fourreau destiné au passage du lacet.

Coiffe.
Coiffe.

Le dos de cette bande de toile en coton comporte un rectangle de velcro velours destiné au réglage en profondeur de la coiffe. En effet, les bandes de toile sont jointives entre elle par un lacet passé à deux reprises dans chacune des parties constituant la suspension. Les extrémités de ce lacet sont passées dans les œillets de la bande de toile arrière de la suspension et sont jointives par un morceau de velcro astrakan, dont la position permet de plus ou moins tendre le lacet.
Les intersections du cerclage en toile de nylon et des bandes de toiles constituant la suspension sont trouées et la toile ainsi coupée est renforcée de colle pour éviter l'effilochement. Les trous des intersections latérales sont ovalisés pour faciliter la mise en place de la suspension dans le casque.
Le maintien sur la tête est assuré par un bandeau de tête repris du casque modèle 59/85 équipé d'une jugulaire trois points. Ce bandeau est constitué d'une bande de toile de coton vert kaki clair, mesurant environ 70 centimètres pour 3 cm de large, et comporte une boucle métallique peinte en vert à double passant, pour le réglage de la circonférence de la coiffe. Le bandeau de tête est doublé d'une bande de cuir comportant des encoches à intervalle régulier pour la mise en place des anneaux de toile de maintien. Doublé de fines bandes de feutre placées entre chaque encoche, la bande de cuir est cousue sur toute sa longueur à la base de la bande de toile et sur toute son autre longueur au revers de celle-ci après avoir recouvert la bordure extérieure de la bande de toile de coton.
Alors qu'auparavant les bandeaux de tête étaient maintenus par six clips métalliques, ils sont maintenus depuis la tentative de modernisation du casque M59/85 par des anneaux de toile synthétique. Ces anneaux sont constitués d'une bande de toile pliée et cousues sur toute la longueur d'un seul trait de couture. Solidaires du bandeau de tête, il est désormais inamovible.
Le maintien de la coiffe dans la bombe la est assuré par des vis à teinte peinte en vert kaki et des plaques de maintien métalliques anodisées en noir, en forme de losange aux angles arrondies. Ces plaques sont munies au dos d'un tube comportant un pas de vis et dont la fixation est assurée par les vis insérées depuis l'extérieur du casque.

La jugulaire :

Modèle standard.

Passant de jugulaire. Passant de jugulaire.
Jugulaire recto/verso.
Mentonnière et bouton pression de fermeture.
Mentonnière et bouton pression de fermeture.
Point de fixation arrière.
Point de fixation arrière.
Jugulaire fixée.
Jugulaire fixée.
Point de fixation latérale.
Point de fixation latérale.

La jugulaire est fixée en trois points du casque, sur quatre doubles boucles. Les points de fixation latérale sont constitués d'une simple bande de toile de nylon vert kaki de 2,5 cm de largeur, comportant à la base un trou et terminée par deux boucles métalliques de couleur noire. Le point de fixation arrière est composé d'une bande de toile de nylon plus large doté d'un trou, sur laquelle est cousue une bande de toile de coton plié en V et dont les extrémités sont munies de deux boucles métalliques peintes en noire.
Ces passants de jugulaire sont mis en place simultanément à la coiffe aux points de fixation arrière et latéraux avant de la coiffe.
La jugulaire est fixée en quatre points, sur une même base à l'arrière du casque donnant ainsi une configuration de maintien en trois points. Reprise de la tentative de modernisation du casque M85, elle est fabriquée avec des bandes de toile en coton de couleur gris/vert de 2 cm de large. Les deux bandes arrières de la jugulaire mesurent 24 cm et comporte sur leur face intérieure du velcro (astrakan d'un coté et velours de l'autre) cousue à même la jugulaire. Ces deux bandes sont maintenues par simple passage dans les deux doubles boucles du passant en Y fixé à l'arrière du casque, puis se repliant sur elle-même sur leur face velcro, permettant ainsi la mise en longueur de ces deux parties. La jugulaire est fixée latéralement de manière similaire grâce à ces parties latérales d'une longueur de 16 cm.
La jugulaire est composée de deux parties en Y, chacune d'elle constituée par assemblage des bandes arrière et latérale. La partie droite de la jugulaire comporte une extension de 33 centimètres maintenant la mentonnière et le système de fermeture par bouton-pression. La mentonnière est constituée d'une bande de toile forte, dont les extrémités se replient sur elles-mêmes afin de constituer deux fourreaux, dans lesquels va passer l'extension de la partie droite de la jugulaire. Cette extension se replie et se fixe à l'aide de velcro sur elle-même, en passant au préalable dans la boucle d'une petite partie de toile comportant la pression mâle du système de fermeture (le réglage de la longueur de la partie de la jugulaire passant sous le menton s'effectuant d'une manière identique au reste de la jugulaire). La partie gauche de la jugulaire, ne possédant pas d'extension de sa base, comporte uniquement la pression femelle.
A noter que les deux parties comportant le système de fermeture de la jugulaire comporte leurs parties intérieures doublées de velcro afin d'assurer un meilleur maintien.

Modèle export.

Passant de jugulaire. Passant de jugulaire.
Jugulaire export recto/verso.

Les modèles 97 destinés à l'exportation peuvent être livré en beige sable selon le pays de destination. Pour ces casques, la jugulaire est livrée de couleur similaire à la bombe.
Les modèles export possèdent une jugulaire différente des modèles destinés à l'armée serbe.
De conception similaire, ce modèle de jugulaire est fabriqué à partir de bande de toile plus fine et le réglage ne s'effectue plus à l'aide de bande velcro, mais directement au niveau des boucles des passants de jugulaire, qui sont munis de boucle à double passant en plastique.
Seule la mise en longueur de la bande de toile munie de la mentonnière s'effectue à l'aide d'une partie velcro.
La fermeture de la jugulaire est assurée par un clip en plastique à ouverture rapide.
Les passants de jugulaire sont équipés d'une bande de toile maintenue par un œillet métallique, comportant à chacune de ses extrémités un trou, renforcé pour l'un d'un œillet et nu pour l'autre.
Nous ignorons la réelle utilité de cet artifice, mais on peut supposer qu'il constitue deux points d'ancrage supplémentaire de la jugulaire pour deux tailles supplémentaires, ou la mise en place d'un couvre-casque maintenu par lacets.

Fermeture par clip en plastique.
Fermeture par clip en plastique.

Le camouflage additionnel :

Couvre-casque 1er type.

Vue à plat.
Vue à plat.
Vue intérieure.
Vue intérieure.
Couvre-casque monté.
Couvre-casque monté.
Détail fixation.
Détail fixation.

Le casque modèle 97 fut dans un premier temps utilisé avec un couvre-casque arborant un camouflage proche du "Woodland" américain. Ce camouflage à dominante verte est composé de taches noires, marron et kaki clair sur fond vert. Ce premier modèle de couvre-casque est fabriqué en deux parties, une centrale couvrant l'avant et le dessus du casque et une partie latérale cousue autour couvrant les cotés et l'arrière du casque.
La bordure de ce couvre-casque est repliée sur elle-même et renforcée par couture et comporte à ses quatre points cardinaux un double lacets dont les extrémités sont nouées pour éviter l'effilochement. Ce couvre-casque est maintenu sur la bombe en nouant ces lacets à la suspension de coiffe.
La surface du couvre-casque comporte plusieurs incisions renforcées par couture pour l'ajout de camouflage supplémentaire.
Ce couvre-casque peut avoir été fabriqué en toile classique ou en toile renforcée de type ripstop.

Couvre-casque pour les forces de l'ordre.

Vue à plat.
Vue à plat.
Vue intérieure.
Vue intérieure.

Un second modèle de couvre-casque fut élaboré pour le compte des unités de police anti-terroriste et autres unités spéciales. Ce couvre-casque est fabriqué en deux morceaux de toile camouflé arborant un schéma de camouflage à dominante bleu foncé, avec taches bleu marine, et marron. Sa bordure est doublée pour former un rabat débordant sur la bordure du casque, contrairement au premier modèle de couvre-casque. La bordure avant comporte une doublure élastique et le maintien est assuré par six doubles lacets à nouer sur la suspension de la coiffe. Ce couvre-casque est démuni de fente pour l'ajout de camouflage supplémentaire.

Couvre-casque monté.
Couvre-casque monté.
Détail fixation.
Détail fixation.

Couvre-casque 2ème type.

Vue à plat.
Vue à plat.
Etiquette du fabricant.
Etiquette du fabricant.
Couvre-casque monté.
Couvre-casque monté.
Détail fixation.
Détail fixation.

Enfin, un dernier modèle de couvre-casque fut créer afin d'harmoniser le casque M97 avec le nouvel uniforme adopté par l'armée serbe durant les années 2000, arborant un camouflage proche du "Woodland" américain.
Fabriqué en trois parties assemblées longitudinalement, ce couvre-casque comporte un lacet inséré dans une doublure pratiquée sur toute la circonférence du couvre-casque.
Pour l'ajout de camouflage supplémentaire, une bande de toile de nylon, large de 2 cm, est cousue sur toute la circonférence du casque à intervalle régulier par deux traits de couture parallèles.
Ce couvre-casque, démuni de fente, peut être fabriqué en toile synthétique ou en toile de coton.