Retour à la rubrique Afrique du Sud
Casque Mark II

Fiche

Preview

Historique

Lors du premier conflit mondial, les troupes Sud-Africaines étaient équipées de casque Anglais Mark I.
En 1939, l'armée Sud-Africaine ne possédait qu'un faible stock de casque Mark I. Ce stock fut modernisé avec l'adjonction d'une coiffe modèle 36 et d'une jugulaire de type Mark II.
Avec l'éclatement de la seconde guerre mondiale, l'Angleterre eut de plus en plus de mal à fournir l'Afrique du Sud en casque Mark I.
Faisant partie du "Commonwealth", l'Afrique du Sud et l'Angleterre restent très lier militairement. C'est donc dans le cadre de cette entraide que l'Afrique du Sud reçoit du matériel de la part du Royaume-Uni et en contre parti l'Afrique du Sud doit aider l'Angleterre en cas d'éclatement de conflit.
Avec la victoire de l'Allemagne en Europe et le blocus que doit subir l'Angleterre, celle-ci n'est plus en capacité de fournir l'Afrique du Sud en matériel. C'est donc dans ces conditions que le gouvernement Sud-Africain décida de construire ses propres casques.
Les ateliers "Trasvaal Steel Pressurage Syndicate" de Johannesburg seront responsables de la fabrication sous brevet "Brodie" et sous supervision britannique.
De plus, une fois les besoins nationaux couverts, l'Afrique du Sud fut en capacité de fournir l'armée de l'Inde en casque Mark II.
En dépit de la complexité de fabrication du casque Mark II, l'Afrique du Sud fabriqua environ 2 561 223 unités.
Le casque Mark II fut utilisé tout au long de la seconde guerre mondiale et essentiellement durant les combats en Afrique du Nord au sein de la 8éme armée et plus tard en Italie.

Il est intéressant de noter que bon nombre de ces casques seront vendus à la Grèce après la guerre, où ils seront reconditionnés en étant repeint en vert, et par un changement de coiffe et de jugulaire.

Affiche de recrutement.
Mark II Sud-Africain. Mark II Sud-Africain. Mark II Sud-Africain.

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Trous de fixation pour couvre-nuque.
Trous de fixation pour couvre-nuque.

La coque du casque Mark II Sud-Africain est identique à ses homologues Anglais, Canadiens, les casques Mark I et Mark II.
Celle-ci est formée d'un seul tenant par emboutissage d'une feuille d'acier au manganèse amagnétique, ses bords sont ensuite adoucis par l'ajout d'un jonc lui aussi amagnétique.
Le sommet de la bombe est percé afin de pouvoir recevoir la coiffe à l'aide d'une vis et d'un écrou et est aussi percée de part et d'autre afin de recevoir les fourreaux de jugulaire qui sont fixés à l'aide d'un rivet fendu.
La caractéristique principale du casque Mark II Sud-Africain est la présence de trois trous sur la partie arrière afin de fixer un couvre-nuque en toile. Nous n'avons pas retrouvé la trace d'un quelconque modèle de couvre-nuque réglementaire, ce pourquoi nous supposons que ces trois trous sont destinés à maintenir un morceau de toile faisant office de couvre-nuque artisanal.
Enfin, la bombe est peinte de couleur beige sable car le casque est principalement destiné à des terrains désertiques.

La coiffe :

1ère variante.

Extérieur de la coiffe.
Extérieur de la coiffe.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Tampon d'arceau.
Tampon d'arceau.
Tampon supplémentaire.
Tampon supplémentaire.
Tampon supplémentaire.
Tampon supplémentaire.

Il existe deux types de coiffe pour le casque Mark II Sud-Africain, toutes les deux copiées sur le modèle britannique. Quel que soit la variante de coiffe, elle est fabriquée à partir d'une bande de toile cirée, dont la base est scindée en cinq parties. L'extrémité de chacune de ces pattes est repliée sur elle-même par couture pour le passage du lacet de réglage en profondeur.
Cette coiffe, dont la jointure est assurée par couture, est cousue sur un cerclage en carton compressé. Le rembourrage de la coiffe est fait par une bande de mousse de caoutchouc maintenue dans de la toile, qui est cousue entre la coiffe et le cerclage.
Cet ensemble est surmonté par deux arceaux en carton compressés se croisant en forme de croix, destinés à maintenir la coiffe dans le casque. Ils sont maintenus au cerclage par deux rivets à chacune de leurs extrémités. Au croisement de ces deux arceaux est présent un trou renforcé d'un œillet métallique creux pour le passage de la vis de fixation.
Au fond du système de coiffe est présent un tampon en feutre de forme ovale, pouvant être de couleur noir ou marron. Ce tampon est fixé aux deux arceaux par quatre petits rivets fendus.
Aussi, afin de mieux épouser la forme intérieure de la bombe et aussi pour mieux amortir les chocs, les coiffes de la première variante (que l'on supposera comme une fabrication précoce, rencontrée sur un exemplaire daté de 1940, les autres exemplaires utilisés pour cette étude étant datés de 1942) possèdent huit petits amortisseurs, qui sont réparties sur toute la circonférence de la coiffe. Ces amortisseurs sont constitués d'une bande de mousse de caoutchouc, repliée sur elle-même et fixée à la coiffe avec un morceau rectangulaire de carton compressé et de deux rivets fendus. Ce type d'amortisseurs se rencontre à la base de chaque arceau (et sont orientés vers le bas) et entre chaque arceau (et sont orientés vers le haut).

2ème variante.

Coiffe.
Coiffe.
Extérieur de la coiffe.
Extérieur de la coiffe.
Tampon de fond de coiffe en feutre.
Tampon de fond de coiffe en feutre.
Tampon d'arceau.
Tampon d'arceau.
Tampon supplémentaire.
Tampon supplémentaire.

Les exemplaires rencontrés laissent supposer qu'un second type de coiffe fait son apparition plus tardivement, avec des matériaux plus économiques, sans doute par souci d'approvisionnement difficile en temps de guerre.
Cette seconde variante est de structure identique au premier modèle présenté plus haut, la différence étant au niveau des petits amortisseurs répartis sur la circonférence de la coiffe.
Les huit amortisseurs sont désormais fabriqués à partir de rondelles de feutre, qui sont réparties sur toute la circonférence de la coiffe. Ces rondelles de feutre de couleur peuvent être de couleur différente, s'alternant deux à deux par couleur (noir et marron) ou non dans le cas d'une couleur unie.
Ils sont fixés aux mêmes positions que précédemment, se fixant (pour une couleur, dans le cas de tampons en feutre de couleurs différentes) à l'extrémité de chaque arceau, ou entre ceux-ci à de petits supports en carton compressé.

Rembourrage en mousse de caoutchouc de la coiffe.
Rembourrage en mousse de caoutchouc de la coiffe.
Ecrou de maintien.
Ecrou de maintien.
Marquage taille.
Marquage taille.
U et broad arrow.
U et "broad arrow".

La fixation de la coiffe est assurée par une vis et un écrou : Ainsi, on insère la vis dans le trou de la coiffe, on place la coiffe dans la coque, et pour finir l'écrou qui se place au sommet du casque.
La présence de l'écrou sur le sommet du casque est aussi une autre caractéristique du casque Mark II Sud-Africain.
La vis de fixation est de type Mark I : il s'agit d'une vis en laiton de 9,37 mm de long à tête circulaire de 16,25 mm de diamètre.

Enfin, le seul fabricant de coiffe connu est Jager Rand, cette marque de fabrication est présente sur un des arceaux de la coiffe avec la "broad arrow" Sud-Africaine (flèche dans un U) et ainsi que la date de fabrication.

A noter que la taille de la coiffe est estampée sur le cerclage et aussi sur un des arceaux.

La jugulaire :

Fourreau de jugulaire.
Fourreau de jugulaire.
Fixation de la jugulaire.
Fixation de la jugulaire.
Boucle de réglage et partie à ressorts.
Boucle de réglage et partie à ressorts.
Revers boucle de réglage.
Revers boucle de réglage.

La jugulaire du casque Mark II est fixée à deux fourreaux de jugulaire, que l'on retrouve de part et d'autre du casque. Ces fourreaux de jugulaire sont fixés de chaque coté de la coque à de rivets fendus, tout comme le casque Anglais Mark I.
Les fourreaux de jugulaire sont de type Mark I : apparu sur le casque anglais Mark II en 1937. Ses dimensions sont de 30 mm sur 25 mm avec une pliure pour recevoir les anneaux en laiton de la jugulaire.
La jugulaire du casque Mark II Sud-Africain est de type Mark II britannique (aussi appelée jugulaire à ressort), elle est constituée de deux parties à ressorts, d'une longueur de 9 centimètres chacune, qui comporte deux ressorts fixés à deux boucles, le tout gainé de toile. La partie centrale de la jugulaire, d'une longueur de 27 centimètres (plus la partie comportant la boucle de réglage, mesurant 5cm), est réglable à l'aide d'une boucle en laiton. Les trois parties de cette jugulaire sont rassemblées à l'aide de deux petites boucles rectangulaires.
Les deux extrémités de la jugulaire, comportant chacune une boucle rectangulaire, permettent une fixation de celle-ci aux fourreaux de jugulaire.

Jugulaire Mark II. Jugulaire Mark II.
Jugulaire Mark II.
    Plus

Le casque anglais Mark II !

Quelques exemples

Exemple. Exemple. Exemple.
Exemplaire daté de 1940, ayant reçu quelques coups de peinture rouge brique pour le camoufler.

Exemple. Exemple. Exemple.
Exemplaire daté de 1942, dans une condition neuf de stock.

Exemple. Exemple. Exemple.
Autre exemplaire daté de 1942, dans une condition usagée.