Retour à la rubrique Suède
Casque Modèle 21

Fiche

Preview

Historique

Modèle 21 flat
Modèle expérimental datant de 1916, basé sur le casque français "Adrian" modèle 15.

Au début de la première guerre mondiale et devant les pertes nombreuses dues à un coup porté à la tête, tous les belligérants se mirent en quête d'une protection efficace nécessaire dans une guerre moderne.
La Suède, ne participant pas au conflit, n'attendit pas la nécessité de posséder une telle protection avant d'en prémunir son armée. Ainsi, dès 1916, l'état-major de l'armée suédoise commença des études sur l'adoption d'un tel casque.
Dès le départ, les premiers prototypes suédois se basèrent sur le casque "Adrian" modèle 15 français, précurseur du casque moderne. Ces prototypes, largement inspiré du modèle français, étaient de forme bien plus enveloppante que l'"Adrian" modèle 15.
Ces prototypes furent donc fabriqués sur le modèle français en trois pièces (la bombe, avec les deux parties de la visière), complétés par un cimier servant de renfort et d'aérateur.
Très vite, le cimier fut enlevé contre un renfort du dôme de la bombe, en dépit de l'aération du casque.

Dès le départ, les premiers prototypes suédois présentèrent le blason à trois couronnes, symbole de l'armée et de la royauté suédoise.
Ne satisfaisant pas l'armée, le prototype basé sur l'"Adrian" français fut rejeté, en raison de l'épaisseur de l'acier de 0,75 millimètre qui ne pouvait garantir un minimum de protection.

Aussitôt le premier projet exclu, les recherches se tournèrent au début des années 20 sur le casque allemand modèle 16, en copiant de manière très proche le casque allemand. Il en résulte donc un prototype donc la forme est un croisement du "stahlhelm" 16 allemand et du casque "Berndorfer" autrichien.
Ces prototypes reprendront le renforcement de la crête du dôme, instauré sur les premiers prototypes de deuxième ordre. La conception de la coiffe sera reprise sur les coiffes allemandes produites après 1917.
Bien que le casque allemand soit réputé pour son efficacité, recouvrant avec efficacité la tête du soldat, le prototype suédois basé sur celui-ci fut rejeté en raison d'un poids trop important.
Fort de ces deux lignés de prototypes, l'état-major suédois décida donc de créer un casque regroupant les meilleures caractéristiques de ces deux modèles, ce qui donna naissance au casque modèle 21 type "flat", qui peut faire penser à un croisement du casque Adrian modèle 15 et du "stahlhelm" 16.
La coiffe et la jugulaire de ce nouveau casque adopté par l'armée suédoise seront reprises du second projet.

Modèle 21 flat
Modèle expérimental datant de 1920, basé sur le "stahlhelm" allemand modèle 16.

Le casque modèle 21 type "flat" sera fabriqué en trois tailles dans les ateliers de la fabrique Eskilstuna durant très peu de temps, très vite remplacé par son successeur le modèle 21 type "high", précurseur de la lignée des casques suédois.
Malgré son abandon rapide, le modèle 21 "flat" reprit du service durant la seconde guerre mondiale, en raison du conflit qui faisait rage en Europe.

Modèle 21 flat Modèle 21 flat Modèle 21 flat

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Blason.
Blason.
Marquage taille.
Marquage taille.
Numéro estampé.
Numéro estampé.

La coque du casque modèle 21 "flat" est formée d'un seul tenant par emboutissage d'une feuille d'acier magnétique. Un jonc en acier, se rejoignant à l'arrière, est rajouté afin d'adoucir les bords coupants du casque. A noter que la taille du casque est estampée à froid sur ce jonc au niveau de la partie avant.
La forme du casque modèle 21 "flat" rappelle sans aucun doute la forme des deux principaux prototypes créés avant son adoption, ce qui donne à sa forme un ingénieux croisement entre le casque Adrian modèle 15 français et le "stahlhelm" 16 allemand. Ce croisement donnant des bords plats au casque tel l'Adrian français, ainsi qu'une crête de renfort rappelant le cimier de ce dernier. Une forme enveloppante et profonde, ainsi qu'une coiffe reprise sur le modèle 16 allemand.
Le casque modèle 21 "flat", tout comme son successeur le modèle 21 "high" possède un blason métallique à trois couronnes, symbole de l'armée suédoise. Ce blason est directement soudé à la coque par quatre points de soudure électrique (à chaque pointe du blason).
La coque est ensuite percée de cinq trous pour la fixation des différents éléments (trois pour la coiffe et deux pour la jugulaire).
Il est intéressant de noter la présence d'un numéro estampé à froid sur le partie inférieure arrière de la visière. Nous ignorons à ce jour la signification de ce numéro, mais pouvant être un numéro de série ou de lot.

Les insignes :

Insigne de l'armée.
Insigne de l'armée.
Insigne de l'armée de l'air.
Insigne de l'armée de l'air.

La couleur du casque varie en fonction de son affection, mais il est peint en seulement deux couleurs à sa sortie d'usine. Vert/gris pour l'armée et bleu foncé pour l'armée de l'air.
Beaucoup de casques modèle 21 "flat" furent repeint suite à une réaffection ou une réutilisation durant la seconde guerre mondiale en raison du conflit qui faisait rage en Europe.
Beaucoup de ces casques furent donc réattribués à l'armée (en raison de la mobilisation de celle-ci, et d'un besoin urgent en matériel), mais essentiellement pour le compte de la défense passive (en effet, ce casque est considéré comme désuet à coté de ses successeurs, les modèles 21 "high", modèle 26 et 37).
A noter que l'insigne national apposé par décalcomanie pour l'armée ("Nationalitetsbeteckning m/42 för hjälm") fut introduit en 1942 et fut pour la première fois appliqué en octobre de cette même année.
L'insigne de l'armée de l'air est, quant à lui, peint à la main et représente deux ailes avec une hélice en leur centre, le tout surmonté d'une couronne.
A noter que les casques distribués à des organisations civiles, comme la défense passive (Cilvilförsvaret) ne reçurent pas d'insigne.

La coiffe :

Cerclage et rivet de fixation.
Cerclage et rivet de fixation.
Compartiment de rembourrage.
Compartiment de rembourrage.
Sachet de rembourrage.
Sachet de rembourrage.
Patte de coiffe.
Patte de coiffe.

La conception de la coiffe est copiée sur celle du casque modèle 16 allemand. Elle est constituée de trois pattes de cuir, dont la base est scindée en deux parties, chacune percée d'un trou pour le passage du lacet du réglage en profondeur.
Chacune des pattes possède une bande rectangulaire de tissu, cousue sur trois cotés, servant de compartiment de rembourrage de coiffe.
Le rembourrage de chaque patte de coiffe est assuré par un sachet (petit sac en toile, ouvert sur un des cotés) rembourré de crin de cheval. Chacun de ces sachets est positionné dans chaque compartiment prévu à cet effet.
Ensuite, chacune des pattes est directement cousue sur le cerclage métallique (des trous étant préalablement pratiqués sur celui-ci) à l'aide de gros fil de couture. A noter qu'au niveau de la médiane des positions de chaque patte sur le cerclage, un morceau de gros fil de couture est présent afin d'être cousu en deux points sur le logement des sachets de rembourrage, afin de mieux le maintenir.
Enfin, le cerclage est maintenu à la coque en trois points avec trois rivets fendus.

Coiffe.
Coiffe.

La jugulaire :

Passant de jugulaire.
Passant de jugulaire.
Boucle de fixation.
Boucle de fixation.

La jugulaire est composée de deux bandes de cuir d'une largeur de 1,5 centimètres. La partie la plus courte d'une longueur de 20 cm, possède la boucle à ardillon permettant la fixation. L'autre partie de la jugulaire d'une longueur de 28 cm, possède 7 trous permettant autant de possibilités de position de fixation.
Ces deux parties de la jugulaire sont cousues, en se repliant sur elles-mêmes, aux deux passants de jugulaire. Les deux passants de jugulaire sont composés de deux anneaux rectangulaires, aux angles arrondis, pivotant sur une patte métallique repliée sur elle-même. Le tout jouant le rôle d'une charnière. Les deux passants sont fixés par le même principe de fixation de la coiffe, mais indépendamment de celle-ci, car ils sont situés légèrement plus bas.

Quelques exemples

Exemple 1. Exemple 1. Exemple 1.
Casque peint en bleu nuit, pour le compte de l'armée de l'air.

Exemple 2. Exemple 2. Exemple 2. Exemple 2.
Autre exemplaire attribué à l'escadrille "Flygflottilj" 12 de l'armée de l'air, ancienne escadrille suédoise de 1942 à 1980, basée à Kalmar situé sur la côte du Sud-Est de la Suède.

Exemple 3. Exemple 3. Exemple 3.
Casque attribué au 26ème de cavalerie, qui était basée dans le sud de la Suède. Insigne précoce, non officiel, avant l'adoption du blason à trois couronnes en 1942.

Exemple 4. Exemple 4. Exemple 4.
Exemplaire reconditionné après 1942, par une remise en peinture et l'apposition des insignes suédois.