Retour à la rubrique Suède
Casque Modèle 21

Fiche

Preview

Historique

Au début de la première guerre mondiale et devant les pertes nombreuses dues à un coup porté à la tête, tous les belligérants se mirent en quête d'une protection efficace nécessaire dans une guerre moderne.
La Suède, ne participant pas au conflit, n'attendit pas la nécessité de posséder une telle protection avant d'en prémunir son armée. Ainsi, dès 1916, l'état-major de l'armée suédoise commença des études sur l'adoption d'un tel casque.
Dès le départ, les premiers prototypes suédois se basèrent sur le casque "Adrian" modèle 15 français, précurseur du casque moderne. Ces prototypes, largement inspiré du modèle français, étaient de forme bien plus enveloppante que l'"Adrian" modèle 15.
Ces prototypes furent donc fabriqués sur le modèle français en trois pièces (la bombe, avec les deux parties de la visière), complétés par un cimier servant de renfort et d'aérateur.
Très vite, le cimier fut enlevé contre un renfort du dôme de la bombe, en dépit de l'aération du casque.
Dès le départ, les premiers prototypes suédois présentèrent le blason à trois couronnes, symbole de l'armée et de la royauté suédoise.
Ne satisfaisant pas l'armée, le prototype basé sur l'"Adrian" français fut rejeté, en raison de l'épaisseur de l'acier de 0,75 millimètre qui ne pouvait garantir un minimum de protection.
Aussitôt le premier projet exclu, les recherches se tournèrent au début des années 20 sur le casque allemand modèle 16, en copiant de manière très proche le casque allemand. Il en résulte donc un prototype donc la forme est un croisement du "stahlhelm" 16 allemand et du casque "Berndorfer" autrichien.
Ces prototypes reprendront le renforcement de la crête du dôme, instauré sur les premiers prototypes de deuxième ordre. La conception de la coiffe sera reprise sur les coiffes allemandes produites après 1917.
Bien que le casque allemand soit réputé pour son efficacité, recouvrant avec efficacité la tête du soldat, le prototype suédois basé sur celui-ci fut rejeté en raison d'un poids trop important.
Fort de ces deux lignés de prototypes, l'état-major suédois décida donc de créer un casque regroupant les meilleures caractéristiques de ces deux modèles, ce qui donna naissance au casque modèle 21 type "flat", qui peut faire penser à un croisement du casque Adrian modèle 15 et du "stahlhelm" 16.
La coiffe et la jugulaire de ce nouveau casque adopté par l'armée suédoise seront reprises du second projet.
Le casque modèle 21 type "flat" sera fabriqué en trois tailles dans les ateliers de la fabrique Eskilstuna durant très peu de temps, très vite remplacé par son successeur le modèle 21 type "high", précurseur de la lignée des casques suédois.
Ce changement de forme dans la construction du premier casque officiel de l'armée suédoise marque sans aucun doute la volonté de la Suède de posséder un casque propre à son armée.
Le nouveau casque modèle 21 reprend les caractéristiques internes de son prédécesseur à bords plats, seul la coque de ce nouveau modèle changeant de manière significative.
Toujours fabriqué par l'usine Eskilstuna, le casque modèle 21 sera tout de même fabriqué à de nombreux exemplaires malgré la rapide adoption du casque modèle 26.
Les deux variantes du casque modèle 21 serviront tout de même jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale, période durant laquelle ils seront principalement aux troupes de seconde zone et à la défense passive.

Modèle 21 flat.
Modèle 21 "flat".
M21 High. M21 High. M21 High.

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Insigne frontal.
Insigne frontal.
Insigne de l'armée.
Insigne de l'armée.
Marquage taille.
Marquage taille.
Marquage taille.
Marquage taille.

La coque du casque modèle 21 "high" est formée d'un seul tenant par emboutissage progressif d'une feuille d'acier magnétique. Un jonc en acier, se rejoignant à l'arrière, est rajouté afin d'adoucir les bords coupants du casque. A noter que la taille du casque est estampée à froid sur ce jonc au niveau de la partie arrière.
La forme de la bombe du casque modèle 21 "high" est identique à celle de son homologue le modèle 21 "flat", et comporte comme ce modèle une crête de renfort.
La différence entre ces deux modèles réside au niveau de la visière du casque parcourant toute la circonférence du casque. Sur le modèle 21 "high", la visière est désormais à bords verticaux, plongeant de manière légèrement oblique vers l'extérieur du casque, alors que sur le modèle 21 "flat", la visière est formée de manière horizontale.
Le casque modèle 21 "high", tout comme son prédécesseur le modèle 21 "flat" possède un blason métallique à trois couronnes, symbole de l'armée suédoise. Ce blason est directement soudé à la coque par quatre points de soudure électrique (à chaque pointe du blason).
La coque est ensuite percée de cinq trous pour la fixation des différents éléments (trois pour la coiffe et deux pour la jugulaire).
Le casque est ensuite de manière générale de couleur gris mat, comme stipulé dans l'instruction générale du 21 juin 1926. La mise en peinture est effectuée avant la pose des différents éléments interne du casque.
A partir de 1940, un nouvel insigne fit son apparition pour le compte de l'armée, cet insigne reprenant le blason soudé sur la partie frontale du casque. Constitué d'un blason de couleur bleu, contenant trois couronnes de couleur jaune, cet insigne sera d'abord apposé par peinture de manière très propre et très détaillée durant la période 1940-41, avant l'adoption officielle d'un décalcomanie pour l'armée ("Nationalitetsbeteckning m/42 för hjälm"), introduit en 1942 et qui fut pour la première fois appliqué en octobre de cette même année.

A noter que le casque modèle 21 "high" ne fut jamais desservi à l'armée de l'air, ce qui explique pourquoi il est impossible de trouver ce casque dans une livrée bleu nuit arborant l'insigne de la force aérienne suédoise.

La coiffe :

Tête de rivet de fixation.
Tête de rivet de fixation.
Attache parisienne et cerclage.
Attache parisienne et cerclage.
Patte de coiffe fixée par couture.
Patte de coiffe fixée par couture.
Patte de coiffe fixée par rivet.
Patte de coiffe fixée par rivet.
Compartiment rembourrage ouvert.
Compartiment rembourrage ouvert.
Crin de cheval.
Crin de cheval.
Compartiment rembourrage fermé (coiffe 1er type).
Compartiment rembourrage fermé (coiffe 1er type).
Coiffe.
Coiffe.

Il existe deux types de coiffe pour le casque modèle 21 "high", d'une manière générale, elle est reprise du casque modèle 21 "flat". La coiffe du premier type en est d'ailleurs identique. Copiée sur la coiffe du casque modèle 16 allemand, elle est constituée de trois pattes de cuir fixées à un cerclage métallique.
La base de chaque patte est scindée en deux parties, chacune percée d'un trou pour le passage du lacet du réglage en profondeur. Le dos des pattes comporte une bande rectangulaire de tissu, cousue sur trois cotés, servant de compartiment de rembourrage de coiffe, assuré avec du crin de cheval. Ces poches de tissu comporte d'ailleurs un volet, qui sera replié dans le compartiment pour le maintien du crin de cheval.
Ces pattes sont ensuite fixées à un cerclage métallique, comportant trois alignements de petits trous au trois tiers, à la position des trois pattes de coiffe.
La différence de fixation de ces différents éléments permet de distinguer une coiffe de fabrication précoce, identique à celle du casque modèle 21 "flat", d'une fabrication plus récente.

Coiffe 1er type.

Pour la coiffe du premier type, chacune des pattes est directement cousue sur le cerclage métallique (des trous étant préalablement pratiqués sur celui-ci) à l'aide de gros fil de couture. A noter qu'au niveau de la médiane des positions de chaque patte sur le cerclage, un morceau de gros fil de couture est présent afin d'être cousu en deux points sur le logement des sachets de rembourrage, afin de mieux le maintenir en étant noué.

Coiffe 2ème type.

Pour la coiffe du second type, chacune des pattes est rivetée cerclage métallique par deux rivets, aux deux extrémités de la base de chaque patte et ceci malgré la présence des trous réparties sur la circonférence du cerclage.
Le second type de coiffe ne comporte plus le gros fil de couture sur la ligne médiane chaque patte sur le cerclage, et ce malgré la présence des orifices sur le cerclage.

Enfin, la coiffe maintenue sur son cerclage est fixée à la coque à l'aide de trois rivets fendus (attaches parisiennes), dont la tête est peinte de la même couleur que le casque à l'aide d'un coup de pinceau.

La jugulaire :

Jugulaire 1er type.

Passant de jugulaire.
Passant.
Boucle à ardillon du premier type.
Boucle à ardillon du premier type.
Jugulaire fixée.
Jugulaire fixée.

La jugulaire du premier type est identique à celle du casque modèle 21 "flat". Elle est composée de deux bandes de cuir d'une largeur de 1,5 centimètres. La partie la plus courte d'une longueur d'environ 18 centimètres, possède la boucle à ardillon permettant la fixation, cette boucle est de forme rectangulaire, dont le coté libre est de forme arrondie. L'autre partie de la jugulaire d'une longueur d'environ 30 centimètres, possède 7 trous permettant autant de possibilités de position de fixation.
Ces deux parties de la jugulaire sont cousues, en se repliant sur elles-mêmes, aux deux passants de jugulaire. Les deux passants de jugulaire sont composés de deux anneaux rectangulaires, aux angles arrondis, pivotant sur une patte métallique repliée sur elle-même, jouant ainsi le rôle d'une charnière. Les deux passants sont fixés par le même principe de fixation de la coiffe, mais indépendamment de celle-ci, car ils sont situés légèrement plus bas.

Jugulaire 2ème type.

Passant de jugulaire.
Passant.
Boucle à ardillon du second type.
Boucle à ardillon du second type.
Jugulaire fixée.
Jugulaire fixée.

La jugulaire du second type, bien que sa conception soit très proche de celle du premier type, comporte quelques différences majeures. Elle est composée de deux bandes de cuir d'une largeur de 1,5 centimètres. La partie la plus courte d'une longueur d'environ 8 centimètres, possède la boucle à ardillon permettant la fixation, cette boucle est de forme rectangulaire à double passant, dont les coins sont arrondies. Le dos de la boucle comporte une pièce de cuir de forme trapézoïdale, et ne comporte plus d'anneau de cuir, la boucle étant désormais à double passant. L'ensemble étant fixé avec deux rivets mécaniques.
L'autre partie de la jugulaire d'une longueur d'environ 39 centimètres, possède 14 trous permettant autant de possibilités de position de fixation.
Ces deux parties de la jugulaire sont maintenues avec deux rivets, en se repliant sur elles-mêmes, aux deux passants de jugulaire différents du premier modèle. Les deux passants de jugulaire sont composés de deux anneaux rectangulaires aux angles arrondis, plus grands que les passants de jugulaire du premier type (2 centimètres), pivotant sur une patte métallique repliée sur elle-même, jouant le rôle de charnière. Les deux passants sont fixés par le même principe de fixation de la coiffe, mais indépendamment de celle-ci, car ils sont situés légèrement plus bas.

A noter que ce type de jugulaire, avec ses passants, est celui que l'on rencontre sur le casque modèle 26 type A, il se peut que la présence de celle-ci sur un casque modèle 21 soit dû à un reconditionnement.

Quelques exemples

Exemple 1. Exemple 1.
Insignes peints (avant l'adoption des décalcomanies, durant la période 1940-41).
Exemple 2. Exemple 2.
Casque repeint en vert, et apposition des insignes après 1942.
Exemple 5. Exemple 3. Exemple 3. Exemple 3.

Exemplaire camouflé comme d'usage dans l'artillerie côtière.