Retour à la rubrique Suisse
Casque Modèle 46 - DC

Fiche

Casque Suisse modèle 46 DC.

Historique

Crée en 1934, la DAP (Défense Aérienne Passive) dépendant du département de la guerre, était reconnaissable à ses casques de couleur gris/bleu et à son insigne représentant un écusson suisse blanc sur fond jaune cousu sur la manche droite. Cette organisation militaire était constituée d'hommes et de femmes volontaires, chargés en particulier du guet et de l'alerte anti aéronefs. Ils étaient équipés du casque modèle 18 identique à celui de l'armée.

Dès la fin des hostilités en Europe, une grande partie des effectifs de la DAP, qui fut rapidement dissoute, constitua la nouvelle DCi, la Défense Civile. Le personnel de ce nouvel organisme fut formé à la protection des civils et des biens dans le cas d'un conflit armé. La DCi conservera les casques modèle 18 et 40 peints en gris/bleu jusqu'à l'adoption en 1962 de la couleur jaune. Les casques encore en service seront alors repeints en jaune avant d'être produits directement dans cette teinte.

Il y avait après-guerre tellement de casques militaires dans les stocks qu'il n'était pas à l'ordre du jour de mettre en production un modèle spécifique à l'ensemble de la PC, il en va de même pour les pompiers. Néanmoins ces casques se sont révélés inadaptés à certaines fonctions de la DCi et un casque plus approprié dut être étudié à l'instar de ce qui existait déjà pour les électriciens qui portent un casque en cuir puis en plastique. Ces fonctions sont :

La protection chimique et sanitaire :
D'un usage purement civil et dans la mesure où aucune performance balistique ne lui était demandée, il fut décidé d'étudier un casque plus léger et spécifique à ce nouvel usage.
Tout naturellement, la forme du casque militaire fut conservée (il s'agit d'un clone du modèle 40), mais il est fabriqué en duralumin et est équipé d'une coiffe en matière synthétique. Outre sa légèreté, il présente l'avantage de pouvoir être rapidement lessivé. Il n'est constitué d'aucune pièce pouvant se corroder.

Adopté en 1946 sous la dénomination de casque modèle 46 DC, il restera en service jusqu'en 1995 et ceci sans modification.
Peint d'origine en gris, il sera occasionnellement repeint extérieurement dans la teinte désignant certaines fonctions spéciales. Il s'agit d'un casque d'usage uniquement civil et il n'était pas destiné à remplacer les casques existants qui ont poursuivi leur service, mais uniquement à équiper le personnel sanitaire et de la protection chimique.

Dès 1962 est créée la PCi, la Protection Civile, qui dépend du département de justice et police. De nos jours, la DCi et la PCi (ainsi que l'armée) sont regroupées au sein du département de la défense, de la sécurité et des sports.
Cet organisme, adopte les codes internationaux : à savoir la couleur jaune pour les casques et un triangle bleu dans un carré orange pour l'insigne.

Tout au long de son existence, la PCi a dû s'adapter à de nombreuses reprises et prendre en compte des menaces en constante évolution. En 1971, en pleine guerre froide, un concept de protection de la population basé sur des menaces de conflits armés et de guerre nucléaire a été réalisé. Il consistera principalement en la construction massive d'abris souterrains (en 2004 95% de la population peut y trouver place).
En 1995, face à la menace d'un conflit nucléaire qui s'amenuise de plus en plus et confrontés à des catastrophes d'ordre naturel en perpétuelle augmentation, une importante réforme a vu le jour. Les effectifs sont diminués et l'infrastructure réorganisée en 21 régions. L'organisme devient cantonal, cette organisation est toujours en vigueur.
En 2004, la protection civile entre dans un système de protection de la population en collaboration étroite avec ses partenaires historiques, comme la Croix-Rouge, les Samaritains, le Service Complémentaire Féminin, ... etc.

Les missions :
Les missions de la protection civile couvrent un vaste éventail. Elle est notamment chargée de protéger la population, d'assister les personnes en quête de protection et d'appuyer les organes de conduite en cas de catastrophe, de situation d'urgence ou d'attentat, ainsi qu'en cas de conflit armé. Elle est intégrée au système coordonné de protection de la population et collabore avec les organisations partenaires.
La protection civile est responsable de l'infrastructure de protection, des moyens d'alarme, de l'assistance aux personnes sinistrées et sans abri. Elle est également chargée de la protection des biens culturels. Elle apporte un appui aux organisations partenaires et fait en sorte qu'elles restent opérationnelles en cas de situation de crise de longue durée. Elle remet en état les infrastructures de manière à limiter les dégâts.

Les hommes :
A l'époque, celui qui n'était pas apte au service militaire, était incorporé dans la Protection Civile où il recevait une instruction spécifique. Il y suivait ses cours de répétition comme un soldat en suivait au sein de l'armée, à une cadence moindre cependant. Il faut également noter qu'à la fin de son service militaire, soit quand il avait reçu ses 8 cours d'élite et ses cours de Landwehr, le soldat était versé dans la Protection Civile pour encore quelques années. Il en va de même pour celui qui pour une raison ou un autre, ne pouvait plus servir dans l'armée ; il allait à la PC.
Aujourd'hui, la protection civile s'appuie toujours sur l'obligation de servir. Les hommes de nationalité suisse âgés de 20 à 40 ans sont en effet astreints à un service national dans l'armée ou dans la protection civile, ou à titre exceptionnel sous forme de service civil. Les femmes de nationalité suisse et les étrangers établis en Suisse âgés de 20 ans ou plus peuvent se porter volontaires, de même que les personnes ayant accompli leur service militaire, leur service de protection civile ou leur service civil. L'armée et la protection civile recrutent en commun. Elles disposent à cet effet de six centres de recrutement répartis sur le territoire suisse.

Insigne.
Insigne de la Protection Civile (à partir de 1962).

Mle 46.
Sauvetage dans une mine.

Mle 46.
Secours d'un blessé lors d'un exercice à Zurich en 1966.

Vous trouverez de nombreux autres renseignements sur la protection civile dans les manuels suivants. Notamment celui de 1969 qui a été distribué à l'ensemble de la population.

DAP 1941.
Manuel de la DAP de 1941.
Armée1958.
Manuel pour l'armée de 1958.
Civil.
Manuel pour la défense civile.
DC 1969.
Manuel pour la défense civile de 1969.
    Plus

Manuel DAP 1941

   -

Manuel DC 1969

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Vue de coté.
Vue de coté.

La coque du casque suisse modèle 46 DC est de forme identique au casque modèle 18/40.
Conçu spécifiquement pour la défense civile, son objectif principal est de protéger contre les chocs, il a donc été possible d'utiliser un alliage léger, le duralumin.
La coque du casque est moulée d'un seul bloc, puis elle est percée de neuf trous destinés à la fixation de la coiffe par rivets (par série de trois trous espacés de 5 cm par patte de coiffe). Ces rivets à tête bombée sont apparents à l'extérieur de la coque.

Une bordure est emboutie sur toute la périphérie du casque à 5 mm du bord. Elle forme, coté extérieur, un bourrelet de section semi-circulaire de 5 mm de diamètre et coté intérieur, une rigole dans laquelle le rebord restant est replié, venant ainsi en continuité avec l'intérieur du casque.
Ce casque ne comporte pas de trou d'aération sur sa partie arrière contrairement ses homologues.

Enfin, le casque modèle 46 est peint de couleur grise, mais il faut noter que beaucoup d'exemplaires furent repeint en jaune pour le compte de la protection civile.

Bord extérieur.
Bord extérieur.
Bord intérieur.
Bord intérieur.

La coiffe :

Coiffe montée.
Coiffe montée.
Patte de coiffe démontée (arrachée, elle n'est pas démontable).
Patte de coiffe démontée (arrachée, elle n'est pas démontable).

La coiffe du casque suisse modèle 46 DC est très différente de celle des modèles 18 et dérivés, dans sa conception et ses matériaux de fabrication.

Elle est composée de trois pattes indépendantes en toile plastifiée de couleur marron, dont la base de chacune d'elle se scinde en deux parties rectangulaires de dimension 10 x 4 cm. L'extrémité est repliée sur elle-même puis retenue par la couture de l'enveloppe du coussinet. L'espace ainsi crée permet le passage du lacet qui relie les trois pattes de la coiffe, le serrage de ce lacet permet le réglage en profondeur de la coiffe.

Patte de coiffe - Face interne.
Patte de coiffe - Face interne.
Patte de coiffe - Face externe.
Patte de coiffe - Face externe.
Détail du fourreau.
Détail du fourreau.

Chaque patte possède sur sa partie inférieure un compartiment de 12 sur 4 cm destiné à contenir le rembourrage en feutre permettant le réglage du tour de tête. Ce compartiment est constitué d'une pièce en tissu de type "satinette", cousue à l'arrière de chaque patte. La couture du fond retient aussi le retour des dents de la coiffe, les deux cotés sont pris sur 1 cm dans la couture du bord retourné de la patte. Le dernier coté est ouvert et fini par un ourlet. Aucun dispositif n'est prévu pour fermer le compartiment.

Pochette rembourrage vide.
Pochette de rembourrage vide.
Eléments rembourrage.
Eléments de rembourrage.
Pochette rembourrage garnie.
Pochette de rembourrage garnie.

Enfin, les pattes sont maintenues à l'intérieur du casque à l'aide d'une bande de renfort en carton compressé très épais et sont rivetées directement à la coque, chacune par trois rivets mécaniques.
Cette méthode de fixation, abandonnant le cerclage de coiffe adopté sur le modèle 18 et ses dérivés, laisse apparaître neuf rivets à la surface du casque. La coiffe ne peut être démontée que par destruction des rivets.

Fixation interne de la patte de coiffe.
Fixation interne de la patte de coiffe.
Détail de la plaque de maintient.
Détail de la plaque de maintient.
Rivets apparents à l'extérieur.
Rivets apparents à l'extérieur.

La jugulaire :

La jugulaire du casque modèle 46 est de conception similaire à celle présente sur les casques modèle 18 et dérivés.
Elle se compose de deux parties, dont un coté consiste simplement en un crochet et l'autre en une bande de toile de coton de couleur grise d'une longueur d'environ 40 cm pour 2 cm de large.
Ces deux demi jugulaires sont passées dans un pontet métallique non peint qui est riveté directement avec la coiffe.

Pontet droit en place.
Pontet droit en place.
Pontet gauche.
Pontet gauche en place.
Rivets de fixation.
Les 3 rivets de fixation.

Le pontet mesure 3 sur 4 cm, une fente de 20 sur 3 mm permet l'enfilement de la jugulaire, l'autre extrémité est légèrement incurvée de manière à retenir la plaque en carton.
Coté droit :
Un fil de fer de 2 mm d'épaisseur formant un triangle de base 2,5 cm et de hauteur 5 cm, dont le sommet est arrondie puis recourbée sur 1,5 cm, constitue le crochet.
Une sangle de tissus est passée dans le crochet puis dans la fente du pontet avant d'être recourbé et maintenu par deux coutures formant un rectangle. Cette pièce de tissus fait 2,5 cm une fois en place, les deux extrémités sont entièrement superposées avant couture.

Pontet riveté avec la coiffe.
Pontet riveté avec la coiffe.
Crochet de fixation.
Crochet de fixation.
Crochet de fixation.
Crochet de fixation.

Coté gauche :
La première extrémité passe dans la fente du pontet puis après double retournement est cousue sur elle-même par une double couture de forme triangulaire.
Par l'autre extrémité est enfilé la boucle de réglage de la longueur ainsi que l'anneau rectangulaire où viendra se positionner le crochet. L'extrémité vient ensuite enchapper le centre de l'anneau de réglage où elle est cousue.

Anneau de fixation et boucle de réglage.
Anneau de fixation et boucle de réglage.
Fixation de la jugulaire au pontet par couture.
Fixation de la jugulaire au pontet par couture.
Anneau de fixation et boucle de réglage.
Anneau de fixation et boucle de réglage.
Jugulaire bouclée.
Jugulaire bouclée.
Jugulaire sur pontet.
Jugulaire montée sur les pontets - recto.
Jugulaire sur pontet.
Jugulaire montée sur les pontets - verso.

Quelques exemples

Mle 18 de la DAP. Mle 18 de l'armée. Mle 40 de la DAP.
Casques repeints en jaune à l'extérieur au début des années 60. Mle 18 de la DAP - Mle 18 de l'armée - Mle 40 de la DAP.

Mle 46 de la croix rouge. Mle 18 de la croix rouge. Mle 63 de la croix rouge.
Casque Mle 46 peint aux couleurs de la croix rouge et Mle 63 sanitaire.

Mle 46 rouge. Mle 46 rouge.
Casque Mle 46 peint en rouge.

Mle 46 de la PC. Mle 46 de la PC. Mle 46 de la PC.
Dans un premier temps les casque Mle 46 sont peints en jaune, avant d'être produits directement dans cette teinte (autocollant de la protection civile).

Mle 46 de la PC. Mle 46 de la PC. Mle 46 de la PC.
Modèle 46 fabriqué directement en jaune.

Mle 46 de la PC. Mle 18 de la PC. Mle 63 de la PC.
Casque Mle 18 modifié pour la PC et Mles 40 et 63 fabriqués spécifiquement.

PC sans insigne Sanitaire. Triangle rouge.
Les casques de la PC peuvent porter différents insignes.

2 barres 3 barres. Rond barré.
Différents insignes.

La PC a largement utilisé des casques Mles 18,40 et 43 conjointement aux Mles 46DC. De la même manière, le casque en duralumin a été utilisé par les pompiers au sein de certaines fonctions.

Pompier Bâle. Pompier Bâle. Pompier Bâle.
Casque de pompier, ville de Bâle .

Pompier St Gall. Pompier St Gall.
Casque de pompier, canton de St Gall.

Suite à la décentralisation à outrance de Protection Civile au début des années 2000, on voit apparaître sur ses casques, à l'instar des casques de pompier, des insignes cantonaux, voire de villes.

PC Suhr. PC Suhr. PC Suhr.
Protection Civile de Suhr, canton d'Aargau.

Mle 46. Mle 46.
Modèle 46 transformé vraissemblablement en casque de manœuvre, ajout des deux events, coiffe Mle 40 avec jugulaire et peinture armée type 43.

Mle 46. Mle 46. Mle 46.
Autre modèle 46 transformé en casque de manœuvre, ajout des deux events, coiffe Mle 63 avec jugulaire et peinture armée type 43.

Casques de la PC.
Suite à la réforme de 1995, tous ces casques seront remplacés par des casques en plastique orange.

Vous pourrez rencontrer des casques type "modèle 18" peints en noir et avec comme insigne un éclair rouge. Il s'agit comme leur couleur l'indique de casques du service feu, destinés spécifiquement aux électriciens. Par sécurité, ces casques doivent être dans une matière non conductrice. Les plus anciens sont en cuir avec la même coiffe que le modèle 18, ensuite ils seront en plastique avec une coiffe de même inspiration mais aussi en matière plastique.

Electricien service feu. Electricien service feu. Electricien service feu.
Casque d'électricien du service du feu en cuir.

Electricien service feu. Electricien service feu. Electricien service feu.
Casque d'électricien du service du feu en plastique.

Rédacteur : Claude Sorgius (claude1999)
Remerciements
Nous tenons à remercier les personnes et institutions suivantes qui nous ont aimablement transmis des informations, des documents et des clichés :
- Charly Jaillet ancien instructeur de la Protection Civile
- Jean-Paul Soulier
- Jürg Burlet

Sources :
- Manuels de la protection Civile
- Musée militaire de Zürich

© La reproduction des photos et documents provenant de collections privées est strictement interdite.