Retour à la rubrique Thaïlande
Casque Modèle 31

Fiche

Preview

Historique

Casque Adrian modèle 15 thaï. Casque Adrian modèle 15 thaï. Casque Adrian modèle 15 thaï.
Défilé des troupes siamoises équipées de casques Adrian modèle 15 au lendemain de la première guerre mondiale.

Durant la première guerre mondiale, le royaume de Siam rejoignit le camp des alliés à partir de 1917 et participa au conflit sur le front européen avec l'envoi d'un corps expéditionnaire de 1250 hommes, d'une armée nouvellement créée.
Participant au conflit en France, ces hommes furent équipés du casque Adrian modèle 15 de fabrication française, qui fut donc le premier casque adopté par l'armée siamoise.
Au lendemain de la grande guerre, l'armée siamoise conserva le casque Adrian modèle 15, entretenant de bonnes relations avec plusieurs pays occidentaux, dont principalement la Belgique.
La Belgique durant la guerre, rangée aux cotés des alliés, avait adopté le casque Adrian modèle 15 comme casque réglementaire, le conservant après l'armistice de 1918.
Dès 1920, la Belgique fabriquait son propre casque Adrian, produit par la société Fonson basée à Bruxelles. Ce nouveau casque, désigné comme modèle 20, était semblable au modèle français, mais se distinguait de celui-ci par une visière et un couvre-nuque emboutis d'une seule pièce, au lieu d'être rivetés comme sur le modèle 15.
En raison des liens étroits qu'entretennaient les deux pays, le casque modèle 20 belge fut donc exporté vers le royaume du Siam. Ces casques furent munis dans un premier temps du même insigne apposé sur les Adrian modèle 15, constitué d'une petite pièce en émail rouge en forme de losange posé sur un support en laiton symbolisant le lotus.
Cet insigne sera remplacé à partir de 1920 par le "Chankra", qui deviendra le nouvel emblème national pour les casques de l'armée siamoise. Cet attribut comporte les inscriptions en Thaï "Se sacrifier pour la patrie" ("Srachip pur chat" en alphabet latin).
Importé durant les années 20, jusqu'au début des années 30, le casque modèle 20 siamois fut donc dans un premier temps équipé d'un intérieur de type modèle 15, composée d'une coiffe en cuir cerclée de quatre gaufrettes d'aération, fixée par quatre agrafes-crampons doubles. Puis dans un second temps, avec la création et l'adoption du nouveau casque modèle 31 par l'armée belge, ces casques furent munies d'un nouveau système de coiffe montée sur quatre lames ressort. On peut supposer qu'un certain nombre de casques (modèle 15 et 20) furent reconditionnés avec ce nouveau système de coiffe.
Toujours équipée par la Belgique au début des années 30, l'armée siamoise souhaita s'équiper du nouveau casque Adrian adopté par l'armée belge, calqué sur son homologue français, le modèle 26.
Ainsi, les sociétés chargées de la production du casque modèle 31, Fonson et Tordoir, fabriquèrent des lots de casques exportés au royaume de Siam. Il s'avère cependant, avec l'étude des exemplaires rencontrés, que la société Fonson produisit plus de casques pour l'export que son concurrent Tordoir. Néanmoins, les quantités produites furent inverses pour le compte de l'armée belge.
On ignore à l'heure actuelle les quantités produites pour le royaume du Siam, cependant, en raison du climat géopolitique en Europe à la fin des années 30 et le déclenchement de la seconde guerre mondiale en 1939, les livraisons de casques modèle 31 à destination du Siam cessèrent à partir de 1940.
En raison de l'impossibilité d'importer de nouveaux exemplaires , des casques de fabrication locale furent produits à partir de 1940. Ces casques de conception assez sommaire furent fabriqués à moindre échelle.

La chute de la monarchie absolue orchestrée en 1932 par un coup d'état sans effusion de sang, suivi d'une révolte monarchiste dirigée par le prince Borowadet, permirent la montée au pouvoir du militaire Plaek Pibulsonggram. Celui-ci changea le nom de pays qui, de Siam, devient "Prathet Thai" ("Pays des Libres") ou Thaïlande.
Dans le cadre de son rapprochement avec le Japon, la Thaïlande attaqua une partie de l'Indochine, colonie française, en octobre 1940 puis en mai 1941, obtenant ainsi l'annexion de quelques provinces.
On peut supposer que ces annexions ont permis à la Thaïlande de capturer quelques casques Adrian modèle 26 français, cependant cette hypothèse est peu vraissemblable, les casques tropicaux étant plus utilisés par les Français dans cette région.
Alliée au Japon officiellement à partir de décembre 1941, l'armée thaïe fut alors équipée de casques Type 90 japonais, qui serviront au lendemain de la guerre après reconditionnement de l'aménagement intérieur. On note une utilisation du casque Adrian modèle 31 au sein du corps expéditionnaire Thaï (4000 hommes) durant la guerre de Corée de 1950 à 1953, mais en situation de combat, ce sont surtout des casques US M-1 qui seront utilisés,  la majeure partie de leur matériel étant d'origine américaine.
Le casque M-1 deviendra par la suite le nouveau casque adopté par l'armée Thaï à partir des années 60, après l'utilisation de casques japonais Type 90 reconditionnés.

Casque modèle 20 de fabrication belge.
Casque modèle 20 de fabrication belge.
Casque Adrian modèle 31 thaï. Casque Adrian modèle 31 thaï. Casque Adrian modèle 31 thaï.
Casque Adrian modèle 31 thaï. Casque Adrian modèle 31 thaï.
Casque Adrian modèle 31 thaï. Casque Adrian modèle 31 thaï. Casque Adrian modèle 31 thaï. Casque Adrian modèle 31 thaï.

Constitution

La coque :

Fabrication Tordoir.

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Trou d'aération, et rivets de fixation du cimier.
Trou d'aération, et rivets de fixation du cimier.
Cimier - partie avant.
Cimier - partie avant.
Cimier - partie arrière.
Cimier - partie arrière.
Insigne Chankra.
Insigne Chankra.
Détail mise en peinture.
Détail mise en peinture.

La coque du casque modèle 31 est de conception très proche du casque français modèle 26. La bombe du casque modèle 31 belge fut produite par deux sociétés, Fonson (société existant toujours à l'heure actuelle) et Tordoir, dont chacune des fabrications possède ses propres caractéristiques.
La coque, dont la bombe est formée par emboutissage progressif d'une feuille d'acier au manganese d'épaisseur 0,7 millimètres, fut fabriquée en quatre tailles.

Le fond de la bombe est percé de huit trous pour l'aération du casque, puis de 4 trous répartis longitudinalement pour la fixation du cimier et enfin de huit autres répartis par deux sur la base du casque pour la fixation des lames ressorts de maintien de la coiffe.
Un cimier en aluminium est riveté sur le sommet du casque à l'aide de 4 rivets mécaniques, contre des rivets fendus pour le modèle 26 français. Le cimier est destiné à masquer les orifices d'aération et ainsi conserve la conception du casque Adrian. Pour les fabrications Tordoir, le cimier possède des extrémités arrondie et des échancrures pratiquées sur les cotés de manière semblable au cimier du casque modèle 26 français.
La bordure du casque est adoucie d'un jonc en acier jointif sur un des cotés du casque.

Deux fentes sont pratiquées sur la partie frontale du casque pour la fixation de l'attribut "Chankra". Le "Chankra" de fabrication belge est très bombé. Fabriqué en acier, il comporte une double patte de fixation soudée au dos afin de fixer l'insigne aux deux fentes du casque. L'insigne "Chankra" comporte les inscriptions en Thaï "Se sacrifier pour la patrie" ("Srachip pur chat" en alphabet latin).
Cet exemplaire nous montre que le casque est mis en peinture après la pose de l'insigne. Le casque est recouvert d'une peinture de couleur vert pomme, cuite au four.

Fabrication Fonson.

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Trou d'aération, et rivets de fixation du cimier.
Trou d'aération, et rivets de fixation du cimier.
Cimier - partie avant.
Cimier - partie avant.
Cimier - partie arrière.
Cimier - partie arrière.

La version que l'on rencontre le plus fréquemment est la fabrication Fonson. Cette variante fut produite minoritairement pour l'armée belge, ce casque était disponible seulement par achat personnel, pour officier ou sous officier fortuné.

Les casques fabriqués par la société Fonson ont un cimier différent des fabrications Tordoir. Chaque extrémité est proche de celle du cimier des casques modèle 15 et modèle 20 de fabrication belge. Ses extrémités sont pointues et les bords présentent une échancrure à peine prononcée.
Cet exemplaire est un parfait exemple des casques thaïs qui ont résisté aux années. Soumis à un rude climat tropical, et donc très assujetti à la corrosion, les casques modèle 31 thaïlandais furent repeints à maintes reprises.

Fabrication thaïlandaise.

Fabrication thaïlandaise.
Fabrication thaïlandaise.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Vue intérieure.
Vue intérieure.
Soudure longitudinale.
Soudure longitudinale.
Détail soudure et jonc.
Détail soudure et jonc.
Lame ressort de maintien de coiffe.
Lame ressort de maintien de coiffe.
Insigne Chankra.
Insigne Chankra.

Afin de palier l'arrêt des importations belges, lors du déclenchement de la seconde guerre mondiale, la Thaïlande fabriqua une version locale du modèle 31.
Cette version est le résultat d'un procédé de fabrication pour le moins étonnant. La coque est formée par soudure longitudinale de deux moitiés de casque. Le fond de la bombe comporte un trou de forme rectangulaire, aux extrémités arrondies, à l'instar du casque modèle 15.
La bordure du casque est adoucie par repli sur elle même, vers l'intérieur de la coque.
La constitution de cette coque pouvant paraître assez faible, le maintien de ces deux moitiés est consolidé par la pose du cimier de type modèle 15 (ou fabrication Fonson) fixée à l'aide de rivets mécaniques, ainsi que les lames ressort de maintien de coiffe (avant et arrière).
L'insigne de cette fabrication est plus plat que celui des casques produits en Belgique, fabriqué soit en aluminium, en zinc, cuivre ou encore laiton.

La coiffe :

Intérieur coque.
Intérieur coque.
Lame ressort de maintien.
Lame ressort de maintien.
Vue de biais.
Vue de biais.
Coiffe - face.
Coiffe - face.
Coiffe - revers.
Coiffe - revers.
Agrafes de fixation et jointure bandeau de feutre.
Agrafes de fixation et jointure bandeau de feutre.
Couture des agrafes et jointure bandeau de cuir.
Couture des agrafes et jointure bandeau de cuir.
Maintien du lacet de coiffe.
Maintien du lacet de coiffe.
Patte de coiffe et marquage de la taille.
Patte de coiffe et marquage de la taille.
Marquage thaï, Sté B.Grimm & Co.
Marquage thaï, Sté B.Grimm & Co.
Détail fixation.
Détail fixation.

La coiffe du casque modèle 31 est de conception parfaitement identique à celle équipant le casque Adrian modèle 26 français.
La coiffe est maintenue à l'intérieur du casque par 4 lames ressorts en forme de "T" évidé et pliées sur elles-mêmes. Chacune d'entre elles est fixée à la coque par deux rivets mécaniques, au niveau de l'évasement de la bordure du casque.
La coiffe est fabriquée en cuir de mouton, principalement glacé ou grenelé noir. Elle est constituée d'un bandeau de cuir large de 16 centimètres et dont la longueur varie en fonction de la taille souhaitée. Une épaisse bande de feutre de laine de couleur noire ou grise est cousue à la base de la bande de cuir. La longueur doit prendre en compte cette épaisseur pour la taille de coiffe, le bandeau de feutre assurant son rembourrage. Cet ensemble est ensuite fermé par une couture en zig-zag, joignant la bande de cuir et la bande de feutre solidaire de celle-ci.
Six dents de cuir de forme triangulaire sont ensuite cousues sur l'autre coté de la bande, et chacune d'elle est terminée d'un trou renforcé d'un œillet métallique pour le passage du lacet de réglage en profondeur, liant les six dents de la coiffe ensemble.
Six crochets plats métalliques sont cousus manuellement par paire sur la face extérieure du bandeau de laine, et sont destinés à fixer la coiffe aux quatre lames-supports du casque. Enfin, la taille de la coiffe est spécifiée à l'aide d'un tampon à l'encre apposé au dos d'une des dents de coiffe.

A noter que sur l'exemplaire présenté dans cette fiche, une inscription Thaï en lettre dorée est inscrite sur une des pattes de coiffe. En premier lieu, il serait évident de penser qu'il s'agit d'une fabrication thaïlandaise de la coiffe. Or ces caractéristiques de fabrication prouvent qu'il s'agit bien d'une fabrication belge, alors qu'il serait peu probable que la Belgique ait exporté des casques incomplets.
La traduction de cette inscription nous donne Sté B.Grimm & co, société qui vraisemblablement existe encore de nos jours, basée à Bangkok. Cette société fondée en 1878 par l'Allemand Bernhard Grimm, était à l'origine une pharmacie, qui a étendu au fil des années son activité à différentes activités, notamment l'import/export. Rapidement proche de la famille royale, on peut supposer que l'importation des casques modèle 31 fut supervisée par les dirigeants de cette société.

Coiffe.
Coiffe.

La jugulaire :

Passant et partie fixe de la jugulaire.
Passant et partie fixe de la jugulaire.
Partie libre.
Partie libre.
Boucle de réglage.
Boucle de réglage.

La jugulaire est similaire à celle équipant le casque Adrian modèle 26 français. Elle est montée sur deux passants fixés de chaque coté du casque simultanément aux supports latéraux de la coiffe. Chacun d'eux est constitué d'un dé rectangulaire (parfois aux angles très arrondis) fabriqué à partir d'un fil d'acier et dont la base est enchapée dans une lame métallique pliée sur elle-même. Cet ensemble, dont la base est percée de deux trous, est riveté simultanément avec les supports de coiffe.
La jugulaire est constituée d'une épaisse bande de cuir large de 1,5 centimètres et longue de 50 cm, de couleur fauve et rainurée sur ses bords coté lisse du cuir. A une de ses extrémités est fixée une boucle métallique peinte en vert, à double fente et légèrement courbée (alors que la boucle équipant la jugulaire du modèle 26 français est plate, et peinte en noire).
L'autre extrémité de la jugulaire passe ainsi dans les deux fentes de la boucle après avoir été préalablement passée dans un des deux passants, puis est riveté à l'autre passant de jugulaire.
La fixation de cette autre extrémité est effectuée de manière inamovible avec un rivet mécanique, contrairement aux jugulaires françaises, monté soit avec un rivet à double tête glissé dans une boutonnière, ou à l'aide d'un rivet à vis (modèle 37).

En raison de l'incapacité d'être réapprovisionné en pièces détachées, il est fort probable qu'en cas de détérioration de la jugulaire d'origine, celle-ci était remplacée par une jugulaire de fabrication locale, à l'instar de ce que l'on peut rencontrer sur les casques Adrian modèle 26 français exportés en Amérique du Sud.