Retour à la rubrique Etats-Unis
Casque US M-1 C Model 1964

Fiche

Preview

Historique

Le casque américain modèle M-1 créé en 1941 avec l'entrée en guerre des Etats-Unis dans le second conflit mondiale fut décliné dans une version destinée à l'aéroportée au cours de la guerre, donnant ainsi naissance dans un premier temps au casque M-2 avec pontet fixe en forme de demi-lune. Ce modèle fut très rapidement abandonné en raison de la fragilité de ces pontets.
L'intendance US se tourna donc définitivement vers le casque lourd en acier utilisé dans l'infanterie, sur lequel fut monté des jugulaires aux extrémités allongés comportant un bouton pression destiné à solidariser le casque lourd avec le liner spécifique aux troupes aéroportées.
Ce casque subit les mêmes modifications que le casque M-1 destiné à l'infanterie tout au long de sa fabrication durant la seconde guerre mondiale et au début des années 50, dont les principales caractéristiques sont :
    - 1943 : pontets de jugulaire fixe.
    - 1941 : adoption des pontets de jugulaire mobile.
    - 1944 : jointure du jonc amagnétique à l'arrière.
    - 1951 : adoption de clips métalliques pour fixer la jugulaire et ainsi supprimer la rapide usure des jugulaires par frottement avec les pontets.
C'est dans ces conditions que l'on voit apparaître les différentes versions de casque M-1 destinées à l'aéroportée, dont la base est celle d'un casque destiné à l'infanterie : casque désigné comme M-1 C.
Ainsi, pour que le casque M-1 soit adapté à un usage dans les troupes parachutistes, le casque d'acier doit être muni de jugulaire avec bouton pression et le liner doit être muni de bouton pression femelle afin d'être solidarisé avec le casque lourd. Enfin, le liner est muni de "A-straps" rivetés en même temps que la suspension "Riddel" pour l'utilisation de la jugulaire/mentonnière indispensable afin d'assurer la stabilité du casque lors d'un saut opérationnel.
Aussi, on note des casques M-1 destinés à l'infanterie modifiés par l'ajout de jugulaires typique de l'aéroporté et modification du liner par l'ajout de bouton pression et "A-straps" indépendantes de la suspension : on parle alors de casque "rigger made" pour l'aéroportée. L'adoption du casque M-1 model 51 en 1951 n'échappa à la règle et fut dans un premier temps modifié pour obtenir des casques destinés aux troupes aéroportées. Il faut attendre 1958 avant de voir des casques fabriqués pour un usage dans les troupes parachutistes. En effet, il faut attendre 1955 pour que la nouvelle jugulaire avec clip métallique de fixation soit modifiée pour les troupes aéroportées et la construction de liner spécifique à cette arme ne débuta qu'en 1958 par la division Micarta de la société Westinghouse. Ce contrat fut ensuite partagé avec les sociétés Firestone et Marmac à partir de 1962.
Avec l'apparition du nouveau liner avec suspension Cradle en 1961, dont la fabrication s'est généralisée à partir de 1964 pour une utilisation générale comme coiffe pour les casques M-1, on assiste à l'apparition d'une toute nouvelle version de casque M-1 C, désigné comme M-1 C model 1964 en rapport avec son modèle de référence.
Ce casque porte les caractéristiques de tout casque en usage dans l'aéroporté, cependant on note que le montage de "A-straps" n'est désormais plus solidaire de la suspension, sans doute dans l'optique d'un remplacement plus aisé en cas de détérioration.
Le casque M-1 C model 64 fut fabriqué et utilisé jusque dans les années 80 malgré l'apparition d'un nouveau modèle de casque M-1 : M-1 model 1973, sans doute à cause de la nouvelle jugulaire à fermeture à pression inadaptée aux troupes parachutistes.
Le casque M-1 C model 64 fut donc utilisé jusqu'à l'utilisation généralisée du casque PASGT en matière composite, et apparition du kit parachutiste de ce dernier.

US M-1 C model 1951.
US M-1 C model 1951.
US M-1 C model 1964. US M-1 C model 1964. US M-1 C model 1964. US M-1 C model 1964.

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Jointure du jonc arrière.
Jointure du jonc arrière.
Fabrication Ingersoll.
Fabrication Ingersoll.
Autre fabrication.
Autre fabrication.
Peinture texturée.
Peinture texturée.

La coque du casque M-1 C M64 est d'abord celle du casque Model 1951 fabriquée par Mc Cord Radiator, qui reste identique au modèle M43 avec pontet mobile. En effet, seul l'ajout de jugulaire spécifique à une utilisation au sein de l'aéroportée permet de distinguer un casque lourd parachutiste d'un casque destiné à l'infanterie.
A partir de 1966 apparurent de nouvelles spécifications pour la fabrication du casque. La forme de la coque est celle du casque M-1 fabriqué à partir de 1941, mais avec une forme légèrement plus profilée.
Fabriquée par emboutissage progressif d'une plaque d'acier Hadfield au manganèse, qui répond aussi aux nouvelles spécifications de 1966.
La coque est ensuite peinte de couleur vert olive très pâle (la couleur OD No.319 des années 50 est abandonnée au profit d'une nouvelle couleur plus claire désigné par la référence Munsell 10Y 3/3), dont la peinture est mélangée à du sable fin afin d'éviter les reflets.
Cette nouvelle coque est d'abord fabriquée par Ingersoll Products et McCord Corporation, ayant respectivement reçu leur contrat le 16 et 30 avril 1965. La production fut vite attribuée à Ingersoll Products, Parish Division of the Dana Corporation, et R.J. Stampings Company Ltd après l'abandon du contrat par la société McCord. Chacune de ces sociétés marquèrent comme auparavant les casques sous la visière en spécifiant le numéro de lot. Les fabrications de la société Ingersoll comportent un I avant le numéro de lot d'acier.

En raison du caractère adaptable de la jugulaire "Chin Strap Parachutist's Model", on peut rencontrer des coques fabriquées antérieurement aux années 60 en configuration M-1 C M64, et même occasionnellement des coques à pontets mobiles fabriquées avant 1945.

La coiffe :

Le liner.

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Fabrication CMP.
Fabrication CMP.

La bombe du liner M1964 destiné aux troupes aéroportées est fabriquée de manière identique au modèle de l'infanterie et est désigné comme "LINER PARACHUTIST'S HELMET (COMBAT) Type II".
Ces liners sont d'abord fabriqués avec de la toile de coton durant la période 1964-1965, puis avec de toile de nylon durant la période 1965-1984, le tout imprégnées de résine phénolique/Polyvinyle de butyral (PVB) formées dans un moule à haute pression.
Le marquage fabricant, le numéro de moule et les marques de repères du moule (croix ou trait) sont moulés directement lors du moulage du liner.
Après formation du liner, celui-ci est percé de 6 trous pour la fixation ultérieur de la suspension "Cradle", 3 trous pour la fixation des trois boucles dentelées aussi rivetées pour le maintien de la "neckband", 4 trous pour la mise en place des "A-straps" et enfin 2 trous pour les deux pressions femelles du liner. Après fixation des éléments internes du liner, la surface externe du sous-casque est peint de couleur vert olive (Munsell 10Y 3/3) mélangé à du sable fin pour éviter les reflets.
Le liner M64 pour troupes parachutistes fut fabriqué par les sociétés suivantes :
    - Firestone, de 1964 à 1967.
    - Marmac, de 1965 à 1970.
    - Pat-Ric, en 1964.
    - Consolidated Molded Products (CMP), de 1974 à 1984.

Le numéro de contrat et le fabricant sont notés en plus à l'aide d'un large tampon noir sur le cerclage de toile de la suspension "Cradle".

La suspension.

Suspension Cradle.
Suspension Cradle.
A-washer.
A-washer.
Boucle de réglage en profondeur.
Boucle de réglage en profondeur.
Bandeau de tour de tête (headband).
Bandeau de tour de tête (headband).
Clip de maintien avant avec griffes.
Clip de maintien avant avec griffes.
Clip de maintien lisse.
Clip de maintien lisse.
Boucle de réglage.
Boucle de réglage.

La coiffe est identique à celle installée dans liner M64 "infantry". Elle est composée d'une suspension de type "Cradle" en toile forte de couleur verte (Oliv Drab No.7). La suspension est constituée d'un cerclage en toile, sur lequel sont fixées par couture les trois sangles de maintien en profondeur. Les trois sangles, se croisant en leur milieu dans la doublure centrale de la sangle transversale, sont fixées par couture à l'avant et sont maintenues à l'arrière à trois boucles coulissantes, chacune fixée à une petite patte en toile, elle-même fixée par couture à l'arrière du cerclage de toile : ce dispositif permettant le réglage en profondeur de la coiffe.
Cette suspension est fixée à l'intérieur du liner au niveau de chaque intersection du cerclage et des sangles de maintien en profondeur à l'aide de rivets mécaniques. Ces rivets de fixation passent par un rivet creux, disposé à chaque intersection des différents éléments de toile de la suspension, et se referment sur une plaque métallique peinte en noir de forme triangulaire (éléments appelés "A-washers"), afin d'assurer le maintien de la suspension dans le liner.
Le maintien sur la tête est assuré par la traditionnel "headband" et conserve le modèle final utilisé sur tous les casques M-1 à partir de 1961.
Le bandeau de tour de tête est constitué d'une bande de toile forte de couleur verte (Oliv Drab No.7) longue d'environ 75 centimètres, sur laquelle est cousue une bande de cuir fin. Cette bande de cuir est d'abord cousue sur le revers haut du bandeau, puis est cousue à la base de la bande de toile.
Des encoches et des interstices sont pratiqués à intervalle régulier pour le passage des six agrafes métalliques permettant la fixation de la "headband" sur la suspension du liner. A noter que les agrafes avant du bandeau sont munies d'ergots assurant la fixation à l'avant de la coiffe, les quatre autres sont lisses permettant au bandeau de coulisser sur la suspension et ainsi de mieux s'adapter à la tête du soldat.

Headband montée.
Headband montée.

Une extrémité du bandeau comporte la boucle de réglage à double fente, dont une est dentelé pour une meilleure fixation. L'autre extrémité du bandeau passe dans les deux fentes de cette boucle et se replie sur elle-même, dont la pliure est assurée par couture, empêchant ainsi cette extrémité de se dégager de la boucle.
Pour un meilleur réglage du tour de tête, il est conseillé de régler la "headband" avant de l'installer dans le liner, comme spécifié dans le manuel d'utilisation.
Enfin, la "headband" est uniquement fabriquée par la société Steinberg Bros. à partir de 1971.

La neckband.

Boucle de fixation.
Boucle de fixation.
Neckband.
Neckband.
Neckband montée.
Neckband montée.

Depuis 1964 la classique "neckband", rencontrée sur les liners US depuis 1941 fixée par quatre boutons pression, est abandonnée au profit d'un nouvel modèle même si l'ancien modèle apparut en 1955 fabriqué en toile multipoint est toujours fabriqué afin de prévoir des pièces de remplacement pour les casques déjà en usage.
Désormais, la coiffe est complétée par une bande de toile assurant un meilleur maintien au niveau de la nuque évitant ainsi au casque de basculer en avant en cas de manœuvre brusque.
La "neckband" est maintenant constituée d'une bande de toile forte rectangulaire de couleur verte (Oliv Drab No.7) dont les coins sont repliés sur eux-mêmes et maintenus par couture, ainsi que les deux bandes de toile, longues de 17 centimètres pour 13 millimètres de large, permettant la fixation de la "neckband" sur les cotés du liner. Une troisième bande, plus courte (11 centimètres), est cousue à la base pour se fixer au centre arrière du sous-casque. A noter que l'extrémité libre de chacune des pattes de toile est taillée en pointe afin de mieux s'insérer dans les boucles de fixation.
Le maintien de la "neckband" s'effectue avec les trois petites boucles à double passants et dentelées, dont la base lisse de celles-ci est prise dans une patte métallique repliée sur elle-même, jouant ainsi le rôle de charnière et riveté ensuite dans le liner (au centre arrière et sur les cotés).

La mentonnière.

Jugulaire/mentonnière.
Jugulaire/mentonnière de fabrication entre 1955 et 1965.

Jugulaire/mentonnière.
Jugulaire/mentonnière de fabrication entre 1965 et 1981.

Jugulaire/mentonnière.
Jugulaire/mentonnière de fabrication entre 1981 et 1986.

Tout comme les anciens modèles de casques destinés aux unités aéroportées, le liner est muni d'une mentonnière afin d'assurer le maintien du casque lors du saut opérationnel.
La mentonnière en toile du casque US M-1 C évolue très peu depuis son apparition en 1944, et est fabriquée à partir d'une double épaisseur de toile sur laquelle est riveté de chaque coté 4 rivets creux renforcés d'une fine rondelle. La mentonnière est constituée d'une double épaisseur de toile insérée entre chaque bande de toile de la partie centrale, le tout assuré par une forte couture en zig-zag.
Malgré la forte similitude des différents modèles produit tout au long de la fabrication du "LINER PARACHUTIST'S HELMET (COMBAT)", certains détails permettent de dater approximativement la mentonnière entre 1955 et 1986 :
    - Entre 1955 et 1965, la jugulaire est fabriquée en coton de couleur vert et comporte un marquage U.S. à l'encre noire sur sa partie centrale. De plus, sa conception présente une couture entre le troisième et le quatrième œillet d'un des cotés de celle-ci.
    - Entre 1965 et 1981, le marquage U.S. disparaît et la jugulaire présente toujours une couture entre le troisième et le quatrième œillet sur un des cotés
    - Entre 1981 et 1986, la jugulaire sont fabriquée dans un mélange de coton et de nylon, et enfin la couture se situe désormais à l'une des extrémités de la jugulaire.

Etiquette d'un lot de 25 mentonnière de 1968.
Etiquette d'un lot de 25 mentonnière de 1968.
A-strap.
A-strap.
Détail fixation.
Détail fixation.

Ainsi, la mentonnière est maintenue au liner par deux boucles à ardillon maintenues sur deux bandes de toile pliées en leur milieu et renforcé d'une bande de toile cousue transversalement, maintenant par la même occasion la boucle au centre du "A" ainsi formé : ce qui prévaut à cette pièce d'être nommée "A-straps".
L'ajout de "A-straps" a été introduit durant la seconde guerre mondiale pour les casques des unités parachutistes. Les "A-straps" sont désormais fixé séparément de la suspension contrairement aux modèles précédent (les "A-straps" étaient rivetés en même temps que la suspension et la bande supportant la "neckband") hormis les modèles hybrides modifiés hors usine.
Les "A-straps" sont donc fixés au liner, séparément de la suspension, par chacune de ses extrémités pliées sur elles-mêmes, à l'aide de rivets et dont chacun est renforcé par une rondelle.

Le parachutist pad.

Parachutist pad.
"Parachutist pad."
Pad monté sur la bande centrale de maintien de la neckband.
Pad monté sur la bande centrale de maintien de la neckband.
Vue de dessus.
Vue de dessus.

A partir de 1975 apparait un pad destiné à mieux amortir les chocs occasionnés lors de la réception au sol d'un saut en parachute. Ce "pad" est constitué d'un rectangle fabriqué en mousse ensolite type ALG ayant pour dimension 8 centimètres de large pour 13 cm de long et pour 1,3 cm d'épaisseur. Ce rectangle de mousse est ensuite recouvert d'une gomme de couleur vert olive.
Ce "pad" est pourvu d'une fente au premier tiers permettant sa fixation à l'aide de la bande de toile arrière de la "neckband". Les inscriptions "CROWN" (sommet) et "BOTTOM" (bas) permettant de bien orienter le "pad" au montage.
Le premier contrat de fabrication du "parachutist pad" date du 24 mars 1975.

La jugulaire :

Pontet mobile.
Pontet mobile.
Clip métallique de fixation - face.
Clip métallique de fixation - face.
Clip métallique de fixation - revers.
Clip métallique de fixation - revers.
Patte de maintien.
Patte de maintien.
Chin Strap Parachutist's Model.
Chin Strap Parachutist's Model.
Boucle de fixation.
Boucle de fixation.
Crochet de fermeture.
Crochet de fermeture.
Système T-1.
Système T-1.
Pression femelle du liner.
Pression femelle du liner.
Extension de la jugulaire avec pression mâle.
Extension de la jugulaire avec pression mâle.
Jugulaire fixée au liner.
Jugulaire fixée au liner.

Les pontets mobiles sont repris du casque US M-1 Model 43 et sont constitués d'une boucle métallique rectangulaire aux angles arrondies et légèrement incurvée. La base de cette boucle est prise dans une pièce métallique plate en forme de "V" repliée sur elle-même pour jouer le rôle de charnière.
Les pattes ainsi formées par la pliure de la pièce en "V" permettent la fixation des pontets mobiles par trois points de soudure électrique (un à chaque extrémité du "V").
La jugulaire est fixée à ces pontets à l'aide d'un clip métallique anodisé en noir, créé pour éviter l'usure de la jugulaire par frottement aux pontets en 1945 et mis en place pour la première fois sur le casque US M-5. Ce système de fixation fut standardisé pour la fixation des jugulaires sur le casque M-1 à partir de 1951.
La jugulaire est fabriquée en toile de coton de couleur verte (OD 7) et est constituée de deux parties. La partie gauche, la plus courte, fabriquée avec une bande de toile d'environ 40 centimètres, comporte le crochet de fixation qui est anodisé en noir.
La partie droite, fabriquée avec une bande de toile d'environ 45 centimètres, comporte la boucle de fixation, destinée à se fixer au crochet. La boucle possède le système de dégagement T1, qui a été étudié en juillet 1944 puis adopté en août 1945. Cette boule de fixation, anodisée en noir, servait à maintenir la jugulaire fermée de manière plus relâchée que la fermeture classique.
Cette partie de la jugulaire comporte à son extrémité un renfort métallique, se repliant sur la jugulaire afin de maintenir l'excédent de jugulaire. Ces pattes maintenant l'excédent de jugulaire possèdent leur extrémité parfaitement plate, indiquant une fabrication postérieure à 1961.
La jugulaire "Chin Strap Parachutist's Model" possède ses extrémités plus longue que la jugulaire destinée à l'infanterie. En effet, les extrémités, longue d'environ 8 cm, sont munies d'un bouton pression mâle destiné à être fixé sur la pression femelle du liner, solidarisant le liner avec le casque lourd et ainsi assuré une meilleure stabilité du casque nécessaire à un saut opérationnel.
Autre détail en rapport avec le bouton pression de la jugulaire, on note des fabrications dont le dos de cette pression est visible et d'autre fabrication où il est recouvert de la toile constituant la jugulaire.
Enfin, certaines jugulaires sont notées d'un P estampé sur toutes les parties métalliques, indiquant vraisemblablement une fabrication de la société Parish.
D'autre jugulaire présente une petite ancre estampée indiquant une fabrication de la part de la société North & Judd Manufacturing Company situé à New Britain dans le Connecticut. En 1967, cette société fut acquise par Gulf & Western Inc., et à partir de 1969 l'ancre ne fut plus apposée sur les jugulaires.

    Plus

Manuel d'instruction du casque US M-1 C model 1964 !

Nomenclature des marquages du casque US M-1 C model 1964 :

Headband datée 1988.
Headband datée 1988.
Liner daté 1983.
Liner daté 1983.

Tous les éléments du casque US M-1 C model 64 sont marqués à l'aide d'un tampon à l'encre indiquant dans l'ensemble plusieurs informations avec la même nomenclature (essentiellement les pièces constituant le liner).
Ainsi, on trouve en premier lieu sur ces marquages le type de pièce :
    - LINER PARACHUTIST'S HELMET : liner.
    - HEADBAND LINER HELMET : bandeau de tour de tête.
    - NECKBAND LINER HELMET COMBAT : bande nuquière.
    - COVER, HELMET, CAMOUFLAGE : couvre-casque.
    - BAND, HELMET, CAMOUFLAGE U.S. : élastique sans "Cat's Eyes", puis BAND, HELMET, CL-1 USXX pour les élastiques munis de bandes réfléchissantes.
On trouve ensuite le numéro de contrat, précédé par les lettres DSA pour des éléments fabriqués avant 1976 - 1977, et DLA par la suite. Les deux dernières années d'adoption du contrat et donc approximativement l'année de fabrication sont présents dans ce numéro (bien souvent après le chiffre 100).
Puis on peut lire le numéro de stock fédéral (FSN : "Federal Stock Number").
Et enfin, on rencontre parfois en dernière ligne le nom du fabricant de la pièce en question.

Le camouflage additionnel :

Adopté à partir de 1964, le casque US M-1 C model 1964 fut utilisé jusque dans les années 80 jusqu'à l'adoption généralisée du casque PASGT au sein des troupes aéroportées.
Tout au long de cette longue période une multitude de couvre-casques furent utilisés au sein de l'"Army" et du "Marines Corps". Ainsi, ce modèle peut se rencontrer avec un couvre-casque "Mitchell pattern" jusque dans les années 70, puis ERDL jusqu'à la fin des années 70 et enfin avec un couvre-casque Woodland dans les années 80 avec l'adoption de la nouvelle tenue arborant ce camouflage.
Ces couvre-casques furent accompagnés d'une bande élastique en néoprène recouverte de toile (désignée comme "BAND, HELMET, CAMOUFLAGE US"), qui fut muni plus tard de deux bandes réfléchissantes, surnommées "Cat's Eyes" à partir des années 80.

    Plus

Les couvre-casques de l'US M-1 !

Couvre-casque Mitchell pattern.
Couvre-casque Mitchell pattern.
Couvre-casque ERDL.
Couvre-casque ERDL.