Retour à la rubrique Etats-Unis
Casque US M-3

Fiche

Preview

Historique

L'idée d'un casque de protection pour les aviateurs remonte à la fin de la première guerre mondiale, période durant laquelle les aviateurs américains en faction en Europe étaient déjà sujets à de nombreuses blessures à la tête en raison de la défense anti-aérienne qui s'était rapidement et massivement développer devant l'essor de l'aviation militaire.
Mais après quelques tentatives infructueuses, classées comme casques expérimentaux N°14, 14A et 15, ce projet fut abandonné durant l'entre deux guerres, et il fallut attendre l'entrée en guerre des Etats-Unis en 1941 et son activité de bombardement au dessus de l'Allemagne à partir de 1942 pour voir la nécessité d'un tel casque afin de réduire les innombrables blessures à la tête des équipages de bombardiers dues aux explosions des canons anti aériens ennemis.
C'est pour cette raison que le département de l'ordonnance de l'US Army commença dès 1943 un programme d'étude destiné à créer un casque en acier pour les équipages de l'US Air Force.
Dans l'urgence, afin de contrer les nombreuses pertes au sein des équipages de bombardiers effectuant de dangereuses missions principalement au dessus de l'Allemagne destinées à gêner l'industrie allemande, le casque lourd M-1 fut utilisé directement par dessus l'épais bonnet de vol.
Le casque lourd M-1 étant inadapté au port des écouteurs, celui-ci fut modifié artisanalement par découpe d'une échancrure de part et d'autre du casque afin de permettre le port du casque par dessus le bonnet de vol et les écouteurs.
Puis naquit un projet de casque M-1 adapté de la modification artisanale du casque M-1. Ce projet connu sous la désignation T-2 durant sa phase de test, donna naissance au casque US M-3 en décembre 1943.
La conception du casque M-3 largement basée sur le casque M-1, modifié pour permettre le port du bonnet de vol et d'écouteurs nécessaires aux vols à haute altitude.
Ce nouveau casque adopta par la même occasion les nouveaux pontets mobiles mis en place à cette même période sur le casque M-1 M43, sachant que les premiers casques M-3 fabriqués furent dotés de pontets fixes.
Parallèlement à l'adoption du casque M-3 au sein des équipages de l'USAF, une série casques de protection furent mis à l'étude et adopté par l'Air Force américaine.
Désigné comme M-4, cette série se décline en deux modèles : le casque M-4 composé d'une calotte en acier recouverte d'abord de toile verte, avec une jugulaire fixée en quatre points pour dégager les oreilles. Ce modèle, désigné comme projet T-3, sera ensuite recouvert intégralement de cuir, connu sous le nom de casque M-4.
Ce modèle sera ensuite décliné sous la désignation de casque M-4 A1 et sera recouvert de toile, possédant deux volets rabattables à l'instar du casque M-3 en dotation dans l'USAF. Ce casque sera une nouvelle fois modifier pour donner naissance eu casque M4-A2, modifié à l'avant pour permettre le port de large lunettes de protection.
De même, et parallèlement à l'adoption de ces différents modèles, une étude fut lancée dès novembre 1943 pour la création d'un casque d'acier commun à tous les membres volants de l'USAF. Ce premier projet connu sous la désignation T-6 E4, fut une amélioration du premier projet T-3 ayant donné à terme le casque M-3.
Puis améliorer pour donner le prototype T-8, ce nouveau casque permettant le port des différents équipements nécessaires au combat en vol, fut muni de la jugulaire en cuir équipant déjà les bonnets de vol A-11, et reprenant la suspension Riddel du casque M-3 complété d'un bandeau frontal en cuir pour un meilleur confort.
Le prototype T-8 fut d'abord évalué par le laboratoire aéro-médical à Wright Field, puis les tests furent ensuite menés à Orlando en Floride par l'Air Ordnance Officer, Army Air Forces Board.
En janvier 1945, le prototype T-8 fut approuvé et standardisé comme casque M-5.
Le casque M-3 fut produit et utilisé parallèlement aux autres modèles de casque. La production fut alors confié à l'entreprise "McCord Radiator and Manufacturing compagny" à Detroit dans le Michigan, premier fabricant de casque M-1 à l'époque, qui fabriquera par la suite le casque M-5 à partir de janvier 1945.
On estime qu'environ 213 543 unités furent produites entre décembre 1943 et avril 1945. Le casque M-3 fut principalement utilisé au sein des équipages de bombardiers opérant au dessus de l'Europe.

Casque US M-1 en usage dans l'USAF.
Casque US M-1 en usage dans l'USAF.
US M-3. US M-3. US M-3. US M-3.
US M-3. US M-3. US M-3.

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Charnière.
Charnière.
Détails charnière.
Détails charnière.
Volet : face intérieure.
Volet : face intérieure.
Jonc et détail peinture.
Jonc et détail peinture.
Décrochement au niveau des oreilles.
Décrochement au niveau des oreilles.

La coque du casque M-3 est constituée de trois parties, comportant la bombe complétée de deux volets rabattables sur les cotés pour la protection des flans de la tête du porteur.
La forme de la bombe est celle d'une coque de casque M-1 avec une visière plus courte, permettant le port d'un masque de protection, et une découpe de chaque coté de la coque est pratiquée pour permettre le port d'écouteur.
La bombe, fabriquée par emboutissage progressif d'une feuille d'acier au manganèse amagnétique, est bordée d'un jonc amagnétique en quatre parties, se rejoignant par superposition au niveau des extrémités du décrochement des oreilles. Tout comme le casque M-1, le jonc fut d'abord en acier inoxidable pour ensuite être en acier à partir de la fin de l'année 1944.
Un volet creux, maintenu par une charnière en acier inoxydable, est fixé de part et d'autre du casque au niveau du décrochement latéral par six points de soudures électrique (2 rangés de 3 points) pour permettre le port du casque sur les équipements de vols des membres d'équipage (notamment les écouteurs).
Ces volets ont une forme très arrondie et possède au creux de ceux-ci un disque de feutre épais de couleur marron afin de ne pas abîmer les écouteurs. A noter que la bordure des volets est brute, non adoucie par l'adjonction d'un jonc, ou par pliure.
L'extrémité extérieure des volets comporte les pontets mobiles de fixation de la jugulaire (les toutes premières fabrications de casque M-3 comportaient des pontets fixes pour le maintien de la jugulaire).
Après la fixation du cerclage interne, le casque est ensuite couvert d'une peinture vert olive ("Oliv Drab"), complétée de fibre de laine ("flock") destiné à empêcher le gel à haute altitude (en effet, par contact de la peau légèrement humide et une température très négative, la peau colle instantanément sur de l'acier nu, la laine ayant des qualités hydrophobes) et l'électricité statique.
Le casque M-3 étant fabriqué par la société McCord Radiator, il est fort probable que le M-3 comporte un numéro de lot apposé par estampage à froid, permettant de dater le casque de manière approximative, à l'instar des casques M-1 produits par ce fabricant. En raison de la position du cerclage interne, il ne nous a pas été possible de déceler un tel numéro jusqu'à présent.

La coiffe :

Cerclage métallique.
Cerclage métallique.
Détail encoche de maintien de la suspension.
Détail encoche de maintien de la suspension.
Point de soudure du cerclage.
Point de soudure du cerclage.
Suspension Riddel.
Suspension Riddel.
Détail lacet de réglage en profondeur de la coiffe.
Détail lacet de réglage en profondeur de la coiffe.
Boucle de réglage.
Boucle de réglage.
Extrémités bandeau.
Extrémités bandeau.
Clip de maintien du bandeau de tour de tête.
Clip de maintien du bandeau de tour de tête.
A-washer.
A-washer.
Ergot de fixation.
Ergot de fixation.
Point de fixation.
Point de fixation.

La coiffe est constituée d'une suspension "Riddel" fixée directement à l'intérieur du casque à un cerclage métallique fixé par de multiples points de soudures électriques à l'intérieur de la bombe. Ce cerclage comporte des encoches bombées pour la fixation de la coiffe à l'aide d'ergots.
La suspension, comportant des bandes de toile (triple HBT "Herring Bone Twill") repliées et cousues au cerclage de toile, rejointes par un lacet de réglage en profondeur, comporte à chaque intersection des différents éléments de toile une plaque de maintien en acier nickelé, de forme triangulaire, hérité des plaques de maintien du liner américain de l'époque ("A-washers").
Ces "A-washers" sont fixés à la suspension à l'aide d'un rivet à sommet plat et à tête arrondie et échancrée constituant ainsi l'ergot de fixation.
Le maintien sur la tête est assurée par une simple bande de toile triple HBT d'une longueur de 68 centimètres, comportant à une de ses extrémités une boucle à double fente de réglage, hérité de la boucle de réglage de la "sweatband" du liner de l'époque, excepté que les fentes sont parfaitement lisses, contrairement à la boucle de la "sweatband" qui possède une de ces fentes dentelées pour une meilleure accroche.
Ce bandeau est maintenu à la suspension à l'aide de six agrafes métalliques peintes en vert, héritées elles aussi des agrafes de fixation de la "sweatband" du liner du casque d'infanterie, permettant d'obtenir un tour de tête ovale.
La coiffe, directement maintenue aux parois internes du casque, est volontairement large car elle est destinée à être portée par dessus le bonnet de vol fourré nécessaire aux vols à haute altitude.

US M-3.

La jugulaire :

Pontet fixe.
Pontet fixe.
Pontet mobile.
Pontet mobile.
Pontet mobile, clip de fixation, système de fermeture.
Pontet mobile, clip de fixation, système de fermeture.
Coté extérieur du clip de jugulaire.
Coté extérieur du clip de jugulaire.
Partie longue et boucle de maintien.
Partie longue et boucle de maintien.
Fixation.
Fixation.

La jugulaire est maintenue aux deux pontets mobiles situés à l'extrémité externe de chacun des volets du casque. A noter que les toutes premières fabrications du casque M-3, ces pontets étaient fixes à l'instar du casque M-1 modèle 41.
Les pontets mobiles sont repris du casque US M-1 modèle 43 et sont constitués d'une boucle métallique rectangulaire aux angles arrondies et légèrement incurvée. La base de cette boucle est prise dans une pièce métallique plate en forme de "V" repliée sur elle-même pour jouer le rôle de charnière.
Les pattes ainsi données par la pliure de la pièce en "V" permettent la fixation des pontets mobiles par trois points de soudure électrique (un à chaque extrémité du "V").
La jugulaire est constituée de trois parties fabriquées à partir de bandes de toile forte de couleur OD3. La première partie de la jugulaire, d'une longueur d'environ 4,5 centimètres, est cousue au pontet gauche du casque et comporte à son extrémité une boucle de forme rectangulaire sur laquelle coulisse une partie dentelée pour une meilleure accroche de la partie centrale de la jugulaire.
La seconde partie de la jugulaire, longue de 5 cm, est cousue au pontet droit du casque et possède à son extrémité la partie mâle du bouton pression de fermeture.

Excédent de jugulaire maintenu.
Excédent de jugulaire maintenu.
 

Enfin, la partie centrale de la jugulaire, constituée d'une bande de toile mesurant environ 28 cm, a une de ses extrémités renforcée d'une pièce métallique pour éviter l'effilochement. Son autre extrémité comporte la partie femelle du bouton pression de fermeture. La jugulaire va d'abord passer dans la boucle de réglage, permettant d'avoir la longueur souhaitée et se fermera rapidement à l'aide du bouton pression.
A noter que la boucle de réglage et le renfort métallique sont anodisés en noir, le dos du bouton pression est quant à lui peint en noir.

Instruction

Instruction de réglage de la suspension.
Instruction de réglage de la suspension.
Instruction de réglage de la suspension.
Instruction de réglage de la suspension.