Retour à la rubrique Etats-Unis
Casque Tank Helmet M1938

Fiche

Preview

Historique

Tank helmet. Tank helmet. Tank helmet.

Le char d'assaut fut créé lors de la première guerre mondiale, dont les anglais sont les inventeurs de cette nouvelle arme, créée conjointement par l'Angleterre, la France et les Etats-Unis. Désigné sous le terme de Tank (réservoir) afin de cacher le développement de cette arme aux forces ennemies, le char d'assaut reste depuis appelé Tank par les pays anglophones.
Toutefois, l'utilisation des chars d'assaut durant la grande guerre fut toute nouvelle et tout restait à faire en matière d'équipement pour les équipages, les casques destinés à l'infanterie étant inadaptés à cet usage.
Afin de protéger la tête des membres d'équipages de char des forces expéditionnaires américaines déployées en France, évoluant dans des chars français, principalement FT-17 fabriqués par Renault, l'intendance US mis au point un casque expérimental, désigné Model 13 créé en 1918. Doté d'une calotte en acier entouré d'un épais anneau en caoutchouc destiné à absorber les chocs à l'intérieur du blindé. Cette forme prédéfinissait déjà les futurs casques de tankistes développés par les Etats-Unis dans les années 30.
Le casque expérimental Model 13 abandonné, un second prototype fut soumis à l'US Army pour essai. Qualifié comme Helmet, Anti-Crash, ce casque ayant aucune protection balistique était simplement constitué d'une bombe en cuir épais dont la circonférence était réglable à l'aide d'une bande de cuir munie d'une boucle à ardillon parcourant la circonférence du casque. L'aménagement intérieur du casque était simplement rembourré de feutre afin de mieux amortir les chocs. Surnommé casque Chaffee, du nom du général des forces blindées américaine Adna Chaffee. Ce casque, comme le Model 13, ne dépassa pas le stade expérimental.
Dans les années 30, deux casques destinés aux équipages de blindés furent mis au point, l'un développé par l'infanterie et le second par la cavalerie. Ces deux casques avaient pour but de protéger la tête des membres d'équipage des multiples chocs contre les parois internes du véhicule blindé. Avec l'avancée technologique des chars d'assaut, devenant plus compacts, plus rapides et plus agiles, il devenait de plus en plus évident que ces casques étaient inadaptés aux nouveaux blindés.
Le casque de char développé par l'infanterie ("Tank helmet"), surnommé Donut Helmet en raison de son boudin antichoc parcourant la circonférence du casque, était alors fabriqué par la société Rawlings Manufacturing Compagny basé à Saint Louis dans le Missouri, et connu à l'époque pour la fabrication des casques de football américain.
Ce casque resta en service jusqu'en 1942, alors qu'il était livré avec les chars Stuart et Lee et fut même utilisé plus tard par les forces britanniques et russes ayant reçu ces modèles de char dans le cadre du programme Prêt-Bail, qui autorise le président des Etats-Unis à vendre, céder, échanger, louer ou doter tout matériel de défense à tout gouvernement estimant sa défense vitale à celle des Etats-Unis.
Parallèlement à l'utilisation du "Tank helmet" type "Donut", l'infanterie fit des recherches pour l'élaboration d'un nouveau casque pour l'US Tank Corps, bénéficiant de la participation du général de division George S. Patton passionné par les chars. En effet, dans les années 30, le général Patton soumit un uniforme de sa création et un casque de footballeur américain comme casque de tankiste.

Infantry Tank helmet Donut.
Infantry "Tank helmet Donut".

Bien que refusé par l'armée, Patton continua ses recherches pour l'élaboration du casque de tankiste sur la base d'un casque de football américain, qu'il estimait adapter à cet usage et ce pourquoi il se rapprocha de John Riddell (créateur de la fameuse suspension de casque, lui-même fabricant de casques de protection pour football américain).
La raison pour laquelle la cavalerie n'adopta pas le casque de tankiste mis au point par l'infanterie n'est pas claire, mais des rivalités internes au sein de l'US Army et une question de fierté peut expliquer le choix de ce corps.
Comme proposé par le général Patton, divers casques de football furent testé avant la création d'un modèle définitif en 1937. De facture similaire au casque de char type Donut, ce casque est démuni d'un bourrelet parcourant la circonférence du casque et fut aussi fabriqué par la société Rawlings. Ces deux casques présentent beaucoup de similitude en matière de bombe, et coiffe.
En 1938, après des années de dépenses inutiles réparties au sein de l'infanterie et la cavalerie, la commission aux armements (Ordnance board) lança une étude pour la fabrication d'un unique casque de char.
Le nouveau casque des équipages de blindés devait être efficace, léger, bien ajusté et bien ventilé. Il devait être retiré et coiffé rapidement, sans à avoir à manipuler une jugulaire ou autre artifice de maintien. Ce casque devait pouvoir être équipé d'un équipement radio parfaitement positionné au niveau des oreilles. Ce casque devait alors protéger la tête des équipages des blindés des chocs subits lors des manœuvres du véhicule et permettre une protection balistique lorsque le membre d'équipage évoluait à l'extérieur du blindé.
Toutefois, la guerre se profilant en Europe, un compromis fut choisi afin de lancer une production dans les plus brefs délais.
Cette étude, effectuée sur les deux modèles existants et sur divers modèles commerciaux, sélectionna le casque mis au point par la cavalerie, comme étant la meilleure base pour la conception d'un nouveau casque.

Tank helmet M1938 patent.
Schéma du brevet déposé le 1er mai 1941.

La conception de ce nouveau casque de char fut donc tout naturellement confiée à une équipe de trois personnes au sein de la société Rawlings, fabriquant déjà les casques utilisés au sein de l'infanterie et cavalerie. Ce casque fut conçu par Mason Scudder, Elmer Nolte et Harry B. Latina, tout trois salariés de la société Rawlings, dont ils déposèrent un brevet le 1er mai 1941 sous la référence 130.378 et 2.282.830. Ce brevet fait simplement référence à un casque de protection, qui sera principalement désigné au sein de l'armée comme "Tank helmet". Ce casque sera plus tard désigné comme casque M1938 en rapport à l'année de lancement du projet, alors que le brevet déposé en 1941 fut finalement accepté qu'en 1942.

La fabrication de ce casque fut confiée à la société Rawlings Manufacturing Compagny, et les droits de fabrication furent attribués aux sociétés Wilson Athletics Goods Compagny (autre équipementier sportif), Sears Saddlery Compagny (sous division de la société Sears, Roebuck & Co, qui fabriquait des équipements en cuir pour l'armée américaine), et A.G Spalding (aussi équipementier sportif). Chacune de ces sociétés apposant leur marque à l'intérieur du couvre-nuque du casque.
Bien que fabriqués selon les mêmes spécifications, les casques M1938 présentent de légères différences fonction du fabricant.
A l'entrée en guerre des Etats-Unis dans le second conflit, la majorité des casques de tankiste sont ceux élaborés par l'infanterie et la cavalerie. Le casque M1938 commença à être délivré en nombre qu'à la fin de l'année 1941.
Le "Tank helmet" M1938 faisait parti de l'équipement de bord standard des chars américains. Selon le manuel technique TM 9-731A du département de la guerre ("War Department Technical Manual"), tous les chars Sherman M4 et M4A1 étaient livrés avec leur équipement de bord, dont cinq "Tank helmet" (un de chaque taille 7, 7 ⅛, 7 ¼, 7 ⅜, and 7 ½). Le char léger M5 Stuart était livré avec quatre "Tank helmet", toutefois le manuel technique TM 9-732 de 1943 ne spécifie pas les tailles exactes des casques livrés avec chaque char léger.
Le "Tank helmet" M1938 fut utilisé durant toute la seconde guerre mondiale et équipa l'ensemble des équipages de chars de fabrication américaine au sein des troupes alliées. Le casque de char M1938 fut exporté durant la guerre en Australie, Canada, Grande-Bretagne, Inde (un important stock fut par ailleurs découvert dans ce pays en automne 1994), Chine et Russie. Ce casque fut aussi utilisé durant la guerre de Corée et aussi durant le début de la guerre du Vietnam.
Le casque M1938 pour sa conception parfaitement adaptée pour les chars de l'époque fut largement utilisé après guerre et copié par de nombreux pays comme la Belgique, l'Allemagne de l'Ouest, et Israël jusque dans les années 60.

    Plus

UNITED STATES PATENT OFFICE : protective helmet

    Plus

Design for a protective helmet, 1st mai 1941

Tank helmet M1938. Tank helmet M1938. Tank helmet M1938.
Tank helmet M1938. Tank helmet M1938. Tank helmet M1938.

Constitution

La coque :

Vue d'ensemble.

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.

La bombe du casque M1938 est fabriquée en fibres compressées dans un moule à haute pression, formant ainsi une bombe rigide et très légère. La ventilation est assurée par dix trous d'environ 1,8 cm de diamètre répartis en quinconce avec une ligne de 3 trous de chaque coté du sommet de la bombe et une ligne de quatre orifices au centre avec un écart au point sommital du casque pour la fixation de la bande de cuir de maintien des volets couvrant les oreilles.
Les trous d'aération pouvaient être bouchés avec du ruban adhésif à l'initiative du soldat, particulièrement en hiver alors que les têtes des membres d'équipages des chars étaient hors des écoutilles du blindé lorsque la situation le permettait. Couvrir les orifices de la bombe permettait ainsi de protéger l'intérieur du casque des intempéries et d'empêcher la circulation d'air froid.
Afin de protéger leur tête des éclats d'obus, les tankistes avaient la possibilité d'ajouter un casque en acier M-1 sur leur Tank Helmet M1938, dont les pattes de maintien des écouteurs rabattues vers le bas, le casque de tankiste remplaçant le traditionnel liner.
Pour des raisons d'encombrement, le casque lourd en acier était principalement stocké à l'extérieur du char.

Couvre-nuque.

Couvre-nuque, sangle élastique solidarisée aux volets latéraux.
Couvre-nuque, sangle élastique solidarisée aux volets latéraux.
Sangle élastique en position repos.
Sangle élastique en position repos.
Extrémité avec bouton pression.
Extrémité avec bouton pression.
Bande élastique.
Bande élastique.
Point de maintien des lunettes.
Point de maintien des lunettes.
Vue intérieure du couvre-nuque, passage de la sangle élastique et marquage fabricant.
Vue intérieure du couvre-nuque, passage de la sangle élastique et marquage fabricant.

Le cou est protégé par un garde nuque fabriqué avec le même matériau que la bombe. Incurvé longitudinalement et transversalement afin d'épouser au mieux la forme du cou. Le garde-nuque est doublé d'un morceau de feutre épais découpé à la forme et doublé d'un morceau de cuir formant la patte arrière de la coiffe. La doublure en feutre est retenue par le cuir cousu sur tout le contour du garde nuque, dont la bordure est renforcée d'une bande de cuir. Cet ensemble feutre doublé de cuir est cousu à l'intérieur du couvre-nuque par une couture épaisse parcourant le contour de celui-ci.
Le couvre-nuque est fixé à la bombe par quatre rivets mécaniques et sa largeur est adaptée afin de couvrir l'espace entre les deux volets latéraux du casque. Chacun des rivets mécaniques latéraux retienrat une bande de cuir teinté en vert, longue de 5,5 cm pour 1,5 cm de largeur, refermable à l'aide d'un bouton pression. Ces deux bandes de cuir sont destinées à retenir la sangle de maintien des lunettes de protection, et aussi la connectique des écouteurs de communication.
Le garde nuque comporte deux fentes obliques vers l'extérieur, pour la mise en place de la bande élastique liant le couvre-nuque aux volets latéraux du casque.

Cette sangle élastique, mesurant 37 x 2,5 cm, peut être rencontrée de couleur vert kaki aux bordures présentant un liseré rouge ou simplement de couleur beige (OD3). Les extrémités sont doublées d'une bande de cuir teintée en vert kaki pliée sur l'extrémité (dimension 10 x 2,5 cm) et cousue sur ses cotés. Chaque extrémité comporte 3 boutons pression femelle, dont 2 sont disposés sur une face à l'extrémité et le dernier en bas sur l'autre face. Les deux boutons pression sont destinés à solidariser la bande élastique avec les divers boutons pression mâle des volets latéraux du casque. Le dernier bouton pression est destiné à retenir la bande élastique au garde-nuque doté de deux boutons pression mâle disposés au centre supérieur du couvre-nuque.
Comme l'ensemble du matériel de l'armée américaine, la bombe est peinte de couleur vert olive mat (Oliv Drab).

Volets latéraux.

Volet latéral, rabat de maintien d'écouteur fermé.
Volet latéral, rabat de maintien d'écouteur fermé.
Compartiment écouteur ouvert.
Compartiment écouteur ouvert.
Patte de pression.
Patte de pression.
Couture de maintien du volet : une ligne de couture typique du fabricant Rawlings.
Couture de maintien du volet : une ligne de couture typique du fabricant Rawlings.
Couture, vue intérieure.
Couture, vue intérieure.

Les volets latéraux sont constitués d'un morceau de feutre d'environ 5 mm d'épaisseur, dont la base attenante à la bombe est droite et l'autre coté est arrondi.
Cette partie, évidée au centre pour la mise en place des écouteurs, est doublée de cuir fin appliqué par un morceau de cuir découpé à la forme sur chaque face. Le cuir extérieur est teint de couleur vert kaki, alors que le cuir intérieur est conservé de couleur naturelle.
Le maintien de la doublure en cuir est effectué par couture sur le contour des volets dont la bordure est doublée d'une fine bande de cuir, appliquée en plusieurs morceaux et dont les jointures sont parfaitement alignées.
Le logement des écouteurs de communication est doublé à l'extérieur d'un morceau de fibre compressé et peint en vert olive mat. Cette plaque de renfort, découpée à la forme, est cousue sur le morceau de cuir teint en vert de chaque volet du casque. Elle comporte un trou de forme ovale pour l'insertion des écouteurs et comporte à sa base un rivet pression mâle pour solidariser chaque volet avec le couvre-nuque par la bande élastique prévue à cet effet.

Coté intérieure.
Coté intérieure.
Rembourrage en feutre.
Rembourrage en feutre.

Le haut de la plaque comporte trois rivets pression mâle pour la fixation du rabat retenant l'écouteur dans son compartiment. Ce rabat, cousu à l'intérieur du volet à la base de celui-ci, est de forme rectangulaire et de couleur naturelle à l'intérieur. Il comporte une fente arrondie sur les cotés pour une meilleur dispersion du son de l'écouteur. Son extrémité libre s'affine pour traverser le volet latéral dans une fente prévue à cet effet. La partie extérieure, de forme arrondie et évidée en son centre, est teinte de couleur vert olive. Cette partie se fixe à un des trois rivets pression du volet par son bouton pression femelle riveté à son extrémité pointue.
Un morceau de feutre, découpé à la forme du rabat coté intérieur, est placé entre celui-ci et le volet latéral du casque. Il a pour but d'adoucir le contact de l'écouteur contre l'oreille du porteur.
Le plaquage du volet latéral contenant l'écouteur de communication est assuré par une bande métallique flexible et incurvée. Cette bande métallique est doublée d'un fourreau en cuir teinté en vert et cousue sur les cotés arrière. Ce dispositif est riveté de chaque coté du casque et peut être rabattu vers la coque à tout moment en le pivotant.

Volet latéraux en position repos.
Volet latéraux en position repos.
Point de fixation.
Point de fixation.
Bouton pression.
Bouton pression.

Le brevet déposé par la société Rawlings avait prévu un dispositif peu connu pour l'utilisation du casque M1938 au repos. Une sangle de cuir teinté en vert kaki, placée transversalement sur la bombe, rivetée au sommet de celle-ci et dont les extrémités sont solidaires de la bombe à l'aide d'un bouton pression. Cette sangle, de dimension 30 x 1,5 cm (longueur variante en fonction de la taille de la bombe), avait pour but de maintenir les volets latéraux du casque en hauteur (à noter que les extrémités de la bande de cuir son droites pour les casques fabriqués par Rawlings et arrondies pour les autres fabricants).
Cette fonctionnalité a été rarement, voire jamais utilisée par équipages de blindés pour des raisons évidentes d'esthétique et de l'incommodité de l'utilisation du casque volets latéraux maintenus en hauteur.
Aussi, l'insertion et l'extraction des équipages dans les blindés se révèlent peu commode avec le casque dans cette configuration alors qu'au repos, le casque M1938 se retire d'une main étant dépourvu de jugulaire.

La coiffe :

Patte de coiffe latérale.
Patte de coiffe latérale.
Patte de coiffe avant.
Patte de coiffe avant.

La coiffe est composée de quatre pattes de coiffe disposées aux points cardinaux de la bombe. Les pattes de coiffes latérales, large de 10 cm, sont cousues en même temps que les volets latéraux du casque. La patte avant, plus large (15 cm) est cousue sur la bordure de la bombe et la patte arrière est solidaire de la doublure en cuir du couvre-nuque (15 cm de largeur).
Chaque patte de coiffe est constituée d'un morceau de cuir dont la base est échancrée, au dos de laquelle est collé longitudinalement un morceau de toile large de 2,5 cm. L'extrémité de chaque patte de coiffe est repliée sur elle-même puis solidarisée par deux coutures parallèles pour former un fourreau destiné au lacet de réglage en profondeur de la coiffe, joignant toute les pattes de coiffe entre elles.
Les cotés des pattes de coiffe sont repliés derrière celle-ci pour maintenir un épais morceau de feutre rectangulaire (hormis pour la patte de coiffe arrière dont le morceau de feutre est le rembourrage du couvre-nuque) collé aux cotés de la patte de coiffe repliés.
Un fourreau de cuir constitué d'une bande de cuir repliée sur elle-même est cousu sur ce morceau de feutre constituant le rembourrage de la coiffe, dans lequel s'insère un second lacet de réglage de la coiffe. Ce second lacet de réglage de la coiffe permet de mieux régler la circonférence de la coiffe.

Coiffe.
Coiffe.

Les fabricants, marquages et caractéristiques :

Rawlings.
Rawlings.
Wilson.
Wilson.
Sears Saddlery.
Sears Saddlery.
A.G Spalding.
A.G Spalding.

La fabrication du casque de tankiste M1938 fut attribuée à l'entreprise Rawlings l'ayant conçu et les droits de fabrication furent accordés aux sociétés Wilson Athletics Goods compagny, Sears Saddlery, et A.G Spalding. Chacune de ces sociétés identifia leur production par un marquage appliqué à l'intérieur du couvre-nuque.

- Rawlings est une société spécialisée dans la fabrication de matériel sportif. Fondée en 1887, cette société fabriqua dans un premier temps des équipements pour la pratique du baseball, puis par la suite des équipements pour le softball, basketball et le football américain. La société Rawlings, basée à Saint Louis dans le Missouri, existe toujours à l'heure actuelle.
Les casques fabriqués par cette société comportent la marque Rawlings appliquée au tampon encreur, en dessous de laquelle est indiquée la taille du casque, puis le numéro de contrat (N° C 76072) et les numéros de brevet (130.878 et 2.282.830).
Les casques de fabrication Rawlings se distinguent par leur fine bordure de bombe comportant qu'une seule ligne de couture. Les extrémités de la bande de cuir retenant les volets latéraux en position repos sont droites.

- La société Wilson est issue de la société Schwarzchild & Sulzberger (plus tard changé pour Sulzberger & Fils) basée à New York, spécialisée dans le conditionnement de viande, implantée à New York, Chicago et Kansas City. Sulzberger fonda la compagny Ashland en 1913 dans le but d'utiliser les sous-produits des abattoirs pour la fabrication de différents équipements sportifs. En 1915, Thomas E. Wilson, ancien président de la société de conditionnement de viande Morris & Compagny, fut nommé président de l'entreprise qu'il renomma Thomas E. Wilson Compagny.
En 1918, Wilson se concentre sur le conditionnement de viande de bœuf et change le nom de la société Sulzberger en Wilson & Co. L'entreprise Wilson & Co continuera d'avoir le contrôle sur l'activité d'emballage de viande jusqu'en 1966, lorsque l'activité sera vendue à la société LTV.
Peu après, l'entreprise acquit la société Chicago Sporting Goods Compagny et conclut un accord pour équiper l'équipe des Cubs de Chicago.
En 1925, la société est rebaptisée Wilson-Western Sporting Goods suivant un accord de distribution avec la société Western Sporting Goods. En 1931, la société est finalement baptisée Wilson Athletics Goods compagny. A la fin des années 30, cette société se diversifie dans le football américain puis après la seconde guerre mondiale dans le tennis. L'équipementier Wilson, basé à Chicago dans l'Illinois, exerce toujours de nos jours et fournit du matériel dans divers sports.
Les casques produits par la firme Wilson comportent un macaron appliqué au tampon encreur, comportant les mentions WILSON ATH. GOODS MFG. CO CHICAGO, ILL., entourant l'indication de la taille.

- La société Sears, officiellement connue sous le nom Sears, Roebuck & Co, fut fondée par Richard Warren Sears et Alvah Curtis en 1893, spécialisée dans la vente par correspondance. En 1925, la société commence à ouvrir des points de vente à travers le continent Nord -Américain. Son activité très variée, orienta la société vers la création de sous-divisions spécialisées dans la production de catégorie de produit, comme la Sears Saddlery Compagny pour la production des biens en cuir.
Créée à Chicago dans l'Illinois, le siège de la société est aujourd'hui basé à Hoffman Estates dans l'Illinois.
Les casques fabriqués par Sears Saddlery possèdent un macaron appliqué au tampon encreur, comportant la raison sociale du fabricant : SEARS SADDLERY CO. Davenport Iowa, entourant la taille du casque.

- Spalding est une société américaine d'articles de sport fondée par Albert Goodwill Spalding à Chicago dans l'Illinois, en 1876 et basée à Bowling Green, Kentucky. La société est spécialisée dans la production de ballons de nombreux sports, mais il est plus connu pour ses ballons de basket. Spalding fait également une gamme de produits pour le baseball, le soccer, le softball, volley-ball et le football américain. Durant la seconde guerre mondiale, la société Spalding se regroupa avec cinq autres compagnies pour former la New England Small Arms Corporation pour la production du fusil mitrailleur BAR (Browning Automatic Rifle) model 1918.
Les exemplaires produits par Spalding, comportent un marquage circulaire avec les mentions A.G. SPALDING & BROS MADE IN USA, au centre duquel est indiqué la taille du casque.
Les casques fabriqués par les sociétés Wilson, Sears Saddlery et Spalding comportent une bordure large avec deux coutures parallèles.

Indication taille dans la bombe.
Indication taille.

A noter que l'indication de la taille du casque peut être indiquée au fond de la bombe, appliquée à l'aide d'un tampon encreur de couleur noir.

Conditionnement :

Conditionnement du fabricant Rawlings.
Conditionnement du fabricant Rawlings.
Marquage.
Marquage.

Seul des exemplaires fabriqués par la société Rawlings, principal fabricant du "Tank Helmet" M1938, nous sont parvenus jusqu'à nous dans leur conditionnement d'origine.
Les casques M1938 fabriqués par la société Rawlings manufacturing co. étaient livrés dans une boite en carton doublé d'un second compartiment en carton. Cette boite comporte sur une de ses faces les marquages imprimés par le fabricant, comme le nom de la firme : Rawlings St. Louis, la désignation du casque : Tank Helmet, qui prouve bien que la première désignation officielle de ce casque fut bien "Tank Helmet", la taille du casque appliquée sur chaque boite à l'aide d'un tampon encreur, le numéro de contrat et enfin le logo de la firme autour duquel sont indiqués la raison sociale de la société et sa localisation.

Equipement radio :

Récepteur neuf de stock.
Récepteur neuf de stock.
Etiquette du fabricant.
Etiquette du fabricant.
Etiquette du fabricant pour casque radio SH-18.
Etiquette du fabricant pour casque radio SH-18.
Casque radio SH-18 - recto.
Casque radio SH-18 - recto.
Casque radio SH-18 - verso.
Casque radio SH-18 - verso.

Le "Tank Helmet" M1938 n'est pas conçu pour utiliser un casque radio traditionnel à serre-tête. Le casque radio original et le plus couramment utilisé récepteur pour le casque char était le système radio SH-18. Ce système radio utilisé avec un serre-tête HB-7 était désigné SH-23, employé dans l'aviation.
Le système radio SH-18 était utilisé avec un câble tressé de coton ciré, long d'environ 33 centimètres, reliant deux récepteurs R-14 à haute impédance (2000 ohms). Le câble, en Y avec sa prise de connexion, mesure ce qu'il faut pour joindre les deux récepteurs placés dans chaque volet du casque et joindre ces deux éléments par l'arrière du casque.
La prise jack PL-54 permet la connexion des récepteurs audio avec le système de communication, composé d'un coupleur CD-307, lui même se connectant au système de communication du char.
A partir de 1943, le récepteur R-14 est remplacé au profit du récepteur ANB-H-1 à basse impédance (600 ohms), l'ensemble radio étant désigné HS-38 (HS-33 muni d'un serre-tête).
Le système radio SH-18, muni de ses récepteurs R-14, fut principalement fabriqué par la société Kellogg Switchboard & Supply Compagny, basée à Chicago dans l'Illinois et Consolidated Radio Prod co.

Récepteur R-14 dans son logement.
Récepteur R-14 dans son logement.

Lunettes de protection :

Trois principales lunettes de protection furent utilisées avec le "Tank Helmet" M1938, même si les lunettes anti-poussière M1943 furent utilisées à moindre mesure.

M-1938 Resistal tanker goggles.

Le premier type de lunettes à avoir été utilisé avec le casque M1938 fut les lunettes modèle 1938. Ces lunettes étaient fabriquées par superposition de feuille de verre polarisant, montées sur une armature métallique articulée au centre. Ces lunettes se portaient fermement contre le visage du porteur par son pourtour en cuir et caoutchouc et tendu par une sangle élastique.
Ces lunettes restreignaient trop le champ de vision et les optiques en verre avaient tendance à se décoller. Avec l'apparition des lunettes M1944 en février 1944, la production de ces lunettes fut arrêtée et le stock existant fut distribué jusqu'à épuisement.

Polaroid 1021 tanker goggles.

Housse et instructions.
Housse et instructions.
Lunettes recto/verso.
Lunettes recto/verso.
Lunettes dans sa housse.
Lunettes dans sa housse.
Verres de rechange.
Verres de rechange.

Au milieu de l'année 1944 apparurent des lunettes fabriquées par la société Polaroid référencé par le numéro 1021. Les lunettes Polaroid 1021 ont été particulièrement développées pour le compte de l'US army mais furent largement utilisées par l'ensemble des branches de l'armée américaine.
Fabriquée sur une armature légère et confortable en mousse de caoutchouc grise, ces lunettes comportaient un verre amovible en plastique d'une seule pièce apportant une meilleure visibilité que les lunettes M1938.
Ces lunettes étaient livrées avec quatre verres amovibles avec des visibilités différentes selon les conditions d'utilisation : 2 verres transparents non polarisant pour la protection contre la saleté dans des conditions normales sans éblouissement, 1 verre vert foncé polarisant contre l'éblouissement d'une journée ensoleillée, et 1 verre rouge non polarisant pour l'adaptation des yeux à la vision nocturne.

M-1944 tanker goggles.

Lunettes M-1944.
Lunettes M-1944.
Intérieur.
Intérieur.

En 1944 sont élaborées les lunettes de protection M-1944 employées par les forces terrestres dès la fin de l'année 1944, début 1945. Le masque de protection M-1944 est formé d'une armature monobloc fabriquée en caoutchouc noir, doublé de peau de chamois, et munie d'une lentille monobloc plus grande que les lunettes Polaroid 1021. Ce masque était maintenu à l'aide d'une large sangle élastique.
Tout comme le masque Polaroid 1021, les lunettes M-1944 étaient fournies avec plusieurs verres adaptées aux différentes conditions d'utilisation : 1 verre clair non polarisant, 1 verre vert polarisant, 1 gris polarisant et 1 rouge non polarisant. Les lunettes M-1944 furent utilisées jusque dans les années 70.

M-1943 goggles.

Emballage d'origine.
Emballage d'origine.
Lunettes neuves de stock.
Lunettes neuves de stock.
Verso.
Verso.

Accessoirement, des lunettes anti-poussière M-1943 ont été utilisées avec le casque M1938. Les lunettes M-1943 sont des lunettes souples montées sur une armature en cuir et retenues par une bande élastique.

Rawlings CLARK

Marquage Rawlings CLARK.
Marquage Rawlings CLARK.

Créatrice et principal fabricant du "Tank Helmet" M1938, la société Rawlings entreprit l'étude et la fabrication d'un modèle amélioré, dont la conception serait facilitée.
Dénommé CLARK, ce casque fabriqué au nombre de 4 000 exemplaires environ, dépassa le stade expérimental puisque des exemplaires furent utilisés et retrouvés sur le terrain en Europe.
Ce modèle se caractérise par une bombe fabriquée d'un seul tenant, alors que le couvre-nuque est rapporté sur le "Tank Helmet" standard. Aussi, la bombe est munie de quatre boutons pression mâle rivetés à l'avant du casque. En plus d'être reconnaissable par sa bombe fabriquée en une seule pièce, le marquage du fabricant Rawlings comporte la mention CLARK.
Il existe deux principales variantes de ce modèle.

Rawlings CLARK. Rawlings CLARK.
Rawlings CLARK 1er type.    Collection Paul Reijnders

La première variante, très proche du "Tank Helmet" standard, est munie de la bande de cuir rivetée au sommet du casque et destinée à maintenir les volets latéraux afin d'utiliser le casque au repos. Cette variante comporte aussi les deux pattes de pression destinées à maintenir les écouteurs dans leurs logements.

Rawlings CLARK. Rawlings CLARK.
Rawlings CLARK 2ème type.    Collection Paul Reijnders

Une seconde variante, plus simple, est démunie des deux fonctionnalités présentes sur le "Tank Helmet" M1938. Aussi, les volets latéraux sont démunis des quatre boutons pressions mâle pour la fixation du rabat de maintien de l'écouteur et de la bande élastique de jointure du couvre-nuque et des volets latéraux.
La bande élastique, modifiée sur ce modèle, se fixe à un bouton pression positionné plus haut et plus en avant sur les volets latéraux. Le rabat de maintien des écouteurs se ferme à l'aide d'un seul bouton pression, contre trois sur les autres modèles.