Retour à la rubrique Pérou
Casque M-1 reconditionné

Fiche

Preview

Historique

Le Pérou fut longtemps équipé de casques Adrian modèle 26 d'importation française en raison d'une coopération militaire ayant longtemps existé entre le Pérou et la France. En effet beaucoup d'officiers péruviens complétaient leur formation militaire au sein de l'école de guerre de Paris, au début du 20ème siècle.
Au début des années 30, alors que la France venait tout juste d'adopter le casque Adrian modèle 26, celle-ci envoya plusieurs exemplaires de casques modèle 15 au Pérou à titre d'essai d'utilisation. Ces casques étaient encore munis de l'attribut de l'infanterie frappé du sigle R.F.
Les casques Adrian modèle 15 fournis à titre d'essai enchantèrent l'armée péruvienne qui souhaita s'équiper du nouveau modèle d'Adrian. Rapidement, une importante commande de casques Adrian modèle 26 fut passée à la France afin de fournir environ 15 000 unités à destination des cinq divisions de l'armée de terre. Bien qu'aucun document officiel ne nous permet de déterminer avec exactitude le ou les entreprises ayant participé à cette commande destinée à l'exportation, l'ensemble des exemplaires examinés nous amène à penser que seule la société FRANCK, basée à Aubervilliers, ait fournit cette commande. D'ailleurs, le même constat a été fait en ce qui concerne les casques fournis au Mexique à partir de 1934.
Cette commande ayant été honorée en 1934 et la distribution au sein de l'armée péruvienne ayant été effectué cette même année, les casques Adrian modèle 26 furent désignés comme modèle 34, année d'adoption par le Pérou.
Ces casques furent munis, dès leur fabrication, de l'attribut péruvien, symbolisant un soleil rayonnant représentant "Inti" dieu roi du panthéon Inca. Cet emblème était utilisé depuis le début du 19ème siècle comme décoration "Orden del Sol".
Le casque modèle 34 reçut son baptême du feu lors du conflit entre le Pérou et l'Equateur, conflit frontalier de sept semaines, d'où le Pérou sortit vainqueur.
Le Pérou utilisa le casque modèle 34 jusque dans les années 50. Afin de garder ses casques en condition, il dut les reconditionner à plusieurs reprises, ne bénéficiant pas de pièces de rechange fournies par la France. Ainsi, les modèles 34 furent souvent repeints à plusieurs reprises, pour recevoir, à la fin de leur utilisation, une remise en peinture de couleur vert bouteille. Il en fut de même pour les coiffes et les jugulaires, qui lorsque qu'elles furent détériorées, étaient remplacées par des fabrications péruviennes, bien souvent disparates.
A partir de 1950, le modèle 34 fut mis au dépôt et remplacé par le casque US M-1, issu des nombreux stocks américains de la seconde guerre mondiale, à une période où ce modèle était adopté par de nombreuses armées à travers le monde.
Les Etats-Unis dans sa lutte contre le communisme fournirent une aide militaire importante à de nombreux pays d'Amérique latine, dont le Pérou. L'armée péruvienne reçut ainsi tout au long de la guerre froide de nombreux casques US M-1, tous modèles confondus.
Ces casques furent utilisés de manière intensive durant leur service au sein de l'armée péruvienne. Souvent repeints, et détériorés, ils reprirent du service durant les années 90 après un reconditionnement global afin d'équiper les recrues de l'armée péruvienne dans le but de préserver les casques en matière composite qui commençaient à entrer en dotation.

Casque M-1 reconditionné.
Casque Adrian modèle 34 d'importation française.
Casque Adrian modèle 34 d'importation française.

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Fissures ressoudées, jonc arraché.
Fissures ressoudées, jonc arraché.

Le casque M-1 fut fabriqué à partir de 1941 et presque sans discontinuer jusqu'en 1976. D'importants stocks de l'armée américaine furent vendus tout au long de l'utilisation de ce casque à de nombreux pays dans le cadre d'une aide militaire, ce qui fut le cas du Pérou.
A l'instar du casque Adrian modèle 26 importé de France, les casques M-1, toutes versions confondues, furent utilisés intensivement. Nous ne nous attarderons pas au descriptif technique de chaque modèle (Cf. rubrique Etats-Unis M-1 M1941, M-1 M1943, M-1 M1951 et M-1 M1966), mais nous ferons une description globale de la forme et du reconditionnement.
De manière globale, la bombe du casque M-1 est formée par emboutissage d'une plaque d'acier au manganèse "Hadfield". Après mise en forme, la bordure du casque est découpée, puis adoucie par la pose d'un jonc qui peut être en acier au manganèse ou en acier inoxydable. Jointif à l'avant jusqu'en 1945, la jointure est effectuée à l'arrière depuis cette date.
Jusqu'en 1943, les pontets de jugulaire sont fixes et articulés ensuite ; ils sont soudés électriquement contre la paroi intérieure de la bombe de chaque côté du casque.
Le casque M-1 fut peint à l'origine de couleur vert olive foncé (OD N°3) texturé avec de la poudre de liège additionné dans la peinture jusqu'en 1945. A partir de 1951, la couleur s'éclaircit en vert olive plus clair (OD N°319) texturé désormais avec du sable.
Les bombes M1966 étaient peintes de couleur vert olive clair (Munsell 10Y 3/3) toujours texturé avec du sable fin.
Le casque M-1 fut fabriqué par la société McCord Radiator Company et Schlueter Manufacturing jusqu'en 1945, puis la production fut reprise en 1951 par la société McCord Radiator et ensuite la fabrication fut effectuée par les sociétés Ingersoll Products, Parish Division of the Dana Corporation, and R.J. Stampings Company Ltd.
Ces sociétés ont identifié leurs productions par un marquage estampé sur la plaque d'acier utilisé pour la fabrication, que l'on peut situer au niveau de la visière intérieure pour McCord Radiator Company et Schlueter (compléter d'un S pour cette dernière), puis plus à l'intérieur sur le côté pour les fabrications Ingersoll Products, Parish Division of the Dana Corporation, and R.J. Stampings Company Ltd.
Suivant ces caractéristiques, un casque M-1 fortement endommagé et reconditionné par le Pérou peut être partiellement identifié, identification pouvant être confirmée si le numéro de lot estampé est retrouvé.
Malheureusement ces casques sont souvent en très mauvais état, avec jonc partiellement arraché, présence de ligne de soudure où la coque a fendu, sans compter les nombreuses remises en peinture dans différents tons de vert.
Cet état est bien souvent masqué par la pose d'un couvre-casque généralement de type "Woodland pattern".

La coiffe :

Le liner :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Bordure arrière rabotée.
Bordure arrière rabotée.
Marquage US.
Marquage US.

La coiffe est assurée par un liner originellement de conception américaine, généralement du modèle M- 1964, bien qu'il soit possible de rencontrer un liner fabriqué de 1941 aux années 60. En raison de la conception assez récente du liner M-1973, il est peu probable de rencontrer ce type de liner reconditionné par le Pérou.
Nous allons nous concentrer sur le descriptif du reconditionnement d'un liner M-1964 destiné aux troupes d'infanterie aux Etats-Unis, dont le modèle est désigné comme "LINER INFANTRY'S HELMET (COMBAT) Type I." Pour les autres modèles, le reconditionnement reste identique.
La bombe de ce type de liner était d'abord produite à base de taffetas de toile de coton imprégnés de résine polyester, le tout formé dans un moule à haute pression (donnant un aspect marron à l'intérieur du liner). Puis dans un second temps à partir de taffetas de toile de nylon donnant un aspect vert très foncé à très clair à l'intérieur du liner. Le marquage du fabricant est visible moulé au fond de la bombe du liner (où l'on peut trouver le marquage de la société Westinghouse/Micarta, Firestone, Marmac, et Capac).
La bombe du liner est percée de 9 trous pour la fixation de la suspension de type "Cradel" et d'une nuquière ("neckband") réglable fixée en trois points.
La bombe du liner fut repeinte à plusieurs reprises lors de son service au sein de l'armée péruvienne et lors du reconditionnement la bordure avant et arrière du liner fut découpée afin que le liner ne dépasse pas de la bombe avec l'utilisation d'un couvre-casque. Aussi on note quelques cas de remise en peinture de l'intérieur du liner avant la pose d'une garniture intérieure de confection péruvienne.

La suspension "Cradel" :

Tête de rivet de fixation de la suspension.
Tête de rivet de fixation de la suspension.
Tête de rivet de rebouchage (ancienne neckband).
Tête de rivet de rebouchage (ancienne neckband).
Jointure cerclage de la suspension à l'arrière.
Jointure cerclage de la suspension à l'arrière.
Suspension Cradel.
Suspension Cradel.
Clip de fixation bandeau de tête.
Clip de fixation bandeau de tête.
Boucle de réglage.
Boucle de réglage.
Bandeau de tour de tête, recto/verso.
Bandeau de tour de tête, recto/verso.

La suspension d'origine américaine, sans doute trop détériorée, est remplacée au profit d'une nouvelle suspension de type "Cradel". Cette suspension est fabriquée à partir de bande de toile de nylon de couleur vert kaki large de 2,5 centimètres.
Une première bande constitue le cerclage sur lequel sera maintenu le bandeau de tour de tête. Sur cette bande sont maintenues trois bandes s'entrecroisant au centre pour constituer la suspension. La suspension est maintenue simplement dans la bombe du liner par des rivets à tête circulaire plate (Ø 13 millimètres), sans plaque de maintien contrairement aux liners d'origine américaine et n'est pas réglable en profondeur.
Le maintien sur la tête est assuré par un bandeau de tour de tête ("headband"), généralement de confection péruvienne (on note toutefois l'utilisation de bandeau de tour de tête de fabrication américaine). La conception est similaire à celui utilisé dans les modèles américains. Il est fabriqué à l'aide d'une bande de toile de nylon longue d'environ 65 centimètres, sur laquelle est cousue une bande de similicuir de couleur fauve. Cette doublure en similicuir est d'abord cousue sur le revers haut du bandeau, puis est cousue à la base de la bande de toile. Des encoches et des interstices sont pratiqués à intervalle régulier pour le passage des six agrafes métalliques permettant la fixation du bandeau sur la suspension du liner. Contrairement aux "headbands" américaines, les agrafes métalliques sont parfaitement lisses.
Une extrémité du bandeau comporte la boucle de réglage à double fente, dont une est dentelé pour une meilleure fixation. L'autre extrémité du bandeau passe dans les deux fentes de cette boucle pour le réglage du tour de tête. A noter que cette extrémité libre ne comporte aucun dispositif contre l'effilochement.
Enfin, les anciennes boucles de maintien de la nuquière américaine sont supprimées et les trous comblés à l'aide de rivets à tête circulaire plate de diamètre 9 millimètres.

Coiffe.
Coiffe.

La jugulaire :

Pontet mobile, et clip métallique de maintien.
Pontet mobile, et clip métallique de maintien.

Sous réserve que la bombe du casque reconditionné ne soit pas du modèle M-1941, la jugulaire est maintenue aux deux pontets articulés soudés de part et d'autre du casque sur la paroi interne du casque lourd ; sinon elle est maintenue à deux pontets fixes.
Les pontets mobiles sont repris du casque US M-1 M1943, devenu le standard depuis son introduction jusqu'à la fin de la production du casque type M-1, et ce quel que soit son pays de production. Ils sont constitués d'une boucle métallique rectangulaire aux angles arrondis et légèrement incurvés. La base de cette boucle est prise dans une pièce métallique plate en forme de "V" repliée sur elle-même pour jouer le rôle de charnière. Les pattes ainsi données par la pliure de la pièce en "V" permettent la fixation des pontets mobiles par trois points de soudure électrique (un à chaque extrémité du "V").
La jugulaire est maintenue aux pontets mobiles du casque à l'aide de clips métallique anodisés en noir. Ces clips feront leur première apparition en 1945 sur les casques US anti-flak M-5. La jugulaire, constituée de deux parties, est fabriquée à partir de bande de toile de coton de couleur vert kaki large de 1,7 centimètres (moins large qu'une jugulaire d'origine américaine). Sous réserve que les deux parties ne soient pas inversées, la partie droite qui est la plus courte mesure environ 17 centimètres, elle comporte le crochet de fixation qui est anodisé en noir. Ce crochet de fermeture, fabriqué en tôle emboutie, est maintenu dans la toile de la jugulaire par passage de celle-ci dans les fentes prévues à cet effet puis repliée sur elle-même. La fixation est assurée par une ligne de couture. La partie droite mesurant environ 30 centimètres, est passée dans la boucle destinée à se fixer au crochet. Cette boucle, fabriquée en acier emboutie, est peinte en noir ; elle peut coulisser sur toute la longueur de la jugulaire, ce qui permet son réglage en longueur.

Jugulaire, partie courte avec crochet et partie longue avec boucle de fixation.
Jugulaire, partie courte avec crochet et partie longue avec boucle de fixation.

Le camouflage additionnel :

Couvre-casque "Woodland" US.

Couvre-casque Woodland, vue à plat.
Couvre-casque "Woodland", vue à plat.
Couvre-casque monté, vue de biais.
Couvre-casque monté, vue de biais.

Les casques M-1 reconditionné par le Pérou sont généralement équipés d'un couvre-casque de type "Woodland pattern" de fabrication américaine. Ce couvre-casque est fabriqué à partir de deux morceaux de tissu en coton, cousu sur toute la longueur. Chacune de ces moitiés présente trois pattes, destinées à être coincé entre le casque et le liner.
Ces deux parties sont pincées au somment du couvre-casque, afin de mieux épouser la forme du casque.
De plus chacune de ces parties présente huit fentes (16 au total sur le couvre-casque) destinées à mettre du feuillage pour améliorer le camouflage.
Le camouflage Woodland pattern utilisé aux Etats-Unis à partir des années 80 est constitué de taches vertes, marrons et noires sur fond vert kaki clair.
Les couvre-casques de confection américaine présente (sous réserve que le marquage ne soit pas effacé) sur une des pattes le type d'effet, le numéro de contrat, le numéro de stock et la raison sociale du fabricant comme suit à titre d'exemple :
COVER HELMET CAMOUFLAGE
DLA100-89-F-E078
8415-00-105-0805 04
MPLS. SOC. F/T BLIND INC.

La bande élastique.

Elastique avec bande réfléchissante à l'arrière.
Elastique avec bande réfléchissante à l'arrière.

Ces couvre-casques sont souvent accompagnés d'une bande élastique en néoprène recouverte de toile (désignée comme "BAND, HELMET, CAMOUFLAGE US"), qui fut muni plus tard de deux bandes réfléchissantes, surnommées "Cat's Eyes" à partir des années 80. Pour une raison inconnue, l'exemplaire ayant servi de support à cette fiche ne présente qu'une seule bande réfléchissante plus large.

Elastique monté.
Elastique monté.

Couvre-casque de confection péruvienne.

Couvre-casque de confection péruvienne. Couvre-casque de confection péruvienne.
Couvre-casque de confection péruvienne.

Moins couramment, ce type de casque peut être rencontré avec un couvre-casque de conception péruvienne fabriqué dans de la toile camouflée. Les effets arborant ce camouflage utilisé dans les années 70 (forme géométrique de couleur vert foncé et marron sur fond de couleur vert kaki clair) furent récupérés pour la confection de couvre-casque pour le modèle M-1. Fabriqué à partir de quatre morceaux de toile cousus en croix depuis le sommet, ce type de couvre-casque comporte un ourlet à sa base dans lequel est inséré un lacet de serrage de maintien.

Avertissement

Etant donné que peu de documentation existe sur ce type de casque et que pendant longtemps nous ignorions l'origine de ce casque mais que nous supposions originaire d'Amérique latine, un comparatif avec le modèle d'origine est indispensable.
En effet, nous constatons que de plus en plus de ces casques vendus comme modèle américain utilisé durant le conflit vietnamien par de prétendus spécialistes de ce conflit (pour ceux n'ayant pas froid aux yeux) ou comme casque remanié par les forces sud-vietnamiennes pour excuser l'état déplorable d'un casque esthétiquement invendable. Equipé d'un couvre-casque "Mitchell pattern" facilement trouvable de nos jours, ce type de casque est rapidement maquillé en casque ayant pu équiper un soldat américain durant ce conflit. Ou tout simplement d'un couvre-casque "ERDL" ou "Woodland pattern", plus courant, ce casque devient rapidement un casque US utilisé jusque dans les années 80. Gardons tout de même à l'esprit qu'un casque US M-1, qu'il soit du modèle 61, 64 C ou encore 73, reste un casque aisément trouvable et encore de nos jours abordable. Mais un casque US remanié par l'armée péruvienne et dont la valeur est quasi nulle, pouvant être revendu à forte marge, n'arrêtera pas le plus cupide des vendeurs.

Casque M-1 reconditionné par le Pérou.
Casque M-1 reconditionné par le Pérou.
Casque US M-1 M1966.
Casque US M-1 M1966.

Pour ce comparatif, en raison du maquillage aisé de la bombe du casque par la pose d'un couvre-casque et peut-être le remplacement des jugulaires dont il existe encore de nos jours d'importants stocks, nous allons nous concentrer sur l'intérieur du liner uniquement :