Retour à la rubrique Norvège
Casque Modèle 26 police norvégienne

Casque modèle 26 suédois utilisé par les troupes de police norvégienne en Suède

Police norvégienne en Suède. Police norvégienne en Suède.
Police norvégienne en Suède. Police norvégienne en Suède.
Police norvégienne en Suède. Police norvégienne en Suède.

La neutralité déclarée de la Norvège au moment où se déclenchaient les hostilités de la seconde guerre mondiale eut peu de poids. Le 9 avril 1940, le pays fut attaqué par les forces allemandes et au bout de deux mois d'intenses combats le pays dut se rendre malgré l'assistance militaire de la Grande-Bretagne et de la France. La famille royale et le gouvernement accompagnés de certains hauts fonctionnaires du ministère de la défense et de l'administration civile suivirent la retraite des troupes alliées et s'exilèrent en Angleterre afin de poursuivre leur activité.
La principale des ressources mises par les Norvégiens à la disposition des alliés fut leur flotte marchande, qui regroupait plus de 1 000 bâtiments, représentant un tonnage brut de plus de 4 millions de tonnes. Cette flotte prit part aux campagnes navales de l'Atlantique et aux opérations qui suivirent en Europe continentale à partir de 1944.
Dans la Norvège occupée, la résistance civile s'organisa et s'accrut durant la guerre, constituant des forces secrètes militaires, comme l'organisation Milorg, qui constituaient une grande menace aux yeux des Allemands. Dès l'occupation du pays, de nombreux Norvégiens s'exilèrent vers la Grande-Bretagne et la Suède afin de poursuivre le combat. Des unités de forces norvégiennes libres se constituèrent en Angleterre et à partir de la fin de l'année 1943 les suédois autorisèrent les exilés norvégiens à constituer des unités militaires sur le sol suédois. Près de 50 000 réfugiés norvégiens furent enregistrés en Suède durant la guerre.
L'idée de former des troupes norvégiennes en Suède remonte à 1942 à l'occasion de la visite à Londres du chef du laboratoire national suédois de la police scientifique, Harry Söderman, qui rencontra le ministre norvégien exilé de la justice Terje Wod. Ce dernier demanda à Söderman les possibilités de formation de troupes de police norvégiennes en Suède en prévision de la fin de la guerre. En raison de la politique de neutralité de la Suède, une telle requête ne fut pas envisagée durant l'année 1942.
En effet, la Suède avait des problèmes avec sa neutralité jusqu'en 1943 alors que les troupes allemandes étaient autorisées à transiter par la Suède pour rejoindre le front finlandais. Cependant, devant la tournure des événements avec le déclin des victoires allemandes, la Suède proclame sa neutralité totale envers l'Allemagne.
En février 1943, alors que le nombre de réfugiés norvégiens est en augmentation constante, Söderman entra en contact avec Olav Svendsen, chef du bureau juridique auprès de la délégation norvégienne à Stockholm, pour se mettre d'accord pour la formation d'une cinquantaine de policiers norvégiens. Ces policiers devaient soutenir les enquêtes judiciaires attendus dans l'éventualité de la fin du conflit. Svendsen était responsable de l'obtention des fonds auprès du gouvernement norvégien en exil à Londres, tandis que Söderman devait obtenir l'accord du ministre des affaires sociales Gustav Möller.
La formation des 20 premiers policiers débuta le 1er juillet à Stockholm et l'objectif était de sensibiliser ceux-ci aux émeutes et remise en ordre du pays après la guerre.
Le gouvernement suédois ne fut pas officiellement informé des plans pour l'éducation des troupes de police norvégienne jusqu'au 2 novembre 1943, bien que Möller fut impliqué dans les préparatifs.
Le 3 décembre 1943 les réfugiés norvégiens furent autorisés par les autorités suédoises à être placés dans des camps spéciaux pour suivre une formation militaire, déguisée en unités de police afin de ne pas nuire à la neutralité suédoise.
Cet accord autorisait la formation de 8 000 soldats de réserve et 1 500 soldats de police. Les camps furent organisés par des attachés militaires norvégiens envoyés d'Angleterre à Stockholm et 14 700 norvégiens en Suède furent formés au sein de ces unités de police. Ces hommes furent équipés de matériel suédois et donc tout naturellement équipés de casques suédois. Ces troupes furent dotées de casques modèle 26 normalement destinés à la défense passive suédoise, arborant un N appliqué au pochoir de chaque côté du casque faisant référence au pays d'origine de ces troupes.
Il est vraisemblable que ces troupes furent équipées de casques normalement destinés à la Norvège de la commande de 30 000 casques commandés à la firme suédoise Otto Rubin au début de l'année 1940, et dont la livraison fut avortée en raison de l'invasion allemande.
La formation de ces troupes s'effectuait dans des camps séparés dont l'effectif était limité à 500 hommes, sans compter l'administration et l'intendance. La formation était limitée à une durée de 3 mois, durant laquelle les troupes étaient entraînées au tir. Les armes étaient disponibles pour un tiers des troupes seulement.
Ces unités de police furent principalement formées pour empêcher les émeutes en Norvège lorsque la guerre prendrait fin et aussi désarmer les troupes allemandes lors de leur reddition.
Toutefois le corps de la police norvégienne n'était pas autorisé à se rendre en Norvège sans la permission de la Suède.
En octobre 1944, la Suède donna son accord pour l'envoi de 2 à 3 000 hommes vers le Nord de la Norvège d'où les Allemands s'étaient retirés depuis leur départ de la Finlande, évacuant avec eux 59 000 Norvégiens.
Le 18 octobre 1944, les troupes soviétiques entrèrent au Nord du pays, mais s'arrêtèrent à Kirkenes proche de la frontière où étaient implantées des bases de la Kriegsmarine et de la Luftwaffe. On peut supposer que les troupes soviétiques ne rentrèrent pas plus loin dans le territoire norvégien en raison des forces de police norvégienne en poste dans la région, dont l'objectif était de protéger la souveraineté du territoire.
En janvier 1945, 1 300 hommes des troupes de police norvégienne en Suède furent transportés par air dans des avions américains. Cette troupe menée par un officier suédois fit sauter un barrage routier et entrèrent en Norvège au moment où les forces allemandes capitulaient en Norvège.
La Norvège resta occupée en grande majorité jusqu'à la capitulation de 1945 et au moment de la reddition, les troupes allemandes ne comptaient pas moins de 400 000 hommes sur un territoire où ne vivaient que 4 millions d'habitants. Le reste des troupes de police norvégienne fut transporté vers la Norvège le 11 mai 1945.

Vue avant.
Vue avant.
Vue côté gauche.
Vue côté gauche.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue côté droit.
Vue côté droit.
Vue de dessus.
Vue de biais.
Vue intérieure.
Vue intérieure.
    Plus

Casque modèle 26 suédois !