Retour à la rubrique Etats-Unis
Casque USN Mark II

Fiche

Preview

Historique

L'utilisation de casques de combat au sein de l'US Navy pour équiper les équipages embarqués sur les navires de guerre remonte aux années 30 seulement, avec l'utilisation d'importants stocks de casques model 1917 de la première guerre mondiale (qui sera désigné au sein de l'US Navy "Helmet, Sailor's"). A la fin des années 30, c'est au tour du casque M1917 A1 (modernisation du casque M1917 apparu en 1936) d'être utilisé dans la marine américaine (désignation US Navy "Helmet, Sailor's, Steel, Mk I").
Avec l'entrée des Etats-Unis dans la seconde guerre mondiale au lendemain de l'attaque surprise japonaise sur Pearl Harbour, l'US Navy fit un constat manifeste du manque d'équipement pour les canonniers en poste sur les ponts des navires et les guides d'appontage. En effet, ces membres d'équipages recevaient leurs instructions par le biais de l'imposant système téléphonique MI-2454-B. L'utilisation de cet appareil de communication avec un casque de protection était incompatible avec les modèles existants : casque M1917 et M1917A1, et dès 1942 avec le casque US M-1 ("Helmet, Sailor's, Steel M-1") en usage au sein de l'ensemble des forces armées américaines à partir de cette année. Cet appareillage de radiocommunication nécessitait un casque de volume important pour un port simultané.
C'est dans cette optique que fut demandé au bureau des munitions de l'US Navy ("US Navy's Bureau of Ordnance", organisation de la marine américaine responsable de la fourniture, du stockage et du déploiement de l'armement naval entre 1862 et 1959) de mettre au point un casque pour le personnel particulièrement exposé de l'US Navy. Ce casque devait permettre le port simultané d'un casque radiotéléphonique de type MI-2454-B, tout en protégeant la tête de son porteur en poste à peu près statique. La conception et la fabrication furent assignées à la firme "McCord Radiator Manufacturing Company" localisée à Detroit dans l'état du Michigan.
L'élaboration de ce projet fut principalement dirigée par le sculpteur Beaver Edwars, avec l'aide exceptionnelle de son épouse, notamment dans la création particulière de la coiffe.
Le développement de ce casque spécifique fut achevé en 1942 et un brevet fut déposé le 13 mai 1942 par Thomas Joseph Flynn de l'US Navy et Albert Wertheimer sous le numéro de brevet US2340872.

USN Mark II USN Mark II USN Mark II

Ce nouveau casque appelé casque Mark II "Telephone Talker" (désignation "Helmet, Sailor's, Steel, Mk2, Mod.0") est commandé dans la foulée par l'US Navy et sa fabrication débute dès 1942.
La bombe est produite en acier au manganèse ("Hadfield", amagnétique) dans les usines de McCord Radiator à Détroit (firme où furent fabriqués 90% des casques M-1 durant la seconde guerre mondiale). La coiffe (constituée d'un mélange à base de caoutchouc enduit de vinyle ou de gomme, le tout étant recouvert de tissu imperméabilisé ou de vinyle) est fabriquée dans un premier temps par la société "B.F. Goodrich" spécialisée dans le caoutchouc et basée à Akron dans l'Ohio. Dans un second temps, la coiffe fut produite par la société "Firestone Tire and Rubber Compagny".
Les premières fabrications destinées à l'US Navy sont livrées en vert olive, à l'instar des casques M-1, puis rapidement en couleur bleu Navy.
Le casque USN Mark II fut produit à environ 400 000 unités de 1942 à 1945 et fut utilisé durant toute la seconde guerre mondiale au sein de l'US Navy. Son utilisation fut très répandue, même dans les plus petites unités, où il fut utilisé par les artilleurs des engins de débarquement notamment sur le théâtre d'opération du Pacifique. Il restera en usage dans l'US Navy jusque dans les années 90 et fut donc employé dans tous les conflits concernant les Etats-Unis durant la seconde moitié du 20ème siècle.
D'importantes quantités furent distribuées au lendemain de la guerre, notamment pour l'Allemagne, la Belgique, l'Espagne, les Pays-Bas et la France, qui créèrent pour la plupart leur propre casque de marine basé sur le modèle Mark II "Talker".
Avec l'avènement des matières composites dans les années 80, de nombreux essais furent menés pour remplacer le casque Mark II, malgré une première tentative rapidement abandonnée à la fin des années 50. Et ce n'est que dans les années 90 que le casque Mark II fut remplacé par le casque Mark 7 produit par la société Gentex (désigné "Helmet, Naval Battle, Mk7").

Plus

Brevet US2340872 !

USN Mark II
USN Mark II USN Mark II USN Mark II USN Mark II
USN Mark II USN Mark II USN Mark II USN Mark II

Constitution

La coque :

La bombe du casque Mark II "Talker" fut fabriquée en taille unique par la société "McCord Radiator Manufacturing Company" située à Detroit dans le Michigan (là où furent produits 90% des coques de casques M-1 durant la seconde guerre mondiale).
Le casque USN Mark II est formé d'un bloc par emboutissage progressif d'une feuille d'acier au manganèse amagnétique (acier "Hadfield"). La plaque d'acier utilisée pour l'emboutissage est plus grande que celle employée pour la mise en forme d'une bombe de type M-1. Ces plaques portent parfois la mention MK2 estampée à froid à proximité de la numérotation du lot d'acier qui suit celle des plaques utilisées dans la production du casque M-1. Cette numérotation permet de dater approximativement la fabrication de la coque à l'instar du casque M-1.
Après mise en forme, la bordure du casque est découpée pour donner la silhouette définitive du casque. Sa bordure tranchante est adoucie par l'ajout d'un jonc magnétique d'un seul tenant se fermant à l'avant du casque et dont le maintien est assuré par de multiples petits points de soudure électrique répartis sur toute la circonférence du casque. Ce jonc est fabriqué en acier au manganèse dès le début de la production, contrairement au casque M-1 qui pour rappel possède un jonc en acier inoxydable du début de la production à octobre 1944, où à partir de cette date il est produit en acier au manganèse. Il est jointif à l'arrière sur le casque M-1 à partir de novembre 1944.
Le casque Mark II ne semble pas suivre les mêmes caractéristiques du jonc que le casque M-1. L'exemplaire ayant servi de support à cette présentation a été produit en juin 1944, et présente un jonc jointif à l'arrière. Un autre exemplaire produit en novembre 1943 présente quant à lui un jonc jointif à l'avant. On peut donc en déduire que la jonction à l'arrière fut appliquée entre ces deux dates (soit au début de l'année 1944).
Deux petits trous sont pratiqués de chaque côté du casque pour la fixation ultérieure de la jugulaire à l'aide de sections en fil de laiton.
Le casque Mark II a la particularité d'être très imposant et présente un volume approximativement deux fois plus élevé qu'un casque M-1 destiné à un usage général.

Modèle "Oliv Drab".

Vue de biais.
Vue de biais.
Vue autre côté.
Vue autre côté.
Peinture texturée Oliv Drab.
Peinture texturée "Oliv Drab".

Les bombes des casques Mark II furent initialement peintes de couleur vert olive (OD : "Olive Drab") comme tous les casques d'acier produits par la société McCord Radiator. Les casques initialement produits en vert olive furent pour la grande majorité repeint dans la couleur spécifique à la "Navy".
La peinture est appliquée à l'intérieur de manière lisse et de manière granitée à l'extérieur par ajout de "cork" dans la peinture (poudre de liège) afin de réduire les reflets. Elle est d'abord appliquée de couleur foncée sur le casque suivi d'une seconde passe plus clair. Cette dernière couche est additionnée de poudre de liège afin de donner un aspect granité en extérieur.
Cet effet texturé est obtenu par mélange automatique de poudre de liège à la peinture lors de son application à l'aide d'un pistolet DeVilbiss (fourni par la société DeVILBISS Compagny situé à Toledo dans l'Ohio), aussi utilisé dans la fabrication du casque M-1.



Plus

Publicité DeVilbiss !

Modèle "Navy blue".

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue avant.
Vue avant.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Peinture texturée Navy blue.
Peinture texturée "Navy blue".
Point de soudure jonc.
Point de soudure jonc.
Jointure jonc (avant).
Jointure jonc (avant).

Puis rapidement (dès le début de l'année 1942), les casques Mark II furent peints de couleur bleu "Navy" afin de s'uniformiser avec le reste de l'équipement et se fondre dans la teinte des navires.

Les marquages :

Marquage estampé (début de production en 1942).
Marquage estampé (début de production en 1942).
Numérotation lot d'acier (710D - novembre 1943).
Numérotation lot d'acier (710D - novembre 1943).

Les plaques d'acier au manganèse ayant servi à l'emboutissage de la bombe des casques USN Mark II possèdent un numéro de lot estampé à froid sur la face interne. Cette numérotation se retrouve sous la visière avant du casque après mise en forme, sous réserve qu'elle ne soit pas masquée par un excès de peinture ou tout simplement sous la coiffe collée dans la bombe. A l'instar du casque M-1 de fabrication McCord, cette numérotation permet d'obtenir une date approximative de production. A titre d'exemple :
    - Le numéro F1R, nous indiquant une production aux alentours de début 1942.
    - Le numéro 710D, une production aux environs de novembre 1943.
    - Le numéro 936D, une production aux environs de juin 1944.
    - Le numéro 1143A, une fabrication en janvier 1945.

Le numéro de lot peut être accompagné de la mention MK2 (diminutif de Mark 2) estampé à froid à proximité de la numérotation. Cette mention est sans doute appliquée afin de distinguer les plaques d'acier destinées à la production des casques Mark II des casques M-1, bien qu'elles soient naturellement d'un gabarit plus important.

Marquage MK-2 (avant).
Marquage MK-2 (avant).
Marquage U.S.N. (arrière).
Marquage U.S.N. (arrière).

Très vite, un marquage appliqué au tampon encreur de couleur noire est effectué sous la visière. A l'arrière est tamponnée la mention U.S.N. en grosses lettres (sous réserve que ceux-ci ne soient pas effacés avec le temps).

Marquage MK. 2 et MC (avant).
Marquage MK. 2 et MC (avant).
Marquage U.S.N. (arrière).
Marquage U.S.N. (arrière).
Numérotation lot d'acier (936D - juin 1944).
Numérotation lot d'acier (936D - juin 1944).
Autre exemple marquage MK. 2 et MC.
Autre exemple marquage MK. 2 et MC.
Autre exemple marquage MK. 2 et MC.
Autre exemple marquage MK. 2 et MC.
Autre exemple marquage U.S.N.
Autre exemple marquage U.S.N.

Plus tardivement (vraisemblablement vers le début 1944), ces marquages évoluent : la taille des mentions U.S.N. et MK-2 diminue. Cette dernière est désormais accompagnée des lettres cerclées MC (pour McCord). On rencontre fréquemment une double lettre à proximité (GR, HL...) dont on ignore aujourd'hui la signification.

Marquage MK. 2 et MC, avec mention MK2 estampé (1143A - janvier 1945).
Marquage MK. 2 et MC, avec mention MK2 estampé (1143A - janvier 1945).

La coiffe :

On rencontre deux types de de coiffe dans les casques USN Mark II. Un premier type, rencontré sur la première partie de production, fabriqué par la société "B.F. Goodrich Co." spécialisée dans le caoutchouc et située à Akron dans l'Ohio.
Puis un second type que l'on rencontre sur la seconde partie de production (vraisemblablement au début de l'année 1944) et fabriqué par la société "Firestone Tire and Rubber Compagny". Pour ce dernier type, on peut trouver occasionnellement un marquage (souvent à l'encre blanche) constitué d'un F cerclé, à la typographie Firestone.

Tout comme la bombe, la coiffe est fabriquée en taille unique. Elle est constituée d'un élément de rembourrage monobloc de forme ellipsoïdale fabriqué en mousse de caoutchouc ou autre matériau résilient. Cette forme ellipsoïdale permet d'avoir un large dégagement latéral autorisant le port d'écouteurs. Les parties avant et arrière de la coiffe d'une épaisseur de 5 cm comportent une série d'espaces permettant à ces zones de s'adapter à la taille du crâne par compression et déformation. Ces interstices assurent par la même occasion une protection contre les chocs. La zone sommitale de la coiffe est affinée à environ 8 millimètres d'épaisseur.
Cette forme est scellée hermétiquement par une fine couche de caoutchouc synthétique ou par du latex pur. Cet habillage a pour but d'isoler la mousse de caoutchouc des éléments marins et de la transpiration du porteur.

USN Mark II USN Mark II

Enfin, la coiffe est recouverte d'un revêtement imperméable sur toute sa surface qui dépasse la bordure extérieure convexe de la coiffe sur environ 20 millimètres pour être collé au fond de la bombe. Cette matière permet d'identifier le fabricant de la coiffe :

Type B.F. Goodrich.

Vue avant.
Vue avant.
Vue arrière.
Vue arrière.
Point sommital.
Point sommital.
Coiffe B.F. Goodrich Oliv Drab.
Coiffe B.F. Goodrich "Oliv Drab".
Vue avant.
Vue avant.
Vue arrière.
Vue arrière.

Pour B.F. Goodrich, il s'agit d'un vinyle caoutchouté initialement teinté en vert olive pour les casques de la même teinte, puis rapidement teinté en bleu "Navy". Ce revêtement présente un petit orifice sur la partie avant et arrière de la coiffe pour l'évacuation de l'humidité potentiellement présente entre la coiffe et ce revêtement.



Plus

Publicité B.F. Goodrich !

Coiffe B.F. Goodrich Navy blue.
Coiffe B.F. Goodrich "Navy blue".

Type Firestone.

Vue avant.
Vue avant.
Vue arrière.
Vue arrière.
Mise en peinture colle.
Mise en peinture colle.
Coiffe Firestone.
Coiffe Firestone.
Marquage Firestone.
Marquage Firestone.

Pour Firestone, ce revêtement est constitué d'un tissu hydrofugé de couleur beige et parfois de couleur gris/bleu, ou de vinyle caoutchouté de couleur bleu "Navy". Cette coiffe a sans doute été adoptée en raison du défaut du vinyle qui a tendance à coller à la peau une fois humidifié. Sur les exemplaires munis de coiffe Firestone, la colle appliquée et dépassant de la coiffe est recouverte après séchage au pinceau d'une peinture identique à celle de la bombe.

La jugulaire :

Large passant en cuir épais.
Large passant en cuir épais.
Détail fixation.
Détail fixation.
Tige en laiton.
Tige en laiton.
Passage de la jugulaire.
Passage de la jugulaire.
Extrémité jugulaire.
Extrémité jugulaire.

Jugulaire avec mentonnière (envers).
Jugulaire avec mentonnière (envers).

Jugulaire avec mentonnière (revers).
Jugulaire avec mentonnière (revers).
Mentonnière (extérieur).
Mentonnière (extérieur).
Mentonnière (intérieur).
Mentonnière (intérieur).
Détail double fourrure en cuir.
Détail double fourrure en cuir.
Boucle de réglage (revers).
Boucle de réglage (revers).
Boucle de réglage (extérieur).
Boucle de réglage (extérieur).

La jugulaire est fabriquée en cuir de cheval fin. Constituée d'une partie centrale fabriquée à partir d'une bande de cuir longue de 42 centimètres, cette bande est affinée depuis les extrémités pour former une mentonnière au centre. La mentonnière est mise en forme par moulage et est doublée sur sa face intérieure de cuir fin cousu sur toute sa périphérie.
La jugulaire est fixée à deux boucles en aluminium (matériau choisi pour sa qualité inoxydable en milieu marin) elles-mêmes reliées à deux pattes en cuir. Chaque boucle est maintenue par une bande de cuir pliée aux trois tiers de sa longueur à deux reprises, enchapant une des barres médiane de la boucle et dont le pliage est solidarisé par un double trait de couture. Cette manœuvre permet ainsi de former une double fourrure, une première l'enchapure retenant la boucle de réglage et la seconde pour le passage d'une des tiges en cuir placées sur les parois latérales du casque.
Les boucles sont fabriquées en aluminium embouti et comportent trois fentes. La fente orientée vers l'extérieur possède un système autobloquant. La jugulaire prend place dans chacune de ces boucles et est solidarisée par pliure de ses extrémités qui sont ensuite cousues.
Le réglage de la jugulaire s'effectue en réduisant la pression de celle-ci dans les boucles placées latéralement et permettant ainsi de la faire coulisser.
Comme décrit précédemment, les deux passants sont constitués de deux bandes de cuir très épais, dont chaque extrémité est trouée. Ces passants de cuir sont fixés à la bombe à l'aide de deux fines tiges en laiton que l'on pourrait comparer à un trombone. La largeur des deux passants permet un positionnement large de la jugulaire en fonction de la tête de son porteur en déplaçant celle-ci d'avant en arrière et inversement.

USN Mark II

Les accessoires :

Masque - vue avant.
Masque - vue avant.
Masque - vue de coté.
Masque - vue de coté.
Détails fixation.
Détails fixation.
Vue à plat.
Vue à plat.
Détails orifices.
Détails orifices.
Boucle de réglage.
Boucle de réglage.

Il existe plusieurs accessoires pour le casque USN Mark II, dont un masque facial pour zone froide, tout particulièrement utilisé sur les navires de protection de l'US Navy traversant l'Atlantique Nord lors de l'accompagnement des navires de transport à destination de l'Angleterre.
Ce masque confectionné en drap de laine épais de couleur bleu marine est doublé au niveau du visage de feutre de laine de couleur écrue.
Le masque comporte une large bande de drap de laine à sa base destinée à couvrir le cou et être passée sous l'uniforme afin d'assurer une meilleure étanchéité au vent.
Le visage comporte deux orifices pour les yeux, un plus large pour le nez, recouvert d'un morceau de drap triangulaire pour mieux couvrir cette partie du visage, et enfin un trou ovale pour la bouche recouvert d'une languette rabattable confectionnée dans la même matière que le masque.

Cette languette comporte à l'une de ses extrémités un bouton pression de fermeture et possède huit trous pour faciliter la respiration.
Le masque se porte directement sous le casque et se maintient à l'aide de deux bandes de toile, une longitudinale coulissant dans la seconde bande transversale. Ces deux bandes se règlent à l'aide de boucles à double passant à ergots. Enfin, la partie couvrant le cou se ferme dans le dos à l'aide de boutons.

Comparatif entre le casque USN Mark II et les clones européens

Casque allemand M62 de la BundesMarine.
Casque allemand M62 de la BundesMarine.
Clone hollandais.
Clone hollandais.
Casque USN Mark II.
Casque USN Mark II.

Le casque USN Mark II a été utilisé par de nombreux pays européens après la seconde guerre mondiale, notamment avec la redistribution du matériel militaire allié dans l'immédiat après-guerre.
Certains de ces pays créèrent leur propre modèle peu de temps après. Alors que, pour la plupart de ces pays, ces modèles de casques sont aisément différenciables, ce n'est pas le cas pour certains. Prenons pour exemple le casque M62 de la BundesMarine ("Stahlhelm für Befehlsübermittler - Bord") et le plus redoutable d'entre tous, la copie fabriquée par les Pays-Bas :

  • La jugulaire du casque USN Mark II est obligatoirement en cuir fin de cheval de couleur marron, alors qu'elle est généralement confectionnée en toile de couleur verte ou en cuir épais de couleur différente pour les casques européens. Toutefois la jugulaire du clone hollandais est très proche de celle du casque USN Mark II, mais présente une différence au niveau des boucles de réglage qui possèdent un petit ergot orienté vers l'extérieur. Les boucles de la jugulaire du casque USN Mark II sont parfaitement rectangulaires et la jugulaire est insérée d'un côté à un autre, et non pas sur une moitié comme c'est le cas pour le casque néerlandais.
  • Le casque USN Mark II comporte des inscriptions apposées à l'aide de tampon à l'encre noire à l'avant et à l'arrière, alors que pour ce casque M62 allemand l'inscription (fabricant, année de production... etc.) est présente sur le côté intérieur de la bombe. Le casque hollandais ne semble pas présenter de marquage appliqué au tampon ou encore estampé dans la bombe.
  • La coiffe du casque US est principalement constituée de caoutchouc recouvert de toile imperméable ou de vinyle caoutchouté (structure épaisse et rigide), alors que pour des modèles européens, la coiffe est souvent constituée de mousse recouverte de toile (lui donnant une structure molle). La coiffe hollandaise est identique à une coiffe de type Firestone américaine, toutefois elle est généralement de couleur vert foncé alors que la coiffe Firestone est généralement de couleur beige et parfois gris/bleu.
  • Les passants de jugulaire sont très larges sur le modèle américain, alors qu'ils sont en général moins longs pour les clones européens dont la matière est identique (fabriqué en cuir). Toutefois ils sont identiques sur le modèle hollandais.
  • La base du casque USN Mark II présente une silhouette beaucoup plus plane que la plupart des casques européens. Le clone hollandais présente une forme identique, cependant sa surface extérieure est parfaitement lisse.