Chine

Chine

Casque QGF 03

Fiche

  • Dénomination : QGF 03.
  • Destiné à une utilisation générale.
  • Coiffe constituée d'une suspension de type "Riddel".
  • Jugulaire en toile avec mentonnière en typologie 3 points.
  • Fabriqué à partir de 2005.
  • Distribué à partir de 2005.
  • Pays d'origine : Chine.
  • Période d'utilisation : des 2005 à aujourd'hui.
  • Matériau : fibre aramide.
  • Poids : 1315 g.
  • Taille : unique.
  • Couleur : vert olive foncé à finition granitée.
Preview

Historique

En 1949, la Chine sort d'une épuisante guerre civile débutée le 12 avril 1927 avec la victoire des forces communistes sur les forces nationalistes du Kuomingtang dirigées par Tchang Kaï-chek et qui fuient sur l'île de Formose devenant Taïwan, l'État de la république de Chine.
L'armée populaire de libération (PLA : "People Liberation Army"), créée suite au soulèvement de Nanchang, où des troupes du Guomindang se soulèvent contre leur hiérarchie et s'allient au Parti communiste chinois, n'utilise que des casques de fabrications étrangères capturés lors des différents conflits auxquels elle participe. En raison de la pauvreté et du retard industriel de la Chine, il faut attendre les années 70 pour que la PLA se dote d'un premier casque en acier de conception nationale : le casque GK80.
Ce casque est fabriqué en acier à l'épreuve des projectiles à haute vélocité et procure une protection balistique comparable à celles des modèles occidentaux contemporains. D'une fabrication bon marché, la fabrication du casque GK80 était idéale pour une production de masse nécessaire à l'importance des forces de la PLA.
Cependant, les troupes se plaignent de l'inconfort du casque GK80, et son utilisation au combat, notamment lors des différents conflits sino-vietnamiens de 1979 à 1990, révèle une zone de protection insuffisante.
Le casque GK 80 devient obsolète avec l'apparition des différents casques en matière composite adoptés par diverses armées à travers le monde à partir des années 80. En juin 1991, l'institut du quartier général du département de la logistique générale de l'APL commence à développer un nouveau casque de combat balistique non métallique. Les exigences de l'armée étaient d'obtenir un casque procurant une zone de protection équivalente au casque GK80 mais pour un poids plus léger. Zhou Guotai, directeur de l'institut et de l'académicien de l'Académie chinoise d'ingénierie, insiste sur le fait que la conception d'un nouveau casque de combat devra être aussi bonne que celle de l'armée américaine. Par conséquent, une norme plus stricte a été définie : en plus de satisfaire à la norme relative au poids et à la surface de protection, les performances globales de protection balistique devraient dépasser celles du casque PASGT utilisé par l'armée américaine.
Pour pallier le retard pris par l'APL, deux casques sont successivement mis en service. Tous deux de forme similaire au casque PASGT de l'armée américaine, ces casques sont fabriqués en acier pour une mise en service plus rapide et un coût de production réduit afin d'équiper une armée forte d'environ 1,5 millions d'hommes. Un premier modèle désigné JK96 est adopté en 1996, puis le casque FK2000 au début des années 2000.
Le premier casque en matière composite de l'armée chinoise, le modèle QGF02 fabriqué en fibre aramide, fut développé avec succès en 1994 après 4 années de recherche. Il fut délivré progressivement à l'armée chinoise en remplacement des casques en acier et fit son apparition en 1997 pour équiper les forces armées en poste à Hong-Kong.
Ce nouveau casque procure une protection balistique de type V50 pour laquelle il est probable que 50% des projectiles soient arrêtés. Il procure une protection pour des projectiles atteignant une vitesse de 610 m/s contre 609 m/s pour le PASGT. Le casque QGF02 présente une surface de protection de 1 266 cm², soit 16% de plus que le casque GK80 et une surface presque équivalente au casque PASGT américain. Son poids est réduit à 1,25 kg contre 1,36 kg pour le casque GK80 et une moyenne de 1,5 kg pour le casque PASGT toute taille confondue.
Le casque QGF02, bien que constitué des mêmes matériaux, n'est pas une simple copie du casque PASGT américain : une nouvelle technologie de fabrication est utilisée afin de réduire les coûts de production, garantir la qualité et prolonger la durée de vie du moule de fabrication.
Aussi, la coiffe est d'une conception différente pour offrir un meilleur amorti et procure un espace suffisant entre la coque et la tête qui assure une ventilation optimale. La conception de la coiffe correspond à une typologie trois points pour assurer un meilleur maintien sur la tête.
Le développement réussi du casque en fibre aramide QGF02 a complétement changé la situation précaire concernant la protection individuelle du soldat de la PLA.
Cependant, le casque QGF02 n'est pas parfait. Par exemple, il n'offre pas d'interface pour les divers équipements externes nécessaires aux avancées technologiques.
En 2005, le casque QGF02 est amélioré avec la création du casque QGF03 dont le coût de production a été réduit et le contrôle de la qualité de fabrication a été augmenté par rapport au casque QGF02.
Le casque QGF03 devient le casque standard de l'armée chinoise à partir de 2005 et l'agence de presse Xinhua rapporte le 15 janvier 2006 que l'équipe de Zhou Guotai avait développé avec succès des casques pour l'infanterie, les parachutistes, les forces blindées et les pilotes d'hélicoptères. Ils ont également mis au point un casque de combat multifonctionnel doté d'un récepteur de conduction osseuse, d'un verre de protection laser, d'un dispositif de vision nocturne à un œil, d'un système d'affichage porté sur la tête et d'un avertisseur laser.
Avec le développement de l'économie, de la science et de la technologie en Chine, le nouveau casque fabriqué en Chine sera continuellement amélioré.

Casque JK 96.
Casque JK 96.
Casque QGF 03. Casque QGF 03. Casque QGF 03.
Casque QGF 03. Casque QGF 03. Casque QGF 03.

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Point d'injection au niveau sommital.
Point d'injection au niveau sommital.
Vis recouverte par le revêtement.
Vis recouverte par le revêtement.
Jonc en caoutchouc.
Jonc en caoutchouc.

La bombe du casque QGF03 reprend celle du modèle QGF02, elle-même calquée sur le casque PASGT américain. Contrairement à la majorité des modèles composites adoptés à travers le monde, le casque QGF03 est fabriqué en taille unique : le volume de la bombe a été spécialement étudié pour s'adapter aux caractéristiques morphologiques du crâne d'une population asiatique.
La bombe est formée par succession de couches de toiles (de couleur jaune) de fibres aramides tissées pour former un tissu d'armure toile (ou taffetas). Ces couches de toiles aramides sont noyées dans une résine balistique thermo-formable puis mises en forme dans un moule sous vide. Les multiples couches de matériaux en fibres aramides, qui ont été coupées et revêtues de résine, sont pressées dans un moule où la résine est répartie afin que les couches pressées ne soient ni trop serrées ni trop lâches. La résine employée est renforcée de nylon et de fibre de verre en complément de la fibre d'aramide utilisée comme matériel de résistance à la fragmentation. Par rapport au nylon et la fibre de verre, le coût de fabrication de la fibre aramide est plus élevé, cependant, pour un poids identique peut offrir une capacité de protection deux à trois fois supérieure. Toutefois, la fibre d'aramide présente également une lacune : ses performances de protection diminuent après une exposition prolongée au rayonnement ultraviolet ou dans un environnement très humide, raison pour laquelle le casque reçoit une couche protectrice en fin de fabrication.
Une fois matricé, les excès de fibres aramides noyées dans la résine sont ébavurés afin d'obtenir la silhouette du casque puis la bombe est peinte de couleur vert olive foncé de finition mate à l'intérieur et à l'extérieur.
La bordure brute du casque est renforcée d'un épais jonc en caoutchouc monobloc teinté dans la masse de couleur kaki. Collé sur la périphérie du casque, il est destiné à adoucir la bordure du casque, mais aussi de protéger celle-ci de l'usure.
La bombe est percée d'une série de six trous (1 à l'avant et à l'arrière, puis 2 de chaque côté) pour l'installation de l'aménagement intérieur (coiffe et jugulaire) contre huit trous pour le modèle QGF02.
Avant l'installation de l'aménagement intérieur, l'intérieur de la bombe reçoit une couche de vernis de protection appliquée directement sur la peinture et le jonc de la bombe. Après installation de la coiffe et de la jugulaire, l'extérieur est une nouvelle fois repeint pour couvrir les têtes de vis bombées utilisées pour la mise en place de la coiffe/jugulaire. Puis une épaisse couche de vernis de protection est appliquée de manière texturée afin de réduire les reflets. Ce vernis de protection est directement appliqué sur la peinture, noyant ainsi les têtes de vis.
Enfin, on note sur la zone sommitale du casque une marque laissée lors de la formation de la bombe dans le moule pressant les toiles aramides et la résine.

Les marquages :

Marquage de nomenclature et numéro de série.
Marquage de nomenclature et numéro de série.
Marque de contrôle.
Marque de contrôle.
Manuel d'utilisation.
Manuel d'utilisation.

La bombe peut présenter des marquages appliqués sur la bordure intérieure et appliqués au tampon encreur de couleur rouge, bien évidemment sous réserve qu'ils ne se soient pas effacés avec le temps. Toutefois, ceci ne semble pas systématique comme l'atteste l'exemplaire ayant servi de support à cette présentation, lui-même en excellent état et étant totalement exempt de marquage.
On peut donc trouver un marquage principal, sur lequel est rappelé la désignation du casque QGF03, une numérotation de série, ainsi que diverses marques de contrôle apposées durant le processus de fabrication.


Initialement, le casque QGF03 est distribué à la dotation avec un petit manuel d'instruction.

La coiffe :

La coiffe du casque QGF03 est calquée sur le casque PASGT américain. Elle est constituée d'une suspension de type "Riddel" constituée d'un cerclage formé par une bande de toile forte en nylon, large de 2,4 centimètres et teinté en vert foncé, jointive à l'arrière. Les bandes de toile utilisées dans la fabrication de la suspension ont la particularité d'avoir le symbole de la PLA (constitué d'une étoile contenant le caractère chinois de la PLA) brodé tous les 5 centimètres.
Quatre bandes de toile forte en coton, large de 2,5 centimètres, sont cousues sur le cerclage en toile de nylon, formant la suspension de la coiffe. Les bandes latérales, plus longues, sont pliées en V et chacune de leurs extrémités est cousue en biais au cerclage en toile. La bande avant, dont l'extrémité est repliée et cousue sur elle-même pour former un fourreau de passage du lacet de réglage en profondeur, est cousue perpendiculairement au cerclage de la coiffe. La bande arrière est fixée de manière similaire, hormis que son extrémité comporte deux trous renforcés d'un œillet métallique dans le fourreau destiné au passage du lacet de réglage de la coiffe.
Le dos de cette bande de toile en coton comporte un rectangle de velcro velours destiné au réglage en profondeur de la coiffe. En effet, les bandes de toile sont jointives entre elle par un lacet passé à deux reprises dans chacune des parties constituant la suspension. Les extrémités de ce lacet sont passées dans les œillets de la bande de toile arrière de la suspension et sont jointives par un morceau de velcro astrakan, dont la position permet de plus ou moins tendre le lacet.
Les intersections du cerclage en toile de nylon et des bandes de toiles constituant la suspension sont trouées et la toile ainsi coupée est renforcée de colle pour éviter l'effilochement. Les trous des intersections latérales sont ovalisés pour faciliter la mise en place de la suspension dans le casque.
La jointure des bandes de toile de nylon constituant la suspension est doublée d'un disque de fond de coiffe d'un diamètre de 9,5 centimètres. Ce disque est formé d'un disque en cuir tanné en vert au dos duquel est collé une couche de mousse, doublée au dos d'un disque en toile de couleur vert. Cette doublure est maintenue par une double couture périphérique. Deux bandelettes en toile cousue en croix au dos maintien ce disque par passage du lacet de réglage en profondeur.

Suspension de la coiffe.
Suspension de la coiffe.
Plaque de maintien.
Plaque de maintien.
Jointure arrière du cerclage.
Jointure arrière du cerclage.
Etoile brodée.
Etoile brodée.
Tampon de fond de coiffe avec velcro de réglage en profondeur.
Tampon de fond de coiffe avec velcro de réglage en profondeur.
Détails passage du lacet de réglage en profondeur de la suspension.
Détails passage du lacet de réglage en profondeur de la suspension.
Bandeau de tour de tête monté sur une armature en plastique doublée de mousse.
Bandeau de tour de tête monté sur une armature en plastique doublée de mousse. Réglage de la circonférence.
Réglage de la circonférence. Maintien doublure en cuir.
Maintien doublure en cuir.
Clips de fixation du bandeau.
Clips de fixation du bandeau.
Positionnement clip.
Positionnement clip.
Détail fixation.
Détail fixation.
Coiffe.
Coiffe.

Le maintien sur la tête est assuré par un bandeau de tête constitué d'une armature en plastique ajouré dont la circonférence se règle par une double série de 15 trous parallèles se refermant sur une double série opposée de 3 ergots. Le bandeau en tant que tel est constituée d'une bande de cuir tanné en vert doublé d'une fine couche de mousse. Cette bande de cuir comporte une série de 10 petites incisions pour être maintenue aux ergots en plastique au dos de l'armature et une série de neuf incisions pour être fixée au bas de l'armature.
La suspension est maintenue dans la bombe par des vis à tête hémisphérique fendue et des plaques de maintien métalliques anodisées en noir de forme triangulaire et placées pointe vers le bas. Ces plaques sont munies au dos d'un tube comportant un pas de vis et dont la fixation est assurée par les vis insérées depuis l'extérieur du casque.
Le bandeau de tête est maintenu par une série de six clips métalliques identiques à ceux utilisés dans le casque PASGT américain. Fabriqués en tôle emboutie pliée en V, ils sont glissés dans l'armature du bandeau puis refermés sur le cerclage en toile. La fermeture est assurée par une fine boucle métallique enchapée sur une des extrémités du clip. Fabriqué en taille unique, le casque QGF03 est exempt de marquage de taille.

La jugulaire :

Passant arrière.
Passant arrière.
Passant latéral.
Passant latéral.
Boucle métallique de maintien.
Boucle métallique de maintien.
Partie gauche avec boucle de fermeture. Partie gauche avec boucle de fermeture.
Partie gauche avec boucle de fermeture (recto/verso).

Partie droite avec mentonnière doublée de cuir et clip de fermeture. Partie droite avec mentonnière doublée de cuir et clip de fermeture.
Partie droite avec mentonnière doublée de cuir et clip de fermeture (recto/verso).

Extrémité renforcée d'un empiècement métallique (notez le sigle PLA brodé).
Extrémité renforcée d'un empiècement métallique (notez le sigle PLA brodé).

La jugulaire est confectionnée à l'aide de bandes de toile de nylon larges de 2 centimètres qui ont la particularité d'être brodées du sigle PLA tous les 7 centimètres. De typologie trois points, la jugulaire assemblée est d'un seul tenant.
En considérant la jugulaire en deux parties, le côté gauche retient la boucle de fermeture fabriquée en matière plastique teintée dans la masse de couleur vert olive foncé. Cette boucle retient la bande latérale de maintien de la jugulaire d'une longueur d'environ 21 centimètre et dont l'extrémité est renforcée d'un empiècement métallique anodisé en noir. Elle retient aussi la bande passant à l'arrière du casque. Cette bande retenant la partie droite comportant la jugulaire est passée dans la pièce de fermeture de la jugulaire et son extrémité comporte une boucle à double passant enchapée au centre et retenu par un trait de couture. Cette bande est passée dans le passant arrière du casque constitué d'une bande de toile en nylon pliée en deux pour former un fourreau solidarisé par un trait de couture. Le passant arrière est retenu simultanément à la suspension de la coiffe par la vis arrière.
L'extrémité droite de la bande insérée dans le passant arrière est cousue à la mentonnière. Celle-ci est constituée d'une bande de toile dont l'extrémité destinée à être passée dans le passant latéral est renforcée d'un empiècement métallique anodisée en noir. L'autre extrémité comporte le crochet de fermeture fabriqué en matière plastique teintée dans la masse de couleur vert olive foncé. La mentonnière est formée par une seconde bande de toile d'une longueur de 12 centimètres cousue en arc de cercle à proximité du crochet de fermeture. Le côté en contact avec la peau est doublé de cuir tanné en vert rabattu sur l'envers et cousu sur toute la longueur.
La jugulaire est retenue sur les côtés aux deux passants latéraux constitués d'une bande de toile d'une longueur de 12 centimètres. Pliée en deux, cette bande de toile enchape une boucle en tôle emboutie anodisée en noir identique à celle employée sur la jugulaire du casque PASGT américain. L'enchapure retenant cette boucle est solidarisée par un trait de couture et l'ensemble est retenu par les points de fixation latéraux avant de la suspension de coiffe.

Le camouflage additionnel :

Sont employés avec le casque chinois QGF03 toute une série de couvre-casques suivant l'évolution des schémas de camouflage employés par la PLA. Furent sans doute repris les couvre-casques employés sur le casque JK96, FK2000 puis le modèle QGF02. Ces couvre-casques arborent à partir de 1987 un schéma de camouflage repris du schéma "Woodland" employé par l'armée américaine des années 80 jusqu'à la fin des années 90. Puis à partir de 2007 commencent à être employés des couvre-casques imprimés en camouflage pixélisé.

"Woodland" type 1.

Couvre-casque Woodland type 1.
Couvre-casque "Woodland" type 1.
Vue maintien au casque.
Vue maintien au casque.

Un premier modèle fabriqué en toile arborant le camouflage type "Woodland" calqué sur le schéma de camouflage américain, constitué de quatre couleurs (noir, marron, vert et vert clair). Ce modèle fut principalement utilisé sur les casques JK96 et FK2000.
Ce couvre-casque est fabriqué à partir de trois morceaux de toile cousus longitudinalement, complétés d'une bande à l'avant afin d'épouser la visière ainsi que de deux demi-cercles au niveau des décrochements latéraux. Un fourreau de toile est cousu sur toute la circonférence de ce couvre-casque dans lequel est inséré un cordon élastique plat multicolore pour assurer le maintien sur le casque. La fixation est complétée par six petits cordons élastiques cousus à intervalle régulier. Ces cordons sont terminés par un petit crochet métallique plat destiné à s'accrocher au cerclage de toile de la suspension.

Vue à plat.
Vue à plat.

"Woodland" type 2.

Couvre-casque Woodland type 2.
Couvre-casque "Woodland" type 2.
Vue maintien au casque.
Vue maintien au casque.
Vue à plat.
Vue à plat.

Un second modèle de couvre-casque fabriqué de manière identique à partir de morceaux de toile arborant le camouflage "Woodland" dont les couleurs varient légèrement. Aussi utilisé sur les casques JK96 et FK 2000, ce couvre-casque convient aussi parfaitement au casque QGF02 et QGF03. La base de ce couvre-casque n'est plus constituée d'un ourlet contenant un élastique mais est munie d'une base côtelée élastique pliée en deux et cousue sur toute la circonférence. La fixation est complétée par huit petits cordons élastiques terminés d'un petit crochet métallique plat. Ces crochets se fixent à l'inverse du modèle précédent au cerclage de la suspension. Ce type de fixation deviendra un standard pour l'ensemble des couvre-casques employés sur les casques des forces terrestres de la PLA.

"Woodland" type 3.

Couvre-casque Woodland type 3.
Couvre-casque "Woodland" type 3.
Vue maintien au casque.
Vue maintien au casque.

Puis un troisième modèle fait son apparition, dont les couleurs sont très proches du schéma de camouflage "Woodland" américain. Confectionné à partir de trois morceaux de toile imprimée cousus longitudinalement, la base de ce couvre-casque comporte toujours une périphérie côtelée élastique complétée de huit petits cordons élastiques terminés d'un petit crochet métallique plat.


Le casque est démuni d'insigne, cependant on observe l'utilisation d'insigne de l'Armée populaire de Libération monté sur des couvre-casques.

Vue à plat.
Vue à plat.